Criteuil-la-Magdeleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Criteuil-la-Magdeleine
Criteuil-la-Magdeleine
La mairie.
Blason de Criteuil-la-Magdeleine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Michel Fougere
2020-2026
Code postal 16300
Code commune 16116
Démographie
Gentilé Criteuillois
Population
municipale
381 hab. (2020 en diminution de 15,14 % par rapport à 2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 15″ nord, 0° 12′ 54″ ouest
Altitude Min. 25 m
Max. 89 m
Superficie 15,19 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Barbezieux-Saint-Hilaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charente-Champagne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Criteuil-la-Magdeleine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Criteuil-la-Magdeleine
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Criteuil-la-Magdeleine
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Criteuil-la-Magdeleine
Liens
Site web mairie-criteuillamagdeleine.fr

Criteuil-la-Magdeleine est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Criteuil-la-Magdeleine résulte de la fusion de Criteuil et de La Magdeleine en 1860.

Ses habitants sont les Criteuillois et les Criteuilloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Criteuil-la-Magdeleine est un petit village de l'ouest du département de la Charente situé dans le triangle formé par Segonzac, Archiac et Barbezieux. Il est ainsi situé en plein cœur de la Grande Champagne, premier cru du cognac.

Le bourg est à 7 km d'Archiac, 9 km de Barbezieux et de Segonzac, 14 km de Châteauneuf, 19 km de Cognac et 31 km d'Angoulême[2].

La commune est située au sud de la D 699 qui mène d'Angoulême à Archiac et Jonzac ou Pons et qui passe à Ambleville à 2 km au nord du bourg. À l'écart des grandes routes, la commune est traversée par la D 151 qui longe la vallée du Né, la D 44 et la D 90 qui convergent au sud à la Magdeleine[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le village de la Madeleine est situé près du au sud-est de la commune et du bourg de Criteuil.

Les principaux hameaux sont : la Vie et chez Cormier dans l'ouest de la commune, Beaumont près du Né au sud du bourg, Bernac sur la route d'Ambleville, Luchet sur le ruisseau du Collinaud, les Verdoiries, chez Drouet près du bourg, etc.[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente. Les vallées (Né et Collinaud) sont occupées par des alluvions récentes du Quaternaire[4],[5],[6],[7].

Le territoire communal occupe un bas plateau descendant doucement vers la vallée du Né au sud et celle du Collinaud au nord. Le point culminant est à une altitude de 89 m, situé au centre de la commune près de chez Guérin (ancien moulin à vent). Le point le plus bas est à 25 m, situé le long du Né à l'extrémité occidentale. Le bourg est à 50 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Criteuil-la-Magdeleine.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[8]. Elle est drainée par le Né, le Collinaud, qui constituent un réseau hydrographique de 12 km de longueur totale[9],[Carte 1].

Le , affluent de la Charente, limite la commune au sud[10].. Le Collinaud, ruisseau descendant de Bonneuil, forme la limite nord de la commune et se jette dans un bras du Né à l'ouest près de Chabot[11].

Au pied du bourg, au logis de la Motte, naît un petit affluent du Collinaud qui alimente un lavoir[3].

La source captée de la Grand-Font[Note 1], au pied de Bernac, alimente en eau potable les 15 ou 16 communes du syndicat d'eau de Baignes-Sainte-Radegonde. Prise à une profondeur de 200 m, dans le Turonien, elle est d'une température constante de 19 °C[12].

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[13]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [14].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Criteuil-la-Magdeleine est une commune rurale[Note 2],[15]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Barbezieux-Saint-Hilaire, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 25 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (61,3 %), zones agricoles hétérogènes (22,9 %), terres arables (7,2 %), forêts (7 %), zones urbanisées (1,7 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Criteuil-la-Magdeleine est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse) et séisme (sismicité faible)[21]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[22].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Criteuil-la-Magdeleine.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 87,7 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 239 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 220 sont en en aléa moyen ou fort, soit 92 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[23],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[24].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1986, 1987, 1993, 1999 et 2000. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont vicaria Cristiollensa en 978[25], Christolio en 1083-1098[26].

L'origine du nom de Criteuil remonterait à un nom gaulois Cristos ou le surnom Christus auquel est apposé le suffixe -iolum signifiant « clairière », ce qui correspondrait à Cristoialum, la « clairière de Cristos »[27],[28].

La Magdeleine tire son nom d'une chapelle consacrée à sainte Madeleine, dont le culte s'est développé au XIIe siècle, et du village qui s'est construit autour[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité est ancienne puisqu'y furent retrouvés, dans un cimetière gallo-romain, des monnaies impériales et des vases funéraires (dans des tombes creusées à même la pierre). Au lieu-dit les Beaux Pins ont été trouvés les signes d'une villa et les restes d'un aqueduc qui devait alimenter des thermes[30].

Autres vestiges du passé, les deux dolmens de Criteuil ; enterré pour l'un, situé au bord de la route départementale 44 pour l'autre[31].

La terre de Criteuil dépendait de la prévôté royale de Bouteville. En temps de guerre, les habitants devaient contribuer à la défense de ce château ; en compensation, ils avaient le droit de s'y réfugier avec leurs familles, pendant tout le temps que l'ennemi occupait la contrée.

Il n'y avait pas de château à Criteuil, mais la paroisse possédait trois logis : la Mothe, l'Épine, et Barbe.

Le logis de la Mothe appartient pendant plusieurs siècles à une famille Marchand, dont plusieurs membres servent à la guerre. Jacques Marchand, qui vit sous le règne du roi Henri II, obtient de ce roi, en 1556, des lettres-patentes lui permettant de changer son nom en celui de de La Mothe.

Au XVIIIe siècle, cette famille se divise en deux branches, dont l'une se fixe dans la paroisse de Reignac, et l'autre à Cherves.

Le fief de l'Épine appartient au XVIIe siècle au baron de Blanquefort. Il devient ensuite la propriété de la famille Dupuy, qui le conserve jusqu'en 1860.

Au XVIIIe siècle, Barbe, qui forme aujourd'hui un village près du , est possédé par les Prigné de Guippeville, ancienne famille de la Saintonge[32],[33].

Administration[modifier | modifier le code]

Elle a été créée sous le nom de Critail en 1793 dans le canton de Linières et en 1801 est devenue Criteuil dans le canton de Segonzac. Elle a absorbé la commune de La Magdeleine en 1860, et devenue Criteuil-la-Magdeleine.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Dominique Thillard    
2008 En cours Michel Fougère SE-CNI Ingénieur conseil retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Tout comme la commune voisine d'Ambleville, Criteuil-la-Magdeleine est rattaché au code postal 16300 de Barbezieux-Saint-Hilaire alors qu'elle appartient au canton de Charente-Champagne voisin.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[35].

En 2020, la commune comptait 381 habitants[Note 4], en diminution de 15,14 % par rapport à 2014 (Charente : −0,6 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
571622513629649658710704710
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
934887878857802720677653640
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
588569562557615568541573565
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
606600538506513441435448404
2020 - - - - - - - -
381--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,9 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 205 hommes pour 192 femmes, soit un taux de 51,64 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
3,3 
5,9 
75-89 ans
8,7 
20,5 
60-74 ans
19,7 
25,2 
45-59 ans
25,4 
16,2 
30-44 ans
15,9 
15,8 
15-29 ans
10,4 
16,4 
0-14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Remarques[modifier | modifier le code]

L'absorption de la Magdeleine en 1860[36] lui a permis de compenser sa baisse démographique et de faire preuve en deux siècles d'une grande stabilité.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est la ressource principale de Criteuil-la-Magdeleine, qui est située dans la zone d'appellation d'origine contrôlée cognac, en Grande Champagne, premier cru classé du cognac[40].

Des distilleries, avec vente de pineau des Charentes et cognac chez les producteurs, sont présentes dans la commune.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Ambleville, Lignières-Sonneville et Criteuil-la-Magdeleine. Lignières-Sonneville accueille l'école maternelle et Ambleville et Criteuil-la-Magdeleine les écoles élémentaires[41].

Autres services[modifier | modifier le code]

Ils sont présents dans les communes voisines, Archiac ou même à Barbezieux qui est à 12 km.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Macrin-Saint-Jean-Baptiste de Criteuil du XIIe siècle, sur l'ancienne commune de Criteuil, (avec chapelle privée du seigneur de Luchet attenante), possède un rare et beau clocher octogonal récemment restauré et éclairé. Sur la façade, l'inscription révolutionnaire: « Temple de la raison, le peuple français reconnaît l'existence de l'Être suprême et l'immortalité de l'âme » rappelle les temps troublés de Robespierre et de la Terreur.

C'est une église romane en croix latine. Le collatéral au nord lui a été rajouté au XVe siècle. Des restaurations ont eu lieu en 1775 puis en 1889, 1890. Elle est à deux vaisseaux avec coupole sur pendentifs. Elle était, avant 1425, le siège d'un vicariat dont dépendaient plusieurs paroisses des environs ; elle relevait du diocèse de Saintes. Elle a été inscrite monument historique en 1952[42],[43]. Elle possède un bénitier du XVIIe siècle[44].

  • L'église paroissiale Sainte-Madeleine, dans l'ancien bourg de la Magdeleine, date des XVIIe et XIXe siècles[45].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Criteuil, logis de la Mothe

Le logis de la Mothe entouré de ses douves en eau a été reconstruit au XVIIIe siècle[46].

Douze moulins sont cités sur la base Mérimée, tous déjà présents sur la carte de Cassini donc au XVIIIe siècle. Il s'agit de moulins à eau et moulins à vent[47].

La commune possède aussi un très riche patrimoine formé de croix, d'un lavoir, de fermes et de logis[33].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Un sentier de randonnée permet de découvrir le patrimoine et de comprendre l'utilisation rationnelle de l'eau afin de transformer le blé en farine pour la fabrication du pain, aliment de base de la nourriture de nos grands-pères.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Criteuil-la-Magdeleine Blason
D'azur à la fasce componée de gueules et d'or accompagnée de deux loups passants et contournés d'or[48].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. ou Grande Fontaine des Prés de l'Abîme d'après le cadastre.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Criteuil-la-Magdeleine » sur Géoportail (consulté le 21 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le )
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le )
  8. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le )
  9. « Fiche communale de Criteuil-la-Magdeleine », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  10. Sandre, « le Né »
  11. Sandre, « le Collinaud »
  12. [PDF] BRGM, « Syndicat d'alimentation en eau potable de Baignes, captage de Criteuil-la-Madeleine », (consulté le )
  13. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  14. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  15. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Criteuil-la-Magdeleine », sur Géorisques (consulté le )
  22. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  23. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  24. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Criteuil-la-Magdeleine », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  25. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 6
  26. Paul-François-Étienne Cholet (préf. L.Clouzot), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne de Baigne, Niort, L.Clouzot, , 382 p. (lire en ligne), p. 136
  27. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 228.
  29. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 422.
  30. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 202
  31. « Dolmen », notice no IA00042084, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 150
  33. a et b « Criteuil-la-Madeleine », base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  38. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Criteuil-la-Magdeleine (16116) », (consulté le ).
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  40. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le )
  41. Site de l'inspection d'académie
  42. « Église Saint-Macrin-Saint-Jean-Baptiste (notice) », notice no IA00042048, base Mérimée, ministère français de la Culture
  43. « Église Saint-Macrin-Saint-Jean-Baptiste », notice no PA00104352, base Mérimée, ministère français de la Culture
  44. « Criteuil-la-Madeleine », base Palissy, ministère français de la Culture
  45. « Église Sainte-Madeleine », notice no IA00042049, base Mérimée, ministère français de la Culture
  46. « Logis de la Mothe », notice no IA00042004, base Mérimée, ministère français de la Culture
  47. « Moulins », notice no IA00042000, base Mérimée, ministère français de la Culture
  48. « 16116 Criteuil-la-Magdeleine (Charente) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).