Challenge de la ville la plus sportive de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Challenge de la ville la plus sportive de France est un concours organisé par le quotidien sportif L'Auto puis L'Équipe depuis 1937[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le challenge a été créé par Jacques Goddet, alors directeur du journal l'Auto.

Le concours n'a pas été organisé entre 1942 et 1949. Depuis 1979, il arrive fréquemment que plusieurs villes soient déclarées vainqueurs en fonction de la population.

Cholet est la seule ville à avoir remporté trois fois ce challenge (1972, 2007 et 2014) dans la catégorie des villes de plus de 20 000 habitants.

Critères et règlement[modifier | modifier le code]

Les critères sont variés et prennent en compte la population, le nombre de licenciés, les résultats, les installations sportives, les efforts de communication et d'information,…[3]

Une ville élue ne peut plus concourir à nouveau dans les 5 années qui suivent sa consécration[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Année Lauréats
1937 Reims
1938 Strasbourg
1939 Tourcoing
1940 Bordeaux
1941 Asnières-sur-Seine
1942 Viry-Châtillon
1949 Saint-Étienne
1950 Malakoff
1951 Besançon
1952 Mulhouse
1953 Nantes
1954 Valenciennes
1955 Nice
1956 Oran
1957 Saint-Malo
1958 Puteaux
1959 Sélestat
1960 Pithiviers
1961 Lyon
1962 Thionville
1963 Yvetot
1964 Auch
1965 Cognac
1966 Évreux
1967 Vienne
1969 Amiens
1970 Poitiers
1971 Bourg-en-Bresse
1972 Cholet
1973 Villefranche-sur-Saône
1974 Melun
1975 Saint-Nazaire
1976 Salon-de-Provence
1977 Cannes
1978 Moulins
1979 Nevers (+ de 10 000 habs.) et Clouange (- de 10 000 habs.)
1980 Tours (+ de 10 000 habs.) et Salbris (- de 10 000 habs.)
1981 Troyes (+ de 10 000 habs.) et Eybens (- de 10 000 habs.)
1982 Rennes (+ de 10 000 habs.) et Cabries (- de 10 000 habs.)
1983 Sainte-Foy-la-Grande
1985 Angers
1986 Aurillac (+ de 10 000 habs.) et Amilly (- de 10 000 habs.)
1987 Créteil (+ de 10 000 habs.) et Surgères (- de 10 000 habs.)
1988 Istres (+ de 15 000 habs.) et Mende (- de 15 000 habs.)
1989 Brive-la-Gaillarde (+ de 40 000 habs.) et Sablé-sur-Sarthe (- de 40 000 habs.)
1990 Caen (+ de 30 000 habs.) et Gravelines (- de 30 000 habs.)
1991 Nîmes et Épinal (+ de 30 000 habs.), Cognac (- de 30 000 habs.)
1992 Vitrolles (+ de 30 000 habs.) et Blagnac (- de 30 000 habs.)
1993 Dijon (+ de 30 000 habs.) et Fontenay-le-Comte (- de 30 000 habs.)
1995 Castres (+ de 30 000 habs.) et Liffré (- de 30 000 habs.)
1996 Villeneuve-d'Ascq (+ de 30 000 habs.) et La Bresse (- de 30 000 habs.)
1997 Montpellier (+ de 30 000 habs.) et Pontarlier (- de 30 000 habs.)
1998 Toulouse (+ de 30 000 habs.) et Mende (- de 30 000 habs.)
1999 Amiens (+ de 30 000 habs.) et Chenove (- de 30 000 habs.)
2000 Nantes (+ de 100 000 habs.), Istres (de 20 000 à 100 000 habs.) et Ronchin (- de 20 000 habs.)
2001 Mâcon (+ de 20 000 habs.) et Vesoul (- de 20 000 habs.)
2002 Dunkerque (+ de 20 000 habs.) et Oloron-Sainte-Marie (- de 20 000 habs.)
2003 Cannes (+ de 20 000 habs.) et Gonfreville-l'Orcher (- de 20 000 habs.)
2004 Charleville-Mézières (+ de 20 000 habs.) et Gravelines (- de 20 000 habs.)
2005 Troyes (+ de 20 000 habs.) et Saint-Amand-les-Eaux (- de 20 000 habs.)
2006 Beauvais (+ de 20 000 habs.) et Digne-les-Bains (- de 20 000 habs.)
2007 Cholet (+ de 20 000 habs.) et Briançon (- de 20 000 habs.)
2008 Bron[5] (+ de 20 000 habs.) et Tignes et Tulle ex. aequo[5] (- de 20 000 habs.)
2009 Compiègne (+ de 20 000 habs.) et Font-Romeu (- de 20 000 habs.)
2010 Sélestat (- de 20 000 habs.) et Lorient (de 20 000 à 100 000 habs.)[6]
2011 Saint-Quentin (+ de 20 000 habs.)[7] et Cesson-Sévigné (- de 20 000 habs.)[8]
2012 Albi (+ de 20 000 habs.) et Hagetmau (- de 20 000 habs.)
2013 Gap (+ de 20 000 habs.) et Saint-Marcellin (- de 20 000 habs.)
2014 Cholet (+ de 20 000 habs.) et Lannion (- de 20 000 habs.)

Bilan par région[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)[PDF] Le palmarès et un bref historique sur le site de la fédération nationale des offices municipaux du sport
  2. Palmarès sur le site de L'Équipe
  3. L'équipe du 15 juin 2005
  4. (fr) l'Humanité du 4 octobre 2003
  5. a et b (fr) Association des maires de France
  6. « Challenge de la ville la plus sportive - Palmarès », L'Équipe (consulté le 31 mai 2011)
  7. Saint-Quentin élue ville la plus sportive de France dans l'Union du 9 juin 2011
  8. Cesson-Sévigné élue Ville la plus sportive de France (moins de 20 000 habitants) dans Ouest-France du 8 juin 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]