Gourdon (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gourdon
Gourdon (Lot)
La ville et l'église Saint-Pierre.
Blason de Gourdon
Blason
Gourdon (Lot)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
(sous-préfecture)
Arrondissement Gourdon
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Quercy-Bouriane
(siège)
Maire
Mandat
Jean-Marie Courtin (DVC)
2020-2026
Code postal 46300
Code commune 46127
Démographie
Gentilé Gourdonnais
Population
municipale
3 981 hab. (2019 en diminution de 7,76 % par rapport à 2013)
Densité 87 hab./km2
Population
agglomération
4 765 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 13″ nord, 1° 22′ 55″ est
Altitude 263 m
Min. 130 m
Max. 323 m
Superficie 46 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Gourdon
(ville-centre)
Aire d'attraction Gourdon
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Gourdon
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gourdon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gourdon
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Gourdon
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Gourdon
Liens
Site web gourdon.fr

Gourdon (en occitan : Gordon, prononcer : [ɡuɾ'du]) est une commune française située dans le nord-ouest du département du Lot, en région Occitanie. Elle est également dans la Bouriane, une région naturelle sablonneuse et collinaire couverte de forêt avec comme essence principale des châtaigniers.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par le Céou, la Melve, le Bléou, la Marcillande, le ruisseau de Saint-Clair et par divers autres petits cours d'eau. Incluse dans le bassin de la Dordogne, la commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Gourdon est une commune rurale qui compte 3 981 habitants en 2019. Elle est ville-centre de l'unité urbaine de Gourdon et fait partie de l'aire d'attraction de Gourdon. C'est la troisième ville du Lot, derrière Cahors (20 000 habitants) et Figeac (10 000 habitants). Ses habitants sont appelés les Gourdonnais ou Gourdonnaises.

La cité chef-lieu de la commune de Gourdon est construite sur une remarquable colline acropole qui domine le pays environnant, la Bouriane, à plus de vingt kilomètres à la ronde. Elle a porté le donjon ou dominium d'une des plus puissantes familles féodales du Quercy, les Fortaniers de Gourdon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située au centre d'une petite Aire urbaine, entre le causse de Gramat et le Périgord, dans une région sablonneuse nommée la Bouriane, Gourdon est à 45 km de Cahors, 25 km de Sarlat et 75 km de Brive-la-Gaillarde.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Gourdon est traversée par le Bléou, c'est ici que naît la Marcillande et est aussi limitée au sud-est par le Céou.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 4 600 hectares ; son altitude varie de 130 à 323 mètres[2].

La ville est située sur une butte de 286 m dominant les alentours.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Gourdon possède : une gare ferroviaire (Gare de Gourdon) sur la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon, elle était aussi le terminus de l'ancienne ligne de Carsac à Gourdon.

Elle est également accessible par l'autoroute A20.

Climat[modifier | modifier le code]

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1961 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[3]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records GOURDON (46) - alt : 260 m 44° 44′ 42″ N, 1° 23′ 48″ E
Records établis sur la période du 01-02-1961 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 1,8 3,9 6 9,5 12,4 14,3 14,1 11,4 9,2 4,6 2,3 7,6
Température moyenne (°C) 5,2 6,2 9,1 11,5 15,2 18,5 20,9 20,6 17,4 13,9 8,5 5,7 12,8
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,6 14,2 16,9 21 24,6 27,4 27,1 23,5 18,7 12,3 9,2 17,9
Record de froid (°C)
date du record
−19
16.01.1985
−14,2
09.02.12
−12,8
07.03.1971
−4,8
07.04.21
−1,4
08.05.1974
1,8
02.06.1975
5,7
01.07.1972
3,8
30.08.1986
0,6
21.09.1977
−4,7
25.10.03
−9
17.11.07
−13,2
26.12.1962
−19
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
19,9
05.01.1999
25,2
24.02.1990
27,5
21.03.1990
31,3
30.04.05
32,9
30.05.01
40,7
22.06.03
40,7
19.07.1998
41,8
05.08.03
36,8
03.09.05
31,7
03.10.1985
24,5
08.11.15
19,4
08.12.10
41,8
2003
Ensoleillement (h) 100,5 120,7 173,9 178,6 213,7 244,6 262,1 247,4 207,8 146,3 93,2 90,3 2 078,9
Précipitations (mm) 62,5 55,8 60,9 85,1 87,9 79 60 63,6 77,6 78,3 74,6 71,4 856,7
Source : « Fiche 46127001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[4],[5].

La commune fait partie de la zone de transition du bassin de la Dordogne, un territoire d'une superficie de 1 880 258 ha reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en juillet 2012[6],[7].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 1] sont recensées sur la commune[8] : les « Habitats humides et prairies du ruisseau de Saint-Romain » (33 ha), couvrant 2 communes du département[9] et le « pech Peyrou, pech Merlé et Moulin de Lestrou » (201 ha), couvrant 2 communes du département[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gourdon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[11],[I 1],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Gourdon, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[I 2] et 4 765 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gourdon, dont elle est la commune-centre[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (57,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (46,9 %), forêts (36,6 %), prairies (9,7 %), zones urbanisées (6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Gourdon est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[14]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[15].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le Céou, la Marcillande, la Melve et le Bléou. La cartographie des zones inondables en ex-Midi-Pyrénées réalisée dans le cadre du XIe Contrat de plan État-région, visant à informer les citoyens et les décideurs sur le risque d’inondation, est accessible sur le site de la DREAL Occitanie[16]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1989, 1992, 1993, 1996 et 1999[17],[14].

Gourdon est exposée au risque de feu de forêt du fait de la présence sur son territoire du massif Ouest. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies a été approuvé par arrêté préfectoral le pour la période 2015-2025. Les propriétaires doivent ainsi couper les broussailles, les arbustes et les branches basses sur une profondeur de 50 mètres, aux abords des constructions, chantiers, travaux et installations de toute nature, situées à moins de 200 mètres de terrains en nature de bois, forêts, plantations, reboisements, landes ou friches. Le brûlage des déchets issus de l’entretien des parcs et jardins des ménages et des collectivités est interdit. L’écobuage est également interdit, ainsi que les feux de type méchouis et barbecues, à l’exception de ceux prévus dans des installations fixes (non situées sous couvert d'arbres) constituant une dépendance d'habitation[18].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Gourdon.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines), des éboulements, chutes de pierres et de blocs, des glissements de terrain et des tassements différentiels[19]. Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[20].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 98,6 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,7 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 2 262 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 2 220 sont en en aléa moyen ou fort, soit 98 %, à comparer aux 72 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[21],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[20].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1997, 2011, 2017 et 2019 et par des mouvements de terrain en 1999[14].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une infrastructure ferroviaire. Un accident se produisant sur une telle infrastructure est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Gurto, Gordo, Gordiono en 1287[23].

Le nom Gourdon aurait une racine préceltique : gord qui a un sens oronymique, mais pourrait aussi évoquer les Goths et la famille des Gourdon[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Grâce à la permanence de l'administration civile dans le même bâtiment de la place Saint-Pierre depuis le XIIIe siècle, les administrateurs de Gourdon ont pu conserver dans l'hôtel de ville un fonds exceptionnel d'archives municipales (en occitan, latin et ancien français) qui racontent l'histoire de leur cité depuis 1249.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'éperon rocheux qui constitue la butte de Gourdon possède un abri et une grotte occupés au Magdalénien. Des haches en pierres polies ont été retrouvées il y a une cinquantaine d'années par un « fouilleur »[Qui ?]. La région de Gourdon était déjà occupée par les hommes préhistoriques du Paléolithique supérieur (il y a 25 000 ans).

À trois kilomètres de Gourdon se situent les grottes de Cougnac.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le site de Gourdon devint au Moyen Âge un castrum, bâti sur un éperon, avec château fort et remparts circulaires.

Les seigneurs de Gourdon sont mentionnés pour la première fois au IXe siècle dans une charte de 839. Un certain Odolric, d’origine wisigothe, en aurait été le seigneur et serait à l'origine de la puissante famille de Gourdon[25].

Géraud III de Gourdon fut seigneur de Gourdon vers le Xe siècle. Un membre de cette famille, Bertrand de Gourdon, aurait tué Richard Cœur de Lion lors du siège de Châlus.

En 1243[réf. nécessaire], ses habitants s'émancipent en partie de la tutelle seigneuriale par l'octroi d'une charte de coutume. En 1244 la ville reçut une charte de coutumes et fut gouvernée par quatre consuls, confirmée par l'évêque de Cahors et le sénéchal du Quercy[25].

La seigneurie de Gourdon échoit au XIVe siècle aux Cardaillac, puis à Jean d'Armagnac. La ville bourgeoise de Gourdon, prospère et bien administrée par ses consuls, ressent une antipathie croissante contre les seigneurs appauvris de Gourdon, qui s'attachent à quelques privilèges humiliant ou parfois d'exorbitantes brimades. Lou consoulat est fidèle à la lignée des rois de France, en particulier Charles VII et Louis XI, qui les protègent face à de plus en plus improbables retours en force seigneuriaux[26].

En 1316, Jean Ier d'Armagnac, comte de Rodez et futur comte d'Armagnac, devint le seigneur de la ville.[réf. nécessaire]

Gourdon s'illustra durant la guerre de Cent Ans en étant un important centre de résistance aux Anglais. La ville fut occupée par les Anglais. Elle avait alors un château protégé d'épaisses murailles. Sous le règne de Charles VII, ce château fut démoli par les Anglais au moment de leur départ[25].

De 1348 à 1391 - soit durant plus de quarante ans - la ville de Gourdon a été sous la menace constante de bandes de routiers, ayant rallié le camp anglais, installé au château de Costeraste.

Au sortir des temps féodaux, les seigneurs de Gourdon, même s'ils contrôlent les passages du Lot en amont de Cahors, sont tenus en respect par les évêques de Cahors qui contrôlent la navigation fluviale sur le Lot. Les seigneurs de Turenne dominent la vallée de la Dordogne et les maisons de Saint-Sulpice et de Cardaillac accaparent l'Ouest du Quercy.

Fortanier de Gourdon fonde également un relais à mi-distance entre leur domaine de Gourdon et les châteaux de Cénevières et Montbrun : la bastide fortanière ou bastida fortanieta de Gordonio qui devient aussitôt un abri pour les pèlerins de Rocamadour.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Lors des Guerres de religion, en 1562, la ville est prise par les calvinistes[25].

L'évêque de Cahors Antoine Hébrard de Saint-Sulpice fonde à Gourdon, le , la première confrérie des pénitents bleus du Quercy[27].

En mai 1619, Pons de Lauzières-Thémines, maréchal de France et seigneur de Gourdon, prend parti pour Marie de Médicis contre le jeune roi Louis XIII. Aussitôt, montrant une fidélité, à la fois exemplaire et intéressée au roi, sous la direction du duc de Mayenne, les habitants assiègent le château, le rasent et instaurent l'hégémonie définitive des consuls de la ville.

Elle connut son apogée au XVIe siècle grâce à la prospérité des tisserands et des drapiers. Sa population atteignait déjà les 5 000 habitants.

Le constant déclin du Haut-Quercy depuis les Temps modernes ne permet pas d'apercevoir facilement le rayonnement et la vigueur de l'économie gourdonnaise médiévale ou de la Renaissance.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le sous-préfet de Gourdon Jacques Bruneau nommé en fit au printemps 44 transférer l’école de gendarmerie maritime de Toulon à Gourdon qu’il logea au collège moderne de jeunes filles au grand dam de sa directrice madame Faure et de son fils Maurice Faure alors âgé de dix-huit ans (22 ans ?). Ils estimaient que cette réquisition constituait un abus de pouvoir[28]! Son action ne s’arrête pas là : il participe au transfert du 5e escadron du 3e régiment de la garde de Perpignan à Gourdon. Ce réservoir de militaires fut le noyau de la Résistance dans le Lot. Il organise avec André Malraux la Résistance, ordonne la destruction de viaduc de Souillac pour (bien tard le ) retarder le déplacement des troupes allemandes par rails.

Le vers 19 heures, le chef de la milice du Lot ayant habité dans les environs de Gourdon est abattu devant le siège de la Gestapo à Cahors.

Les 28, 29 et , Gourdon est investi par différentes troupes allemandes (11e Panzer division de la Wehrmacht, Das Reich?, Gestapo, Hilfspolizei). 5 personnes furent tuées sur la commune et 22 otages fusillées à Boissières.

Le , la ville de Gourdon reçoit la Croix de Guerre à l’occasion de l’inauguration du monument aux morts avec la citation : "Centre actif de résistance, a formé de nombreux maquis qui ont lutté vaillamment contre l'ennemi. A supporté avec courage de terribles représailles. Restera par ses martyrs un symbole de la Résistance."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt sept[29],[30].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Gourdon de la communauté de communes Quercy-Bouriane et du canton de Gourdon.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2011[31].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Gourdon possède :

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette section est consacrée aux finances locales de Gourdon de 2000 à 2018[Note 4].

Les comparaisons des ratios par habitant sont effectuées avec ceux des communes de 3 500 à 5 000 habitants de 3 500 à 5 000 hab appartenant à un groupement fiscalisé, c'est-à-dire à la même strate fiscale.

Pour l'exercice 2018, le compte administratif du budget municipal de Gourdon s'établit à 6 418 800  en dépenses et 5 462 270  en recettes :

  • les dépenses se répartissent en 4 177 040  de charges de fonctionnement et 2 241 760  d'emplois d'investissement ;
  • les recettes proviennent des 4 348 310  de produits de fonctionnement et de 1 113 960  de ressources d'investissement.

Pour Gourdon en 2018, la section de fonctionnement[Note 5] se répartit en 4 177 040  de charges (939  par habitant) pour 4 348 310  de produits (977  par habitant), soit un solde de la section de fonctionnement de 171 270  (38  par habitant) :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels[Note 6] pour une somme de 2 202 000  (53 %), soit 495  par habitant, ratio supérieur de 12 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (442  par habitant). Sur la période 2014 - 2018, ce ratio fluctue et présente un minimum de 494  par habitant en 2018 et un maximum de 524  par habitant en 2017. Viennent ensuite les groupes des achats et charges externes[Note 7] pour 25 %, des subventions versées[Note 8] pour 8 %, des charges financières[Note 9] pour 7 % et finalement celui des contingents[Note 10] pour des sommes plus faibles ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux[Note 11] pour 2 350 000  (54 %), soit 528  par habitant, ratio supérieur de 19 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (443  par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 501  par habitant en 2017 et un maximum de 623  par habitant en 2015. Viennent ensuite de la dotation globale de fonctionnement (DGF)[Note 12] pour 18 % et des autres impôts[Note 13] pour 8 %.

La dotation globale de fonctionnement est supérieure (12 %) à celle versée en 2017.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Gourdon. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2017 :

La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.

Les emplois d'investissement en 2018 comprenaient par ordre d'importance :

  • des dépenses d'équipement[Note 14] pour un montant de 1 745 000  (78 %), soit 392  par habitant, ratio supérieur de 14 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (344  par habitant). Pour la période allant de 2014 à 2018, ce ratio fluctue et présente un minimum de 110  par habitant en 2015 et un maximum de 392  par habitant en 2018 ;
  • des remboursements d'emprunts[Note 15] pour 424 000  (19 %), soit 95  par habitant, ratio supérieur de 22 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (78  par habitant).

Les ressources en investissement de Gourdon se répartissent principalement en :

  • subventions reçues pour une valeur totale de 780 000  (70 %), soit 175  par habitant, ratio supérieur de 150 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (70  par habitant). Pour la période allant de 2014 à 2018, ce ratio fluctue et présente un minimum de 9  par habitant en 2016 et un maximum de 175  par habitant en 2018 ;
  • fonds de Compensation pour la TVA pour une valeur totale de 59 000  (5 %), soit 13  par habitant, ratio inférieur de 66 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (38  par habitant).
G3a - Évolution des emplois d'investissement pour Gourdon
Valeurs en millier d'euros (k€)
Gourdon, Valeur totale : Point bleu Dépenses d'équipement Point vert Remboursements d'emprunts
G3b - Évolution des ressources d'investissement pour Gourdon
Valeurs en millier d'euros (k€)
Gourdon, Valeur totale : Point rouge Nouvelles dettes Point bleu subventions reçues Point vert Fonds de compensation pour la TVA
T4p - Endettement et capacité d'autofinancement de Gourdon en 2018
Gourdon
(€/hab.)
Strate
(€/hab.)
Encours de la dette 2 273  763  Picto disque bleu : écart fort
annuité de la dette 165  100  Picto disque bleu : écart fort
Capacité d'autofinancement 75  183  Picto disque bleu : écart fort
Écart par rapport à la moyenne de la strate :
Picto disque blanc : écart nul de 0 à 10 % ; Picto cercle bleu : écart moyen de 10 à 30 % ; Picto disque bleu : écart fort supérieur à 30 %

L'endettement de Gourdon au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Note 16], l'annuité de la dette[Note 17] et sa capacité de désendettement[Note 18] :

  • l'encours de la dette pour une valeur de 10 114 000 , soit 2 273  par habitant, ratio supérieur de 198 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (763  par habitant). En partant de 2014 et jusqu'à 2018, ce ratio fluctue et présente un minimum de 1 886  par habitant en 2014 et un maximum de 2 380  par habitant en 2017 ;
  • l'annuité de la dette pour un montant de 735 000 , soit 165  par habitant, ratio supérieur de 65 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (100  par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 126  par habitant en 2014 et un maximum de 1 487  par habitant en 2015 ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour 333 000 , soit 75  par habitant, ratio inférieur de 59 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (183  par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 32  par habitant en 2017 et un maximum de 118  par habitant en 2016. La capacité de désendettement est élevé d'un montant de 30 années en 2018. Sur une période de 19 années, ce ratio présente un minimum en 2000 et un maximum très élevé, de plus de 50 années en 2017.

Les courbes G4a et G4b présentent l'historique des dettes de Gourdon.

G4a - Capacité d'autofinancement et encours total de la dette de Gourdon
Valeurs en euros
Gourdon, Par habitant : Point bleu CAF Point rouge Encours total de la dette
G4b - Nombre d'années pour rembourser la dette en fonction de la CAF de Gourdon
Valeurs en années
Gourdon,  : Point bleu Ratio = Encours de la dette / CAF

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Ibbenbüren (Allemagne) depuis 2001[32].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[34].

En 2019, la commune comptait 3 981 habitants[Note 19], en diminution de 7,76 % par rapport à 2013 (Lot : +0,19 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 8483 7035 5585 6995 1535 3345 3255 0815 060
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 0705 0995 2045 3745 0985 0875 0294 8344 452
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 3514 2604 2934 1294 1354 0774 1353 8963 981
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
4 1574 8034 7284 8994 8514 8824 6694 6034 316
2018 2019 - - - - - - -
3 9853 981-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[37] 1975[37] 1982[37] 1990[37] 1999[37] 2006[38] 2009[39] 2013[40]
Rang de la commune dans le département 3 3 3 3 3 3 3 3
Nombre de communes du département 340 340 340 340 340 340 340 340

Au début du XXe siècle, Gourdon comptait 4260 habitants[41].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gourdon possède plusieurs établissements scolaires :

  • trois établissements de l'enseignement primaire :
    • une école maternelle : école Frescaty (petite, moyenne et grande sections) ;
    • deux écoles élémentaires : école Hivernerie (CP et CE1) et école Daniel-Roques (CE2, CM1 et CM2) ;
  • un établissement (lycée-collège mixte) de l'enseignement secondaire :
    • collège Léo-Ferré (sixième, cinquième, quatrième et troisième + classes SEGPA) ;
    • lycée général et professionnel Léo-Ferré (seconde générale, première (ES, L, S) et terminale (ES, L, S), section des métiers de la mode (MDM), section Bac pro commerce et CAP vente).

Gourdon possède :

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans à la même période, c'est-à-dire entre le 20 et le , la fête de la Saint-Jean est célébrée avec la venue de la fête foraine durant quatre jours (vendredi soir, samedi soir, dimanche soir et lundi soir). Un feu est organisé le samedi soir et un feu d'artifice clôture la fête le lundi soir à minuit.

  • Les Médiévales de Gourdon.
  • Le Festival Happy Days Gospel.
  • Les Actualités Locales au Cinéma, journal d’information locale diffusé au cinéma municipal l'Atalante avant chaque film.
  • Le festival de cinéma Images et résistance.

Santé[modifier | modifier le code]

Gourdon possède :

Sports[modifier | modifier le code]

Le Gourdon XV club de rugby à XV qui évolue dans en Fédérale 3.

Gourdon possède plusieurs infrastructures sportives, notamment un bassin. Le stade Louis-Delpech accueille toutes les rencontres du club de rugby, tandis que le stade du Marché-Vieux hérite du football. Récemment, un complexe sportif a été construit et comprend : un stade de rugby et un stade polyvalent avec terrain de football, piste d'athlétisme, un centre équestre. La ville possède également un dojo où sont pratiqués le judo et le jiu-jitsu.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 2 154 ménages fiscaux[Note 20], regroupant 3 954 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 19 860 [I 7] (20 740  dans le département[I 8]). 43 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 21] (44,9 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 9] 8,9 % 10,4 % 10,6 %
Département[I 10] 7,3 % 8,9 % 9,6 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 2 039 personnes, parmi lesquelles on compte 70,5 % d'actifs (59,9 % ayant un emploi et 10,6 % de chômeurs) et 29,5 % d'inactifs[Note 22],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Gourdon[Carte 3],[I 12]. Elle compte 2 492 emplois en 2018, contre 2 612 en 2013 et 2 789 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 260, soit un indicateur de concentration d'emploi de 197,8 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 41,4 %[I 13].

Sur ces 1 260 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 869 travaillent dans la commune, soit 69 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 78,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,1 % les transports en commun, 14,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 5,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

510 établissements[Note 23] sont implantés à Gourdon au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 24],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 510 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
37 7,3 % (14 %)
Construction 51 10 % (13,9 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
173 33,9 % (29,9 %)
Information et communication 7 1,4 % (1,8 %)
Activités financières et d'assurance 22 4,3 % (2,8 %)
Activités immobilières 19 3,7 % (3,5 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
60 11,8 % (13,5 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
85 16,7 % (12 %)
Autres activités de services 56 11 % (8,7 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 33,9 % du nombre total d'établissements de la commune (173 sur les 510 entreprises implantées à Gourdon), contre 29,9 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[42] :

  • Soc Cleou, hypermarchés (27 282 k€)
  • Querial, fabrication d'aliments pour animaux de ferme (16 017 k€)
  • Godard-Chambon Et Marrel, préparation industrielle de produits à base de viande (15 019 k€)
  • Tinker, commerce de détail de quincaillerie, peintures et verres en grandes surfaces (400 m² et plus) (4 519 k€)
  • Maribon Pneu, commerce de gros d'équipements automobiles (3 335 k€)

L'agriculture et l'agroalimentaire sont les principaux piliers de l'économie de la commune avec le tourisme. Une monnaie locale et citoyenne, le Céou, est utilisée sur le bassin de vie de la bouriane. Cette monnaie, complémentaire de l'euro a pour vocation de dynamiser l'économie locale.

Le Céou est mis en circulation et géré par l'association A.M. I.C Céou[réf. souhaitée].

Des citoyens animent également une Association pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) qui se nomme Consom'acteurs 46[réf. souhaitée].

Le média Vert est animé depuis Gourdon[43].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans la « Bourianne », une petite région agricole occupant une partiede l'ouest du territoire du département du Lot[44]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 25] sur la commune est la combinaisons de granivores (porcins, volailles)[Carte 4].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 136 88 70 54
SAU[Note 26] (ha) 1 578 1 468 1 679 1 674

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 136 lors du recensement agricole de 1988[Note 27] à 88 en 2000 puis à 70 en 2010[46] et enfin à 54 en 2020[Carte 5], soit une baisse de 60 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 60 % de ses exploitations[47],[Carte 6]. La surface agricole utilisée sur la commune est restée relativement stable, passant de 1578 ha en 1988 à 1674 ha en 2020[Carte 7]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 12 à 31 ha[46].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Quelques scènes du film Les Misérables ont été tournées à Gourdon en . La célèbre scène de la charrette, avec Lino Ventura dans le rôle de Valjean/Madelaine, fut tournée place Saint-Pierre sous la direction de Robert Hossein[48].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Dolmen de Costeraste, ce dolmen construit en dalles de grès quartzeux se caractérise par une monumentale table d'environ 40 tonnes (1,20 mètre d'épaisseur pour 4,70 mètres de long et 4 mètres de large) appuyée sur une unique orthostate (2,40 mètres de long pour 1,10 mètre de haut) 44° 42′ 22″ N, 1° 20′ 36″ E.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Le château de Costeraste a été édifié entre 1218 et 1241, reconstruit après la Guerre de Cent Ans et modifié aux XVIIe et XIXe siècles. Constitué d'une tour, d'une salle et d'un logis qui datent du Moyen Age, il présente en façade  un décor militaire unique, daté de 1652, de canons, de boulets et de bouches à feu sculptés. Ce château qui a près de 800 ans d'âge, a été édifié sous la croisade des Albigeois et a connu un propriétaire condamné pour hérésie cathare avant de devenir la base d'opération de compagnies de routiers pendant la guerre de Cent ans. Reconstruit à partir du milieu du XVe siècle, il va voir plusieurs familles grandir – et disparaître -  entre ses murs, les Tustal, les Lalande, les Albareil, les Peyronnenc, les Calvimont, avant d'être vendu comme Bien national en 1796. Scindé et transformé, il retrouvera à partir du milieu du XXe siècle, une famille, les Boudet, pour le sauver et le restaurer. À travers les péripéties de ses propriétaires et l'évolution de son architecture, il est le témoin de tous les événements de l'histoire de France, du Moyen Age jusqu'à nos jours.

La porte de la maison Cavaignac comporte trois panneaux sculptés en ronde bosse Ils représentent le déroulement de la vie selon une transcription des Parques grecques.

Sur le premier, une ondine verse de sa main droite située en hauteur l'eau d'une jarre dans un gobelet tenu de sa main gauche au niveau de sa taille au centre de son corps.

La deuxième toujours son bras droit élevé tient un miroir, un serpent est représenté à proximité, sa main gauche suggérée par son bras sur le bas du panneau.

Le troisième plus grand et situé en dessous des deux autres comporte une Parque qui tient le fléau d'une balance à deux plateaux tenue par sa main droite au niveau de sa bouche, elle semble insuffler la justice, la main gauche plus basse tient le haut d'une croix suggérant la mort. Cette transcription de la Grèce antique de cette porte Renaissance ainsi que la chaire sculptée de l'église Saint-Simon soutenue par Atlas portant le monde sur son épaule évocation des croyances grecques, sculpté par les frères Tournie semble accréditer la thèse qu'elle fut aussi sculptée par Tournie. Les similitudes dans les sculptures sont indéniables. Les panneaux ainsi que la porte elle-même répondent aux canons du nombre d'or. Si la bâtisse constituée de deux pilastres et d'un fronton sont bien du XVIIe siècle, la porte en bois de chêne est bien plus ancienne et comporte dans son esprit l'interprétation des Parques grecques. Sur chaque panneau les Parques ont la main droite située en hauteur, et la main gauche située vers le bas, la main droite est symbole d'espoir alors que la main gauche (sinistre comme disent les Romains) est un symbole de fin de vie, de néant ou de mort sur la terre. En haut de la porte dans les entrelacs de la frise à droite et à gauche se cachent deux yeux. Certains érudits y voient la tempérance, la prudence, la justice et disent pour justifier leur choix que le panneau représentant la force est absent.[réf. nécessaire]

  • La Porte et rue du Majou
  • La carriera principale, jadis animée par les étals des drapiers, qui exportaient jusqu'en Angleterre les draps de chanvre et de lin. C'est bien souvent dans leur corporation que recrutaient les consuls. Les maisons, bien que souvent dénaturées, conservent leur structure caractéristique : rez-de-chaussée commercial, largement ouvert sur l'extérieur par de grandes arcades en arc brisé, étage réservé aux pièces d'habitation.
    • Au no 6 une maison du XIXe siècle, de tradition classique, couronnée d'un étage de mirandes (comble ajouré de petites fenêtres, fréquent dans les villes du Midi).
  • la Maison consulaire. Le bâtiment médiéval a quasiment disparu sous le remaniement de 1627 : adjonction de la tour (prison) et des couverts (piliers modifiés début XXe siècle). Porte à armoiries martelées à la Révolution. Salle médiévale (XIIe – XIIIe siècle) récemment remise à jour dans la maison jouxtante.
  • La place Saint-Pierre, où se tenaient quatre grandes foires annuelles qui étaient « criées » jusqu'à Sarlat, Limoges et Montauban.
  • La Maison du Sénéchal est un remarquable bâtiment élevé à la Renaissance sur un rez-de-chaussée du XIIIe siècle, et attribué dès le XVIe siècle au sénéchal de Gourdon qui y avait son logis et son office. Ancienne maison de chanoine, la Maison du Sénéchal abrite un oratoire décoré de fresques religieuses (début XVIe siècle) : naissance d'Ève, Annonciation, Visitation. Son grand salon possède une cheminée sculptée (1668) ainsi qu'un plafond entièrement peint de paysages et d'animaux fabuleux à la mode italienne (XVIe siècle).
  • L'Hôtel de la sous-préfecture, ce bâtiment néo-classique à fronton triangulaire a été édifié en 1905 sur le tour de ville (boulevard Aristide-Briand). Il remplace l'ancien tribunal installé sous l'Empire au même endroit, dans l'ancienne maison des Ursulines qui brûla accidentellement au début du XXe siècle.
  • L'hôpital Jean-Coulon : édifié en 1937 grâce au financement obtenu par le docteur Jean Coulon, à l'époque maire de Gourdon, l'hôpital ouvre ses services dans le quartier historique des hospitaliers du Moyen Âge, en sortie sud de la ville. Le sobre bâtiment originel a pu être agrandi par l'arrière, tout en conservant son imposante façade à avant-corps et sa cour d'honneur.

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre a été classé au titre des monuments historiques en 1906[50]. Plusieurs objets sont référencer dans la base Palissy[50]. a été construite de 1304 à 1510 sur la base d'une ancienne église romane ruinée à la fin du XIIIe siècle, elle domine la butte et la ville de Gourdon. Ses caractères dépouillés la rattachent à l'école gothique languedocienne. Sa nef et sa tour sud furent achevées par l'architecte médiéval Jean Deschamps. Longueur de la nef : 41 m, largeur : 11,60 m, hauteur de la voûte : 21 m, hauteur des tours : 35 m. Elle était autrefois une dépendance de l'abbaye du Vigan[51].
Gravement dégradée le lors de l'invasion des troupes protestantes du capitaine Duras, l'église Saint-Pierre fut restaurée à partir de 1608. En 1987 l'église Saint-Pierre a retrouvé ses orgues aménagées en 1887 par les frères Stoltz dans un beau buffet baroque à 5 tourelles et 4 plates-faces en chêne[52], et relevé par Pierre VIALLE, facteur d’orgues (1979-1987). Il est situé sous la superbe rosace XVe du jugement dernier, et comporte deux claviers et pédalier de GADEAULT (1841)[53]
Elle présente de nos jours une décoration intérieure florissante laissée par l'époque baroque puis par la Restauration
De grands panneaux de bois doré polychrome réalisés par les sculpteurs Tournié (1669), consacrés à la vie de Jésus-Christ et de la Vierge Marie ;
L'Antependium (école des Sculpteurs Tournié, fin XVIIe siècle) représentant le sacerdoce de Melchisédek ;
Le Chemin de Croix en ronde-bosse de style classique ;
L'autel du Saint-Sacrement décoré par le peintre Barbieri (1833) et restauré en 2005-2006 ;
La chaire à prêcher d'époque Restauration.
  • La chapelle Notre-Dame du Majou est située à l'emplacement supposé d'un oratoire ruiné en 1562, elle avait été édifiée dans la seconde moitié du XVIIe siècle, après le démantèlement des défenses de la porte. Clocheton néo-gothique du XIXe siècle. Le mobilier est attribué à l'atelier des Tournié : devant l'autel en bois doré, représentant la Naissance de la Vierge ; panneaux sculptés aux effigies de sainte Anne et saint Luc.
L'église des Cordeliers.
Elle fut édifiée entre 1251 et 1287 par les Franciscains, avec l'appui des jeunes seigneurs de Gourdon Gisbert de Thémines et Hélène de Salviac.
Elle présente un exemple admirable de l'harmonie monastique inspirée par l'esprit gothique. La première travée de la nef s'orne d'un important baptistère monolithique en grès, du XVe siècle, classé Monument historique, provenant d'une autre église, figurant le Christ en majesté entouré des douze Apôtres.
Le clocher primitif était un simple mur dans lequel pendait une cloche. Mais les paroissiens, désireux sans doute de concurrencer Saint-Pierre, prétendirent qu'ils ne l'entendaient pas sonner. On bâtit donc, en 1895, le clocher actuel pour la somme de 10 500 francs.
Désaffectée, elle sert de salle d'exposition (salon des Antiquaires, salon du Livre ancien…) et de concert.
construite à la fin du XIIe siècle, la chapelle Notre-Dame-des-Neiges est un lieu de pèlerinage si important en Bouriane qu'elle est reconstruite et agrandie en 1646 par le chapitre du Vigan[58]. Elle s'orne d'un retable baroque réalisé en 1690 par les sculpteurs Tournié de Gourdon.
Façade de l'église Saint-Siméon-le-Stylite sur la place Jean-Jacques Chapou.
  • L'église Saint-Siméon-le-Stylite, ou Saint-Siméon-de-la-Capelle : ancien oratoire de l'hôpital du faubourg de la Capelle est un édifice entièrement reconstruit au début du XXe siècle (vaisseau néo-roman, façade classique) mais elle conserve un beau campanile du XVIIe siècle.
Depuis la Terreur, l'église Saint-Siméon abrite la chaire à prêcher de l'église Notre-Dame-des-Cordeliers : cette chaire en noyer du XVIIe siècle classée Monument historique est l'œuvre des sculpteurs gourdonnais Tournié. Posée sur l'épaule d'Hercule agenouillé, elle figure les principaux mystères de la vie de saint François d'Assise.
Chapelle de la Maladrerie.
  • La chapelle de la Maladrerie se trouve à l'embranchement des routes de Cahors et de Salviac. Cette humble chapelle est un ancien oratoire d'une léproserie ou maladrerie qui a été fondée au XIIIe siècle. Les Consuls de la ville ont interdit tout contact entre les lépreux et la population saine pour éviter la contagion de la maladie. En 1313, un lépreux, Étienne Estèves est condamné à être brûlé vif pour avoir eu des relations sexuelles avec une femme bien portante. La léproserie traverse la guerre de Cent Ans et les guerres de religion. La régression de la lèpre au XVIIe siècle a amené les Consuls de la ville de réunir ses biens avec l'hôpital voisin dont ils étaient devenus les patrons après avoir remplacé les chanoines du Vigan. À la Révolution, les biens de la maladrerie sont vendus comme biens nationaux et achetés par J.-B. Delcamp. Sous l'Empire, la famille Delcamp obtient de la préfecture du Lot de faire de la chapelle, dédiée à la Vierge, le lieu de sépulture de la famille.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Gourdon possède :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Georges-Émile Lebacq, Cougnac (1945), œuvre non localisée. Entrée de la propriété dites de « la Montagne » ou des « Chênes Verts » sous laquelle se trouvent les grottes de Cougnac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gourdon Blason
Le blasonnement en est : « De gueules, à cinq gourdes d'or posées en sautoir. »[25]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Gourdon
D'azur au château de trois tours d'argent, maçonné de sable, sur un rocher de sept coupeaux de sinople, accompagné à dextre du chef d'une étoile d'or[60].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Cette section est réalisée à partir des données des données du site https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/comptes-individuels-des-communes-fichier-global du ministère de l'Économie et des Finances. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 3.0.0 : Yin Yang Sigma a effectué la synthèse des tableaux du site https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/comptes-individuels-des-communes-fichier-global concernant Gourdon. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3.
  5. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune. Y figure aussi le remboursement des intérêts des emprunts. Elle enregistre également les recettes fiscales, les dotations et participations de l’État ainsi que les recettes d’exploitation des services municipaux.
  6. Les « charges de personnel » regroupent les frais de rémunération des employés par la commune.
  7. Le poste « achats et charges externes » regroupe les achats non stockés de matières et fournitures (eau, énergie...), le petit matériel, les achats de crédits-bails, les locations, primes d'assurances...
  8. Les « subventions versées » rassemblent l'ensemble des subventions à des associations votées par le conseil municipal.
  9. Les « charges financières » correspondent à la rémunération des ressources d'emprunt.
  10. Les « contingents » représentent des participations obligatoires d'une commune au financement de services départementaux, notamment aux sapeurs-pompiers du département.
  11. Les « impôts locaux » désignent les impôts prélevés par les collectivités territoriales comme les communes pour alimenter leur budget. Ils regroupent les impôts fonciers, la taxe d'habitation ou encore, pour les entreprises, les cotisations foncières ou sur la valeur ajoutée.
  12. Les « dotations globales de fonctionnement » désignent, en France, des concours financiers de l'État au budget des collectivités territoriales.
  13. Les « autres impôts » couvrent certains impôts et taxes autres que les impôts locaux.
  14. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  15. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  16. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée
  17. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année
  18. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dettecapacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Gourdon.
  19. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  20. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  21. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  22. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  23. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  24. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  25. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  26. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  27. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[45].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Gourdon » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Gourdon » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Lot » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Gourdon » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Lot » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Gourdon » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Gourdon » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Lot » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Fiche du Poste 46127001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  4. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  5. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  6. « Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne », sur mab-france.org (consulté le )
  7. « Bassin de la Dordogne - zone de transition - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Liste des ZNIEFF de la commune de Gourdon », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF les « Habitats humides et prairies du ruisseau de Saint-Romain » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF le « pech Peyrou, pech Merlé et Moulin de Lestrou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Gourdon », sur Géorisques (consulté le )
  15. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  16. DREAL Occitanie, « CIZI », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  17. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Lot », sur www.lot.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  18. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Lot », sur www.lot.gouv.fr (consulté le )
  19. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Lot », sur www.lot.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  20. a et b « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Gourdon », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  21. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  22. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Lot », sur www.lot.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  23. Jean-Maire Cassagne - Villes et Villages en pays lotois, page 128.
  24. Gaston Bazalgues et Jacqueline Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy et des communes du Lot : Toponymie lotoise, Aubenas, Gourdon : Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 133 p. (ISBN 2-910540-16-2, BNF 40220401), p. 112.
  25. a b c d et e Victor Adolphe Malte-Brun et Auguste-Henri Dufour, La France illustrée : Lot : Géographie - Histoire - Statistique - Administration, G. Barba, puis Les éditions du Bastion, (réimpr. 1885, 1980), 58 p., p. 36-37.
  26. Lettres de Louis XI, en avril 1462 (1461 avant Pâques) (lire en ligne).
  27. Yves Lasfargues, « Recherches sur les retables du Lot », dans Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, tome 87, octobre-décembre 1966, p. 178 (lire en ligne)
  28. Jacques Bruneau : Les tribulations d’un gaulliste en Gaule page 80
  29. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  30. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le ).
  31. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Gourdon, consultée le 26 octobre 2017
  32. Site du jumelage
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  37. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  41. Le Lot chapitre Chemins de fer p. 191 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 2-7455-0049-X).
  42. « Entreprises à Gourdon », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  43. « « vert.eco », un média indépendant sur l'écologie fabriqué depuis le Lot », sur actu.fr (consulté le )
  44. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  45. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  46. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Gourdon - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  47. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département du Lot » (consulté le ).
  48. « Lino Ventura fut un "misérable" du Lot », La Dépêche du Midi,‎ .
  49. Maison Cavaignac : classement monument historique : façade par arrêté du 16 mai 1929 ; porte par décret du 4 mars 1932 [1]
  50. a et b « Église Saint-Pierre à Gourdon (46) », notice no PA00095101, base Mérimée, ministère français de la Culture
  51. a et b Catherine Legros - Gourdon-en-Quercy. Église des Cordeliers et église Saint-Pierre - p. 307-324, dans Congrès archéologique de France. 147e session. Quercy. 1989 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1993
  52. Site Les Orgues de l'église Saint-Pierre de Gourdon en Quercy
  53. Mairie de Gourdon, « Les orgues de l'église Saint-Pierre de Gourdon - Commune de Gourdon, Lot », sur www.gourdon.fr (consulté le ).
  54. Église Notre-Dame des Cordeliers : classement monument historique 1929/10/03 [2]
  55. a et b « Eglise des Cordeliers », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  56. a b et c « Chapelle Notre-Dame-des-Neiges », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  57. Notre-Dame des Neiges, classement 1973/10/04 : Portail principal avec ses vantaux [3]
  58. Site Le pèlerinage de Notre-Dame des Neiges en Quercy
  59. « Église paroissiale Saint-Romain », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  60. « La banque du blason2 - Tous vos sujets d'art! », sur La banque du blason2 (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Loiseleur des Longchamps, Les fortifications médiévales dans le canton de Gourdon, Mémoire de Maîtrise. Université de Toulouse - Le Mirail, 1994.
  • Roger Bulit, Gourdon en Quercy cité médiévale. Ses origines, son château et ses seigneurs, ses monuments, Les éditions de la Bouriane, Gourdon, 1984, 73 p.
  • Roger Bulit, Le château de Gourdon. Xe - XVIIe siècles, dans Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, Cahors, 1931, tome 52, 53 p. (lire en ligne)
  • Chanoine Edmond Albe, Les Institutions religieuses de Gourdon (des origines à la Révolution), Imprimerie du Gourdonnais, 1926, 115 p.
  • J.-G. Astruc, Carte géologique de la France à 1/50 000 - Gourdon, Éditions du BRGM Service géologique national, Orléans, 1990, (ISBN 2-7159-1832-1) (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]