Saint-Vincent-le-Paluel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.

Saint-Vincent-le-Paluel
Saint-Vincent-le-Paluel
La mairie et l'église de Saint-Vincent-le-Paluel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Sarlat-la-Canéda
Intercommunalité Communauté de communes Sarlat-Périgord noir
Maire
Mandat
Jeannine Nicolas
2014-2020
Code postal 24200
Code commune 24512
Démographie
Population
municipale
267 hab. (2015 en diminution de 0,74 % par rapport à 2010)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 34″ nord, 1° 17′ 12″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 247 m
Superficie 6,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Vincent-le-Paluel

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Vincent-le-Paluel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-le-Paluel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-le-Paluel

Saint-Vincent-le-Paluel est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comprise dans l'aire urbaine de Sarlat-la-Canéda, la commune de Saint-Vincent-le-Paluel se trouve en Périgord noir, dans le quart sud-est du département de la Dordogne. C'est une commune rurale limitrophe de Sarlat-la-Canéda.

Elle est traversée par l’Énéa, dont la vallée est un site inscrit[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Vincent-le-Paluel
Sainte-Nathalène
Sarlat-la-Canéda Saint-Vincent-le-Paluel Prats-de-Carlux
Carsac-Aillac Calviac-en-Périgord

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Sent Vincenç de Palüèl[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation humaine est très ancienne et Le Bulletin archéologique du Périgord Tome IX page 313 mentionne des fouilles faites en 1878 avec la découverte d'objets préhistoriques (flèches) au voisinage de l'église. M. Jouannet signale la découverte d'une cuve en marbre prise pour un bain romain, alors que d'autres estiment qu'il pourrait s'agir d'une cuve servant au baptême par immersion.

Le bourg de Saint-Vincent-le-Paluel comporte une église du XIIe siècle qui figure parmi celles données en 1142 à saint Cybard, évêque d'Angoulême, par Geoffroy, évêque de Périgueux.

Le manoir du XIIIe siècle a été construit par Marguerite de Turenne, veuve de Renaud de Pons. Lors de l'attaque du château par les Anglais en 1369, l'église a été incendiée.

Le château de Paluel du XIVe siècle, situé deux kilomètres en aval sur un promontoire, fut brûlé par les nazis en juin 1944. Il servit toutefois de cadre au tournage du film Le Tatoué avec Jean Gabin et Louis de Funès — sous le nom de château de Montignac[3] —, ainsi qu'à d'autres extraits de longs métrages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
15 mai 1892 30 novembre 1919 Louis de Croÿ    
         
1989 juin 2008 Édouard Meyssignac[Note 1] SE Retraité
août 2008[4] (réélue en mars 2014) en cours Jeannine Nicolas SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2015, la commune comptait 267 habitants[Note 2], en diminution de 0,74 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266268277289321331368373388
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
402381301293332327355313312
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
266228216186187193174151132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
123114109121151207246251262
2015 - - - - - - - -
267--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

De par son appartenance à la communauté de communes du Sarladais et de sa proximité immédiate avec Sarlat, Saint-Vincent-le-Paluel bénéficie des infrastructures d’une ville de 10 000 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[9], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 147 personnes, soit 56,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (douze) a augmenté par rapport à 2007 (six) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 8,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte seize établissements[10], dont sept au niveau des commerces, transports ou services, trois dans l'industrie, trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, deux dans la construction, et un dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Paluel, XVe siècle, inscrit en 1927 au titre des monuments historiques[12]. Propriété du Prince de Croÿ, puis du Pr Lassner. En 1944, le château a été brûlé par les Allemands et laissé à la ruine. En 2010, le château est racheté et en 2011 des travaux de rénovation débutent[13].
  • L'église Saint-Vincent, du XIIe siècle est une église romane à clocher-mur, inscrite depuis 1946 au titre des monuments historiques[14].. Elle a la forme d'une croix latine et mesure 18 mètres sur 5, non compris les chapelles dont l'une est effondrée, l'ouverture sur la nef étant fermée par une maçonnerie faite avec les pierres d'origine. L'inscription sur la cloche de 1815 donne saint Barthélemy comme patron de l'église, alors que le titulaire est saint Vincent, martyr (fêté le 22 janvier). Ils sont tous les deux représentés sur le retable en bois sculpté de l'autel.
  • Le manoir de Saint Vincent, édifice du XVe siècle au sud de l'église qui remplaça un château du XIIIe siècle construit par Marguerite de Turenne, veuve de Renaud de Pons, et qui fut détruit par les Anglais. En 2015, il appartient à un propriétaire privé et est en restauration.
  • La cabane en pierre sèche de Malevergne est également inscrite depuis 1991 au titre des monuments historiques[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Lassner, (1913-2007), médecin français d'origine autrichienne pionnier de l’anesthésie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en fonctions.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vallée de l'Énéa sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 17 mars 2011.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 9 avril 2014.
  3. Photographies du château de Paluel
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 1er septembre 2014.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 6 décembre 2015.
  10. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 6 décembre 2015).
  11. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 6 décembre 2015.
  12. « Château de Paluel », notice no PA00082908, base Mérimée, ministère français de la Culture consultée le 12 août 2014.
  13. (en) Kevin Cartledge, propriétaire supposé du château, « Château le Paluel », sur wikiwix.com, (consulté le 15 mars 2018).
  14. « Église Saint-Vincent », notice no PA00082909, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 août 2014.
  15. « Cabane en pierre sèche de Malevergne », notice no PA00083094, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 12 août 2014.