Taulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Taulis
Taulis
Église paroissiale Saint-Jean l'Évangéliste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Vallespir
Maire
Mandat
Martine Mauguin
2020-2026
Code postal 66110
Code commune 66203
Démographie
Gentilé Taulisiens
Population
municipale
55 hab. (2018 en augmentation de 10 % par rapport à 2013)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 31′ 29″ nord, 2° 38′ 00″ est
Altitude Min. 340 m
Max. 1 360 m
Superficie 6,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amélie-les-Bains-Palalda
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Canigou
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Taulis
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Taulis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Taulis
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Taulis

Taulis Écouter est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Taulis se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 29 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, à 11 km de Céret[3], sous-préfecture, et à 6 km d'Amélie-les-Bains-Palalda[4], bureau centralisateur du canton du Canigou dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie d'Amélie-les-Bains-Palalda[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[5] : Saint-Marsal (1,8 km), Taillet (3,3 km), Prunet-et-Belpuig (4,3 km), La Bastide (4,4 km), Calmeilles (4,6 km), Montbolo (4,7 km), Oms (5,7 km), Amélie-les-Bains-Palalda (6,3 km).

Sur le plan historique et culturel, Taulis fait partie du Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret[6].

Communes limitrophes de Taulis[7]
Saint-Marsal
Corsavy Taulis[7]
Montbolo
Situation de la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[8].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 2] est recensée sur la commune[9] : le « massif des Aspres » (28 819 ha), couvrant 37 communes du département[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Taulis est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amélie-les-Bains-Palalda, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (85,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (81,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73,5 %), zones agricoles hétérogènes (14,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,9 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 535 du réseau régional liO relie la commune à Amélie-les-Bains depuis La Bastide.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes du nom

Le nom apparaît en 853 sous la forme de Teulicius. On rencontre ensuite Tevolici et Teulicii au Xe siècle, Tevolici et Teuliz au XIe siècle, Tevolii au XIIe siècle et enfin Taulis en 1395[17].

De nos jours, en catalan, le nom de la commune est Teulís[18].

Étymologie

En catalan, le mot teulís désigne des petites tuiles ou des tessons. Il provient du latin tegula, tuile, ayant donné teguliciu, couvert de tuiles, devenu tewuliciu à l'époque romane puis teulís à la fin du Moyen Âge. Le mot a ensuite servi à désigner une ferme couverte de tuileaux ou petites tuiles[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Taulis apparait pour la première fois dans les écrits en 853, et l'église de Taulis en 1271.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Taulis est incluse dans le nouveau canton d'Arles-sur-Tech, qu'elle ne quitte plus par la suite[19].

À compter des élections départementales de 2015, la commune de Taulis rejoint le nouveau canton du Canigou.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014[20] Jean-Louis Portanier    
2014[21] En cours
(au 30 avril 2014)
Nadia Melkowski    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709 1720 1730
10 f9 f3 f7 f9 f12 f22 f16 f29 f
1767 1774 1789 1790 - - - - -
156 H37 f33 f139 H-----
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Notes :

  • 1365 : comptée avec Montauriol, 10 f pour Crouanques ;
  • 1378 : comptée avec Montauriol, 9 f pour Crouanques ;
  • 1470 : pour Taulis et Crouanques ;
  • 1515 : pour Crouanques ;
  • 1553, 1643, 1774 et 1789 : pour Taulis et Crouanques.

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2018, la commune comptait 55 habitants[Note 5], en augmentation de 10 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
142193185219270249210210235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
227205200205174167195178155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
14114514213812597948979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
925163648445505150
2017 2018 - - - - - - -
5255-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[26] 1975[26] 1982[26] 1990[26] 1999[26] 2006[27] 2009[28] 2013[29]
Rang de la commune dans le département 209 183 179 177 203 207 206 207
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête locale : 3e dimanche d'octobre[30].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

La Grande Rue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Taulis », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Taulis et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Taulis et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Taulis et Amélie-les-Bains-Palalda », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Taulis », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 227-228.
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées ign
  8. « Plan séisme » (consulté le ).
  9. « Liste des ZNIEFF de la commune de Taulis », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF le « massif des Aspres » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amélie-les-Bains-Palalda », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. a et b Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p..
  18. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  19. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  20. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  21. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. jeantosti.com