Canton de Latour-de-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Latour-de-France
Canton de Latour-de-France
Situation du canton de Latour-de-France dans le département de Pyrénées-Orientales.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement(s) Arrondissement de Perpignan
Chef-lieu Latour-de-France
Conseiller général Guy Ilary
2008-2015
Code canton 66 04
Démographie
Population 5 200 hab. (2012)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Superficie 173,98 km2
Subdivisions
Communes 10

Le canton de Latour-de-France est une division administrative française, située dans le département des Pyrénées-Orientales et la région Languedoc-Roussillon.

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Latour-de-France groupe 10 communes :

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Latour-de-France
(chef-lieu)
66096 CC Agly-Fenouillèdes 13,94 1 048 (2014) 75
Bélesta 66019 CC de Roussillon Conflent 20,52 232 (2014) 11
Caramany 66039 CC Agly-Fenouillèdes 14,00 150 (2014) 11
Cassagnes 66042 CA Perpignan Méditerranée 15,16 260 (2014) 17
Estagel 66071 CA Perpignan Méditerranée 20,83 2 053 (2014) 99
Lansac 66092 CC Agly-Fenouillèdes 5,20 103 (2014) 20
Montner 66118 CA Perpignan Méditerranée 10,98 328 (2014) 30
Planèzes 66143 CC Agly-Fenouillèdes 6,16 109 (2014) 18
Rasiguères 66158 CC Agly-Fenouillèdes 13,72 166 (2014) 12
Tautavel 66205 CA Perpignan Méditerranée 53,47 879 (2014) 16

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton de La Tour existe dès 1790. À partir de 1801, il est nommé canton de Latour ou canton de Latour-de-France[1].

Le canton d'Estagel est supprimé en 1801. Les communes d'Estagel, Montner et Tautavel sont intégrées au cantour de Latour[1].

Le , la commune de Montalba-le-Château passe du canton de Latour-de-France au canton de Vinça. Par la même occasion elle passe alors de l'arrondissement de Perpignan à l'arrondissement de Prades[1].

Conseillers généraux[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1842 Grégoire Gironne Propriétaire à Latour
1842 1843 Jacques Méric Banquier
1843 1848 Bruno Magloire de Lafabrègue Avocat à Perpignan
1848 1852 Clément Ducruc Inspecteur des écoles primaires à Perpignan
Maire d'Estagel (1825-1830)
1852 1863
(décès)
Jean Jacques Pierre Napoléon
Lloubès[2]
Maire de Perpignan (1848-1852)
1864 1880
(décès)
Justin Massot Républicain Docteur en médecine à Perpignan
1880 1881 Théophile Julia[3]
(1828-1894)
Républicain Médecin-major de 2ème classe
1881[4] 1886 Eugène Ramon Républicain
1886 1892
(démission)[5]
Joseph Triquéra
(1827-1895)
Républicain Négociant à Estagel
1892[6] 1898
(décès)[7]
Philippe Morat Républicain Maire d'Estagel (1896-1899)
1899[8] 1903
(décès)
Joseph Durand Rad.
1904 1904 Elie Delcros Rad. Avocat - Sénateur (1897-1904)
Maire de Perpignan (1890-1892)
1904 1928 Joseph Soubielle Socialiste
puis SFIO
Cultivateur - Maire d'Estagel (1904-1935)
1928 1940 Hippolyte Marty Rad.
(Camille Pelletan)
Négociant en vins
Maire de Latour-de-France
1945 1951 Marcel Barrère PCF Agriculteur
1951 1964 Arthur Conte SFIO puis RGRIF Député (1951-1962 ; 1968-1973)
1964 1976 Émile Montagné SFIO puis PS Maire d'Estagel (1959-1976)
1976 2008 Antoine Sarda PCF Maire d'Estagel
(1976-2001)
2008 2015 Guy Ilary SE Maire de Tautavel
Les données manquantes sont à compléter.

Historique des élections[modifier | modifier le code]

Élection de 2008[modifier | modifier le code]

Les élections cantonales de 2008 ont eu lieu les dimanches 9 et 16 mars 2008.

2e tour de l'élection de 2008
Candidat Parti % Voix
Guy Ilary SE 52,20 % 1757
Raymond Manchon PCF 47,80 % 1609

Abstention : 15,41 % au premier tour ; 14,50 % au second tour.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
5 9805 8465 0894 9874 7714 8435 0745 2135 200
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[9] puis population municipale à partir de 2006[10])
Histogramme de l'évolution démographique

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]