Arles-sur-Tech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arles-sur-Tech
Arles-sur-Tech
Vue aérienne d'Arles-sur-Tech.
Blason de Arles-sur-Tech
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Vallespir
(siège)
Maire
Mandat
David Planas
2020-2026
Code postal 66150
Code commune 66009
Démographie
Gentilé Arlésiens
Population
municipale
2 698 hab. (2018 en augmentation de 0,41 % par rapport à 2013)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 27′ 27″ nord, 2° 38′ 04″ est
Altitude Min. 226 m
Max. 1 302 m
Superficie 28,82 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Amélie-les-Bains-Palalda
(banlieue)
Aire d'attraction Amélie-les-Bains-Palalda
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton du Canigou
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Arles-sur-Tech
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Arles-sur-Tech
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arles-sur-Tech
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arles-sur-Tech
Liens
Site web http://www.ville-arles-sur-tech.fr

Arles-sur-Tech [aʁl syʁ tɛk] Écouter est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Cette petite ville ancienne, bâtie autour d'une abbaye bénédictine fondée au VIIIe siècle, a connu une certaine activité industrielle (exploitation de mines de fer de Batère, usine de tissages catalans, scieries, biscuiteries).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Arles-sur-Tech se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 34 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, à 10 km de Céret[3], sous-préfecture, et à 4 km d'Amélie-les-Bains-Palalda[4], bureau centralisateur du canton du Canigou dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie d'Amélie-les-Bains-Palalda[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[5] : Montbolo (3,6 km), Amélie-les-Bains-Palalda (3,7 km), Corsavy (4,6 km), Montferrer (5,9 km), Reynès (6,4 km), Taulis (7,4 km), Saint-Laurent-de-Cerdans (8,1 km), Taillet (8,4 km).

Sur le plan historique et culturel, Arles-sur-Tech fait partie du Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret[6].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Situation de la commune (en vert) relativement au département.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 882 hectares. L'altitude d'Arles-sur-Tech varie entre 226 mètres au niveau du Tech et 1 302 mètres[8]. Le centre urbanisé est à une altitude de 290 m[9].

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[10].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Arles se trouve sur une boucle du Tech et sur la confluence du Riuferrer.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 920 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 4,5 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Amelie-les-Bains », sur la commune d'Amélie-les-Bains-Palalda, mise en service en 1977[16]et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[17],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 15,6 °C et la hauteur de précipitations de 889,6 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924 et à 34 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[20], à 15,7 °C pour 1981-2010[21], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « le Tech »[24], d'une superficie de 1 467 ha, héberge le Barbeau méridional qui présente une très grande variabilité génétique dans tout le bassin versant du Tech. Le haut du bassin est en outre colonisé par le Desman des Pyrénées[25].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte de la ZNIEFF de type 2 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 5] est recensée sur la commune[26] : « le Vallespir » (47 344 ha), couvrant 18 communes du département[27].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Arles-sur-Tech est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[28],[29],[30]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Amélie-les-Bains-Palalda, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[31] et 6 165 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[32],[33].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amélie-les-Bains-Palalda, dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[34],[35].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (84,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (83,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (72,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (12,7 %), zones agricoles hétérogènes (7,9 %), zones urbanisées (6,5 %), prairies (0,9 %)[36].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'essentiel des zones urbanisées sont concentrées le long du Tech. On rencontre, de l'amont vers l'aval, le hameau de Can Partère, Arles-sur-Tech, El Calciner et enfin Alzine Rodone[7].

Logement[modifier | modifier le code]

Arles-sur-Tech comprend en 2009 1 642 logements, parmi lesquels 76,4 % sont des résidences principales, 11,6 % sont des résidences secondaires et 12 % sont vacants. 65,1 % des ménages sont propriétaires de leur logement[37].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Commune située sur la RD 115 en Vallespir sur le Tech à environ 10 km de Céret et 43 km de Perpignan. Arles sur Tech était en plus dotée d'un chemin de fer à vapeur reliant Elne à Arles et d'un petit train électrique appelé tramway du vallespir. Il reliait Arles à Prats-de-Mollo avec une bifurcation vers Saint-Laurent-de-Cerdans. La voie a été en partie détruite par l'Aiguat de 1940 mais il reste encore plusieurs vestiges (viaducs sur le Tech, gares et terminus).

Trois lignes du réseau régional liO desservent la commune en direction de la gare de Perpignan : la 530 (depuis la gare routière de la commune), la 531 (depuis Prats-de-Mollo-la Preste), et la 532 (depuis Coustouges).

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Arles. Arles de Tec est parfois utilisé mais déconseillé, car de Tec est un gallicisme utilisé pour différencier cette commune d'Arles, en Provence[38].

Le nom d'Arles (Arulas en 934) viendrait peut-être des racines Ar et El, désignant une vallée se transformant en plaine et la présence d'une rivière dans cette même vallée[39].

Le vrai centre d'Arles se trouvait initialement aux Bains d'Arles (Amélie-les-Bains de nos jours). Arles-sur-Tech est alors citée en 934 après que les moines eurent déménagé pour y construire leur nouveau monastère (cenobium Sancte Marie Arulas, in Valle Asperi, super alveo Techo)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts, sculpture de Manolo Hugué.

À la suite de la destruction de la première abbaye par les Normands (vers 858-868) et malgré plusieurs tentatives de reconstruction, les moines finissent par quitter le site des thermes romains (aujourd'hui Amélie-les-Bains) à l'initiative de Suniefred (abbé de 880 à 891) pour le site actuel d'Arles, sur les bords du Tech. On trouve mention du nouveau monastère dédié à Sainte Marie dès 934 (cenobium Sancte Marie Arulas, in Valle Asperi, super alveo Techo)[9].

La commune de Fontanils est rattachée à Arles-sur-Tech le [40].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

Le canton d'Arles-sur-Tech est créé en 1790 avec Arles pour chef-lieu[40]. Depuis les élections ayant suivi la réforme de 2014, la commune fait partie du canton du Canigou, perdant de fait son statut de chef-lieu de canton, le bureau centralisateur de la nouvelle subdivision étant Amélie-les-Bains-Palalda.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002 82,21 % Jacques Chirac RPR 17,79 % Jean-Marie Le Pen FN 79,71 % [41]
2007 45,08 % Nicolas Sarkozy UMP 54,92 % Ségolène Royal PS 82,88 % [42]
2012 65,35 % François Hollande PS 34,65 % Nicolas Sarkozy UMP 80,27 % [43]
2017 % Emmanuel Macron EM % Marine Le Pen FN % [44]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Arles-sur-Tech est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
Avant 2010, Arles-sur-Tech est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
2002 61,95 % Henri Sicre PS 38,05 % Myriam Granat UMP 59,33 % [45]
2007 43,50 % Jacqueline Irles UMP 56,50 % Pierre Aylagas Divers gauche 65,32 % [46]
Après 2010, Arles-sur-Tech est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats de .
2012 68,59 % Pierre Aylagas PS 31,41 % Jacqueline Irles UMP 56,76 % [47]
2017 % % % [48]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 35,37 % Kader Arif PS 11,83 % Alain Lamassoure UMP 40,53 % [49]
2009 20,83 % Dominique Baudis UMP 18,97 % Kader Arif PS 34,90 % [50]
2014 % % % [51]
2019 % % % [52]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 63,17 % Georges Frêche Gauche 25,87 % Jacques Blanc Droite 65,11 % [53]
2010 67,64 % Georges Frêche Divers gauche 20,20 % Raymond Couderc UMP 49,31 % [54]
2015 % % % [55]
2021 % % % [56]
Élections cantonales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
Arles-sur-Tech est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2001 % % indisponible %
2004 % % indisponible %
2008 62,04 % Alexandre Reynal
élu au premier tour
PS 27,02 % Michel Sitja UMP 75,44 % [57]
2011 % % indisponible %
Élections départementales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élus Battus Participation
Arles-sur-Tech est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2015 % % % [58]
2021 % % % [59]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 47,71 % (51,04 %) 52,29 % (48,96 %) 68,89 % [60]
2000 74,00 % (73,21 %) 26,00 % (26,79 %) 31,95 % [61]
2005 32,92 % (45,33 %) 67,08 % (54,67 %) 68,70 % [62]


Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal comprend, en plus du maire[63], six adjoints[64] et quatorze conseillers municipaux[65] pour un total de vingt-et-un élus.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Signature du maire Jean-Baptiste Serradell en 1815.
Liste des maires[66]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1807 1808 Jean-Baptiste Serradell    
1808 1813 Abdon Desclaus    
1813 1815 Jean-Baptiste Serradell[67]    
1815 1827 Jean Galangau    
1827 1830 Dominique Jofre    
1830 1832 Jean Pujade    
1832 1835 Etienne Grau    
1835 1837 Pierre Mouchart    
1837 1839 Jacques Dubois    
1839 1840 Jean Serreclare    
1840 1848 François Comaills    
1848 1849 Etienne Douffiagues    
1849 1850 Joseph Boix    
1850 1851 Bonaventure Desclaux    
1851 1853 Pierre Mouchart    
1853 1855 Antoine Dubois    
1855 1859 François Comaills    
1859 1865 Abdon Malé    
1865 1870 Joseph Julia    
1870 1871 Jean-Baptiste Barjau    
1871 1874 François Moreau    
1874 1874 Jérôme Moreau    
1874 1876 Joseph Julia    
1876 1878 Jean Arago    
1878 1878 Jules Boix    
1878 1881 Joseph Galangau    
1881 1888 Jean-Baptiste Barjau    
1888 1892 Venance Paraire    
1892 1908 Joseph Pallarès    

(décès)
Jean Vilar Rad. Conseiller général du canton d'Arles-sur-Tech (1910 → 1914)
Baptiste Pams Soc.ind.
puis SFIO
Propriétaire agriculteur
Conseiller général du canton d'Arles-sur-Tech (1914 → 1940)
Lucien Trenet   Père de Charles Trenet
Pierre Sola    

(décès)
Baptiste Pams SFIO Propriétaire agriculteur
Conseiller général du canton d'Arles-sur-Tech (1945 → 1967)
Paul Lavanga    
Marcel Charlet    
Albert Costa    
René Ala PS Ambassadeur de France
2020 René Bantoure[68],[69] PS Cadre du secteur public retraité
Président de la CC du Haut Vallespir
2020 En cours David Planas SE  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Arles-sur-Tech est jumelée avec trois communes de Catalogne[70] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709 1720
191 f272 f191 f186 f94 f79 f97 f176 f130 f
1730 1765 1767 1774 1789 - - - -
280 f600 H1 525 H1 446 H300 f----
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Arlésiens[71].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[72]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[73].

En 2018, la commune comptait 2 698 habitants[Note 8], en augmentation de 0,41 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1071 1261 9001 6972 1662 2252 3752 4212 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2672 4972 5232 5422 4622 2022 1322 2702 275
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3862 3512 4032 2042 5262 6062 6662 2042 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 6042 7602 9452 8892 8372 7002 7182 7192 671
2017 2018 - - - - - - -
2 7052 698-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[74].)
Histogramme de l'évolution démographique

À partir de 1826, la population recensée inclut les habitants de Fontanils.

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[75] 1975[75] 1982[75] 1990[75] 1999[75] 2006[76] 2009[77] 2013[78]
Rang de la commune dans le département 14 20 23 28 32 41 43 45
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Arles-sur-Tech dispose sur son territoire d'une école maternelle (68 élèves en 2013)[79], d'une école primaire (135 élèves en 2013)[80] et d'un collège[81]. Tous ces établissements sont publics et portent le nom de Jean Moulin.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête de l'ours à Arles-sur-Tech.

Les différentes fêtes traditionnelles ayant lieu au cours de l'année à Arles-sur-Tech sont les suivantes[82] :

  • Fête patronale (Festa major) : le 30 juillet, procession à travers la montagne depuis Montbolo, avec l'offrande de cire en forme de roue appelée la rodella[83] (le mot rodella se prononce « roudeille »).
  • Fête communale (Petite fête d'Arles) : dimanche le plus près du 24 octobre ;
  • Procession des pénitents noirs : vendredi saint ;
  • Bénédiction des mulets : à la Saint-Éloi ;
  • Fête de l'ours : 1er week-end de février[réf. nécessaire].
  • Rencontres Européennes de Ferronnerie d'Art : 3e week-end d'octobre (tous les 2 ans)[réf. nécessaire]

Santé[modifier | modifier le code]

Arles-sur-Tech possède un centre médical, un cabinet d'infirmiers, un kinésithérapeute, une maison de retraite et une maison de convalescence[84]. La clinique généraliste la plus proche est celle de Céret.

Sports[modifier | modifier le code]

Arles-sur-Tech possède plusieurs clubs sportifs : bouliste, tennis, volley-ball, judo, randonnée, basket-ball, gymnastique volontaire, football, handball, rugby, danse et courses de voitures[85].

Rugby

Lors de la saison 2013-2014, l'Entente Vallespir Arles-sur-Tech-Amélie-les-Bains-Palalda (EVAAP) a été champion de France de 3e série en battant l'US Quint-Fonsegrives 19 à 3[86],[87],[88].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Revenu de la population

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 599 [89]. En 2011, ce revenu est de 22 781 [90].

En 2009, le revenu fiscal médian des ménages par unité de consommation est de 16 094 . Le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal est de 18 035  et 42,7 % des foyers fiscaux sont imposables[37].

Fiscalité

Les taux de taxes locales en 2013 sont les suivants[91] :

Emploi[modifier | modifier le code]

L'effectif total de l'emploi sur Arles-sur-Tech en 2009 est de 730 personnes, parmi lesquelles 82,2 % sont salariées. L'effectif total a augmenté de 2 % de 1999 à 2009[37].

En 2009, le taux d'activité des 15-64 ans est de 66,7 % et le taux de chômage de 13,6 %. La commune comprend au 200 demandeurs d'emploi toutes catégories confondues, parmi lesquels figurent 146 demandeurs d'emploi de catégorie A[37].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les petites industries traditionnelles comprenaient des usines de tissage de tissus et la fabrique de confiseries (notamment de rousquilles). Une part importante de l'économie était consacrée au traitement du minerai de fer extrait des mines de Batère et de La Pinouse, jadis transporté jusqu'à Arles par des câbles aériens depuis les montagnes environnantes[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • Les gorges de la Fou, à proximité, passent pour être les plus étroites du monde : parois de 150 mètres de haut, proches de moins d'un mètre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Film tourné en partie à Arles-sur-Tech :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au monogramme d'Arles d'argent (lettres A.R.L.S. capitales enchevêtrées, sommées d'une croisette), au chef d'argent chargé de deux ours affrontés de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Verna, L'industrie au village. Essai de micro-histoire. Arles-sur-Tech, XIVe-XVe siècles, Les Belles lettres, 2017, 560 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune d'Arles-sur-Tech », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Arles-sur-Tech et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Arles-sur-Tech et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Arles-sur-Tech et Amélie-les-Bains-Palalda », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches d'Arles-sur-Tech », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 227-228.
  7. a et b Carte IGN sous Geoportail
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. a b c et d Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  10. « Plan séisme » (consulté le ).
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  16. « Station Météo-France Amelie-les-Bains - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Arles-sur-Tech et Amélie-les-Bains-Palalda », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Amelie-les-Bains - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr.
  19. « Orthodromie entre Arles-sur-Tech et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  24. « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Arles-sur-Tech », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « site Natura 2000 FR9101478 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  26. « Liste des ZNIEFF de la commune d'Arles-sur-Tech », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF « le Vallespir » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  30. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Unité urbaine 2020 d'Amélie-les-Bains-Palalda », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  32. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  33. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  34. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Amélie-les-Bains-Palalda », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  35. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  36. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  37. a b c et d Fiche Insee 2009
  38. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  39. Pyrénées catalanes
  40. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  41. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  42. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  43. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  47. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  48. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  49. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  50. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  51. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  52. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  53. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  54. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  55. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  56. Résultats des élections régionales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  57. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  58. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  59. Résultats des élections départementales de 2021 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  60. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  61. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  62. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  63. Site de la mairie, section Le maire
  64. Site de la mairie, section Les adjoints
  65. Site de la mairie, section Les conseillers municipaux
  66. Liste des maires d'Arles-sur-Tech sur le site MairesGenWeb
  67. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Arles, le 11 juin 1815, 15 janvier 2014
  68. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  69. Réélection 2014 :« Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le ).
  70. Page d'accueil du site de la mairie
  71. habitants .fr, « Pyrénées-Orientales > Arles-sur-Tech (66150) » (consulté le ).
  72. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  73. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  74. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  75. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  76. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  77. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  78. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  79. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, section École maternelle publique Jean Moulin d'Arles-sur-Tech
  80. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, section École primaire publique Jean Moulin d'Arles-sur-Tech
  81. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, section Collège Jean Moulin d'Arles-sur-Tech
  82. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  83. L'Indépendant, Arles-sur-Tech : Origines de la "rodella" : les révélations de Robert Bosch par Arnaud Andreu, 29 juillet 2011
  84. Site de la mairie, section Commerces et services
  85. Site de la mairie, section Associations & clubs
  86. les résultats de l'EVAAP 2013-2014
  87. L'Entente Vallespir en finale
  88. Entente Vallespir championne de France : des hommes d'honneur (diaporama + vidéo)
  89. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  90. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  91. Site de la mairie, section La municipalité
  92. Devenez sorciers, devenez savants
  93. http://sites.unice.fr/site/broch/articles/sarcophage.html