Canton de la Vallée de la Têt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de la Vallée de la Têt
Canton de la Vallée de la Têt
Situation du canton de la Vallée de la Têt dans le département de Pyrénées-Orientales.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement(s) Perpignan (2)
Prades (8)
Bureau centralisateur Le Soler
Conseillers
départementaux
Damienne Beffara
Robert Olive
2015-2021
Code canton 66 16
Histoire de la division
Création 22 mars 2015[1]
Démographie
Population 26 491 hab. (2016)
Densité 210 hab./km2
Géographie
Superficie 126,04 km2
Subdivisions
Communes 10

Le canton de la Vallée de la Têt est une circonscription électorale française du département des Pyrénées-Orientales créée par le décret du 26 février 2014 et entrant en vigueur lors des premières élections départementales suivant la publication du décret.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un nouveau découpage cantonal des Pyrénées-Orientales entre en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015. Il est défini par le décret du 26 février 2014[1], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[2]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[3]. Dans les Pyrénées-Orientales, le nombre de cantons passe ainsi de 31 à 17.

Le nouveau canton de la Vallée de la Têt est formé de communes des anciens cantons de Millas (8 communes) et de Vinça (2 communes). Avec ce redécoupage administratif, le territoire du canton s'affranchit des limites d'arrondissements, avec 2 communes incluses dans l'arrondissement de Perpignan et 8 dans celui de Prades. Le bureau centralisateur est situé au Soler.

Composition[modifier | modifier le code]

Carte du canton vis-à-vis du département.

Le nouveau canton de La Vallée de la Têt comprend les dix communes suivantes[1] :


Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Le Soler
(siège)
66195 Perpignan Méditerranée Métropole 10,35 7 524 (2014) 727
Corbère 66055 CC de Roussillon Conflent 7,25 724 (2014) 100
Corbère-les-Cabanes 66056 CC de Roussillon Conflent 4,14 1 168 (2014) 282
Corneilla-la-Rivière 66058 CC de Roussillon Conflent 11,90 2 002 (2014) 168
Ille-sur-Têt 66088 CC de Roussillon Conflent 31,67 5 375 (2014) 170
Millas 66108 CC de Roussillon Conflent 19,12 4 148 (2014) 217
Montalba-le-Château 66111 CC de Roussillon Conflent 15,90 149 (2014) 9,4
Néfiach 66121 CC de Roussillon Conflent 8,81 1 243 (2014) 141
Saint-Féliu-d'Amont 66173 CC de Roussillon Conflent 6,11 1 011 (2014) 165
Saint-Féliu-d'Avall 66174 Perpignan Méditerranée Métropole 10,79 2 633 (2014) 244

En 2014, la population municipale du nouveau canton était de 25 977 habitants[4].

Représentation[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Damienne Beffara   PS Enseignante
Maire de Millas
Vice-Présidente du Conseil départemental
2015 en cours Robert Olive   PS Contrôleur principal des douanes à la retraite
Ancien Député (2014-2017), maire de Saint-Féliu-d'Amont
Président de la Communauté de communes

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, trois binômes sont en ballotage : Damienne Beffara et Robert Olive (PS, 34,94 %), Sandrine Dogor et Robert Rappelin (FN, 32,76 %) et Robert Raynaud et Armelle Revel-Fourcade (Union de la Droite, 24,84 %). Le taux de participation est de 59,58 % (11 121 votants sur 18 665 inscrits)[5] contre 55,72 % au niveau départemental[6] et 50,17 % au niveau national[7]. Au second tour, Damienne Beffara et Robert Olive (PS) sont élus avec 40,86 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 63,29 % (4 619 voix pour 11 812 votants et 18 664 inscrits)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]