Aller au contenu

Bouliac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouliac
Bouliac
L'hôtel de ville.
Blason de Bouliac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Dominique Alcala
2020-2026
Code postal 33270
Code commune 33065
Démographie
Gentilé Bouliacais
Population
municipale
3 773 hab. (2021 en augmentation de 9,55 % par rapport à 2015)
Densité 504 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 57″ nord, 0° 30′ 03″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 84 m
Superficie 7,48 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Bordeaux
(banlieue)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cenon
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bouliac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bouliac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
Bouliac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Bouliac
Liens
Site web ville-bouliac.fr

Bouliac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Située dans l'Entre-deux-Mers[Note 1],[1], sur la rive droite de la Garonne, au sud-est de Bordeaux, dans son aire et son unité urbaine, Bouliac présente un excellent point de vue sur l'agglomération bordelaise, depuis les hauteurs de l'esplanade de l'église Saint-Siméon[2].

Aux alentours

[modifier | modifier le code]
Bouliac au sein de Bordeaux Métropole.

Les communes les plus proches sont Floirac (3 km), Carignan-de-Bordeaux (3 km), Latresne (4 km), Bègles (4 km), Cenon (5 km), Tresses (5 km), Artigues-près-Bordeaux (5 km), Cénac (5 km), Fargues-Saint-Hilaire (5 km) et Villenave-d'Ornon (6 km)[3].

Communes limitrophes de Bouliac[4]
Floirac                               Tresses
Bègles               La Garonne Bouliac[4]
Latresne Carignan-de-Bordeaux

Géographie physique

[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur plus de 7 km2 (748 hectares), avec une partie basse à l'ouest délimitée par la Garonne[5]. L'altitude varie de 4 à 84 mètres[5].

Son territoire se trouve sur l'unité paysagère de la campagne résidentielle de l'Entre-Deux-Mers[1]. Quelques vignes y sont encore cultivées sous l'appellation premières-côtes-de-bordeaux. Mais de plus en plus, elles font place à des lotissements d'habitation toujours plus nombreux.

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[6]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Aquitaine, Gascogne, caractérisée par une pluviométrie abondante au printemps, modérée en automne, un faible ensoleillement au printemps, un été chaud (19,5 °C), des vents faibles, des brouillards fréquents en automne et en hiver et des orages fréquents en été (15 à 20 jours)[7].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 898 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 5,8 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Villenave-d'Ornon à 6 km à vol d'oiseau[9], est de 14,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 904,1 mm[10],[11]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[12].

Au , Bouliac est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bordeaux[Note 2], une agglomération intra-départementale regroupant 73 communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 3],[14],[15]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 4],[15]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[16],[17].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (41,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (20,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (33,3 %), prairies (25,3 %), forêts (15 %), zones agricoles hétérogènes (13,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,5 %), eaux continentales[Note 5] (4,6 %)[18]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports

[modifier | modifier le code]

Réseau routier

[modifier | modifier le code]

N 230E70 - (rocade)

  • Sortie 22 Centre commercial
  • Sortie 23 Pont de Bouliac

D 113 et D 10 vers Latresne, Langoiran et Cadillac.
L'avenue de la Belle Étoile donne sur la route D 936E5 entre Tresses et Carignan-de-Bordeaux à la sortie de la commune (extrême est).

Réseau TBM depuis le 4 septembre 2023[19]

[modifier | modifier le code]

Bouliac est desservie par les lignes TBM suivantes :

  • (Bus) 16 - 25 - 32 - FlexBouliac

Les lignes TransGironde 403, 404, 405 et 501 relient la station de tram Stalingrad à Camblanes-et-Meynac, Créon, Saint-Léon, Sauveterre-de-Guyenne, Carignan-de-Bordeaux, Saint-Caprais-de-Bordeaux, Tabanac, Cambes, Cadillac et Langon.

Risques majeurs

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Bouliac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité faible)[20]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[21].

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Bordeaux, regroupant les 28 communes concernées par un risque de submersion marine ou de débordement de la Garonne, un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[22]. Les crues significatives qui se sont produites au XXe siècle, avec plus de 6,70 m mesurés au marégraphe de Bordeaux sont celles du (7,05 m, débit de la Garonne de 700 m3/s), du (6,85 m, 1500 à 2 000 m3/s), du (6,84 m, 4 000 m3/s), du (6,77 m, 1 000 m3/s) et du (6,73 m, 2 700 m3/s). Au XXIe siècle, ce sont celles liées à la tempête Xynthia du (6,92 m, 816 m3/s) et du (6,9 m, 2500 à 3 000 m3/s). Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[23]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1983, 1987, 1992, 1999, 2009, 2013 et 2021[24],[20].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des éboulements, chutes de pierres et de blocs et des tassements différentiels[25].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Bouliac.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 97,9 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 1 233 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 233 sont en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 84 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[26],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[27].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1990, 1991, 1992, 1998, 2003, 2005, 2009 et 2011 et par des mouvements de terrain en 1999[20].

Le toponyme est documenté dès le VIe siècle (Grégoire de Tours) sous la forme in vico Vodollacensi (au village Bouliacais).

Le nom de la commune a par la suite connu diverses formes au fil du temps, allant de Boliac (119-1201) à Bouliac en passant entre autres par Bolhyac ou Bouilliac[28].

Il s’agit d’un nom de domaine gallo-roman en -ac basé sur le nom du propriétaire. La forme de Grégoire de Tours incite à postuler un nom d’homme *Bodollus[29]. Par ailleurs, le nom Bodlius, attesté en Dalmatie, s’accorde bien avec l’évolution phonétique vers Bouliac[30].

En graphie occitane, le nom de la commune s'écrit Boliac (de même prononciation [buˈljak]).

Les habitants sont appelés les Bouliacais[28].

À l'époque de Grégoire de Tours (539-594) le site aurait correspondu au vicus Vodollacensis, d'après l'érudit bordelais Camille Jullian.

En dehors de plusieurs trésors monétaires gallo-romains, les découvertes archéologiques proviennent du site de l'église Saint-Siméon et de son cimetière et font remonter l'époque du sanctuaire à la période mérovingienne[31].

Pey Berland fut curé de Bouliac de 1413 à 1427 : le chapitre de Saint-André de Bordeaux était titulaire de la cure de Bouliac et Pey Berland y fut nommé alors qu'il était chanoine de la cathédrale. L'abbé Baurein, qui avait consulté le Livre de raison, rapporte que sa famille possédait un bien au pied des collines de Bouliac et qu'il acheta un bourdieu avec des vignes à côté de l'église : « ...j'ai acheté à amanieu de Broglio un bourdieu avec son vignoble dans cette paroisse de Bouliac, près de l'église, dans un lieu appelé à Casau Johan, pour fonder une messe, le lundi, dans l'église de Bouliac »[32].

Au Moyen Âge, les pâturages dans les palus de Bouliac sont recherchés des bouchers bordelais qui y font paître leur bétail ; à partir de la fin du Moyen Âge, la vogue des bourdieus appartenant aux notables bordelais est source d'implantations lucratives et pas simplement ostentatoires, zones pionnières pour la recherche de qualité du vignoble bordelais[33]. Le zonage archéologique par arrêté préfectoral de la région Aquitaine, en date du 26 juin 2009, signale cinq zones sensibles présentant un risque patrimonial :

  • Godefroy et la Saide : port et maison noble ;
  • l'église : occupation depuis le paléolithique ;
  • Macanan ;
  • la maison de Loc Boue ;
  • la maison forte du château du Pian ;
  • le moulin médiéval du Pian[34]. Ce dernier est attesté depuis 1522 mais pourrait dater du début du XIVe siècle[35]. Un système hydraulique a été aménagé en amont sur environ 400 m afin d'accroître le débit de l'eau[35]. Ce système incluait un bassin de rétention ainsi qu'une série de chutes d'eau[35]. L'ensemble, bien que réduit à l'état de ruines au milieu des bois est toujours visible actuellement[36].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Administration municipale

[modifier | modifier le code]

La commune a été érigée en municipalité en 1793[37].

Liste des maires successifs[38]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1947 M. Maurac    
1947 1951 M. Turroques    
1951 1963 Louis Brochard    
1963 1983 Jean Briat    
1983 2014 Jean-Pierre Favroul[39] UMP  
2014 En cours Dominique Alcala[40] UMP puis LR Médecin

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux

[modifier | modifier le code]

La commune de Bouliac appartient à l'arrondissement de Bordeaux. À la suite du découpage territorial de 2014 entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015, la commune est transférée du canton de Floirac supprimé au canton de Cenon modifié[41],[42].

Instances judiciaires

[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administration judiciaire sur la commune. Le Tribunal d'instance, le Tribunal de grande instance, le Tribunal pour enfants, le Tribunal de commerce, le Conseil des prud'hommes et le Tribunal paritaire des baux ruraux se trouvent à Bordeaux, de même que la Cour d'appel, la Cour d'assises, le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel[43].

Autres administrations

[modifier | modifier le code]

La caserne de gendarmerie du quartier Béteille comprend l'escadron EGM 26/2 de gendarmerie mobile, placé sous l'autorité du groupement II/2 de gendarmerie mobile, la section de recherches de Bordeaux et la compagnie de gendarmerie de Bordeaux-Bastide se trouve sur le territoire de la commune de Bouliac.

Jumelage avec la commune de Bouliac : Drapeau de la Suisse Saxon (Valais) (Suisse) depuis 1993[44].

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[46].

En 2021, la commune comptait 3 773 habitants[Note 6], en augmentation de 9,55 % par rapport à 2015 (Gironde : +6,88 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
849522495648663667677702696
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
715788773730686699697731721
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
752791752790739803841930963
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0841 1022 3752 3982 8413 2483 0873 1403 552
2021 - - - - - - - -
3 773--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Bordeaux, l'enseignement primaire est assuré sur la commune de Bouliac par le groupe scolaire André Peynaud constitué d'une école maternelle, avenue de la Belle Étoile, et d'une école élémentaire publique, parc de Vialle. On y trouve aussi deux établissements péri-scolaires, une crèche et un relais d'assistantes maternelles (RAM), ainsi que des services annexes comme un transport scolaire dédié[48],[49].

L'établissement de premier cycle du second degré dont dépend la commune est le collège Nelson Mandela de Floirac[49].

Manifestations culturelles et festivités

[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, l'association Amanieu organise une manifestation historico-culturelle Les médiévales de Bouliac, généralement au mois de septembre, dont la 16e édition s'est déroulée en septembre 2015. La manifestation reconstitue la vie du village au Moyen Âge, autour de banquets, spectacles et reconstitutions historiques[50].

Une Nocturne pédestre est organisée tous les mois de juin. Celle de juin 2015 en a été la 21e édition[51].

On trouve plusieurs installations sportives sur la commune : deux salles omnisports, quatre courts de tennis, un dojo, une salle de gymnastique, deux terrains de football, un skatepark et un boulodrome[48].

Revenus de la population et fiscalité

[modifier | modifier le code]

La médiane du revenu disponible par unité de consommation était en 2012 de 27 250 , pour 20 388  sur le département (la moyenne nationale est de 23 782 ). 81 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 65 % sur le département[52].

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 2 064 personnes, parmi lesquelles on comptait 73 % d'actifs dont 69 % ayant un emploi et 4 % de chômeurs[53]. Au 3e trimestre 2013, le taux de chômage dans la zone d'emploi de Bordeaux à laquelle appartient Bouliac était de 10,5 %.

Tissu économique

[modifier | modifier le code]

Les activités économiques sur le territoire de Bouliac sont principalement issues du secteur tertiaire. Sur 319 établissements présents sur la commune à fin 2013, 1 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 6 % sur le département), 4 % du secteur de l'industrie, 10 % du secteur de la construction, 76 % de celui du commerce et des services (pour 64 % sur le département) et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[52].

La commune se trouve dans la zone de plusieurs appellations.

On trouve plusieurs activités commerciales sur la commune : immobilier, aménagements extérieurs, tâches domestiques, restauration, dont le restaurant étoilé Le Saint James, des commerces de distribution, dont la zone commerciale Auchan-Bouliac[55], un opérateur du réseau de fibre optique de la métropole bordelaise, la société Inolia, ou encore l'émetteur de Bouliac, émetteur hertzien de TDF le plus haut de la Gironde avec 232 mètres[56].

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Anciens lieux-dits

[modifier | modifier le code]
Topographie, toponymes et anciens lieux-dits, sur la carte de Cassini, en 1756.
Topographie, toponymes et anciens lieux-dits, sur la carte de Cassini, en 1756.

Le tracé de certains chemins est repérable sur les anciennes cartes, par exemple celles de Cassini et de Belleyme, dont les relevés datent du XVIIIe siècle.

Le siècle suivant a laissé des séries de documents précieux, notamment pour s'informer sur l'évolution de l'exploitation agricole et économique du territoire :

  • le cadastre napoléonien en 1824 : tableau d'assemblage, le bourg et La Palus sur le site des Archives départementales ;
  • la carte d'État-Major sur Geoportail ;
  • et la carte départementale éditée par le conseil général de la Gironde en 1875[57].

Patrimoine architectural

[modifier | modifier le code]
Bouliac au début du XXe siècle
  • Le château de l'Ange est l'ancien château de Bouliac. Réquisitionné par la Marine allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été détruit lors du départ des troupes de Bordeaux, très certainement le 25 août 1944. Ses ruines se trouvent maintenant dans l'enceinte du quartier Béteille[60].
  • Le château Lavergne et une partie de son ancien parc.
  • Le domaine de Macanan et ses trois terrasses aménagées sur le coteau de la vallée du ruisseau du Pian, soutenues par d’énormes murs et renforcées par trois bastions.
  • Le domaine viticole de Freychaud (Montjouan).
  • Le château Montjouan et son domaine viticole.
  • Le château de Terrefort, sur la première terrasse naturelle de la vallée de la Garonne, bâti sur une terrasse artificielle maçonnée. L'ancienne maison du régisseur ainsi que l'ancien vivier ont été préservés.
  • Le château de Vialle, reconstruit par cet architecte bordelais en 1756.
  • La Maison Vettiner en centre-ville.
  • La mairie et son escalier commun pour les classes des filles et des garçons.
  • Le quartier du marais qui se trouvait à la croisée d'anciens chemins commerciaux.
  • L'ancienne gare, à la limite des communes de Latresne et de Bouliac, sur le chemin de Matte.
  • Le domaine de Fourney[61] situé sur une petite terrasse dominant le vallon du ruisseau de Fournets.
  • Le château de Kermorvan, au bord du coteau qui domine la vallée de la Garonne. Le parc a été inscrit à l'Inventaire des Sites le 5 novembre 1943.
  • Le château Malakoff qui a remplacé l'ancien bourdieu en 1865. Il est implanté sur le plateau qui domine la vallée du ruisseau du Pian et entouré d’un parc et de prairies. L'orangerie n'a pas été conservée.
  • Le château du Pian, dont la construction date de 1873, qui a remplacé les monuments qui se sont succédé depuis la maison forte du XIVe siècle.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Armes

Les armes de Bouliac se blasonnent ainsi :

Écartelé, au premier de gueules au château couvert en croupe sommé de deux cheminées, de deux tours couvertes girouettées, le tout d'argent ouvert et ajouré de sable, soutenu d'une rivière ondée d'or mouvant de la pointe, chargée d'un poisson aussi d'argent, au chef cousu d'azur chargé de trois monts isolés de trois coupeaux d'argent, au deuxième d'azur à la colonne d'argent chargée d'une croisette soudée d'or sur son piédestal, au léopard du même brochant sur le tout, au rayon de gloire de quatre pointes aussi d'or mouvant en barre de l'angle senestre du chef, au troisième d'azur à la gabarre équipée et habillée d'argent voguant sur une rivière agitée d'or mouvant de la pointe entre deux rives aussi d'argent mouvant des flancs, ladite gabarre chargée de barriques du même, accompagné d'un croissant d'argent au canton dextre, au quatrième de gueules au chevron d'argent accompagné de trois grappes de raisin d'or, les deux du chef dans le sens du chevron.

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Abbé Eugène Pareau, Bouliac au XIXe siècle, Bordeaux, Imprimerie E. Dupuch, , 178 p. (lire en ligne)
  • Christian Block, Histoire de l'occupation du sol et du peuplement de la paroisse de Bouliac entre la préhistoire et le milieu du XVIe siècle, T.E.R présenté sous la direction du professeur J.B. Marquette, Université Bordeaux III, Novembre 1996.
  • Danièle Thomas, Maisons de campagne à Bouliac et Latresne de 1750 à 1880, Université Bordeaux III,
  • Philippe Garraud, « Urbanisation, vie associative et action municipale : le cas de Bouliac (Gironde) », Persée, vol. 51, no 1,‎ , p. 39-56 (lire en ligne), lien signalé par l'auteur que nous remercions.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Entre-deux-Mers, portion de la Gironde comprise entre les rivières de la Garonne et de la Dordogne (cf. Actes de l’académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux, Volumes 32 à 34, 1870, p. 325).
  2. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  3. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. Dans le cas de l'unité urbaine de Bordeaux, il y a une ville-centre et 72 communes de banlieue.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Département de la Gironde, « L’Entre-Deux-Mers - La campagne résidentielle de l’Entre-Deux-Mers », sur Atlas des paysages de la Gironde (atlas-paysages.gironde.fr), .
  2. Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), « Bouliac, 33270 (carte IGN) », sur Géoportail (geoportail.fr) (consulté le ).
  3. Lion1906, « Distances orthodromiques à partir de Bouliac (33) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lion1906.com (consulté le ) - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), « Bouliac, 33270 (limites administratives) », sur Géoportail (geoportail.fr) (consulté le ).
  5. a et b Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), « Répertoire géographique des communes (RGC) », sur IGN (professionnels.ign.fr), édition 2015 (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  7. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  8. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Orthodromie entre Bouliac et Villenave-d'Ornon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Villenave d'ornon-Inra » (commune de Villenave-d'Ornon) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Villenave d'ornon-Inra » (commune de Villenave-d'Ornon) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  13. « La grille communale de densité », sur insee,fr, (consulté le ).
  14. « Unité urbaine 2020 de Bordeaux », sur insee.fr (consulté le ).
  15. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Bouliac ».
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bordeaux », sur insee.fr (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  19. Le réseau TBM à compter du 4 septembre 2023
  20. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Bouliac », sur Géorisques (consulté le ).
  21. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  22. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Cartographie des risques d'inondations du TRI de Bordeaux », sur nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  25. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  26. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  27. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Bouliac », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  28. a et b Conseil régional d'Aquitaine, « Bouliac », sur Visites en Aquitaine (visites.aquitaine.fr) (consulté le ).
  29. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6)..
  30. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5), p. 80..
  31. Hubert Sion, Académie des inscriptions et belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule 33-1 : La Gironde, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, , 1re éd., 360 p. (ISBN 978-2-87754-028-5), p. 326..
  32. Claude Simounet, « Château Montjouan »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Histoires de Bouliac, version du 1er février 2016 (consulté le ).
  33. Sandrine Lavaud, « Paysage et mise en valeur des palus du Bordelais au Moyen Âge », Archéologie du Midi médiéval, sur Persée (portail), (consulté le ), p. 27-38.
  34. « Zonages archéologiques : Gironde », sur DRAC Aquitaine, (consulté le ).
  35. a b et c « Bilan scientifique 1996 - DRAC Nouvelle-Aquitaine » (consulté le ).
  36. « Moulin à eau du Pian » (consulté le ).
  37. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Claude Simounet, « Maires de Bouliac », sur Histoires de Bouliac (histoires-de-bouliac.net), version du 12 février 2016.
  39. « Commune de Bouliac »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Association des maires de France (AMF) (consulté le ), maire Jean-Pierre Favroul.
  40. Mairie de Bouliac, « L'équipe municipale », sur ville-bouliac.fr (consulté le ), maire Dominique Alcala.
  41. Décret no 2014-192 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde sur le site de Légifrance.
  42. Carte des cantons et communes de la Gironde avant et après le redécoupage de 2014 sur le site du Conseil départemental de la Gironde.
  43. Ministère de la Justice, « Annuaire des juridictions d'une commune - 33270 Floirac », sur annuaires.justice.gouv.fr (consulté le ).
  44. Mairie de Bouliac, « Jumelage », sur ville-bouliac.fr (consulté le ).
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  48. a et b Mairie de Bouliac, « La ville en chiffres », sur ville-bouliac.fr (consulté le ).
  49. a et b Mairie de Bouliac, « Enfance et jeunesse - Écoles », sur ville-bouliac.fr (consulté le ).
  50. Association Amanieu de Bouliac, « Les Médiévales de Bouliac », sur medievalesdebouliac.com (consulté le ).
  51. Association Bouliac sports plaisirs, « Nocturne de Bouliac », sur nocturne.bouliacsportsplaisirs.org (consulté le ).
  52. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées insee-2012
  53. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées insee-detail-2012
  54. Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), « Commune de Bouliac », sur inao.gouv.fr (consulté le ).
  55. Mairie de Bouliac, « Annuaires des Entreprises », sur ville-bouliac.fr (consulté le ).
  56. TDF, « ProxiCenter Bordeaux Bouliac », sur tdf.fr (consulté le ).
  57. Mairie de Bouliac, « Anciennes cartes et vieux chemins », sur ville-bouliac.fr (consulté le ).
  58. « Notice MH de l'église Saint-Siméon », notice no PA00083481, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. Mairie de Bouliac, « Le patrimoine de Bouliac »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ville-bouliac.fr (consulté le ).
  60. Claude Simounet, « Château de Bouliac ou château de l'Ange », sur histoires-de-bouliac.net, (consulté le ).
  61. Thomas 1993, p. 59.
  62. « Hôtel de voyageurs dit Hôtel Saint-James », notice no EA33000012, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.