Martignas-sur-Jalle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Martignas-sur-Jalle
Martignas-sur-Jalle
L'église Saint-Blaise.
Blason de Martignas-sur-Jalle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Jérôme Pescina
2020-2026
Code postal 33127
Code commune 33273
Démographie
Gentilé Martignassais
Population
municipale
7 624 hab. (2019 en augmentation de 3,66 % par rapport à 2013)
Densité 289 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 30″ nord, 0° 46′ 28″ ouest
Altitude Min. 22 m
Max. 46 m
Superficie 26,39 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Bordeaux
(banlieue)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mérignac-2
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Martignas-sur-Jalle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Martignas-sur-Jalle
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Martignas-sur-Jalle
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Martignas-sur-Jalle
Liens
Site web http://www.ville-martignas.fr/

Martignas-sur-Jalle [maʁtiɲas syʁ ʒal] est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Martignas a décidé de rejoindre Bordeaux Métropole en juillet 2013.

Commune située dans l'aire d'attraction de Bordeaux et même dans son unité urbaine sur la Jalle de Blanquefort, elle est proche du terroir viticole de Pessac-Léognan (AOC). Elle fait partie du Pays des Graves et Landes de Cernès.

La commune jouit, à la fois, de la proximité de la métropole de Bordeaux pour ses activités économique et culturelle et de celle du bassin d'Arcachon pour son attrait touristique. Martignas se situe à une vingtaine de kilomètres du centre-ville de Bordeaux et à une trentaine du nord du bassin.

De plus, l'aéroport international de Bordeaux-Mérignac se situe à une dizaine de kilomètres de Martignas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Saint-Médard-en-Jalles au nord, Mérignac à l'est et Saint-Jean-d'Illac au sud.

Communes limitrophes de Martignas-sur-Jalle[1]
Saint-Médard-en-Jalles
Martignas-sur-Jalle[1] Mérignac
Saint-Jean-d'Illac
Communes avoisinantes.
Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau de la Jalle en sa partie est. La largeur de ce dernier atteint son summum[Combien ?] au niveau d'un espace naturel public appelé Moulin Bidon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Martignas-sur-Jalle est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bordeaux, une agglomération intra-départementale regroupant 73 communes[5] et 986 879 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Bordeaux est la sixième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française) et Toulouse[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Martignas-sur-Jalle est partagée en cinq quartiers : Terre Rouge, Les Pins, Sud, Centre, Est. Des réunions de quartiers participatives sont organisées régulièrement.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le réseau Transports Bordeaux Métropole (TBM) dessert la commune à travers les lignes de bus 11 81 82 88. Une correspondance est possible à Mérignac avec la ligne A du tramway de Bordeaux, à la station Mérignac - Lycée Daguin.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Martignas-sur-Jalle est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible)[10]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[11].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Jalle. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1999 et 2009[12],[10].

Martignas-sur-Jalle est exposée au risque de feu de forêt. Depuis le , les départements de la Gironde, des Landes et de Lot-et-Garonne disposent d’un règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies. Ce règlement vise à mieux prévenir les incendies de forêt, à faciliter les interventions des services et à limiter les conséquences, que ce soit par le débroussaillement, la limitation de l’apport du feu ou la réglementation des activités en forêt[13]. Il définit en particulier cinq niveaux de vigilance croissants auxquels sont associés différentes mesures[14]. Sur le plan de l'aménagement du territoire la commune dispose d'un plan de prévention des risques incendies feux de forêts (PPRIF)[15].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[16].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Martignas-sur-Jalle.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 31,2 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 2 420 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 347 sont en en aléa moyen ou fort, soit 56 %, à comparer aux 84 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[17],[18].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[19].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 2003, 2005, 2010, 2011 et 2018 et par des mouvements de terrain en 1999[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En gascon, le nom de la commune est Martinhàs (prononcé [maɾti'ɲas]).

Au cours des siècles, le nom de la commune a connu des évolutions orthographiques, mais aussi un ajout d’éléments au nom initial.

L’origine étymologique de Martignas n’est pas connue avec certitude : aucun document, aucun objet archéologique n’a été trouvé à ce jour avec l’inscription de ce nom sur le territoire communal. Territoire occupé certainement depuis l’âge de fer (VIIIe siècle avant J.C.).

Toutefois, le nom de “Martignas” permet de dater l’origine de ce nom à la période d’occupation romaine de la région. Il était alors très certainement “Martiniacus”, signifiant la terre, la propriété d’une famille répondant au nom de Martin, qui vraisemblablement y avait établi une villa et ses dépendances.

Évolution orthographique avant le XXe siècle[modifier | modifier le code]

D’après les règles normales, Martiniacus aurait dû évoluer en Martignac. Mais le suffixe “ac” normalement attendu s’est déformé en “as”, donc Martignas. Des documents conservés aux Archives communales, datant du XVIIIe siècle, présentent diverses orthographes à la prononciation très similaire. On trouve ainsi Martinhas, Martinias.

L’orthographe se fixa définitivement à Martignas à la fin du XIXe siècle.

Le rajout “sur-Jalle” en 1938[modifier | modifier le code]

En 1938, une délibération du conseil municipal est prise à la demande du Maire pour demander d’allonger le nom de la commune en Martignas-sur-Jalle. Le maire motivait cette demande “en raison de la similitude d’orthographe et de prononciation avec les autres communes, entraînant de nombreuses erreurs dans les services administratifs”.

Le vœu du Conseil aboutit au décret signé, sur proposition du ministre de l’Intérieur, le 3 novembre 1938, par le président de la République Albert Lebrun.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'implantation la plus ancienne est une villa gallo-romaine dont les vestiges ont été retrouvés au nord-est de la commune, au lieu-dit Hestigeac. Un trésor monétaire y fut trouvé au milieu du XXe siècle.

La commune elle-même est issue d'habitations autour d'un établissement hospitalier templier, dépendant de la commanderie du Temple de Bordeaux.

Vers la fin de la Guerre de Cent Ans, la bataille dite de Martignas ou de la Journée manquée voit s'affronter Anglais et Français sur la route qui relie le bourg à Bordeaux.

La ville est également commune de garnison depuis le XIXe siècle, avec l'implantation du camp de Souge, notamment occupé par le 1er régiment de chasseurs parachutistes de 1984 à 1999 puis par l'état-major de la 2e brigade logistique de l'Armée de terre et les 1 200 hommes du 503e régiment du train de 1999 à 2011. En 2011, le 13e régiment de dragons parachutistes remplace ces unités sur le site.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 1989 Daniel Bégu RPR  
mars 1989 juin 1995 Danielle M'Bomo PS  
juin 1995 mars 2001 Jean-Louis Veyry RPR  
mars 2001 mai 2020 Michel Vernejoul PS Retraité
mai 2020 En cours Jérôme Pescina DVD  

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune s’est engagée dans une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[20].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Martignassais[22].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2019, la commune comptait 7 624 habitants[Note 3], en augmentation de 3,66 % par rapport à 2013 (Gironde : +7,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361213231255255239238248243
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
252231258657258268284317328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3283583344484634027217121 016
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8929941 4243 7265 7325 5746 6337 2077 302
2019 - - - - - - - -
7 624--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[27] 1975[27] 1982[27] 1990[27] 1999[27] 2006[28] 2009[29] 2013[30]
Rang de la commune dans le département 187 111 40 33 36 35 33 35
Nombre de communes du département 548 543 543 542 542 542 542 542

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby

L'AS Martignas a été :

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 41 925 €, ce qui plaçait Martignas-sur-Jalle au 1 693e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[32].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Blaise a été construite au milieu du bourg et du XIXe siècle pour suppléer une ancienne église devenue vétuste et trop éloignée du cœur du village comptant, à l'époque, quelque 250 âmes ; par bonheur, les attributs romans de cette église à détruire tels que colonnes, chapiteaux ou modillons, ont été remployés dans le nouvel édifice[33]. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel[34].
  • Église Notre-Dame de Martignas-sur-Jalle. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel[35].
  • Mémorial du camp de Souge, Frontstalag 221 : 273 fusillés par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale), deuxième lieu de mémoire français après le Mont-Valérien, par le nombre de victimes du nazisme.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Lautman (Paris, - Martignas-sur-Jalle, ) est un philosophe des mathématiques français. Soldat et résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut fusillé par les Allemands à Martignas-sur-Jalle.
  • Le footballeur du FC Girondins de Bordeaux, Yoan Gouffran a habité à Martignas-sur-Jalle en 2009.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Martignas

« Parti de sinople à l'épi de maïs d'or et d'or au pot de résine de sable ouvert d'argent, au chef de gueules chargé d'un mouton d'argent passant à dextre. »

L'origine de ce blason reste confuse. L'architecte R. Monginoux, responsable de l'édification du foyer rural en 1950, aurait joint à sa lettre de projet le dessin du blason chargé de décorer la porte, qui aurait été choisi à partir d'un concours organisé par l'école communale. L'épi de maïs, le pot de résine et le mouton symbolisent l'activité économique principale du village en cette période. Avant cette date, les archives de Martignas ne mentionnent aucun blason originel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Martignas-sur-Jalle sur Géoportail, consulté le 15 juin 2015.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Bordeaux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Martignas-sur-Jalle », sur Géorisques (consulté le )
  11. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  12. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  13. « Le risque feux de forêts. », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le )
  14. « Règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies. », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le )
  15. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  16. « Dossier départemental des risques majeurs de la Gironde », sur www.gironde.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  17. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  18. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  19. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Martignas-sur-Jalle », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  20. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Martignas-sur-Jalle, consultée le 5 décembre 2017
  21. Annuaire des villes jumelées
  22. Nom des habitants de la commune sur le site Habitants.fr, consulté le 15 juin 2015.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. L'ASM Rugby Championne de France (3e Série) « Copie archivée » (version du 20 avril 2007 sur l'Internet Archive).
  32. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  33. L'église Saint-Blaise sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 15 juin 2015.
  34. « Eglise paroissiale Saint-Blaise », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  35. « Eglise paroissiale Notre-Dame », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )