Carbon-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carbon-Blanc
La mairie.
La mairie.
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton La Presqu'île
Intercommunalité Bordeaux Métropole
Maire
Mandat
Alain Turby
2014-2020
Code postal 33560
Code commune 33096
Démographie
Gentilé Carbonblannais
Population
municipale
7 352 hab. (2014en augmentation de 6.54 % par rapport à 2009)
Densité 1 905 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 45″ nord, 0° 30′ 19″ ouest
Altitude Min. 10 m – Max. 55 m
Superficie 3,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carbon-Blanc

Carbon-Blanc est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Carbon-Blanc au sein de la Bordeaux Métropole.

Commune de l'extrême nord de l'Entre-deux-Mers, dans la presqu'île formée par la confluence entre Dordogne et Garonne, Carbon-Blanc est également située dans le nord de l'aire urbaine de Bordeaux et dans son unité urbaine.

Communes limitrophes de Carbon-Blanc[1]
Ambarès-et-Lagrave
Bassens Carbon-Blanc[1] Sainte-Eulalie
Lormont


Limites administratives de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Autoroute[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A10, sorties nos 43 et 44.

Train TER Aquitaine[modifier | modifier le code]

La ville abrite une gare (Gare de Sainte-Eulalie - Carbon-Blanc) située sur la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean et desservie par les TER.

Réseau TBM[modifier | modifier le code]

Le réseau Transports Bordeaux Métropole (TBM) dessert la commune à travers la ligne A du tramway de Bordeaux, qui a son terminus tout au sud de la commune, ainsi que par les lignes de bus 7, 90, 92 et 93. En soirée, en plus de la ligne 7, la commune est desservie par le Flexo 50.

Réseau TransGironde[modifier | modifier le code]

Les lignes 201, 202 et 301 partent de la station de tram Buttinière, traversent la commune et desservent Blaye, Saint-Ciers-sur-Gironde, Pleine-Selve, Sante-Eulalie, Izon et Libourne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Carbon-Blanc est un dérivé de « charbon blanc » (lèpre). La commune doit en effet son nom à la léproserie qui y était installée au Moyen Âge, créée par les moines de l'abbaye cistercienne Notre-Dame de Bonlieu.

Le terme « charbon blanc » était parfois employé dans le midi toulousain pour désigner la partie centrale de l'épi de maïs, en raison du fait que sa couleur est blanche et que sa légèreté en fait un combustible intéressant, notamment pour bien « faire prendre » le feu lorsqu'on allume la cheminée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de Carbon-Blanc s'est développé au Moyen-Âge à proximité de l'abbaye de Bonlieu.

Entre 1801 et 1806, la commune a été absorbée par celle voisine de Bassens[2].
En 1853, les deux communes sont à nouveau séparées[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune de Carbon-Blanc fait partie de l'arrondissement de Bordeaux. À la suite du redécoupage cantonal de 2014 en France entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015, la commune est transférée du canton de Carbon-Blanc supprimé dont elle était le chef-lieu au nouveau canton de la Presqu'île dont Ambarès-et-Lagrave devient le bureau centralisateur[3],[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Carbon-Blanc fait partie de Bordeaux Métropole.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 1976, Philippe Madrelle (PS) est élu maire et le demeurera jusqu'en 2001. Lors des élections municipales de 2001, Philippe Madrelle se présente en tant que tête de liste et démissionne à la suite de l'élection en laissant la place de maire à Franck Maurras[5].

Franck Maurras (PS) se présentera en tant que tête de liste en 2008. Son unique adversaire, Marie-Claude Gougaud (UMP) reçoit alors 22,33 % des suffrages. Le 21 septembre 2013, Franck Maurras annonce sa démission à la presse et avoue avoir détourné des fonds d'une association d'accompagnement à la création d'entreprise « Gironde Initiative »[6].

Le 3 octobre 2013, Nicolas Madrelle, fils de Philippe Madrelle, ancien maire de la ville, jusqu'alors 2e adjoint au conseil municipal, est élu maire de Carbon-Blanc.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 1976 André Vignau-Anglade    
1976 mars 2001 Philippe Madrelle PS Professeur d'anglais
Sénateur de la Gironde (1980 → )
Député de la Gironde (4e circ.) (1968 → 1980)
Conseiller régional[Quand ?]
Président du conseil régional d'Aquitaine (1981 → 1985)
Conseiller général de Carbon-Blanc (1968 → 2015)
Président du Conseil général de la Gironde (1976 → 1985 et 1988 → 2015[7])
mars 2001 septembre 2013[8] Franck Maurras[9] PS Démissionnaire
octobre 2013[10] 2014 Nicolas Madrelle[11] PS Fils de Philippe Madrelle, chef d'entreprise
Conseiller régional (2010 → 2015)
mars 2014[12],[13] en cours
(au 13 mai 2016)
Alain Turby SE-MoDem[14] Cadre supérieur
Conseiller métropolitain délégué de Bordeaux Métropole (2014 → )

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune entretient des accords de coopérations avec[15] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Carbonblannais[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Carbon-Blanc comptait 7352 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Carbon-Blanc). Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
735 839 918 851 824 788 887 846 855
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
865 865 852 958 964 1 127 1 107 1 149 1 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 628 3 075 4 567 5 733 5 842 6 620 6 729 6 901 7 352
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Maison Pour Tous, ancienne ferme, devenue centre culturel.

Médias[modifier | modifier le code]

Les scènes intérieures de la série Famille d'accueil sont tournées dans une résidence du Château Brignon à Carbon-Blanc[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Paulin, église de style néo-gothique dont la construction est liée à la fondation de la commune de Carbon-Blanc ; c'était au départ une chapelle tout en bois, puis elle fut restaurée en pierre et inaugurée en 1852[19].
  • Château Brignon, château qui date du XVIIe siècle et a été augmenté au XIXe ; le terrain était au départ un terrain agricole et le château, acheté par la commune au début du XIXe siècle, a été transformé en centre culturel consacré à la bande dessinée comprenant un atelier de création, une salle d’exposition et un espace de restauration[20].
  • Moulin de Bellevue

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Micro-musée, mini musée regroupant les trésors de Carbon-Blanc.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Parc Favols, grand parc qui existe depuis le milieu du XVIIIe siècle et était autrefois un terrain de vignes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carbon-Blanc sur Géoportail, consulté le 5 décembre 2015.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Décret no 2014-192 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde sur le site de Légifrance
  4. Carte des cantons et communes de la Gironde avant et après le redécoupage de 2014 sur le site du conseil départemental de la Gironde
  5. Le maire de Carbon-Blanc piquait dans la caisse, il se dénonce et démissionne, France 3 Aquitaine du 22 septembre 2013.
  6. Gironde : un maire avoue avoir détourné l'argent d'une association, Sud Ouest.fr du 21 septembre 2013.
  7. « Gironde : Philippe Madrelle explique pourquoi il renonce à un nouveau mandat au Conseil général », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  8. Benoît Lasserre, « Un maire de Gironde avoue avoir détourné de l'argent : le PS local sous le choc », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  9. Franck Maurras, ancien élu de Carbon-Blanc, était poursuivi pour avoir détourné plus de 188 000 euros des comptes de l'association Gironde Initiative, dont il était directeur, « Bordeaux : deux ans de prison avec sursis pour l’ancien maire de Carbon-Blanc », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  10. Yannick Delneste, « Carbon-Blanc : élu maire, Nicolas Madrelle perpétue la dynastie », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  11. « Le fils du président du Conseil général de Gironde, Nicolas Madrelle, mis en examen : Nicolas Madrelle, conseiller régional socialiste, éphémère maire de Carbon-Blanc et fils de Philippe Madrelle, le président du Département de la Gironde, est soupçonné d'avoir occupé un emploi fictif en 2009. Il devra s'en expliquer devant la justice », France Bleu,‎ (lire en ligne).
  12. [PDF] Conseil municipal du 28 mars 2014, procès verbal de l'élection du maire et de ses adjoints.
  13. Célia Cléry, David Ponchelet, « Un Réunionnais élu maire de Carbon-Blanc en Gironde : Alain Turby, 34 ans, natif de Saint-André, a été élu dés le premier tour à Carbon-Blanc, une commune de Gironde de 6 900 habitants. Il se présentait sur une liste sans étiquette. Il sera officiellement élu maire ce vendredi. Sa famille fait le déplacement de La Réunion pour l'évènement ! », Outre-mer 1re,‎ (lire en ligne).
  14. http://www.lemonde.fr/aquitaine-limousin-poitou-charentes/gironde,33/carbon-blanc,33096/
  15. Jumelage de Carbon-Blanc sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du ministère des Affaires étrangères, consulté le 12 janvier 2013.
  16. Carbon-Blanc sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 5 décembre 2015.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. « Une célèbre Famille d'accueil à Gazailhan », sur Sud Ouest.fr,
  19. Église Saint-Paulin sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 5 décembre 2015.
  20. Château Brignon sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 5 décembre 2015.