Aviation royale canadienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aviation royale du Canada)
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ». Wikipédia:Bons thèmes Il fait partie d'un « bon thème ».
Aviation royale canadienne
(en) Royal Canadian Air Force
Insigne de l'Aviation royale canadienneDrapeau de l'Aviation royale du Canada
Insigne de l'Aviation royale canadienne

Royal Canadian Air Force ensign.svg
Drapeau de l'Aviation royale du Canada

Création
Dissolution Présent
Pays Drapeau du Canada Canada
Allégeance Forces armées canadiennes
Type Commandement
Rôle Opérations aériennes
Effectif 19 600
Composée de 1re Division aérienne du Canada (opérations)
2e Division aérienne du Canada (entraînement)
Ancienne dénomination Commandement aérien des Forces canadiennes
Devise « Sic Itur ad Astra »
(Telle est la voie vers les astres)
Per ardua ad astra (« À travers les embûches jusqu'aux étoiles ») (Aviation royale du Canada (1924-1968))
Marche Royal Air Force March Past (Aviation royale du Canada (1924-1968))
Anniversaire 1er avril
Commandant lieutenant-général Michael Hood (en)

L'Aviation royale canadienne ou ARC (en anglais : Royal Canadian Air Force ou RCAF), anciennement connue sous le nom de Commandement aérien des Forces canadiennes [1], est la branche aérienne des Forces armées canadiennes. Elle est responsable des opérations aériennes qui se déroulent au Canada et à l'étranger. Les unités opérationnelles de l'ARC font partie de la 1re Division aérienne du Canada qui se divise en treize escadres réparties sur l'ensemble du territoire canadien. L'ARC est responsable de la région canadienne du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD).

La Force aérienne du Canada a été créée en 1920. Elle devint officiellement l'Aviation royale du Canada en 1924. Avant 1920, des Canadiens servaient avec le Royal Flying Corps et le Royal Naval Air Service britanniques. Le Corps d'aviation canadien fut la première tentative de créer une force aérienne au Canada en 1914, mais il cessa d'exister en 1915. L’Aviation royale canadienne fut unifiée avec la Marine royale canadienne et l'Armée de terre canadienne sous une structure unifiée, les Forces canadiennes, en 1968. À ce moment, les éléments aériens furent placés sous différents commandements, avant d'être regroupés sous le Commandement aérien en 1975. En 2011, ce dernier fut renommé en Aviation royale canadienne.

Rôle[modifier | modifier le code]

L’Aviation royale canadienne est responsable des opérations de tous les aéronefs des Forces armées canadiennes et possède plusieurs mandats. C'est un outil essentiel à la défense de la souveraineté canadienne et à la protection de son espace aérien. Au Canada, elle effectue des opérations de recherche et sauvetage, d'interception d'aéronefs et de navires transporteurs de drogues illicites ainsi que de soutien aux sinistrés en cas de catastrophes naturelles. De plus, elle aide l'Armée canadienne et la Marine royale canadienne en fournissant le support aérien nécessaire à l'accomplissement de leurs missions. L'ARC joue aussi un rôle important dans la défense de l'espace aérien de l'Amérique du Nord avec les États-Unis sous le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD)[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Le commandant de l’Aviation royale canadienne est le chef d'état-major de la Force aérienne. Son quartier général est localisé avec les quartiers généraux de la Défense nationale à Ottawa en Ontario. L'ARC comprend en 2011 un effectif total d'environ 19 600 employés dont 14 500 réguliers, 2 600 réservistes et 2 500 fonctionnaires civils[3].

L’Aviation royale canadienne comporte deux divisions[3]. La 1re Division aérienne du Canada est celle opérationnelle tandis que la 2e Division est celle responsable de la doctrine et de l'entraînement[4],[5]. En fait, la 1re Division est responsable de toutes les opérations de la force aérienne au Canada et à l'étranger et est commandée par le major-général J.J.P. St-Amand[3]. Ses quartiers généraux sont situés à Winnipeg au Manitoba[3]. Elle comprend treize escadres réparties sur l'ensemble du territoire du Canada[6].

Entrée de la 22e Escadre North Bay
Vue aérienne de la 4e Escadre Cold Lake
Escadres
Escadre Province
1re Escadre Kingston[7] Ontario
3e Escadre Bagotville[8] Québec
4e Escadre Cold Lake[9] Alberta
5e Escadre Goose Bay[10] Terre-Neuve-et-Labrador
8e Escadre Trenton[11] Ontario
9e Escadre Gander[12] Terre-Neuve-et-Labrador
12e Escadre Shearwater[13] Nouvelle-Écosse
14e Escadre Greenwood[14] Nouvelle-Écosse
15e Escadre Moose Jaw[15] Saskatchewan
16e Escadre Borden[16] Ontario
17e Escadre Winnipeg[17] Manitoba
19e Escadre Comox[18] Colombie-Britannique
22e Escadre North Bay[19] Ontario

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Les appareils en service en 2016 sont les suivants[20] :

Aéronefs Origine Type En service Versions Année d'acquisition
Avion de chasse
McDonnell Douglas CF-188 Hornet Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de combat multirôle 77 1982 à 1988
Avion de transport
Boeing CC-177 Globemaster Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport stratégique 5 2007 à 2008 et 2015
Lockheed CC-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport tactique et de recherches-sauvetages 30 17 CC-130J, 1 CC-130E & 12 CC-130H (incluant des versions allongées CC-130J-30 et CC-130H-30) CC-130E & H: 1960 à 1996
CC-130J: 2010 à 2012
De Havilland Canada CC-138 Twin Otter Drapeau du Canada Canada Avion de transport léger, de liaisons, et de recherches-sauvetages 4 1970
De Havilland Canada CC-115 Buffalo Drapeau du Canada Canada Avion de recherches et de sauvetages 6 1967
Bombardier CC-144 Challenger Drapeau du Canada Canada Avion de transport de personnalités et de liaisons 6 1982 à 1985 et 2002
Avion ravitailleur
Airbus CC-150 Polaris Drapeau de l’Union européenne Union européenne Avion de transport de personnels et de ravitaillement en vol 5 1992 et 1993
Avion de patrouille maritime
Lockheed CP-140 Aurora Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de patrouille maritime 19 Lockheed P-3 Orion modifiés et doté de l'electronique embarqué du Lockheed S-3 Viking 1980
Avion d'entraînement
Beechcraft CT-156 Harvard II Drapeau des États-Unis États-Unis Avion d’entraînement basique et intermédiaire 25 2000 (location)
British Aerospace Systems CT-155 Hawk Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Avion d’entraînement avancé 16 2000 (location)
Canadair CT-114 Tutor Drapeau du Canada Canada Avion de voltige aérienne et de présentations officielles 24 Équipe de démonstration aérienne des Snowbirds 1963
De Havilland Canada CT-142 Dash Drapeau du Canada Canada Avion d’entraînement à la radionavigation 4 1987 et 1989 à 1990
Hélicoptère
Bell CH-146 Griffon Drapeau du Canada Canada Hélicoptère de transport, d’assaut, et de recherches-sauvetages 85 1995
Boeing-Vertol CH-147 Chinook Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère de transport et d’assaut 15 2013-2017
Bell CH-139 Jet Ranger Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère d’entraînement et de liaisons 13
Sikorsky CH-124 Sea King Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère de lutte anti-sous-marine 27 1963
Sikorsky CH-148 Cyclone Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère de lutte anti-sous-marine 9(+19) 2015
Agusta-Westland CH-149 Cormorant Drapeau de l'Italie Italie Hélicoptère de recherches et de sauvetage 14 2001 à 2003
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hydravion Burgess-Dunne, premier aéronef militaire canadien

La première tentative de créer une force aérienne militaire au Canada a été réalisée le avec la création du Corps d'aviation canadien (CAC) et l'acquisition d'un hydravion Burgess-Dunne (en) alors que Sam Hughes était le ministre de la Milice et de la Défense[21]. L'hydravion arriva au Canada le 29 septembre et fut envoyé en Europe le jour suivant[22]. Le corps ne fut composé que de deux officiers et d'un mécanicien, et démantelé en 1915[21]. De plus, le Burgess-Dunne n'effectua jamais de mission de vol[21].

Au cours de la Première Guerre mondiale, plusieurs aviateurs canadiens servirent au sein du Royal Flying Corps et du Royal Naval Air Service des forces aériennes britanniques. D'ailleurs, le recrutement de Canadiens au sein de ces corps était encouragé. Par exemple, en 1918, le Royal Flying Corps recruta un total de 16 663 Canadiens[21]. De plus, plusieurs aviateurs canadiens se distinguèrent au sein des forces britanniques en recevant plus de 800 décorations dont trois croix de Victoria, la plus haute distinction des forces du Commonwealth, reçues par le major William (Billy) Bishop, le sous-lieutenant Alan McLeod (en) et le major William Barker[21]. Le , le ministère de l'Air du Royaume-Uni annonça la création de deux escadrons de la Royal Air Force (RAF) dirigés exclusivement par des Canadiens. Ceux-ci furent mobilisés par le gouvernement canadien dix semaines plus tard à la station RAF Upper Heyford (en) au Royaume-Uni. Par la suite, ces deux escadrons furent regroupés sous une escadre canadienne au sein de la RAF[23]. En septembre 1918, la Marine royale canadienne créa le Service aéronaval de la Marine royale du Canada dont le rôle principal était la lutte anti-sous-marine[23]. Au total, 22 812 Canadiens servirent avec les forces aériennes britanniques en temps de guerre et 1 563 y moururent[23].

Canadair F-86 Sabre, chasseur de conception américaine, utilisés par la patrouille acrobatique Sky Lancers basé sur la base aérienne Grostenquin en France.

La Force aérienne du Canada (FAC) fut créée en 1920 avec le rapatriement des effectifs des deux escadrons canadiens au Royaume-Uni qui ont été dissous. La FAC comprenait un effectif provisoire de 1 340 officiers et 3 905 aviateurs et faisait partie de la Commission de l'Air civile[24]. En mars 1923, la FAC devint l’Aviation royale du Canada[25]. Le service régulier de l'ARC, l'Aviation active permanente, fut créé le et comprenait 66 officiers et 194 militaires du rang[25]. Cette date est considérée comme celle de la naissance de la Force aérienne du Canada[25].

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'ARC servit exclusivement des intérêts civils comme la lutte contre la contrebande et la photographie aérienne de vastes territoires inexplorés[24]. Le Canada entra en guerre le alors que l'ARC comprenait 4 061 militaires et 270 aéronefs dont le tiers étaient hors d'usage. Néanmoins, l'ARC servit dans diverses opérations en Europe et, à la fin de la guerre, était la quatrième force aérienne au monde en importance avec un effectif maximal de 211 151 militaires atteint le [26]. 79 aviateurs de la RCAF tués en 1944 en Normandie reposent au cimetière militaire canadien de Bretteville-sur-Laize (cf. Wikipedia), Calvados. De plus, de 1940 à 1945, le Canada était le terrain d'entraînement pour le Programme d'entraînement aérien du Commonwealth britannique (PEACB) dans le cadre duquel plus de 130 000 aviateurs de plusieurs pays se sont entraînés[27]. De 1950 à 1953, 22 pilotes canadiens participèrent à des missions de vol avec des escadrons américains en Corée avec le F-86 Sabre sans compter le transport de personnel et de fret vers la Corée[28].

Le , l’Aviation royale canadienne fut unifiée avec la Marine royale canadienne, l'Armée canadienne sous une même structure pour former les Forces canadiennes[29]. À ce moment, les aviateurs adoptèrent l'uniforme vert et les grades de l'armée de terre. De plus, les éléments aériens furent placés sous différents commandements. Le Commandement de la défense aérienne des Forces canadiennes (en) comprenait principalement les CF-101 Voodoo et les réseaux de radar. De son côté, le Commandement du transport aérien des Forces canadiennes (en) était responsable du transport aérien et le ravitaillement avec le CC-137 Husky dont la charge principale était de transporter les troupes du Commandement mobile vers et à partir des zones de combat en Europe. Les hélicoptères tactiques et le CF-104 Starfighter furent placés sous le Commandement mobile. De plus, le Commandement maritime avait la responsabilité des aéronefs qui supportaient les navires de la Marine royale canadienne tels que le CH-124 Sea King, le CP-107 Argus et le CP-121 Tracker. Le , tous les aéronefs furent regroupés sous le Commandement aérien qui venait d'être créé.

Plusieurs bases aériennes furent fermées durant les trois dernières décennies du XXe siècle à la suite de remaniements des aéronefs. Par exemple, au début des années 1970, le CP-107 Argus et le CP-121 Tracker furent remplacés par le CP-140 Aurora et sa variante le CP-140A Arcturus. De plus, les CF-104 Starfighter et les CF-101 Voodoo furent graduellement abandonnés alors que des CF-188 Hornet étaient acquis au milieu des années 1980 entraînant la fermeture des bases qui leur étaient exclusivement dédiées. En 1985, la Force aérienne réadopta son uniforme bleu pâle, mais conserva la structure des grades de l'armée de terre[30]. Le , le Commandement aérien réadopta le nom d’Aviation royale canadienne[31].

Symboles, drapeau et identification[modifier | modifier le code]

La marque d'identification des aéronefs de l'Aviation royale du Canada est basée sur celle de la Royal Air Force (RAF) britannique, mais comporte une feuille d'érable rouge au lieu du cercle rouge central. Avant 1946, la marque d'identification britannique était utilisée par l'ARC. De son côté, le drapeau de l'ARC est également basé sur celui de la RAF. Il comprend, dans le canton supérieur, le drapeau du Canada et, au centre, la marque d'identification des aéronefs de l'ARC. Jusqu'en 1965, le drapeau de l'ARC comportait le drapeau du Royaume-Uni au canton. Avant 1940, le drapeau de la RAF était utilisé par l'ARC.

L'insigne de l'Aviation royale canadienne comprend la couronne de saint Édouard, un aigle volant et une inscription comportant la devise de l'ARC Sic itur ad astra, latin pour « Telle est la voie vers les astres. » Elle fut adoptée en 2013 et ressemble davantage à l'insigne de l'Aviation royale canadienne d'avant l'unification des Forces canadiennes en 1968 tout en conservant le cadre des insignes de commandement modernes des Forces armées canadiennes.

Le tartan de l'Aviation royale canadienne est basé sur celui des Anderson et fut enregistré en 1942. Ainsi, l'ARC fut la première force aérienne du monde à avoir son propre tartan[32]. Il est utilisé par le pipe band de l'ARC.

Grades[modifier | modifier le code]

Commandant en chef des Forces armées canadiennes
Canada Commandant en chef
Insigne Commander-in-Chief Canada air force insignia.png
Titre Commandant en chef
Abréviation C-en-C


Officiers
Code de l'OTAN Cadet OF-1 OF-1 OF-2 OF-3 OF-4 OF-5 OF-6 OF-7 OF-8 OF-9 OF-10
Insigne CDN-Air Force-OCdt-2015.svg CDN-Air Force-2nd Lieutenant (OF1B)-2015.svg CDN-Air Force-Lieutenant (OF1A)-2015.svg CDN-Air Force-Captain (OF2)-2015.svg CDN-Air Force-Major (OF3)-2015.svg CDN-Air Force-Lieutenant Colonel (OF4)-2015.svg CDN-Air Force-Colonel (OF5)-2015.svg CDN-Air Force-BGen-2015-Shoulder.svg


CDN-Air Force-Brigadier General (OF6)-2015.svg

CDN-Air Force-MGen-2015-Shoulder.svg


CDN-Air Force-Major General (OF7)-2015.svg

CDN-Air Force-LGen-2015-Shoulder.svg


CDN-Air Force-Lieutenant General (OF8)-2015.svg

CDN-Air Force-Gen-2015-Shoulder.svg


CDN-Air Force-General (OF9)-2015.svg

Sans équivalence
Titre Élève-officier Sous-lieutenant Lieutenant Capitaine Major Lieutenant-colonel Colonel Brigadier-général Major-général Lieutenant-général Général
Abreviatura Elof Slt Lt Capt Maj Lcol Col Bgen Mgen Lgen Gen
Militaires du rang
Code de l'OTAN OR-1 OR-2 OR-3 OR-4 OR-5 OR-6 OR-7 OR-8 OR-9
Insigne CDN-Air Force-Pte (Basic).svg CDN-Air Force-Pte (Basic).svg Cdn-Air Force-Avt(OR-3)-2015.svg Cdn-Air Force-Cpl(OR-4)-2015.svg Cdn-Air Force-MCpl(OR-5)-2015.svg Cdn-Air Force-Sgtl(OR-6)-2015.svg CDN-Air Force-WO.svg Cdn-Air Force-MWO(OR-8)-2015.svg Cdn-Air Force-CWO(OR-9).svg
Titre Aviateur (recrue) Aviateur (de base) Aviateur (qualifié) Caporal Caporal-chef Sergent Adjudant Adjudant-maître Adjudant-chef
Abréviation Avr(R) Avr(B) Avr(Q) Cpl Cplc Sgt Adj Adjum Adjuc

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Communiqué : Le Canada rétablit les désignations traditionnelles de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne et de l'Aviation royale canadienne », sur forces.gc.ca,‎
  2. Ce que nous faisons - Au Canada sur le site de la Force aérienne du Canada, page consultée le 22 mai 2011.
  3. a, b, c et d Information générale sur le site de la Force aérienne du Canada, page consultée le 22 mai 2011.
  4. 1 DAC sur le site de la Force aérienne du Canada, page consultée le 22 mai 2011.
  5. 2 DAC sur la Force aérienne du Canada, page consultée le 22 mai 2011.
  6. Les escadres de la Force aérienne au Canada sur le site de la Force aérienne du Canada, page consultée le 22 mai 2011.
  7. 1re Escadre Kingston sur le site de la Force aérienne du Canada.
  8. 3e Escadre Bagotville sur le site de la Force aérienne du Canada.
  9. 4e Escadre Cold Lake sur le site de la Force aérienne du Canada.
  10. 5e Escadre Goose Bay sur le site de la Force aérienne du Canada.
  11. 8e Escadre Trenton sur le site de la Force aérienne du Canada.
  12. 9e Escadre Gander sur le site de la Force aérienne du Canada.
  13. 12e Escadre Shearwater sur le site de la Force aérienne du Canada.
  14. 14e Escadre Greenwood sur le site de la Force aérienne du Canada.
  15. 15e Escadre Moose Jaw sur le site de la Force aérienne du Canada.
  16. 16e Escadre Borden sur le site de la Force aérienne du Canada.
  17. 17e Escadre Winnipeg sur le site de la Force aérienne du Canada.
  18. 19e Escadre Comox sur le site de la Force aérienne du Canada.
  19. 22e Escadre North Bay sur le site de la Force aérienne du Canada.
  20. « Royal Canadian Air Force » (consulté le 20 septembre 2016)
  21. a, b, c, d et e Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 10.
  22. Commandement aérien des Forces canadiennes, « Burgess-Dunne » (consulté le 2 juin 2011).
  23. a, b et c Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 11.
  24. a et b Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 14.
  25. a, b et c Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 15.
  26. Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 16.
  27. Sur des sommets balayés par les vents : fait saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 19.
  28. Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 22.
  29. (en) Sixty Years - The RCAF and CF Air Command 1924–1984, p. 366-367.
  30. Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, p. 45.
  31. Le Canada rétablit les désignations traditionnelles de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne et du Corps d’aviation royal canadien dans Salle de presse de la Défense nationale et Forces canadiennes, 16 août 2011, page consultée le 16 août 2011
  32. Affaires publiques de l'ARC, Le tartan de l’ARC – Le premier tartan au monde représentatif d’une force aérienne, article de nouvelle, Aviation royale du Canada, 4 avril 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Desmond Morton, A military history of Canada, Toronto, (ISBN 0771065140)
  • (en) Larry Milberry, Sixty Years - The RCAF and CF Air Command 1924–1984, Toronto, Canav Books, , 480 p. (ISBN 0-9690703-4-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Lieutenant-colonel John Blakeley (éditeur en chef), Joanna Calder (éditrice) et David Krayden (auteur et recherchiste), Sur des sommets balayés par les vents : faits saillants historiques de la Force aérienne du Canada, Sa Majesté la Reine du chef du Canada, , 72 p. (ISBN 978-1-100-90665-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Lieutenant-colonel David Devenney (éditeur en chef), Sur des sommets balayées par les vents II : faits saillants historiques de l'Aviation royale canadienne (édition révisée), Sa Majesté la reine du chef du Canada, , 204 p. (ISBN 978-1-100-54643-8)
  • (en) Peter Pigott, Flying Canucks : Famous Canadian aviators, Hounslow Press, (ISBN 0888821751)
  • (en) Peter Pigott, Flying Canucks II : Pioneers of Canadian Aviation, Hounslow Press, (ISBN 0888821751)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 juillet 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
6 articles
           Bon article Forces armées canadiennes : commandements
Canadian Forces emblem.svg
Bon article Armée canadienne
Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada
Bon article Aviation royale canadienne
Commandement des opérations interarmées du Canada
Bon article Marine royale canadienne