Jack Granatstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jack Granatstein
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
TorontoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Palmarès
Distinction

Jack Granatstein (1939 -) est un historien canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Toronto dans une famille juive[réf. nécessaire], il reçoit son baccalauréat au Collège militaire royal du Canada en 1961, sa maîtrise à l'Université de Toronto en 1962 et son doctorat à l'Université Duke en 1966.

Il est membre des Forces armées canadiennes de 1956 à 1966 et il enseigne à l'Université York de Toronto de 1966 à 1996 où il occupe les fonctions de professeur émérite distingué en histoire.

De 1998 à 2001, il dirige le Musée canadien de la guerre. Partisan d'une politique étrangère pro-américaine et sceptique face au multiculturalisme, il a décrié la décision du gouvernement Chrétien de ne pas participer à la guerre d'Irak, rédigeant un ouvrage sur le sujet en 2007. Il a critiqué le mouvement souverainiste du Québec, associant le Parti québécois au nazisme et agitant la menace d'une guerre civile dans l'éventualité de la sécession du Québec[1]. Il a publié plus de soixante ouvrages historiques.

En 2004, il anime la commémoration du jour J sur Radio-Canada. En 2005, il aide l'animateur Peter Mansbridge lors des célébrations du jour de la victoire en Europe.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Who Killed Canadian History?, 1998
  • Yankee Go Home?
  • Victory 1945
  • Whose War Is It?, 2007

Honneurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]