Matthieu Poux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poux.

Matthieu Poux
Archéologue
Image illustrative de l’article Matthieu Poux
Matthieu Poux en 2011
Naissance (48 ans)
Genève, Drapeau de la Suisse Suisse
Nationalité franco-suisse
Distinctions Prix La Recherche 2012
Autres activités professeur,
ex-directeur du laboratoire Archéométrie et Archéologie, CNRS UMR 5138

Matthieu Poux né à Genève en 1970, est un archéologue franco-suisse, professeur d'archéologie à l'université Lyon II, ancien directeur et membre du laboratoire ArAr-UMR 5138[1] à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Spécialiste des processus de romanisation en Gaule pré-romaine et romaine (commerce et consommation du vin, pratiques religieuses, urbanisation, conquête militaire, occupation du territoire, pratiques institutionnelles), il anime plusieurs chantiers archéologiques situés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il coordonne, depuis 2001, les fouilles de l'oppidum de Corent dans le Puy-de-Dôme, et de 2008 à 2011, les fouilles de la villa de Saint-Laurent-d'Agny dans le Rhône. Depuis 2012, il dirige les fouilles sur le site des Buissières à Panossas en Isère en collaboration avec Aldo Borlenghi.

Lauréat du Prix La Recherche 2012, attribué à l'ensemble de l'équipe de fouilles de Corent[2], pour la découverte sur ce site, d'un hémicycle laténien, probable lieu de réunion politique de l'élite arverne aux 2e et 1er siècles avant notre ère.

Auteur d'une centaine de publications - dont une dizaine d'ouvrages - et d'une vingtaine de rapports de fouille pour la plupart consultables en ligne[3].

Ses recherches font l'objet, depuis 2003, de nombreux articles dans la presse nationale et internationale[4].

En décembre 2013, il prend position dans une tribune du Monde des Sciences[5] en faveur d'un maintien des lois en vigueur et de la diversité des acteurs de l'archéologie préventive.

Fondateur et vice-président du Laboratoire universitaire d'enseignement et de recherche en archéologie nationale (LUERN), qui supporte notamment l'organisation logistique, financière et administrative des fouilles de Corent.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (dir., avec François Bérard), Lugdunum et ses campagnes. Actualité de la recherche. Archélogie et Histoire Romaine 38, Editions Mergoil, Montagnac 2018.
  • (dir., avec M. Demierre), Le sanctuaire de Corent (Puy- de-Dôme, Auvergne). Vestiges et rituels, Gallia, suppl. 62, Paris, 2016.
  • (direction d'ouvrage collectif, avec S. Mauné et N. Monteix), Cuisines et boulangeries en Gaule romaine, Gallia 70/1, 2013.
  • Corent. Voyage au cœur d'une ville gauloise. Errance, Paris 2011. Nouvelle édition revue et augmentée (avec chapitre consacré au théâtre découvert en 2011), 2012.
  • (direction d'ouvrage collectif, avec F. Malrain), Qui sont les Gaulois ?. La Martinière/Universcience, Paris 2011.
  • (direction d'ouvrage collectif, avec J.-P. Brun et M.-L. Hervé-Monteil), Le vin et la vigne dans les Trois Gaules, Gallia 68/1, 2011, 292 p.
  • (direction d'ouvrage collectif) Sur les traces de César : militaria césariens en contexte gaulois. (direction de monographie). Actes de la table-ronde de Glux-en-Glenne (octobre 2002), Collection Bibracte 14, 2008, 463 p.
  • L’Âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Protohistoire Européenne 8, Éditions Monique Mergoil, 2004, Préface de André Tchernia, 637 p., 290 fig.
  • (direction d'ouvrage collectif, avec J.-P. Brun et A. Tchernia), Le vin. Nectar des Dieux, Génie des Hommes. Collectif. Pôle Archéologie du Rhône, éditions Infolio, Lyon 2004.
  • (direction d'ouvrage collectif, avec H. Savay-Guerraz) Lyon avant Lugdunum. Pôle Archéologie du Rhône, éditirons Infolio, Lyon 2003.
  • Puits funéraire d’époque gauloise à Paris (Sénat). Une tombe d’auxiliaire républicain dans le sous-sol de Lutèce. Protohistoire Européenne 4, éditions Monique Mergoil, Montagnac 1999.

Conférences et interviews en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.archeometrie.mom.fr/annuaire/poux-matthieu
  2. Palmarès 2012, sur le site du Prix de la Recherche, consulté le 11 novembre 2012.
  3. « Page personnelle Academia.edu »
  4. « LUERN, revues de presse »
  5. Matthieu Poux, « Les archéologues en guerre », sur Le Monde, (consulté le 12 juillet 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]