Arzano (Finistère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arzano
Arzano (Finistère)
L'église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens.
Blason de Arzano
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Quimperlé Communauté
Maire
Mandat
Anne Borry
2020-2026
Code postal 29300
Code commune 29002
Démographie
Gentilé Arzanois
Population
municipale
1 397 hab. (2020 en augmentation de 0,87 % par rapport à 2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 07″ nord, 3° 26′ 20″ ouest
Altitude Min. 6 m
Max. 97 m
Superficie 34,04 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Quimperlé
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Quimperlé
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arzano
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arzano
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Arzano
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Arzano
Liens
Site web arzano.fr

Arzano ([aʁzano]) est une commune française située dans le département du Finistère, en région Bretagne. Historiquement, elle fait partie du pays vannetais et du Kemenet-Héboé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Arzano.
Carte de la commune d'Arzano (contours de la commune en orange).

Arzano est une commune rurale dont le territoire s'étend entre les vallées de l'Ellé à l'ouest et du Scorff à l'est. La rivière Ellé sépare Arzano de Tréméven et Locunolé, tandis que le fleuve côtier Scorff sépare Arzano de Plouay et Cléguer, communes du département du Morbihan ; son affluent de rive droite le ruisseau de Kernévez, sépare au nord Arzano et Guilligomarc'h, tandis qu'au sud c'est le ruisseau de Penlann, un autre affluent de rive droite du Scorff, qui sépare, sur une partie de son tracé, Arzano de Pont-Scorff.

Les vallées du Scorff et de l'Ellé

Le bourg d'Arzano occupe une position centrale au sein de son finage communal et est situé à vol d'oiseau à 9 km au nord-est de Quimperlé, à 18 km au nord-ouest de Lorient, à 50 km à l'est de Quimper et à 58 km à l'ouest de Vannes.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est vallonnée et s'étage entre 6 mètres et 97 mètres d'altitude. Le bourg est situé sur une colline culminant à une altitude de 93 mètres dominant la vallée de l'Ellé. Le sous-sol est de constitution granitique et schisteuse.

Paysages et habitat[modifier | modifier le code]

Arzano possède de nombreux hameaux et écarts en raison de son habitat dispersé ; les principaux hameaux sont Botvé[1], Buzidou[2], Kerhoël[3], Villeneuve[4] et Saint-Durec[5]. La commune offrait autrefois un paysage de bocage mais un grand nombre de haies et de talus ont disparu ; par contre la commune a conservé un paysage vallonné et pittoresque en raison de ses vallées encaissées. Le développement de l'agriculture intensive a fait disparaître les petites fermes au profit des grandes exploitations agricoles.

En raison de la proximité des villes de Quimperlé et Lorient Arzano a vu depuis les dernières décennies du XXe siècle se développer un habitat résidentiel de migrants pendulaires.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[8]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 11,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 11,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 1 071 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 15,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,6 j

Avec le réchauffement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lorient-Lann Bihoue », sur la commune de Quéven, mise en service en 1952[12] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[13],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[14], à 12 °C pour 1981-2010[15], puis à 12,2 °C pour 1991-2020[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Arzano est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[17],[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Quimperlé, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 1,4 % 47
Terres arables hors périmètres d'irrigation 43,5 % 1 475
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 8,8 % 299
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 17,2 % 584
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 1,5 % 52
Forêts de feuillus 14,4 % 487
Forêts de conifères 2,4 % 81
Forêts mélangées 9,9 % 337
Forêt et végétation arbustive en mutation 0,8 % 26
Source : Corine Land Cover[22]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la paroisse est attesté historiquement sous les formes « Arzennou » en 1148, « Arthou » en 1167, « Arznou » en 1327 et 1387, « Arzenou » en 1380, 1382 et 1516, « Arzano » en 1536 et « Arsanno » en 1630[23].

Ce toponyme breton est un anthroponyme composé de arz, « ours », qui qualifie un « guerrier vigoureux »[24], et de gnou, « connu, fameux »[25], « qui a la puissance de l'ours ». Il pourrait s'agir du nom d'un seigneur local.

En breton moderne, le nom de la commune est An Arzhanaou[23], prononcé [nahaˈnɔw].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

À l’époque de la Tène, la région se trouve à la frontière occidentale du territoire des Vénètes, fortifié au niveau de plusieurs promontoires qui surplombent la vallée de l’Ellé ; notamment le promontoire de Saint-Adrien, vaste oppidum de 1,2 ha, qui avait un système défensif comprenant deux remparts et deux fossés, continus du bord d'un versant à l'autre[26].

On a trouvé de nombreuses stèles armoricaines (une d'entre elles se trouve devant la façade sud de l'église paroissiale), ce qui suggère une forte implantation humaine à la fin du premier millénaire avant J.-C.[27].

Moyen Âge et Temps modernes[modifier | modifier le code]

La première trace écrite de la paroisse d'Arzano se trouve dans le Cartulaire de Quimperlé qui date de 1167. La présence d'un lieu-dit dénommé "Le Moustoir" suggère l'existence d'un établissement monastique au Haut Moyen Âge[28].

La seigneurie de La Roche-Moysan[modifier | modifier le code]

Les frontières du Kemenet-Héboé et celles des trois châtellenies créées par son démantèlement au XIIIe siècle.

Une voie ancienne franchissait le Scorff à cet endroit ; dès le Xe siècle ou XIe siècle, une tour installée sur la motte castrale du Roc'h en contrôlait le passage. Au XIIIe siècle le site devint le chef-lieu de la châtellenie de La Roche-Moysan et un château fut construit sur le plateau, près de Kerhoël.

La plupart des terres d'Arzano étaient du fief de la seigneurie de La Roche-Moysan, une puissante seigneurie qui s'étendait également sur les paroisses voisines de Meslan, Rédené, Gestel, Lesbin (Pont-Scorff), Quéven, Ploemeur, Guidel et pour moitié de Groix.

Ancien barrage à poissons (pêcherie à saumons et anguilles) sur le Scorff en aval du site du Roc'h en Arzano, mais situé côté rive gauche en Plouay.

La seigneurie de La Roche-Moysan était un ancien démembrement de la seigneurie du Kemenet-Héboé. La seigneurie appartenait en 1282 à Geoffroi de La Roche Moisan, en 1294 à Olivier III de Tinténiac et en 1382 à Jean de Vendôme. Jean de Vendôme vendit par acte du 2 février 1382, à Charles de Rohan, seigneur de Guémené, le château, la terre et la châtellenie de la Roche-Moysan avec les moulins, bois et tout ce qui en dépendait[29]. La seigneurie resta aux mains de la famille des Rohan, branche de Rohan-Guémené jusqu'à la Révolution française[30]. Le siège de la seigneurie était à l'origine le château de La Roche-Moyzan situé à Arzano sur la rive droite du Scorff mais le voyant ruiné, Louis de Rohan-Guémené transfèrera le siège à Tréfaven en Ploemeur en 1482. Les vestiges de ce château sont encore visibles aujourd'hui, mais il en reste peu de traces. Il subsiste les piles du pont et la motte castrale. Le moulin et la pêcherie à anguilles située à 300 mètres en aval dépendaient de La Roche-Moysan[31].

Les autres manoirs[modifier | modifier le code]

Blason famille Bizien, sieurs de Kerigomarc'h.

Plusieurs manoirs existaient sur le territoire de la paroisse d'Arzano. Jean-Baptiste Ogée cite le manoir de Kerenech qui appartenait en 1240 à Philippe de Kerysequel, le manoir de Kerygomarch en 1250 à François Bizien, le manoir de Kerguegan en 1410 à Alain Henri, le manoir de La Villeneuve en 1420 à Terrien Penhoët et le manoir de Taluangorn (Talgorn), en 1500, à Jean Kerouallan.

Le manoir de Kerygomarch, propriété de la famille Bizien depuis au moins le XIIIe siècle (en 1248, Hamon Bizien participe à la septième croisade), prit par la suite le nom de manoir de Laz, par déformation du nom de ses nouveaux propriétaires (en 1610, Marie Bizien, dernière du nom, se marie avec Paul de l'âge de Volude, baron de La Chastre, un seigneur charentais) ; le « manoir du Lage » devint progressivement le « manoir du Laz ». Le domaine de Kerygomarch inclut une métairie au nord et un moulin à eau au sud. Le manoir actuel a probablement été construit au début du XVIe siècle par Jean Bizien. Ses armoiries figurent au-dessus de la porte d'entrée, une clé de voûte et le linteau de la cheminée de la salle ouest au rez-de-chaussée. Le domaine de Laz fut vendu comme bien national lors de la Révolution française et acheté en 1812 par Benjamin Brizoual qui le transmit à ses descendants ; l'un de ceux-ci, Yves Guyonvarc'h, transforma partiellement le manoir en style néogothique au début du XXe siècle[32].

Le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Arzano en 1778 :

« Arzano, à 12 lieues trois quarts à l'Ouest-Nord-Ouest de Vannes, son évêché ; à 18 lieues et demie de Rennes et à 4 lieues d'Hennebon, sa subdélégation et son ressort. Le nombre des habitants, y compris ceux de Guilligomar, sa trève, est de 2 600 communiants[Note 6]. Ce territoire est plein de landes, coupé de collines et de vallons ; les terres y sont peu cultivées, sablonneuses et d'un médiocre rapport. On y voit quand même quelques prairies, mais de peu d'étendue[29]. »

Révolution Française[modifier | modifier le code]

Arzano est érigé en commune en 1790 et rattaché au département du Finistère nouvellement créé pour fournir un hinterland à l'est à la ville de Quimperlé. Arzano, Guilligomarc'h et Rédené sont les trois paroisses du diocèse de Vannes, donc parlant le vannetais, rattachées au département du Finistère.

Dans la nuit du 21 au 22 nivôse an III (10 et ) une bande de chouans envahit le presbytère d'Arzano (le curé est Jean-Claude Pécart) et emporte la somme de 1 057 livres. « Si le sieur Pécart se fut trouvé le soir chez lui, il eût été indubitablement tué »[33].

Jacques Cambry écrit que « les communes d'Arzano, de Quérien [Querrien] et de Guilligomarc'h, éloignées du chef-lieu du district, voisines du pays qu'habitent les chouans, sont dans un état de terreur et de dénuement qui ne leur permet pas de manifester le patriotisme que les autres communes ont démontré : avec quelles difficultés, d'ailleurs, peuvent pénétrer dans ces pays sauvages les principes, base de la Révolution : pas un individu ne sait la langue française. Il n'est pas d'état plus funeste, plus déplorable que celui de ces malheureux. S'ils obéissent aux lois républicaines, on les poignarde ; refusent-ils de s'y prêter, on les met en prison. Une force armée les protège ; mais c'est la nuit qu'on assassiné, et les soldats ne peuvent être sur tous les points d'un canton vaste, coupé de bois, de fossés, de rivières »[34].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La première moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Joseph Louis Le Nir, originaire de Rosporden, fut curé d'Arzano de 1810 à 1829. Il assura en plus de son ministère, la fonction de maître d'école. Il faisait classe dans l'ancien presbytère (un bâtiment datant du XVIe siècle)[35], à quelques enfants de la paroisse et des environs, dont dix à douze qui se destinaient au séminaire étudiaient le latin. La plupart étaient de pauvres paysans. Le futur poète Auguste Brizeux compta parmi ses élèves car celui-ci passa une partie de sa jeunesse à Arzano et l'évoque dans certains de ses poèmes.

Lors de l'enterrement d'Antoine de Fournas, maire d'Arzano, en 1829 en présence du comte de Botderu, pair de France, et de toute la noblesse des environs, le recteur déclara que cet homme « a été toute sa vie le scandale de la paroisse ». La famille, indignée, organisa la messe de huitaine[36] dans une autre paroisse[37].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Arzano en 1843 :

« Arzano : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom, moins Guilligomarc'h, son ancienne trève ; aujourd'hui cure de 2e classe. (...). Principaux villages : la Villeneuve, Kerharnou, Kerhoët, le Moustoir, Cosquer, Kerguen, Kerlarec, Keranvoarec, Kergréau, Kerminguy. Superficie totale 3 413 hectares , dont (...) terres labourables 1 006 ha, prés et pâturages 177 ha, bois 173 ha, landes et incultes 1 873 ha (...). Moulins : 7. Chapelles Saint-Dureg, Saint-Adrieu, Saint-Laurent. Château de Lage, qui n'est pas mentionné par Ogée. Moulins à eau de Lage, de Castellin, de Penallan, du Roc'h. Géologie : constitution granitique. On parle le breton[38]. »

La seconde moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'ancienne caserne de gendarmerie d'Arzano (remplacée de nos jours par une construction moderne).

Le statut de chef-lieu de canton (le canton d'Arzano a été supprimé lors de la réforme administrative de 2014) et la proximité relative de Quimperlé alors en essor industriel expliquent l'essor du bourg pendant la seconde moitié du XIXe siècle ; celui-ci, s'étire alors en longueur le long de la route départementale 22 (actuel axe Quimperlé-Plouay, qui était alors l'axe routier principal entre Quimper et Vannes), devenant un village-rue constitué principalement de maisons uniformes à un étage, avec des commerces au rez-de-chaussée. Le bourg voit se construire aux environs de 1875 deux écoles, l'une publique, l'autre privée (école Jeanne-d'Arc), la mairie et une caserne de gendarmerie[39]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En juillet 1902 le Conseil d'arrondissement de Quimperlé se fait l'interprète de l'émotion soulevée dans tout l'arrondissement par la fermeture des écoles confessionnelles de Clohars-Carnoët, Querrien, Locunolé, Tréméven, Arzano et Guilligomarc'h, décidée par le gouvernement Émile Combes ; il « proteste énergiquement contre une mesure contraire aux vœux exprimés par les conseils municipaux et devant avoir pour effet de laisser un grand nombre d'enfants privés d'instruction »[40].

Alice Clerc écrit en 1914 qu'aux yeux de certains « Arzano est un petit bourg tranquille, sans intérêt, avec une église quelconque, une rangée de maisons ordinaires de chaque côté de la route », si ce n'était le souvenir de Brizeux[41]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Arzano porte les noms de 74 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, Jean-Marie Rouzeau, soldat du 62e régiment d'infanterie, disparu dès le et Pierre Ulve, soldat du 118e régiment d'infanterie, disparu dès le , tous deux lors des combats de Maissin (Belgique) ; la plupart sont décédés sur le sol français, dont Jean Le Gall[Note 7] et Joseph Gourlay[Note 8], tous deux décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[42].

Jean Foulgoc, soldat du 148e régiment d'infanterie, est mort de maladie le , donc après l'armistice, à Constantinople (Turquie)[43].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts est réalisé par le sculpteur Jean Joncourt au début de la décennie 1920[44].

Le cimetière, qui était auparavant autour de l'église, est déplacé au nord du bourg dans la décennie 1920. L'Entre-deux-guerres est pour Arzano une période de stagnation, comme en témoignent les rares constructions datant de cette époque[45].

Les courses hippiques de Quimperlé furent organisées entre 1909 et 1939 sur un terrain aménagé au sud du château de Kerlarec[46].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Arzano porte les noms de 6 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale, mais un autre relevé en indique 8, dont Joseph Courtet, Gabriel Hénaff, Marcel Le Gouic et Jean Sylvestre, tués tous les quatre en mai ou juin 1940 lors de la Débâcle ; Joseph Stanguennec, résistant, fut tué lors d'un bombardement le , alors âgé de 19 ans ; François Nicolas, lui aussi résistant, a été tué à Berné le [47].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux soldats originaires d'Arzano sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine (François Calvar en 1948 et André Guillemot en 1951)[42].

La construction de plusieurs lotissements, principalement au sud du bourg, donnent un bourg un aspect moins linéaire qu'antérieurement et ilustre la reprise de l'essor démographique de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie d'Arzano.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1943 1983 Jean Fichoux MRPRPFCNIPRI Agriculteur. Conseiller général du canton d'Arzano (1949-1979). Sénateur (1959-1962)
1983 2001 Georges Dauphin[Note 15]. PS Président de la fédération départementale
des syndicats d'exploitants agricoles
Conseiller général du canton d'Arzano (1979-1992).
Décide en 2001 de ne pas se représenter[50].
mars 2001 avril 2013
(démission)
Marie-Isabelle Doussal PS Conseillère générale du canton d'Arzano (1998-2015).
Démissionne en avril 2013 à la suite d'un scandale lié à l'envoi de lettres anonymes[51]
2013 En cours
(au 27 mai 2020)
Anne Borry[52],[53]
Réélue pour le mandat 2020-2026
App.PS[54] Enseignante à l'UBS
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[55]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[56].

En 2020, la commune comptait 1 397 habitants[Note 16], en augmentation de 0,87 % par rapport à 2014 (Finistère : +1,25 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0003 1501 7571 8341 8731 9571 8011 9171 957
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8741 8621 8771 7791 8611 9481 9521 9431 948
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8511 9171 9411 7381 8391 7931 6761 7661 524
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3101 2061 1031 1131 2241 3241 3251 4021 390
2020 - - - - - - - -
1 397--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[57] puis Insee à partir de 2006[58].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chaumière du village du Moustoir en Arzano où vivait Marie Penlan, la muse du poète Auguste Brizeux (carte postale du début du XXe siècle).
  • Ancien presbytère, XVIIe siècle ;
  • Maison de Marie, au village du Moustoir XVIIe siècle ;
  • Monument à Brizeux au Pont Kerlo, XIXe siècle[64] (inauguré le 18 septembre 1908 en présence de Renan Saïb et Théodore Botrel) ;
  • Pont de Kergreff (dit aussi pont de Ty Nadan) sur la rivière Ellé entre Locunolé et Arzano, seconde moitié du XIXe siècle[65] .

Il existait aussi autrefois des chapelles dans les villages de Saint-Adrien (reconstruite au XIXe siècle et disparue en 1952 ; sa fontaines à dévotion subsiste, elle date du XVIIIe siècle[66]) et de Saint-Durec [Saint Kiriec] (déjà disparue en 1902, de même que l'ancienne chapelle Saint-Bernard qui était la chapelle du château de Kervégant).

Il existait 7 moulins à eau à Arzano[67], dont le moulin du Roc'h[68] (site protégé), le moulin de Laz, le moulin de Castellin[69] (dernier moulin en service dans la commune, il a cessé son activité en 1992), le moulin de Zuliou, le moulin de Penlann.

Plusieurs maisons et fermes de la commune présentent un intérêt architectural[70].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

La charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 23 mai 2018.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Brizeux, placé dès 1811, à Arzano, chez le recteur Joseph-Marie Lenir qui lui inculquera quelques rudiments de philosophie et de théologie appris à Saint-Sulpice.
  • Louis Yhuel (1926-1999), organiste, y est né.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[9].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Personnes en âge de communier.
  7. Jean Le Gall, canonnier au 28e régiment d'artillerie, tué à l'ennemi le à Sillery (Marne).
  8. Joseph Gourlay, soldat au 77e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Conty (Somme).
  9. Olivier Daniel, né le à Arzano, décédé le à Arzano.
  10. Jean-Baptiste Denis, né vers 1804, décédé après 1833.
  11. Joseph Le Cadet, né le à Arzano, décédé le à Kerjean en Arzano.
  12. Benjamin Jego, né le au château du Laz en Arzano, décédé le à Keralvé en Arzano.
  13. Joseph Fichoux, né le à Stang ar Haro en Arzano, décédé le à Arzano.
  14. Yves Guyonvarc'h, né le à Kergariou Bras en Clohars-Carnoët, décédé le au château du Laz en Arzzano.
  15. Georges Dauphin, né le à Arzano.
  16. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Écart, Botvé (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  2. « Écart, Buzidou (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  3. « Écart, Kerhoël (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  4. « Écart, Villeneuve (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  5. « Écart, Saint Durec (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  9. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  12. « Station météofrance Lorient-Lann Bihoue - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Orthodromie entre Arzano et Quéven », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Lorient-Lann Bihoue - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur Corine Land Cover, (consulté le ).
  23. a et b Base de données KerOfis de l'Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  24. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne : plus de 1200 noms expliqués, Paris, Christine Bonneton Éditeur, , 231 p. (ISBN 978-2-86253-283-7, BNF 39280144), p. 89.
  25. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne : plus de 1200 noms expliqués, Paris, Christine Bonneton Éditeur, , 231 p. (ISBN 978-2-86253-283-7, BNF 39280144), p. 188.
  26. Patrick Maguer, « Les enceintes fortifiés de l'âge du fer dans le Finistère », Revue archéologique de l'Ouest, no 13,‎ , p. 103 à 121 (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Arzano, une commune du Finistère », sur Bretagne-découverte.com (consulté le ).
  28. « Étymologie et histoire de Arzano », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  29. a et b Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), pages 26-27.
  30. site infobretagne consultable http://www.infobretagne.com/arzano.htm
  31. D'après le panneau d'information touristique situé sur place.
  32. L'inventaire culturel du patrimoine en Bretagne, « Manoir du Laz, Arzano ».
  33. Daniel Bernard, « Recherches sur la chouannerie dans le Finistère », Annales de Bretagne,‎ , page 108 (lire en ligne, consulté le ).
  34. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795 (réédition), Quimper, Société archéologique du Finistère (ISBN 2-906790-04-4), page 412.
  35. « Ancien presbytère, 11, rue Auguste Brizeux (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  36. Messe célébrée en mémoire du défunt une semaine après son enterrement
  37. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1).
  38. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, Rennes, Molliex, (lire en ligne), page 49.
  39. « Bourg (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  40. « La liberté d'enseignement. La résistance en Bretagne », Le Mémorial des Pyrénées :,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Alice Clerc, Le Penseur : Le souvenir de Brizeux, (lire en ligne), page 174.
  42. a et b « Arzano. Monument aux Morts (Relevé n° 69063) », sur MemorialGenWeb, (consulté le ).
  43. https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/complementter.php?id=6267569
  44. « Monument aux morts, bourg (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  45. « Bourg (Arzano) », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  46. « Présentation de la commune d'Arzano », sur L'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne, (consulté le ).
  47. « Arzano. Morts 1939-1945 (Relevé n° 13933) », sur MemorialGenWeb, (consulté le ).
  48. Antoine Marie Thomas François de Fournas, né en 1766, décédé en 1829 à Kervégant
  49. Pierre-Amédée Mahé de Berdouare, né le à Riec-sur-Bélon, décédé le à Arzano.
  50. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20001114&article=1917901&type=ar.
  51. Béatrice Griesinger, « Le scandale pousse Marie-Isabelle Doussal à la démission », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. https://www.ouest-france.fr/anne-borry-elue-maire-darzano-ce-soir-371590
  53. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  54. https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimperle-29300/departementales-les-candidats-ps-du-canton-de-quimperle-3141808
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  57. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  58. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  59. « Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  60. « Chapelle Saint Laurent (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  61. « Manoir du Laz (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  62. « Château de Kerlarec (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  63. « Manoir, Penlan (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  64. « Monument commémoratif d'Auguste Brizeux, Pont Kerlau (Arzano) - Inventaire Général du Patrimoine Culturel », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  65. « Pont sur l'Ellé, Kergreff (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  66. « Fontaine, Saint Adrien (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  67. « Les moulins sur la commune d'Arzano », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  68. « Moulin à eau, le Roc'h (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  69. « Moulin à eau, Moulin de Castellin (Arzano) », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  70. « Les maisons et fermes sur la commune d'Arzano », sur patrimoine.bzh (consulté le )