Saint-Thurien (Finistère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Thurien.

Saint-Thurien
Saint-Thurien (Finistère)
la mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Quimperlé
Intercommunalité Quimperlé Communauté
Maire
Mandat
Jean-Pierre Guilloré (Bruno Jaffré démissionnaire)
24 novembre 2014-2020
Code postal 29380
Code commune 29269
Démographie
Gentilé Thuriennois
Population
municipale
1 027 hab. (2015 en augmentation de 7,09 % par rapport à 2010)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ nord, 3° 38′ ouest
Altitude Min. 22 m
Max. 166 m
Superficie 21,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Thurien

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Thurien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thurien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thurien

Saint-Thurien [sɛ̃tyʁjɛ̃] (Breton:Sant-Turian) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de
Saint-Thurien dans le Finistère.

La commune de Saint-Thurien est située au sud-est du Finistère. Son territoire est bordé à l'ouest et au sud par l'Isole, une rivière au cours sinueux qui coule dans une vallée boisée et profondément encaissée. Au nord coule le ruisseau de Saint-Eloi. Le bourg occupe une position centrale et se situe sur le plateau armoricain à une altitude comprise entre 100 et 120 mètres. Le reste de la population se disperse dans une cinquantaine de lieux-dits et écarts. En voici les noms avec, entre parenthèses, la signification en français pour quelques-uns :

  • Champ Fleuri
  • Coat Cleo
  • Coat Kerroux
  • Coat Pin
  • Creach Feot
  • Creach Mine
  • Creach Mine Bihan
  • Creach Quillierou
  • Crozuel
  • Crozuel Izella
  • Faouedic (la petite hêtraie)
  • Goaremmou
  • Helles
  • Hent Karrig Kamm
  • Ker Kerroue
  • Keralain (village d'Alain)
  • Kerauffret
  • Kerbail
  • Kerbellec
  • Kerberes
  • Kerbihan
  • Kerbiriou
  • Kerboudou
  • Kerboudou Vras
  • Kerbras
  • Kerbriand
  • Kerdiamant
  • Kerdilis
  • Kerdilis Bihan
  • Kerellen
  • Kerfraval
  • Kergac
  • Kergall
  • Kerganet
  • Kerganet Bihan
  • Kergoulaouen
  • Kerguern
  • Kerguyader (village de Guyader)
  • Kerhenry
  • Kerhervet
  • Kermal
  • Kerminiou (village de Miniou)
  • Kernabat
  • Kerner
  • Kerpichon
  • Kerprima
  • Kerroux
  • Kersaint
  • Kersaleguen
  • Kerserve
  • Kerveguen
  • Kervennou
  • Le Cleuziou (les fossés)
  • Le Guernic (la petite aulnaie)
  • Les Salles
  • Loj ar Bleiz (loge au loup)
  • Lojou (les huttes, les loges)
  • Luzurien
  • Magorou (les murs en ruine)
  • Moulin de Pont Croach
  • Moulin de Saint Eloi
  • Moulin Kerchuz
  • Moulin Neuf
  • Moulin Richet
  • Noyelou
  • Pouillet
  • Poulmoudou
  • Prajoual
  • Quelennec (la houssaie)
  • Quillos
  • Rosquimerch
  • Rostrennec (la colline des ronces)
  • Roué (la clairière)
  • Roz Ar Bourhis
  • Roz Fontaine
  • Roz Roudou
  • Rusuliec
  • Stang Feunteun
  • Stang Kerdilis
  • Stang Leo
  • Stang Lojou
  • Stang Neuzec
  • Trevennou
  • Troysol (vallée de l'Isole)
  • Ty Roudou (Maison Roudou)
  • Ty Viguennou (Maison Viguennou)


Depuis les hauteurs de la commune, dans les environs du village du Roué, on bénéficie d’une vue vers le lointain en direction du sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1278, Saint-Thurien est mentionné pour la première fois sous la forme Saincthourchan[1], Sainct Tourhan en 1599, Sainct Tourhan 1599, Saint Thurien en 1669[2].

Saint-Thurien ou Saint-Turien est issu d'un nom de chapelle, d'église ou de lieu dédié à saint Turiau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 1 027 habitants[Note 1], en augmentation de 7,09 % par rapport à 2010 (Finistère : +1,13 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2001 2608829729211 0881 1151 1151 125
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0911 1151 2001 1581 2191 2661 4231 5121 656
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6791 7051 7911 7421 6271 5681 5091 4031 264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 2011 0549679258838438699971 027
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1807   François Le Goff    
1820   René Daniel    
1826 1845 Bertrand Le Goff    
1852 1878 Thomas Le Bris    
1878 1882 François Le Pustoc'h    
1882 1896 Mathieu Le Beux    
1896 1899 Yves Favennec    
1899 1900 Louis Pustoc'h    
1900 1912 René Valegant    
1912 1914 François Buquen    
1914 1929 Joseph Cotonnec    
1929 1939 Louis Le Gall    
1939 1945 François Pustoc'h    
1945 1958 Louis Ferrec    
1958 1959 Corentin Hervé    
1959 1983 Marcel Gaonac'h SFIOPS  
1983 2014 Joël Derrien PS Conseiller général (2008-2015)
2014 2014 Bruno Jaffré    
2014 en cours Jean-Pierre Guilloré DVG Cadre commercial Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Histoire[modifier | modifier le code]

le monument aux morts

Origine[modifier | modifier le code]

Saint-Thurien semble être un ancien démembrement de la vaste paroisse gallo-romaine de Niulac ou Yuliac (de Yulacum ou domaine de Jules), d'une superficie de 12 000 ha, qui englobait les territoires actuels des communes de Querrien, Saint-Thurien, Locunolé et Tréméven[8] .

XIe siècle[modifier | modifier le code]

1030: Le cartulaire de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé cite le bourg de Bannalec dans une charte sous la dénomination de plebs banadluc et évoque deux trèves attachées à ce bourg : Treu Tabalac (Trebalay en bannalec) et Treu Guennou (Trevennou en Saint Thurien). Le comte de Cornouaille Alain Canhiart a cédé ces deux hameaux à l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé pour la remercier de son appui dans son conflit avec le comte de Léon. À la Révolution la trève de Trevennou est annexée par Saint-Thurien.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

stèle christianisée dite du Père Maunoir (la croix est cassée)

Vers 1645 de fâcheuses rumeurs parvinrent aux oreilles de l'évêque de Quimper concernant sa paroisse de Saint-Thurien : le recteur y vivait en concubinage notoire et le vicaire y avait scandaleusement célébré la messe dans l'une des nombreuses auberges du bourg. L'année suivante il demanda au prédicateur Julien Maunoir et à son équipe de missionnaires de s'y rendre. Les paroissiens, le recteur à leur tête, cailloux en mains, signifièrent aux missionnaires qu'ils n'avaient rien à y faire et les chassèrent. En guise de punition la paroisse rebelle fut frappée pendant deux années d'interdit religieux par l'évêque. Le père Maunoir revint dix-sept ans plus tard en 1663 effectuer une mission dans la paroisse. Celle-ci se solda par un succès. Pour sceller la réussite de la seconde mission une croix fut érigée au sommet de la stèle haute gauloise située près de la sacristie. Depuis, elle est surnommée la stèle du Père Maunoir[9].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le 29 mars 1789 les paroissiens de Saint-Thurien se réunissent sur convocation du roi pour dresser le cahier de doléances de leur paroisse. Ils réclament notamment la fin des corvées de grand chemin qui les empêchent de vaquer à leur récolte ainsi que l'abolition du tirage au sort pour la milice, la possibilité d'aller moudre son grain à tel moulin que l'on voudra et la cessation du logement des troupes et des fournitures aux casernes. Alors que Saint-Thurien avait droit à deux délégués, la paroisse n'en désigne qu'un, le cultivateur Louis Derrien, pour la représenter à Quimperlé à l'assemblée de la sénéchaussée et y apporter son cahier de doléances.

À la date du 7 octobre 1790, c'est un dénommé Le Goff qui est maire de Saint-Thurien (le premier maire élu ?), et Thépaut est procureur de la commune[10] .

1791 : Le premier (pas sûr) maire de Saint-Thurien est Louis Derrien, élu en 1791 et né au village de Kerboudou.

1794 :il est l'un des 26 administrateurs du Finistère, qui furent guillotinés (notamment pour avoir levé des troupes pour protéger les Girondins), place du Château à Brest le 3 prairial an II ().

1800 : Le premier recensement nominatif de la population masculine nous permet de savoir que l'on dénombrait à Saint-Thurien 175 cultivateurs, 37 domestiques, 35 journaliers, 8 sabotiers, 8 tailleurs, 6 tisserands, 6 conscrits, 5 meuniers, 4 maréchaux, 3 menuisiers, 1 charron, 1 boucher, 1 notaire, 1 cordonnier, 1 fournier et 2 écoliers en pension à Quimperlé.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Thurien, de style néo-roman.

Au début du XIXe siècle l'occupation des sols de la commune d'après le cadastre est la suivante : on compte 924 hectares de landes et de friches (43 % des terres), 908 hectares de terres labourables (42 % des terres), 186 hectares de prés et de pâturages (9 % des terres), 38 hectares de bois (1,8 % des terres), 10 hectares de terrains bâtis (moins de 1 % des terres) et 75 hectares de contenances non imposables (terres en indivision)[11].

Un recensement effectué en 1831 révèle une très faible pénétration de la langue française puisque seulement 0,4 % de la population de la commune peut le lire et l'écrire.

Un rapport de l'inspecteur d'académie signale en 1880 que la commune de Saint-Thurien fait partie des six communes du département du Finistère « encore dépourvues de tout moyen d'instruction »[12].

L'église paroissiale est entièrement reconstruite à la fin de ce siècle. L'édifice précédent datait des XVe siècle et XVIe siècle et avait fait l'objet d'une restauration en 1683. Il s'agit de la dernière réalisation de l'architecte diocésain Joseph Bigot. Le nouvel édifice, d'une extrême froideur, semble dépourvu de style.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre Mondiale fait 101 morts (chiffres du monument aux morts) et de nombreux blessés sur la commune. Pendant la guerre un journal ira jusqu'à titrer : les affamés de Saint-Thurien, en raison de la fermeture des boulangeries due à la pénurie de farine. La guerre a en effet vidé les campagnes de ses bras pour les travaux des champs.

la conserverie Peny

En 1964 l'usine de conserverie Peny est transféré de Bannalec sur la rive gauche de l'Isole, côté Saint-Thurien. Aujourd'hui, les installations de l'usine occupent les deux rives, mais le siège social est côté Saint-Thurien. Cette usine, propriété du groupe agroalimentaire CECAB, produit des conserves de légumes et des plats cuisinés.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Son nom breton est Sant-Turian. L’adhésion à la charte Ya d'ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 8 juillet 2013.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Bideau, coureur cycliste professionnel de l'Équipe cycliste Bretagne-Séché Environnement.
  • Louis Derrien, cultivateur né à Saint-Thurien vers 1756, est élu administrateur du Département du Finistère en juin 1790 ; en 1791, il est notaire; à l'automne 1792, il est élu administrateur du Finistère : avec les autres administrateurs du Département, il prend des positions en faveur des Girondins, attitude "fédéraliste" qui lui vaut d'être parmi les 26 administrateurs du Finistère condamnés à mort par le Tribunal Révolutionnaire de Brest, et exécutés, le 3 prairial an II / 22 mai 1794[13].
  • Charles Cotonnec (né à Saint-Thurien le 22 avril 1876[14], décédé à Paris en 1935), médecin, fut directeur de l'hôpital de Quimperlé, fonda une clinique privée dans cette ville, et est surtout connu pour avoir soutenu la lutte bretonne ou Gouren, l'avoir codifiée et avoir été un fondateur de la FALSAB. Bretonnant, il fut aussi poète, publiant ses œuvres notamment dans une maison d'édition qu'il avait créée, Armorica.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Thurien est jumelée avec le village irlandais de Kilmacow.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Editions Jean-paul Gisserot (ISBN 2877474828, lire en ligne), p. 112
  2. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. infobretagne.com, http://www.infobretagne.com/saint-thurien.htm
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. site officiel de la commune de Saint-Thurien
  8. Marcel Cado, Monographie sur la commune de Querrien, Liv'Éditions, Lonrai, 1998.
  9. topic-topos
  10. Archives Départementales du Finistère : 10 L 59 : 7 octobre 1790.
  11. dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne par Jean Ogée, nouvelle édition, tome 2
  12. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Kergloff
  13. Archives Départementales du Finistère : 10 L 135.
  14. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

]