Breton vannetais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Breton vannetais
Brezhoneg Gwened
Pays France
Région Bretagne
Nombre de locuteurs environ 29 000 en 2007[1]
Typologie V2, flexionnelle, accusative, à accent d'intensité
Classification par famille
Codes de langue
Linguasphère 50-ABB-be

Le breton vannetais est la variété de breton parlée dans la partie bretonnante du Morbihan et de la Loire-Atlantique, à l’exception des cantons du Faouët et de Gourin (où l’on parle cornouaillais). Les communes finistériennes d’Arzano, Rédéné et Guilligomarc'h et les communes costarmoricaines de Mellionnec, Lescouët-Gouarec, Perret et Plélauff parlent aussi vannetais.

Le Pays vannetais est l’autre région de grande tradition littéraire en langue bretonne, avec le Léon. En effet, ce pays correspondait à l'évêché de Vannes (du moins à sa partie bretonnante) et ses prêtres, étant formés au séminaire de cette ville, y apprenaient à lire et écrire le breton local. Qui plus est, nombre de ces prêtres furent également écrivains.

Aujourd’hui, le breton vannetais est souvent ignoré des apprenants et laissé de côté par les professeurs, car il présente des caractéristiques trop spécifiques par rapport aux autres dialectes bretons (majoritaires). Cependant plusieurs méthodes (la méthode Assimil de Fanch Morvannou) présentent et le KLT et le vannetais. Enfin, d'autres méthodes, tel Selaou, Selaou de Mona Bouzec présentent entre autres le cornouaillais de la frontière avec le vannetais (de Riec-sur-Belon à Gourin et au Faouët), qui partage certains traits avec le vannetais (palatalisation de certains sons, chuintement de certains s, ...)

Ce dialecte est très intéressant, à la fois pour le linguiste parce qu’il est sans conteste, avec le léonard, l'un des dialectes bretons les plus archaïques pour sa syntaxe, sa morphologie et sa phonologie ; et pour l'amateur de chant populaire ou de conte pour ses caractéristiques musicales et son « esprit », relativement éloigné de ceux du Centre-Bretagne ou du Léon.

Orthographes[modifier | modifier le code]

Diverses orthographes vannetaises standard se sont succédé jusque dans le milieu du XXe siècle, et il arrive encore que certaines personnes les utilisent. Ensuite sont apparues des graphies-orthographes désireuses d'intégrer le vannetais, notamment l'orthographe unifiée dite peurunvan fondée sur une volonté d'unification du KLT et de l'orthographe vannetaise traditionnelle, et dénommée également KLTG (G pour Gwened = Vannes). Certains pensent que le vannetais et le KLT sont trop différents pour qu’une seule et même orthographe puisse convenir à les noter phonétiquement de manière satisfaisante. Cependant la graphie "skolveurieg" du vannetais est proche de la graphie "skolveurieg" du KLT.

Toutefois, l'orthographe interdialectale (dite etrerannyezhel) se prête beaucoup mieux à l'écriture du vannetais, surtout depuis sa version de 2003 améliorée par Albert Deshayes. On écrit par exemple marw pour [marɥ] au lieu de marv ou maro, ou eneñv que le KLT prononce [ʻe:ne] mais le vannetais prononce [injã]. On note également des changements dans les conjugaisons simples comme emañ, contraction de ema-eñ(v), qui devient simplement ema en interdialectale puisque le vannetais usite encore la forme ema sans nasalisation.

La majorité des écrivains et auteurs vannetais d'aujourd'hui utilisent le peurunvan : Daniel Doujet, François Louis, Daniel Carré, Jorj Belz (qui a également écrit en orthographe vannetaise traditionnelle), Herri ar Borgn (a également écrit en orthographe traditionnelle et en interdialectale).

Dialectes[modifier | modifier le code]

Carte schématique des zones linguistiques du vannetais. 1: haut-vannetais ; 2: bas-vannetais ; 3: vannetais littoral.

Nombreuses sont les divergences entre vannetais et KLT : les deux ont connu une évolution en partie différente, à partir de l’époque du vieux-breton.

Le vannetais lui-même se divise en trois sous-dialectes :

Morphologie du breton vannetais[modifier | modifier le code]

Morphologie verbale[modifier | modifier le code]

Voici les paradigmes des verbes vannetais, conjugaison marquée (la marque de personne est incluse dans la forme verbale – c’est par exemple la forme qu’on utilise au négatif en général). Les particules verbales (souvent utilisée à l'affirmatif) ne figurent pas dans le tableau. Certaines formes verbales se rencontrent ordinairement avec leur première lettre mutée. La première ligne est en peurunvan, et la deuxième en graphie traditionnelle (quasiment phonétique). L’abréviation BV précède les variantes bas-vannetaises. Attention : seul le vouvoiement est d'usage en bas-vannetais.

Verbe régulier (dire) être avoir aller
Présent ponctuel je - on
on / oun (BV)
’m eus
em es
-
tu - ous
ous
’teus
’tes
-
il - eo ; ema
é ; é ma
en deus
en des / ’nes (BV)
-
elle - eo ; ema
é ; é ma
he deus
hé des, ’des / hi'des (BV)
-
nous - omp
omb
hon eus
hun es / ni'bes (BV)
-
vous - oc'h
oh
ho peus, hoc'h eus
hues / ‘pes (BV)
-
ils, elles - int
int
o deus
ou des / hè'des (BV)
-
Impersonnel - oar, eur
oér
eus
es
-
Présent progressif je on é lâret
on é laret
- - on é vonet
on é vonet
tu ous é lâret
ous é laret
- - ous é vonet
ous é vonet
il ema é lâret
é ma é laret
- - ema é vonet
é ma é vonet
elle ema é lâret
é ma é laret
- - ema é vonet
é ma é vonet
nous omp é lâret
omb é laret
- - omp é vonet
omb é vonet
vous oc'h é lâret
oh é laret
- - oc'h é vonet
oh é vonet
ils, elles emaint é lâret
é mant é laret
- - emaint é vonet
é mant é vonet
Impersonnel oar é lâret
oér é laret
- - oar é vonet
oér é vonet
Présent habituel je lâran
laran
be(za)n
vèn
’m bez
’m bé / ’mè (BV)
an
an
tu lârez
laréz
be(ze)z
véz
’tez
’té
ez
éz
il lâr
lar / lara (BV)
be(z)
’vé / vè, ùè (BV)
en devez
’n devé / ' (BV)
a
a
elle lâr
lar / lara (BV)
be(z)
’vé / vè, ùè (BV)
he devez
hé devé / hi'dè (BV)
a
a
nous lâromp
laramb
be(zo)mp
’vèmb / vèmb, ùèmb, ùimb (BV)
hor bez
hur bé / ni'bè (BV)
eomp
amb
vous lârit
laret
be(ze)c'h
’vèh
ho pez
hou pé / ’pé (BV)
it
et
ils, elles lâront
larant
be(zo)nt
’vènt / vènt, ùènt, ùint (BV)
o devez
ou devé / hè'dè (BV)
eont
ant
Impersonnel lârer
larér
be(ze)r
’vér
bez
’vé / vè, ùè (BV)
eer
ér
Imparfait je lâret
laren
oan
oen
’m boa
em boè / 'moè (BV)
aen
èn
tu lâres
lares
oas
oes
’z poa
’toé
aes
ès
il lâre
laré
oa
oé /, oa, ò (BV)
en doa
en d(ev)oé / 'noè (BV)
ae
é / è (BV)
elle lâre
laré
oa
/ , oa, ò (BV)
he doa
hé d(ev)oé / hi'doè (BV)
ae
é / è (BV)
nous lâremp
laremb
oamp
oemb
hor boa
hur boé / ni'boè (BV)
aemp
emb
vous lârec'h
lareh
oac'h
oeh
ho poa
hou poé / 'poè (BV)
aec'h
eh
ils, elles lârent
larent
oant
oent
o doa
ou d(ev)oé / hè'doè (BV)
aent
ent
Impersonnel - - - -
Futur je lârin
larein
bin
vein
’m bo
em bou / 'mo (BV)
in
ein
tu lâri
lari, larei, laris
bi
vi, vei, vis
’z po
ha pou
i
i, ei, is
il lâro
larou / larei (BV)
bo
vou / vo, o, ho (BV)
en do
en d(ev)ou / 'no (BV)
ay
ei
elle lâro
larou / larei (BV)
bo
vou / vo, o, ho (BV)
he do
hé d(ev)ou / hi'do (BV)
ay
ei
nous lârimp
lareèmb / larimb (BV)
bimp
veèmb / vimb, ùimb (BV)
hor bo
hur bou / ni'bo (BV)
imp
eèmb / imb (BV)
vous lâroc'h, lârot
lareèt / larèh (BV)
boc'h, beot
veèt / vèh, ùèh (BV)
ho po
hou pou / 'po (BV)
eoc'h, eot
eèt / èh (BV)
ils, elles lârint
lareint
bint
veint / veint, ùeint, ùint (BV)
o do
ou d(ev)ou / hè'do (BV)
aint
eint / eint, int (BV)
Impersonnel - - - -
Conditionnel prés. je lârehen
larehen
behen
vehen
’m behe
em behé / ’mehè (BV)
ahen
ehen
tu lârehes
larehes
behes
vehes
’tehe
’tehé
ahes
ehes
il lârehe
larehé / larehè (BV)
behe
vehé / vehè, ùehè (BV)
en dehe
en d(ev)ehé / 'nehè (BV)
ahe
ehé / ehè (BV)
elle lârehe
larehé / larehè (BV)
behe
vehé / vehè, ùehè (BV)
he dehe
hé d(ev)ehé / hi'dehè (BV)
ahe
ehé / ehè (BV)
nous lârehemp
larehemb
behemp
vehemb
hor behe
hur behé / ni'behè (BV)
ahemp
ehemb
vous lârehec'h
lareheh
behec'h
veheh
ho pehe
hou pehé / ’pehè (BV)
ahec'h
eheh
ils, elles lârehent
larehent
behent
vehent
en dehe
ou d(ev)ehé / hè'dehè (BV)
ahent
ehent
Impersonnel - - - -
Un temps composé
(passé composé)
je ’m eus lâret
em es laret / 'mes laret (BV)
on bet
on bet / oun pet (BV)
’m eus bet
em es bet / 'mes pet (BV)
on aet
on oeit / oun oeit (BV)
tu ’z peus lâret
’tes laret
ous bet
ous bet
’teus bet
’tes bet
ous aet
ous oeit
il en deus lâret
en des laret / ’nes laret (BV)
ema bet
é ma bet / 'ma pet (BV)
en deus bet
en des bet / ’nes pet (BV)
ema aet
é ma oeit
elle he deus lâret
hé des laret / hi'des laret (BV)
ema bet
é ma bet / 'ma pet (BV)
he deus bet
hé des bet / hi'des pet (BV)
ema aet
é ma oeit
nous hon eus lâret
hun es laret / ni'bes laret (BV)
omp bet
omb bet / oumb pet (BV)
hon eus bet
hun es bet / ni'bes pet (BV)
omp aet
omb oeit / oumb oeit (BV)
vous ho peus lâret, hoc'h eus lâret
hues laret / ‘pes laret (BV)
oc'h bet
oh bet / oh pet (BV)
ho peus bet, hoc'h eus bet
hues bet / ‘pes pet (BV)
oc'h aet
oh oeit
ils, elles o deus lâret
ou des laret / hè'des laret (BV)
emaint bet
é mant bet / 'mant pet (BV)
o deus bet
ou des bet / hè'des pet (BV)
emaint aet
é mant oeit
Impersonnel - - - -
Infinitif lâret
laret
bout
bout
en devout / kaout
en-d(ev)out, kaouit, bout / kaou(e)t (BV)
monet
mon(e)t
Participe passé lâret
laret
bet
bet / pet (BV)
bet
bet / pet (BV)
aet
oeit

Syntaxe du breton vannetais[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la syntaxe, le breton vannetais présente un grand nombre d’archaïsmes, et quelques innovations également.

  • Le pronom personnel COD est presque systématiquement (sauf au nord-ouest du bas-vannetais, sous influence du cornouaillais) un adjectif possessif, et n’est jamais remplacé par une périphrase avec une préposition. C’est ce qu’on retrouve dans les autres langues brittoniques (gallois, cornique, plus archaïques) et dans les états plus anciens de la langue (moyen breton).
    • Me ia d’hou kuélet. (Je vais vous voir. « je vais votre voir »).
    • N’hé homprenan ket. (Je ne la comprends pas. « je ne son comprends pas »).
    • É mant doh me hlah. (Ils sont en train de me chercher. « ils sont en train de mon chercher »).
  • Dans les phrases dans des temps composés, le pronom COD est, à la 3e personne, à la même forme que le pronom COD, et se place juste avant le participe passé.
    • Me em-es hi kleuet. (Je l’ai entendue. « j’ai elle entendu »).
    • N’ou-des ket éan guélet. (Ils ne l’ont pas vu. « ils n’ont pas il vu »).
  • La mutation adoucissante sur les noms et les adjectifs est moins fréquente en vannetais qu’en KLT.
  • La mutation par nasalisation a été beaucoup mieux conservée qu'en KLT. S'il ne reste guère que le mot dor > an nor à l'ouest, le vannetais est beaucoup plus systématique : derùenn > en nerùenn, dimezel > en nimezel, etc... Une consonne nasale se retrouve également dans le pronom possessif 1sg : là où le KLT dit ma Doue, ma gar et ma bro, le haut-vannetais use de men Doué, men gar et mem bro. Un n «s'ajoute» devant d et g tandis qu'un m «s'ajoute» devant un b. Il faut moins y voir un «ajout» qu'une survivance de l'ancienne mutation par nasalisation comme on les retrouve en gallois après le possessif fy (ex: brawd > fy mrawd : mon frère ; desg > fy nesg : mon bureau ; gardd > fy ngardd : mon jardin). En revanche, là où le gallois a conservé cette mutation nasalisante pour les mots commençant par K, T, et P (ex: tad > fy nhad ; mon père), le vannetais a basculé à une mutation spirante : me zad [mə sa:t] / [mə za:t] / [mə ða:t] / [mə r̥a:t].
  • L’ordre des mots normal dans les propositions principales ou indépendantes est souvent SVO,
    • Me zad en des cherret ur vilheten hanter-hant euro (Mon père a ramassé un billet de 50 ).
    • É kér, me zad en des cherret ur vilheten hanter-hant euro (En ville, mon père a ramassé un billet de 50 ).
    • sauf dans les phrases avec le verbe être (où l’on peut commencer par le prédicat, surtout à la 3e personne du singulier, ou par le verbe lui-même, au présent), ou avec le verbe aller (on commence par ce verbe).
      • Chuih é (il est fatigué, « fatigué il-est »)
      • Éh on é chonjal (je suis en train de réfléchir)
      • Éh an de Uéned (je vais à Vannes)
    • Dans les subordonnées cependant, et dans les phrases interrogatives commençant par un mot interrogatif, comme la conjonction ou le mot interrogatif commence obligatoirement la phrase, le verbe suit, et le sujet vient ensuite.
      • M'em es laret dehé / é tehé Iehann de eih ér (Je leur ai dit / que Jean viendrait à huit heures. « J’ai dit à-eux / que viendrait Jean à huit heures »).
      • Émen é kaveèmb avaleu ? (Où trouverons-nous des pommes ? « Où trouverons nous pommes ? »)

Phonologie du breton vannetais[modifier | modifier le code]

  • L’accent tombe généralement sur la dernière syllabe des mots, comme en vieux-breton. Dans la plupart des parlers KLT en revanche l'accent tonique s'est déplacé sur l'avant-dernière syllabe. En bas-vannetais, l’accent tonique est plus faible et mobile, et tombe souvent sur la première syllabe des mots de trois syllabes.
  • Les anciennes diphtongues ae et ao sont conservées en haut-vannetais, et réduites à è/é et ô en bas-vannetais. Ex : du lait : HV liah ; BV lèh. Garçon : HV paotr ; BV pôtr.
  • L'ancienne diphtongue -oe- est conservée en vannetais alors qu'elle a évolué en /oa/, /a/ en KLT (diskoé, KLT: divskoaz)
  • Un w étymologique se prononce /ɥ/ (mais aussi plus rarement /w/) avant un < e > ou un < i > alors qu'il se prononce /v/ en KL (avel) ou /w/ en T (awel).
  • K et g se palatalisent généralement quand ils sont suivis de < e >, < i > ou < u >. Ki, keu, gué.
  • Devant une voyelle, le pronom possessif votre a gardé sa forme étymologique (hoz) dans l'est du haut-vannetais en prononçant hous avaleù, là où le KLT ne dit plus que ho et rajoute un c'h pour la liaison, donnant hoc'h avaloù.
  • L’accent tonique étant sur la dernière syllabe, les syllabes finales sont conservées (contrairement au KLT), ex. :
    • our : kañnour (KLT kaner),
    • (i)on : soñnerion (HV), zoñnerian/zoñnerien (BV) (KLT sonerien),
    • aou : koèdeu (HV), koèdaou (BV) (KLT koajoù).
  • Le th étymologique (du vieux-breton) se prononce /h/ en vannetais (mais /z/ en KLT). V-breton cath > Vannetais kah.
  • Les /h/ étymologiques se prononcent en BV, mais sont généralement muets en HV.
  • -ôn- étymologique vieux-breton devient –an- en vannetais (-eun- en KLT). Lon (plein) > lan. (KLT leun)
  • Le groupe –nt- perd souvent son –n- en milieu de mot : français fontaine > feutan. V-breton *cintam > ketan.
  • Le groupe sk- se prononce généralement /ʃ/ devant < é >, < i >, < u >.
  • Le s du groupe –st- est toujours chuinté.
  • Le –ô- étymologique vieux-breton devient /é/ en haut-vannetais, reste /ô/ dans la région de Carnac, et devient eu en bas-vannetais. Ex : v-breton brodr (frère) > HV brér (sauf dans certaines communes proches du BV), Carnac brôr, BV breur.
  • Les < i > en fin de mot et en hiatus sont diphtongués en /ej/ sur le littoral haut-vannetais. Ex : Mari > Marei, un ti > un tei, liés > leiés, etc.
  • Pierre Le Roux relève en 1927 que le son [ð] est encore en usage très régulier en haut-vannetais, dans un « triangle » géographique formé par Cléguérec ~ Malguenac, Pluvigner et Saint-Allouestre ~ Saint-Jean-Brévelay, et en usage ponctuel à Belle-île (ainsi qu'à Sein, en dehors du vannetais).(cf: ALBB) Ce que confirme Francis Favereau dans son dictionnaire du breton contemporain. Jean Le Du, dans son Nouvel atlas linguistique de basse-Bretagne relève cet usage toujours vivant dans ce même triangle (recensements effectués entre 1969 et 1997 - cf: entre autre, cartes n°572, 574, 575).

Vocabulaire du breton vannetais[modifier | modifier le code]

Voici une liste de quelques mots vannetais emblématiques (en orthographe traditionnelle) que vous pourrez comparer aux mots KLT (et aux mots gallois très proches).

Français Vannetais Breton KLT
haut-vannetais bas-vannetais
aller monet monet, mont mont
an blé bloaz
arrivé arriù erru(et), arru(et)
autre aral (cf. gallois : arall) erel all
avec ; par get gant
beaucoup paot-mat ur bochad, hileih kalz
bois koèd (cf. gallois : coed) koèd ; koad (ouest du BV) koad
celui-ci hennen hinna hemañ, hennañ
chaise kadoér (cf. gallois : cadair) kador, kadoar
chanson kanen zoñnen kanaouenn, son
chaud tuem (cf. gallois : twym) tchom tomm
cheval ; chevaux jao ; ronsed ; marh, kezeg marc’h ; kezeg ; jav
comme èl, aval èl, mod evel
contre (emplacement) doh ouzh, oc’h, deus
cueillir, récolter cherreh jerrah dastum, daspugn, serriñ
« de-contre » a-zoh, doh diouzh, dioc’h, deus
de (origine) a diar, doh eus, deus, eus a, a
d’où ? a ven ?, a beban ?, a émen ? diar ven ? doh men ? (d)eus pelec’h ?
« en train de + verbe » é é ; o
être bout (cf. gallois : bod) bezañ
excellent ag er choéj eus an dibab, eus ar c'hentañ
faire gobér, gobir, goubir gober ober
festin, banquet gloé, gloé freill (cf. gallois : gwledd) banvez ar peurzorn, gloez/glez
fini achiù echu
gens de maison goskor (mot rare) (cf. gallois : gosgordd) mevelien, koskor
ils, elles ind, iè, gi hè, hiè i, int, int-i
le grand en hani bras en heñi bras an hini bras, an heni bras, an heñi bras
mieux guèl gwelloc'h, gwell
pire goah goèh gwashoc’h, gwazh
laver golhein (cf. gallois : golchi) gwalc'hiñ, gwelc'hiñ
minuit kreiznoz hanternoz
mur magoér (cf. gallois : magwyr), mur moger, magoar, mur
où ? é-men ? men ? ba-ven ? (e) pelec’h ?
pour aveit, avé eit, eùit, aùit evit
prodige, merveille burhud, moliah burzhud, marzh, meuliezh
quand ? pegours ? pegoulz ? peur ? pedavare ?
quand même ur sort, alkent memestra, evelkent
sans hemb, nemb hep
sauf nameit, ’meit nemet, ’met
savoir gouiet gouzout, goût, gouvezout
venu deit deuet
allé oeit aet
donné reit roet
fait groeit graet
sous édan didand, ba-dan, dizan dindan, indan
sur àr (cf. gallois : ar) war
tôt kours abred
tout rah, tout holl, tout

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Parler breton au XXIe siècle : les chiffres-clés », sur www.langue-bretonne.com (consulté le 22 avril 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L. Cheveau, (2017), Nouvelle grammaire bretonne du dialecte de Vannes, vannetais standard, Ploudalmézeau : Label LN, 369 pages, (ISBN 978-2-915915-44-0).
  • T. Ar Menteg. (2007) Dastumad gerioù a rannyezhoù ar gevred (Dictionnaire de vannetais breton-français) Hiziv An Deiz, 2007, 253 pages, (ISBN 978-2-9516246-1-0).
  • P. de Châlons, (réédité par J. Loth en 1897), Dictionnaire breton-français du dialecte de Vannes, Rennes : Plihon et Hervé : https://archive.org/details/dictionnairebre01unkngoog
  • E. Ernault (1998), Dictionnaire breton-français du dialecte de Vannes, avec un supplément de P. Le Goff, Brest, Brud Nevez/Emgleo Breiz (première édition 1919, Vannes : Lafolye Frères) : https://archive.org/details/bretonvannes
  • E. Ernault, G. Le Menn (éditeur), et alii (2008), Émile Ernault, Supplément inédit à son dictionnaire vannetais, Saint-Brieuc : Skol.
  • L. Fleuriot, (2005), « La place du dialecte de Vannes dans l’histoire du breton », in Chants traditionnels vannetais, collecte de Jean-Louis Larboulette, 1902-1905, Pontivy : Dastum Bro-Ereg.
  • A. Guillevic, P. Le Goff, (1902), Grammaire bretonne du dialecte de Vannes, Vannes : Lafolye Frères, rééd. Brest : Ar Skol Vrezoneg/Emgleo Breiz
  • A. Guillevic, P. Le Goff, (1986), Geriadurig Brehoneg-Galleg, Brest : Ar Skol Vrezoneg/Emgleo Breiz.
  • M. Herrieu, (1999, 2001), Dictionnaire breton / français (vannetais), Brest : Emgleo Breiz.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]