Locunolé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Locunolé
Locunolé
L'église Saint-Guénolé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Quimperlé Communauté
Maire
Mandat
Corinne Collet
2020-2026
Code postal 29310
Code commune 29136
Démographie
Gentilé Locunolois
Population
municipale
1 156 hab. (2018 en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 11″ nord, 3° 28′ 43″ ouest
Altitude Min. 12 m
Max. 121 m
Superficie 16,78 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Quimperlé
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Quimperlé
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Locunolé
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Locunolé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Locunolé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Locunolé

Locunolé [lokynole] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Locunolé vient du vieux-breton « loc », lieu consacré, et de saint Guénolé, fondateur de l'abbaye Saint-Guénolé de Landévennec. Locunolé est mentionné pour la première fois en 1426 sous la forme Locguenolay. Locunolé semble bien être le « quartier » ou tref Uuinguiri, donné à l'abbaye de Landévennec par le roi Gradlon et localisé, par l'acte qui le relate au XIe siècle, dans la paroisse de Niuliac. Le nom de tref Uuinguiri disparut, remplacé par celui de Locunolé, à partir du XIe siècle.

Lokunole en breton, signifiant le « lieu de Saint Gwénolé ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Locunolé est une petite commune dont le bourg est situé à vol d'oiseau à un peu moins de 10 km au nord-est de Quimperlé. Le cours de l'Ellé longe le territoire communal à l'est et au sud et son tracé sert de frontière naturelle avec les communes voisines de Guilligomarc'h et Arzano.

Locunolé est surtout réputée pour le site spectaculaire des Roches du Diable, dont le bassin d'eau vive est situé près du bourg de Locunolé, entre les communes de Guilligomarc'h et Querrien. La rivière Ellé s'y faufile entre d'énormes rochers en granite polis par l'érosion. Ce site de grande renommée accueille régulièrement des compétitions de canoë-kayak de catégories nationales et internationales.

Plan de la commune.
Communes limitrophes de Locunolé
Querrien Guilligomarc'h
Locunolé
Tréméven Arzano

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Locunolé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Quimperlé, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l' occupation des sols détaillée de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 5,9 % 99
Terres arables hors périmètres d'irrigation 42,5 % 718
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 16,5 % 279
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 16,1 % 272
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 2,2 % 37
Forêts de feuillus 6,0 % 102
Forêts mélangées 10,7 % 181
Source : Corine Land Cover[6]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • XVIIe

1667 : Locunolé, jusqu'alors simple prieuré dépendant de Rome, est érigé en paroisse dépendant du diocèse de Quimper.

  • XVIIIe

En 1759, la paroisse de Locunolé [le nom est écrit Loquenolé] devait chaque année fournir 5 hommes pour servir de garde-côtes[7].

En 1790, Locunolé est érigé en commune et rattaché au département du Morbihan nouvellement créé.

  • XIXe

En 1801, le Concordat en fait une paroisse du diocèse de Vannes. Les prêtres faisant défaut, la paroisse est annexée à Meslan vers 1812 puis est érigée en succursale du Faouët en 1820.

Par décret du , la commune de Locunolé est rattachée au Finistère. Locunolé, constituée uniquement de 7 villages annexe 20 villages de Querrien pour pouvoir devenir une paroisse de plein exercice. La superficie de la commune passe ainsi de 605 hectares[8] à 1 678 hectares. Les villages transférés formaient auparavant un quartier de Querrien du nom de Coat ar C'hrann. Ils s'appellent : Cosquer, Sainte Gertrude, L'Île Gourlay, Kernon, Bélénou, Kerdudan, Kerdonars, Le Grannec, Ty Danigou, Moulin Mohot, Kereven, Lonjou, Mongariou, Méné Bloc'h, Ty Nadan, Kerrouarch, Carlay, La Villeneuve et Kerret. Une vieille expression en langue bretonne parlant de l'ancien Locunolé disait : « E Nikinolé e oa diou vilin, seiz ker hag eur maner», c'est-à-dire :à Locunolé il y a deux moulins, sept villages et un manoir.

Le fut bénie la première pierre de l'actuelle église paroissiale et le , celle-ci fut consacrée. Elle a été construite sur l'emplacement de l'ancienne dont il ne reste que le clocher et les fonts baptismaux. Le clocher porte la date de 1671 avec l'inscription suivante : VENERABLE ET DISCRET MESSIRE P. CADIC RECTEUR.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
…1925 1935… Pensec Rép.GURD  
1965 1989 Joseph Penver SFIOPS Paysan
1995 2008 Hubert Kerhervé DVG  
1995 2008 Louis Rousseau PCF Conducteur de travaux
2008 2014 Jean-Yves Le Coz App.PS Agriculteur
2014 2018 Murielle Le Rest DVG[9] Fonctionnaire
23 mars 2018 En cours Corinne Collet DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2018, la commune comptait 1 156 habitants[Note 3], en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
598422412417431463502480435
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
9771 0289631 1091 0931 1701 2241 2631 320
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 3431 4551 4531 5051 4341 3821 3301 1171 018
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
8528248368758699121 0781 1441 156
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Le  : inauguration de la salle multifonctions.
  • Le  : signature de la charte Ya d’ar brezhoneg par le maire, engagement pris par son Conseil municipal quelques mois plus tôt en faveur de la langue bretonne, concernant notamment la mise en place d’une signalisation bilingue dans la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Guénolé

Légende[modifier | modifier le code]

  • Les Roches du diable : Saint Guénolé serait arrivé dans ce pays où Satan régnait en maître. Il fonda la paroisse qui porte son nom (Locunolé) et chaque jour les conversions devinrent plus nombreuses. Un jour que Guénolé se promenait au bord de l'Ellé, le diable lui lança à la tête d'énormes blocs de rochers. D'un large signe de croix Guénolé détourna le danger et, depuis, les rochers sont là, sur la rive. Un rocher porterait les traces des griffes du diable et un trou dangereux dans le lit de l'Ellé est dénommé "trou du diable".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Données statistiques sur les communes de Métropole communes; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le 19 avril 2021).
  7. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne...", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f6.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  8. dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne par Jean Ogée, nouvelle édition, tome 1
  9. « Résultats municipales 2020 à Locunolé », sur Le Monde.fr (consulté le 28 juin 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]