Robert Herbin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herbin.
Robert Herbin
Herbin-fete-livre-2009.jpg
Robert Herbin en 2009
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 30 mars 1939 (75 ans)
Lieu 19e arrondissement de Paris, France Drapeau : France
Taille 1,80 m
Période pro. 1957-1975
Poste Milieu défensif
Parcours junior
Saisons Club
? Drapeau : France Cavigal de Nice
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1957-1972 Drapeau : France AS Saint-Étienne 489 (98)
1975 Drapeau : France AS Saint-Étienne 1 (1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1960-1968 Drapeau : France France 23 (3)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1972-1983 Drapeau : France AS Saint-Étienne
1983-1985 Drapeau : France Olympique lyonnais
1985-1986 Drapeau : Arabie saoudite Al Nasr Riyad
1986-1987 Drapeau : France RC Strasbourg
1987-1990 Drapeau : France AS Saint-Étienne
1991-1995 Drapeau : France Red Star FC
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Robert Herbin est un joueur professionnel et entraîneur de football français, né le 30 mars 1939 au 19e arrondissement de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé au Cavigal de Nice, Herbin passe inexplicablement au travers des mailles du système de recrutement du grand club local, l'OGC Nice, à l'époque l'une des meilleures équipes françaises. Il entre en 1957 dans l'équipe de l'AS Saint-Étienne où il s'affirme vite comme l'un des grands espoirs du football français. Demi défensif athlétique et intransigeant, doué d'une détente et d'une frappe de balle exceptionnelles, Herbin s'épanouit dans le 4-2-4, dispositif tactique en vogue au début des années 1960, et s'impose assez rapidement en équipe de France (4e du championnat d'Europe dès 1960), participant notamment à la Coupe du Monde 1966 en Angleterre. Il est l'un des piliers de la première génération du grand Saint-Étienne, quadruple champion de France consécutif de 1967 à 1970. Lors de la saison 1969-70, l'entraîneur des Verts, Albert Batteux, déplace Herbin au poste d'arrière central aux côtés de Bernard Bosquier. L'association fait merveille et Herbin continuera à ce poste durant toute sa carrière, même si l'émergence de la « garde noire » (Marius Trésor et Jean-Pierre Adams) lui barre le chemin de l'équipe de France.

Joueurs en civils discutant devant un car.
Herbin à gauche, avec Patrick Revelli et Jean-Michel Larqué, en 1976.

À la suite de la démission d'Albert Batteux en 1972, Herbin se retrouve, à trente-trois ans, l'un des plus jeunes entraîneurs de France. S'appuyant sur un centre de formation sans égal à l'époque, il intègre une ribambelle de jeunes (Janvion, Lopez, Bathenay, Santini, Synaeghel, et surtout Rocheteau) aux cadres des Verts et bâtit l'une des toutes meilleures équipes d'Europe, n'échouant en finale de la Coupe des clubs champions 1975-1976 face au Bayern Munich (0-1) que par la faute des tristement célèbres poteaux carrés du Hampden Park de Glasgow. Sous sa férule et après l'arrivée au club de Michel Platini à l'été 1979, les Verts restent au sommet du football français jusqu'en 1981, année de leur dernier titre de champion à ce jour.

L'affaire de la « caisse noire » de l'ASSE, durant la saison 1982-1983 voit Herbin comploter contre le président stéphanois Roger Rocher pendant la grave lutte pour le pouvoir qui secoue l'ASSE. Cependant 6 mois après la chute de Rocher, Herbin doit quitter son club de toujours et est immédiatement engagé, ô ironie, par le rival régional lyonnais alors à l'agonie. Malgré de réels progrès en trois mois seulement, Herbin ne peut éviter la relégation en Division 2. Il quitte alors Lyon pour Valence, en Division 3, avant de faire son grand retour à Saint-Étienne en 1987. La période faste des Verts est toutefois bien révolue et les titres ne reviennent pas, ce qui conduit Herbin à quitter l'ASSE en 1990. Il occupe plusieurs autres postes d'entraîneur (entre autres en Arabie saoudite ou au Red Star) avant d'intégrer la Fédération Française de Football où il siège actuellement au Conseil Fédéral.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Robert Herbin est le seul entraîneur de la période moderne du football français à avoir marqué un but pour son équipe en Division 1. Lors de la dernière journée de la saison 1974-75, trois ans après l'arrêt de sa carrière de joueur mais à 36 ans seulement, Herbin s'offrit le luxe de disputer un match sans véritable enjeu (les Verts étant déjà mathématiquement champions) à domicile face à Troyes en tant qu'arrière central. Il y inscrivit sur penalty le dernier des 5 buts stéphanois.

Il était surnommé "le Sphinx" car il n'aimait pas s'exprimer ou le faisait contraint et forcé et avec parcimonie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

  • Champion de France en 1974, 1975, 1976, et 1981 avec l'AS Saint-Étienne
  • Vainqueur de la Coupe de France en 1974, 1975, et 1977 avec l'AS Saint-Étienne
  • Finaliste de la Coupe des Champions en 1976 avec l'AS Saint-Étienne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]