Marcel Aubour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Aubour
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 17 juin 1940 (74 ans)
Lieu Saint-Tropez, France Drapeau : France
Taille 1,80 m
Période pro. 1960-1977
Poste Gardien
Parcours junior
Saisons Club
1958-1960 Drapeau : France Olympique lyonnais
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1960-1966 Drapeau : France Olympique lyonnais 185 (0)
1966-1969 Drapeau : France OGC Nice 104 (0)
1969-1972 Drapeau : France Stade rennais 109 (0)
1972-1977 Drapeau : France Stade de Reims 167 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1964-1968 Drapeau : France France 20 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Marcel Aubour, né le 17 juin 1940 à Saint-Tropez, était un footballeur international français (gardien de but).

Biographie[modifier | modifier le code]

Aubour rejoint Lyon en 1958. Gardien de classe internationale, complet et régulier, il est par son palmarès et sa présence régulière en équipe de France l'un des deux meilleurs portiers de l'histoire du club (avec Grégory Coupet et Hugo Lloris).

Avec l'OL, il dispute deux finales de Coupe de France, gagnant celle de 1964 et atteignant les demi-finales de la Coupe des Vainqueurs de Coupe cette même année. Sa réputation de « tueur de penalties » (comparable à celle de Mickaël Landreau au début des années 2000) naît après une série d'arrêts décisifs dans cet exercice.

Porté par ses performances en club, Aubour succède à Pierre Bernard et remplace Daniel Eon, blessé juste avant la coupe du monde 66, comme titulaire dans le but de l'équipe de France, avec laquelle il se qualifie pour la Coupe du Monde 1966 en Angleterre. Les Bleus y essuient un cuisant échec, éliminés au premier tour par un manque de cohérence tactique et une série de contre-performances individuelles. Aubour n'est pas épargné, en grande partie responsable du but concédé face au Mexique lors du très décevant premier match des Tricolores (1-1).

Aubour quitte Lyon pour Nice après la Coupe du Monde, décision malheureuse qui le voit accompagner le Gym en Division 2 en 1968. Il se voit également écarté de l'équipe de France (au profit du Stéphanois Georges Carnus) à la fin de la saison 1967-68 après une humiliante élimination (1-1, 1-5) par la Yougoslavie en Coupe d'Europe des Nations.

Après une saison en D2, Aubour revient au plus haut niveau en signant à Rennes. Il y remporte son second trophée en gagnant la Coupe de France 1971 face à ... Lyon (1-0) après avoir éliminé le grand OM aux tirs au but en demi-finale, Aubour en arrêtant trois dont celui du redoutable Josip Skoblar. Cette victoire reste pour « le grand Marcel » le meilleur souvenir de sa carrière : « C'était du délire. Cela a duré trois mois alors que la victoire de l'Olympique lyonnais en 1964 n'avait guère duré qu'une semaine. » (Jacques Thibert, Les coqs du football, Paris, Calmann-Levy, 1972, page 163). Durant toute la saison 1970-71, Aubour retrouve même l'équipe de France mais doit à chaque fois se contenter du statut de doublure de Carnus.

Aubour part en 1972 pour Reims où il termine sa carrière en 1977. Il quitte ensuite le monde du football professionnel et s'établit dans sa ville natale de Saint-Tropez.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Palmarès personnel[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]