Rauville-la-Place

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rauville.
Rauville-la-Place
Église Saint-Laurent
Église Saint-Laurent
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Saint-Sauveur-le-Vicomte
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Ouve
Maire
Mandat
Christian Faudemer
2014-2020
Code postal 50390
Code commune 50426
Démographie
Gentilé Rauvillais
Population
municipale
388 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 18″ N 1° 30′ 17″ O / 49.388333, -1.50472249° 23′ 18″ Nord 1° 30′ 17″ Ouest / 49.388333, -1.504722  
Altitude Min. 2 m – Max. 46 m
Superficie 11,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Rauville-la-Place

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Rauville-la-Place

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rauville-la-Place

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rauville-la-Place

Rauville-la-Place est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 388 habitants[Note 1] (les Rauvillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud de la péninsule du Cotentin. Son petit bourg est à 2,5 km à l'est de Saint-Sauveur-le-Vicomte[1].

Communes limitrophes de Rauville-la-Place[2]
Saint-Sauveur-le-Vicomte Sainte-Colombe Reigneville-Bocage,
La Bonneville
Saint-Sauveur-le-Vicomte Rauville-la-Place[2] Crosville-sur-Douve
Saint-Sauveur-le-Vicomte Saint-Sauveur-le-Vicomte Crosville-sur-Douve,
Varenguebec

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Radulfi villa vers 1080[3]. Son origine est attribuée à l'anthroponyme germanique Radulf[4] adjoint de l'ancien français ville, à l'origine « domaine rural ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rauville-la-Place

Les armes de la commune de Rauville-la-Place se blasonnent ainsi :
écartelé : au premier et au quatrième d'argent aux trois merlettes de sable, au deuxième et au troisième d'argent à la quintefeuille de gueules[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
v. 1840  ? Joseph-Magloire Hantonne[5]    
 ? mars 2008 Albert Gallot    
mars 2008 mars 2014 Annie Épineaux SE Infirmière libérale
mars 2014[6] en cours Christian Faudemer SE Salarié secteur médical
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 388 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Rauville-la-Place a compté jusqu'à 1 006 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
852 821 965 1 006 952 898 934 913 956
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
930 909 888 832 811 838 826 763 723
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
680 678 665 553 639 583 605 660 653
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
585 511 418 397 418 432 396 391 388
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de la Délivrande.
Le manoir de Garnetot.
  • Église Saint-Laurent du XVIIe siècle avec cuve baptismale et vitrail de Paul Bony en hommage à Jacques Debout. Elle abrite de nombreuses statues classées à titre d'objets aux Monuments historiques[9].
  • Cimetière avec les tombes de Jacques Debout (chanoine René Roblot) et de Mgr Anger-Billards.
  • Chapelles Saint-Clair (XVIIe siècle) et Notre-Dame de la Délivrance (XVIe, stèle en hommage à Jacques Debout).
  • Manoir de Garnetot du XVIe siècle, inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 5 décembre 1979[10].
  • Château du Mont du XIXe siècle.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance routière la plus courte selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 947
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  5. Annuaire du département de la Manche, 12e année, 1840, p 228.
  6. a et b « Rauville-la-Place (50390) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. « Œuvres mobilières à Rauville-la-Place », base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. « Manoir de Garneto », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :