Couville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couville
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Cherbourg-Octeville-3
Intercommunalité Communauté de communes de Douve et Divette
Maire
Mandat
Alain Pinabel
2014-2020
Code postal 50690
Code commune 50149
Démographie
Gentilé Couvillais
Population
municipale
1 030 hab. (2012)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 13″ N 1° 41′ 09″ O / 49.553611, -1.68583349° 33′ 13″ Nord 1° 41′ 09″ Ouest / 49.553611, -1.685833  
Altitude Min. 45 m – Max. 130 m
Superficie 8,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Couville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Couville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couville
Liens
Site web www.mairie-de-couville.fr

Couville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 1 030 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Couville[1]
Virandeville Sideville Hardinvast
Virandeville,
Saint-Christophe-du-Foc
Couville[1] Saint-Martin-le-Gréard
Bricquebosq Breuville Saint-Martin-le-Gréard,
Breuville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Kalvilla vers l'an mille[2]. Il est issu d'un anthroponyme : norrois selon Ernest Nègre (Kali)[2] et René Lepelley (Koli)[3], ou germanique (Colo) selon Albert Dauzat[4]. Le second élément est l'ancien français vile dans son sens originel de « domaine rural », issu du latin villa rustica.

Le gentilé est Couvillais.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est dans la commune, à la gare précisément, que fut découverte la célèbre malle sanglante de Couville et que fut arrêté le couple formé par Joseph Aubert et Marguerite Dubois, les auteurs de l'homicide du jeune philatéliste. Cette affaire fut jugée aux assises de la Seine, du 26 au 29 octobre 1896. Son retentissement trouva un large écho dans la presse internationale de l'époque[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2008 René Bihel    
mars 2008[6] en cours Alain Pinabel[7] SE Technicien
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 030 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Couville[8]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
543 544 664 729 750 714 677 647 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
682 583 651 533 530 579 494 440 498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475 485 480 464 520 517 465 438 468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
463 412 488 657 821 820 922 937 1 030
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

C'est de la gare de Couville que devait partir le minerai de fer exploité par la société des Mines de May-sur-Orne, qui avait repris en 1951 les activités de la Mine de fer de Flamanville fermée en 1940 du fait de la Deuxième Guerre mondiale. Après la fermeture de la mine en 1962, c'est l'installation de l'Usine de retraitement de la Hague, qui a relancé l'activité économique de la région.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève,‎ (lire en ligne), p. 1022
  3. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ (ISBN 2-86253-247-9), p. 51
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎
  5. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, Paris, 2012.
  6. « Alain Pinabel succède à René Bihel », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 mars 2015)
  7. a et b Réélection 2014 : « Couville (50690) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 mars 2015)
  8. Date du prochain recensement à Couville, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  11. « Fonts baptismaux », base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. Site du diocèse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :