Tréauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tréauville
Manoir.
Manoir.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Les Pieux
Intercommunalité Communauté de communes des Pieux
Maire
Mandat
Monique Mahieu
2014-2020
Code postal 50340
Code commune 50604
Démographie
Gentilé Tréauvillais
Population
municipale
718 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 55″ N 1° 48′ 38″ O / 49.5319444444, -1.81055555556 ()49° 31′ 55″ Nord 1° 48′ 38″ Ouest / 49.5319444444, -1.81055555556 ()  
Altitude Min. 4 m – Max. 130 m
Superficie 12,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Tréauville

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Tréauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tréauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tréauville
Liens
Site web treauville.a3w.fr

Tréauville est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 718 habitants[1] (les Tréauvillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tréauville[2]
Mer de la Manche Siouville-Hague Helleville
Flamanville Tréauville[2] Benoîtville
Flamanville,
Les Pieux
Les Pieux Les Pieux

Histoire[modifier | modifier le code]

Cession d'une partie du territoire et implantation de la « Potile »[modifier | modifier le code]

En janvier 1835, selon l’ordonnance royale du 5 septembre 1834, Tréauville cède le port de Diélette et une partie de son territoire à Flamanville, qui disposait d'une enclave, le Mont Saint-Gilles, depuis la Révolution, sur laquelle était située l’ancienne église de Flamanville et le cimetière. Les Flamanvillais avaient aussi un intérêt économique puisqu'ils ramassaient à cet endroit le varech, utilisé comme engrais, ce qui avait donné lieu à la « guerre du varech ». Ce problème avait fait partie des cahiers de doléances des Tréauvillais en 1789. Le hameau de Belval intègre également Tréauville.

En 1835 également, une borne de granit dite « la Potile » montre la limite entre les communes de Tréauville et de Siouville[3].

La stèle des aviateurs[modifier | modifier le code]

Le 8 mai 2004, la municipalité a inauguré la stèle à la mémoire des équipages de trois avions de la Royal Air Force abattus par la DCA allemande et tombés sur la commune le 26 novembre 1943[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tréauville

Les armes de la commune de Tréauville se blasonnent ainsi :
Coupé : au premier d'azur aux deux jumelles d'argent surmontées d'un lion léopardé du même armé, lampassé et couronné d'or, le fouet de la queue du même, au comble aussi d'argent, au second d'argent au comble de gueules, au pal de sable brochant accosté de deux demi-vols adossés aussi de gueules[5].

Histoire du blason[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Tréauville a été vendue au seigneur baron de Flamanville par Gabriel de la Vigne en 1598. Le lion léopardé évoque celui de la Normandie.

En outre, la famille Lepelley vendit la seigneurie d'amont de Tréauville au seigneur marquis de Flamanville en 1659[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? M. Folliot-d'Argence[7]    
juin 1995 mars 2001 Louis Laurent    
mars 2001   André Sorel SE Agriculteur retraité
mars 2001[8] en cours Monique Mahieu SE Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 718 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2]. Tréauville a compté jusqu'à 1 018 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
960 938 971 1 018 960 967 976 961 948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
912 890 887 875 877 870 806 805 763
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
692 710 753 612 639 656 608 603 636
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
570 495 460 545 636 632 675 718 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un comité des fêtes, d'une société de chasse, d'une amicale des anciens combattants, d'une association de parents d'élèves et d'un club des ainés (le Bon Accueil)[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Casimir Jouan (1767-1847) est enterré au cimetière de Tréauville.
  • Pierre Bonnemains (Tréauville, 1773 - 1850), général de Napoléon, anobli comme baron de Bonnemains, vivant à la Houssairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes : répertoire géographique des communes[14].
Coordonnées, superficie : IGN[15].
  1. Population municipale 2011.
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. « Site communal de Tréauville - La Stèle des Aviateurs » (consulté le 9 mai 2012)
  4. « Site communal de Tréauville - Les limites de la Commune modifiées » (consulté le 9 mai 2012)
  5. « GASO, la banque du blason - Tréauville Manche » (consulté le 8 février 2009)
  6. « Site communal de Tréauville - Le Blason de Tréauville » (consulté le 9 mai 2012)
  7. Annuaire du département de la Manche, 33e année 1861, p 102
  8. a et b « Tréauville (50340) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 mai 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. « Manoir de Métot », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Site du doyenné
  13. « Site communal de Tréauville - Associations » (consulté le 9 mai 2012)
  14. Site de l'IGN.
  15. « Tréauville sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :