Quettehou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quettehou
L'église Saint-Vigor
L'église Saint-Vigor
Blason de Quettehou
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg
Canton Quettehou (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Saire
Maire
Mandat
Jean-Pierre Lemyre
2014-2020
Code postal 50630
Code commune 50417
Démographie
Population
municipale
1 588 hab. (2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 36″ N 1° 18′ 09″ O / 49.5933333333, -1.3025 ()49° 35′ 36″ Nord 1° 18′ 09″ Ouest / 49.5933333333, -1.3025 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 104 m
Superficie 16,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Quettehou

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Quettehou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quettehou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quettehou

Quettehou est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 1 588 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Quettehou est une bourgade située à la pointe nord-est de la péninsule du Cotentin au cœur du Val de Saire entre la baie de Morsalines ou le "Cul de loup" et le bois du Rabey. Elle est bordée à l'est par Saint-Vaast-la-Hougue, au sud par Morsalines, au nord par Anneville-en-Saire et à l'ouest par le bois du Rabey.

Quettehou est située en dehors des bassins hydrographiques de la Sinope et de la Saire et possède ses propres fleuves côtiers dont le principal est le Vaupreux[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, le village du Rivage était un petit groupe d'habitations sur la côte. Suite aux invasions germaniques, Ysemberville — le village d'Isambert — est établi à l'orée de la forêt. Par la suite, les Vikings s'installèrent sur la hauteur où se dresse maintenant l'église, donnèrent à leur village le nom de leur chef, Ketill. Au fil du temps, Ketillholm ( Chetehol 1080-1081, Chetehulmum 1066-1083 ) — la "prairie humide" appartenant à Ketill — se transforma en Quettehou.

En 1086, Mathilde, femme de Guillaume Le Conquérant, fait don à l'abbaye de la Trinité de Caen de la baronnie de Quettehou. Hugues de Morville confie en 1214 le patronage de l'église, avec les deux tiers des dîmes, à l'abbaye de Fécamp, qui acquiert la haute justice à Quettehou, l'autre tiers est attribué au chapitre de la cathédrale de Coutances.

Le 12 juillet 1346, Édouard III, roi d'Angleterre, débarqué le matin à Saint-Vaast-la-Hougue, arma chevalier dans l'église son fils aîné Édouard, prince de Galles dit « le Prince noir », en raison de son armure. Après ce sacre, il dévaste la ville ; c'est le début de la chevauchée d'Édouard III.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1840 Thomas Louis Viel    
1840 1840 Jean Quentin    
1840 1848 Louis Le Chevalier    
1848 1876 Eugène Duclouet   Notaire
1926 1945 Alexandre Lecarpentier    
1945 1945 Henri Tournaille   Menuisier-ébéniste
1945 1947 Raymond Lefèvre   Agriculteur
1947 1950 Henri Féquet    
1950 1977 René Mortain   Assureur
1977 1988 Georges Bonnemains   Retraité de l'armée de l'air
1988 1995 Jean-Baptiste Bouché   Commercial
1995 2008 Charles Poisson   Retraité de l'armée de l'air
2008 en cours Jean-Pierre Lemyre[3]   Retraité de la défense
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 588 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 582 1 291 1 675 1 914 1 812 1 807 1 734 1 640 1 700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 600 1 598 1 531 1 436 1 380 1 327 1 297 1 238 1 258
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 186 1 170 1 104 1 039 1 029 1 042 1 093 1 202 1 091
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 091 1 134 1 163 1 336 1 395 1 475 1 544 1 564 1 588
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Graffiti marin dans l'église de Quettehou.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Quettehou est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alfred Mouchel né à Tamerville le 18 décembre 1905, décédé à Quettehou en 1989, éleveur et écrivain patoisant.
  • Raymond Gosselin (né en 1924 à Quettehou), plasticien.
  • Placide Viel (1815-1877), bienheureuse catholique, née dans un hameau de la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Coordonnées, superficie : IGN[6].
  • Altitudes : répertoire géographique des communes[7].
  1. Population municipale 2011.
  2. SANDRE, « Fiche cours d'eau le Vaupreux (I4--0200) »
  3. Réélection 2014 : « Jean-Pierre Lemyre retrouve son fauteuil de maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 7 avril 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Quettehou sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)
  7. Site de l'IGN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]