Gestalt-thérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Gestalt-therapie, aussi appelée Gestalt, est une psychothérapie qui appartient à l'approche humaniste et qui vise à la résolution des troubles émotionnels et comportementaux par un travail sur les processus psychologiques et corporels de l'individu.

Elle fut créée notamment par Fritz Perls[1], un psychiatre et psychanalyste allemand, disciple puis dissident de Sigmund Freud , émigré en Afrique du Sud puis aux États-Unis, son épouse Laura Perls et Paul Goodman. L'ouvrage fondateur est intitulé Gestalt Thérapie ; coécrit avec Paul Goodman et Ralph Hefferline, il est paru en 1951.

Tirant son nom du terme allemand gestalten, "mettre en forme, donner une structure", gardé pour sa spécificité et la notion de mouvement qu'il induit, la gestalt-thérapie reprend certains principes de la Gestalt-théorie ou psychologie de la forme dont Laura Perls était disciple

Description[modifier | modifier le code]

La Gestalt s'intéresse particulièrement au contact et à la mise en relation par l'expression des émotions.

Elle propose une méthodologie qui met au centre de sa pratique la relation. Elle prend en compte l'expérience avec la prise de conscience des processus corporels, de même qu'elle s'occupe de la manière particulière de chacun de se représenter le monde et de lui donner sens[2].

Beaucoup d'approches thérapeutiques tentent d'expliquer le psychisme en termes :

  • de sous-ensembles (par exemple: le Ça, le Moi et le Surmoi en psychanalyse),
  • de grilles d'observation comme les trois états du Moi en Analyse transactionnelle (Parent, Adulte, Enfant),
  • de blocages corporels (bioénergie), Rolfing, etc.

Toutes descriptions qui sont, selon la Gestalt, « statiques ».

La Gestalt-thérapie se situe dans une optique dynamique. Elle s'intéresse au « processus », à l'ajustement permanent entre un individu et son environnement. Cet ajustement est par définition en perpétuel changement.

Le Gestaltiste parle donc de :

  • cycle de contact[3],
  • d'ajustement créateur,
  • de forme qui émerge du fond,

qui sont autant de termes évoquant le mouvement. La Gestalt-thérapie met l'accent sur la prise de conscience du processus en cours dans l'ici et maintenant[4] de chaque situation. La Gestalt est donc à la fois une théorie, avec des outils d'analyse rigoureux, et surtout une psychothérapie[5], c'est-à-dire une démarche permettant, dans un cadre donné, d'explorer des difficultés existentielles. Elle intègre, de manière spécifique, un ensemble cohérent de techniques variées, verbales et non verbales, utilisant la parole, l'émotion, le rêve, l'imaginaire, la créativité, le mouvement et le corps.

Objectifs[modifier | modifier le code]

La Gestalt-thérapie cherche à intégrer cinq dimensions principales : physique, affective, cognitive, sociale et spirituelle (cf. le Pentagramme de Ginger).

Son originalité n'est pas dans ses techniques mais plutôt dans son objectif :

  • augmenter la capacité d'adaptation à des êtres ou des environnements différents,
  • résoudre les troubles d'ordre névrotiques (peurs, phobies, dépressions, troubles alimentaires, conflits inter-relationnels, etc...)
  • restaurer la liberté de choix,
  • permettre l'intégration des polarités en conflit,
  • développer la conscience de l'instant en tant que processus de guérison et d'équilibre dynamique.

Elle place le patient comme acteur du changement, et la relation comme moteur de ce changement.

La Gestalt réhabilite le ressenti émotionnel, encore trop souvent censuré par la culture occidentale, en en favorisant l'expression.

Celle-ci peut se trouver désorganisée au début d'une thérapie et tendra à être régulée par un professionnel expérimenté.

Particularité : une focalisation sur le processus[modifier | modifier le code]

Certaines formes de thérapie sont centrées sur le pourquoi et recherchent l'origine du traumatisme. Ce sont des « thérapies de l'amont » qui en cernant la cause (voire en l'extrayant) se donnent pour objectif d'éliminer les conséquences futures. Les conséquences passées étant par nature non éliminables, mais seulement relativisables.

D'autres courants sont des « thérapies de l'aval » : en laissant de côté les origines de nos blocages, ces thérapies cherchent à libérer le comportement, à « déboucher la rivière » et « nettoyer les berges », pour lui permettre de couler plus librement.

En poursuivant, la Gestalt est une « thérapie du courant » du « mouvement » : ce qui est important c'est le processus, plutôt que le pourquoi. Cette focalisation sur le processus (mot qui signifie progrès, marche en avant, en latin), se retrouve dans le vocabulaire gestaltiste :

  • la frontière-contact[6],
  • une Gestalt inachevée,
  • les ruptures du contact.

Pour la Gestalt-thérapie, la difficulté est regardée dans le cadre émotionnel de l'ici et maintenant, notamment dans ce qui se joue avec le thérapeute dont la posture est spécifique : il interagit avec la personne, exprime ses ressentis et ses émotions sous forme de "reflets empathiques" et accompagne l'autre dans sa régulation émotionnelle à partir de sa propre régulation (la régulation étant l'expression adaptée à l'ici et maintenant)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Perls, Fritz, Hefferline, Ralph, Goodman, Paul (1979) Gestalt-thérapie. Vers une théorie du Self : nouveauté, excitation et croissance, 288 pages, Stanké
  • Ambrosi, Jean (1984) La Gestalt thérapie revisitée. 2° édition 1997. Privat. Toulouse
  • Masquelier, Gonzague (1999) La Gestalt aujourd'hui, choisir sa vie, 3e édition 2008, Retz, Paris, 148 pages.
  • Publié aux États-Unis : Gestalt therapy, Living Creatively Today, Gestalt Press (2006)
  • Periou, Martine (2008), La Gestalt-thérapie, Dunod, collection Découvrir, Paris, 161 pages. Préface de Serge Ginger.
  • Robine, Jean-Marie (1994) La Gestalt-thérapie, Bernet-Danilo, Collection Essentialis.
  • Robine, Jean-Marie (2004) S'apparaître à l'occasion d'un autre, études pour la psychothérapie, L'Exprimerie, Bordeaux, 252 pages.
  • Delacroix, Jean-Marie (2006) La Troisième Histoire - Patient-psychothérapeute : fonds et formes du processus relationnel, Dangles, 480 pages.
  • Ginger, Serge et Anne (1987) La Gestalt, une thérapie du contact. Hommes et groupes éditeur. Paris, 8e édition (mise à jour) : 2006, 550 pages. Traduit en cinq langues.
  • Ginger, Serge (1995) La Gestalt, l'art du contact. Guide de poche Marabout, Bruxelles-Paris, 290 p., 10e édition, 2009. Traduit en quatorze langues.
  • Ginger, Serge (2006) Psychothérapie : 100 réponses pour en finir avec les idées reçues, éd. Dunod, Paris, 288 p. Traduit en trois langues.
  • Ginger, Serge et Anne (2008) Guide pratique du psychothérapeute humaniste, Dunod, Paris, 256 p. ; 2e éd. 2009.
  • Perls, Fritz (2003) Manuel de Gestalt thérapie, ESF éditeur, Collection Art de la psychothérapie, 128 pages. Traduit par Jean-Pierre Denis. Préface de Serge Ginger. 3e édit. 2009.
  • Chantal et Gonzague Masquelier (2012) Le grand livre de la Gestalt, Eyrolles, 2012. Ouvrage collectif : Claudie Bertrand, Jean-Marie Delacroix, Daniel Descendre, Catherine Deshays, Bernard Elyn, Armelle Chotard-Fresnais, Brigitte Martel, Agnès Pin-Delacroix, Bruno Rousseau, Françoise Rossignal, Jean-Paul Sauzède, Anne Sauzède-Lagarde, Sylvie Schoch de Neuforn
  • Frédéric Brissaud (2012) Approches du métier de gestalt-thérapeute, La Pensée Vagabonde, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fritz Perls, Ego, Hunger, and Aggression: A Revision of Freud's Theory and Method,‎ 1942
  2. Sylvie Schoch de Neuforn, « La spécificité de la Gestalt-thérapie », page 51, dans Le grand livre de la Gestalt, Eyrolles, 2012.
  3. (de) Reinhard und Martina Fuhr, Gestalt-Ansatz (ISBN 3-926176-64-4), Kontakt ist ein Prozeß, der als Zyklus mit vershiedenen Phasen dargestellt werden kann.(Chap 5, p92)
  4. « La gestalt-thérapie et ses principales indications », sur www.psycho-ressources.com
  5. « Gestalt-Therapie », sur www.psychologies.com
  6. Laura Perls, Vivre à la Frontière,‎ 1992 (ISBN 2-913706-18-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]