Paul Belloni Du Chaillu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belloni.

Paul Belloni Du Chaillu

Description de l'image  Paul Belloni Du Chaillu.jpg.
Naissance
La Réunion[1]
Décès
Saint-Pétersbourg
Nationalité Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale explorateur, naturaliste

Paul Belloni Du Chaillu ( - )[1], est un explorateur et un naturaliste franco-américain. Grand voyageur, notamment en Afrique équatoriale et en Scandinavie, il est l'auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation scientifique. Pour le grand public, il est entré dans la légende comme le premier Occidental à avoir rencontré un gorille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à la Réunion[1] d'une mère mulâtre et d'un père immigré depuis la métropole pour faire fortune. Celui-ci ne l'a pas reconnu, mais il prit son nom comme nom de plume. Paul cherchera toujours à brouiller les pistes sur sa naissance et ses origines de quarteron. Son père fuit l'île et ses créanciers pour aller courir la fortune sur la côte ouest de l’Afrique où la France vient d'installer un comptoir à l'embouchure du fleuve Gabon, la future Libreville.

Du Chaillu le rejoint à 17 ans. Il commence à apprendre les langues parlées dans sa région et à explorer l’intérieur du pays.

Il arrive aux États-Unis d'Amérique en 1852 où il obtient la nationalité américaine.

Il fait du commerce d'ébène, d'ivoire et autres denrées. Une de ses cargaisons ayant disparu, il accompagne la suivante en 1855 aux États-Unis pour calmer ses créanciers. Lors de son séjour à New York il publie le récit de ses notes sur le Gabon qui est tout de suite un immense succès. Il obtient le soutien de l’Academy of Natural Sciences of Philadelphia pour explorer le Gabon et explore notamment les bras de mer et les estuaires.

Paul Belloni Du Chaillu rencontre un gorille

Durant son voyage de 1855 à 1859, il capture de nombreuses espèces. Son récit de voyage paraît en 1861 sous le titre d’Explorations in Equatorial Africa.

Du Chaillu entame de 1863 à 1865, une deuxième expédition pour prouver ses théories géographiques et rencontre de nombreuses peuplades jusque là inconnues. Il fait paraître A Journey to Ashango-Land : and further penetration into equatorial Africa[2] en 1867.

Il est aussi l’auteur de Stories of the Gorilla Country : narrated for young people[3] (1867), Wild Life under the Equator : narrated for young people[4] (1868), Lost in the jungle[5] (1869), My Apingi Kingdom[6] (1870), The Country of the Dwarfs[7] (1871), Adventures in the great forest of equatorial Africa and the country of the dwarfs[8] (1890), King Mombo[9] (1902) et In African forest and jungle[10] (1903).

Illustration de The Land of the Midnight Sun
Conférence de Paul Du Chaillu à Scranton (Pennsylvanie) en 1869 (revue de presse)

Il voyage aussi en Scandinavie en 1871 et 1878 et fait paraître The Land of the Midnight Sun[11] (1881) et The Viking Age[12] (1889). Un autre ouvrage est publié directement en français Un hiver en Laponie. Voyage d'hiver en Suède-Norvège, en Laponie et dans la Finlande septentrionale[13] (Paris, 1884).

Il est l'auteur d'ouvrages de vulgarisation sur la nature comme The world of the great forest; how animals, birds, reptiles, insects talk, think, work, and live[14] (1900).

Ses descriptions pittoresques et son goût pour la recherche de trophées lui valent l’hostilité de certains de ses contemporains comme Victor de Compiègne (1846-1878) ou de Marie-Théophile Griffon du Bellay (1829-1908).

Paul Du Chaillu meurt d'une attaque à Saint-Pétersbourg où ses obsèques sont célébrées en présence de nombreuses personnalités[15]. Il est inhumé à Woodlawn Cemetery dans le Bronx.

Postérité[modifier | modifier le code]

Tombe à Woodlawn Cemetery (New York)

Le massif montagneux du Chaillu, au centre du Gabon, porte son nom.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des controverses existent autour de la date (1831 ou 1835) et le lieu de naissance (La Réunion, Paris ou la Louisiane, selon sa pierre tombale) de Paul Du Chaillu.
  2. Exemplaire numérisé
  3. Exemplaire numérisé
  4. Exemplaire numérisé
  5. Exemplaire numérisé
  6. Exemplaire numérisé
  7. Exemplaire numérisé
  8. Exemplaire numérisé
  9. Exemplaire numérisé
  10. Exemplaire numérisé
  11. Deux volumes numérisés : volume 1 (actuellement indisponible) et volume 2
  12. Deux volumes numérisé : volume 1 et volume 2
  13. Sur Du Chaillu et ses descriptions des pays nordiques, voir Vincent Fournier, L'Utopie ambiguë. La Suède et la Norvège chez les voyageurs et essayistes français (1882-1914), Clermont-Ferrand, Adosa, 1989.
  14. Exemplaire numérisé
  15. (en) « Funeral of Paul Du Chaillu; Services in St. Petersburg Attended by Notable Persons », The New York Times, 3 mai 1903, p. 5

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du XIXe siècle. I. Afrique, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Paris, 1988, xxxii + 346 p. (ISBN 2-7355-0158-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Marie Hombert et Louis Perrois (dir.), Cœur d'Afrique : gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul Du Chaillu, CNRS éd., Paris, 2007, 216 p. (ISBN 978-2-271-06470-7)
  • Nouvelles aventures de chasse et de voyage chez les sauvages - Ed Michel LEVY - 1875 , 311 p

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :