Lac Tanganyika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tanganyika.
Lac Tanganyika
La Tanzanie et le Lac Tanganyika, à l'ouest
La Tanzanie et le Lac Tanganyika, à l'ouest
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo, Drapeau du Burundi Burundi, Tanzanie Tanzanie, Zambie Zambie
Géographie
Coordonnées 6° 30′ S 29° 30′ E / -6.5, 29.5 ()6° 30′ Sud 29° 30′ Est / -6.5, 29.5 ()  
Type Lac de rift
Superficie 32 900 km2
Longueur 677 km
Largeur 72 km
Altitude 775 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
1 433 m
770 m
Volume 18 900 km3
Hydrographie
Bassin versant 231 000 km2
Alimentation Malagarazi, Rusizi, Ifume, Lufubu, Lunangwa
Émissaire(s) Lukuga

Géolocalisation sur la carte : Tanzanie

(Voir situation sur carte : Tanzanie)
Lac Tanganyika

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

(Voir situation sur carte : République démocratique du Congo)
Lac Tanganyika

Le lac Tanganyika, ou Tanganika est l'un des Grands Lacs d'Afrique, deuxième lac africain par la surface après le lac Victoria, le deuxième au monde par le volume et la profondeur après le lac Baïkal, et le plus long lac d'eau douce du monde (677 km). Il est le plus poissonneux du monde[1]. Ses eaux rejoignent le bassin du Congo puis l'océan Atlantique. On estime que sa formation remonte à environ 20 millions d'années (Miocène).

Son nom, Étanga 'ya ni'a en ebembe (ou kibembe), signifie « lieu de mélange ». Richard Francis Burton et John Hanning Speke furent les premiers Européens à l'apercevoir en 1858 et décidèrent de conserver son nom d'origine, contrairement à l'usage en vigueur à l'époque. Burton s'attribua seul la paternité de la découverte, ce qui brouilla les deux hommes à vie.

C'est sur les rives du lac, à Ujiji, qu'intervint le la rencontre historique entre David Livingstone et Henry Morton Stanley, à l'occasion de laquelle ce dernier adressa un "Docteur Livingstone, je présume ?".

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac Tanganyika couvre une superficie de 32 900 km2 [2] (approximativement la même superficie que la Belgique) et s'étire sur 677 km[2] le long de la frontière de la Tanzanie (à l’est) et de la République démocratique du Congo (à l'ouest) ; son extrémité nord sépare ces deux pays du Burundi, son extrémité sud les sépare de la Zambie. On retrouve à l'ouest (du côté congolais), les monts Mitumba.

Il est situé sur la branche occidentale de la vallée du Grand Rift. Sa température de surface est de 25 °C en moyenne pour un pH variant de 7,6 dans les baies marécageuses, à 9,5 en pleine eau. La profondeur ainsi que la localisation tropicale du lac empêchent le renouvellement total des masses d'eau et la plus grande partie des eaux profondes sont des eaux fossiles et anoxiques.

Le lac Tanganyika fait maintenant partie du bassin hydraulique du fleuve Congo. Il s'y déverse par son émissaire, la Lukuga. Jusqu'en 1878, cette rivière se jetait dans le lac, mais des mouvements tectoniques, et surtout la montée du niveau de l'eau, en ont inversé le sens vers la Lualaba et le fleuve Congo.

Le bassin drainant du lac Tanganyika couvre une superficie de 250 000 km2. Les principales rivières qui l'alimentent sont la Malagarazi, la Rusizi, la Ifume, la Lufubu et la Lunangwa qui y déversent 24 km3 d’eau par an ; les pluies, quant à elles, en apportent 41 km3 par année. La Malagarazi est plus ancienne que le lac lui-même et se trouvait auparavant dans le prolongement du Congo. La totalité du volume du lac est renouvelé en 485 années.

Michel Sardou évoque le lac dans son tube "Afrique Adieu" , chanson vantant les mérites de l'Afrique profonde. Sardou chantera d'ailleurs ce hit lors de son fameux olympia 1995.

Géologie[modifier | modifier le code]

Strates à Samazi
Biotope intermédiaire (île de Nkondwe)

Le lac Tanganyika est situé dans le rift Est-Africain. 6 000 m de sédiments lacustres sont accumulés au fond du lac.

La composition du rivage se répartit ainsi :

  • sable : 31 %
  • roches : 43 %
  • intermédiaire (roches et sables) : 21 %
  • marais : 5 %

Tectonique - géothermie[modifier | modifier le code]

La situation du lac en fait un lieu d'activité tectonique remarquable, de par la profondeur totale de la faille à cet endroit, qui s'élève à environ 7 000 m du niveau de l'eau au fond sédimentaire. La sédimentation sur des millions d'années a comblé un volume énorme, des recherches pétrolières ont permis d'y découvrir un gisement exploité par le Congo.

La géothermie est visible dans la partie nord sur la rive congolaise, sur la péninsule de l'Ubwari (cap Banza), Alamba, dans la ville de Baraka ainsi que dans la région de Kalundu/Pemba (République Démocratique du Congo).

Des évents libérant de l'eau chargée de minéraux et atteignant une température de 180 °C y ont été découverts, à des profondeurs variant de 5 à 40 m. L'activité laisse aussi filtrer des gaz dans certaines portions de côtes rocheuses à Pemba, sous forme de chapelets de bulles plus ou moins fines et régulières.

Le un violent séisme, d'une magnitude de 7,5 sur l'échelle ouverte de Richter, a provoqué des dégâts et fait quelques victimes au Congo. Son épicentre se situait sous le lac à une profondeur de 10 km.

Parcs nationaux[modifier | modifier le code]

Cumulus sur les monts Mahale (Kungwe) en Tanzanie.

Plusieurs parcs nationaux (National park) se trouvent sur les côtes du lac Tanganyika.

En Tanzanie nous trouvons le Gombe stream National park. Ce parc a été initié en 1960 par Jane Goodall, et est devenu parc national en 1968. Le plus grand parc est celui des monts Mahale (Monts Kungwe) qui culminent à 2 462 mètres, toujours sur les côtes de Tanzanie.

En Zambie, le parc national de Nsumbu (Sumbu) couvre 2 000 km2, englobant les baies de Kasaba, Kala, Nkamba et Sumbu.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Un spécimen de Neolamprologus cylindricus, l'une des nombreuses espèces de cichlidés du lac.

Le lac Tanganyika est très réputé pour le nombre important d'espèces endémiques. On y dénombre pas moins de 250 espèces de poissons cichlidés (Neolamprologus, Paleolamprologus, Altolamprologus, Xenotilapia, Julidochromis, Telmatochromis, Tropheus, Petrochromis et plus de vingt autres genres) et 150 espèces de non-cichlidés (Stolothrissa, Limnothrissa, Lamprichthys), dont la plupart vivent le long de la côte jusqu'à environ 180 mètres de profondeur. La plus grande part de la biomasse se situe dans la zone pélagique et est dominée par six espèces: deux espèces de sardines du Tanganyika et quatre espèces de Lates. La quasi-totalité des espèces de cichlidés est endémique et plusieurs sont appréciées comme poissons d'aquarium.

Le cobra d'eau (Boulengerina annulata stormsi, espèce endémique) est un reptile adapté à la vie sub-aquatique, comme les serpents marins des récifs coralliens. La partie terminale du corps est comprimée latéralement afin de faciliter la nage. Jeune, il se nourrit volontiers de Neolamprologus vivant dans les coquilles de Neothauma tanganicense (escargots endémiques du lac Tanganyika) ; adulte, il n'hésite pas à s'attaquer à des proies beaucoup plus imposantes.

Espèces vivant autour du lac :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Quelques pêcheurs sur le lac Tanganyika

Le lac est connu pour la limpidité exceptionnelle de ses eaux, celle-ci permettant une visibilité atteignant les 25 mètres.

L'eau du lac Tanganyika est d'une extrême richesse minérale, et ses paramètres sont très particuliers. Sa conductivité est d'environ 609–620 µS, son pH est de 9,5 à la surface et de 8,6 à –1 300 mètres ; le TAC est de 12–19, valeur faible au regard des proportions de sels :

Principaux sels d'après le Dr Kufferath, membre de la mission hydrobiologique Belge de 1946-47

(valeurs en milligrammes par litre) :

  • Carbonate de sodium: Na2CO3 =125 (anhydre)
  • Chlorure de potassium: KCl = 59
  • Nitrate de potassium KNO3 = 0,5
  • Carbonate de lithium Li2CO3 = 4
  • Carbonate de calcium CaCO3 = 30
  • Carbonate de magnesium MgCO3 = 144
  • Sulfate d'aluminium Al2(SO4)318H2O = 5
  • Sulfate de potassium K2SO4 = 4
  • Sulfate de sodium Na2SO4 = 1
  • Chlorure ferrique FeCl36H2O = 0,5
  • Phosphate de sodium Na3PO4H2O = 0,4
  • Silicate de sodium Na2SiO3 = 13,5
Mastacembelus flavidus, endémique.

Au-delà des deux cents mètres de profondeur, la vie d'êtres supérieurs est impossible ; l'absence d'oxygène, remplacé par du sulfure d'hydrogène, ne permet le maintien que de bactéries anaérobies (sulfato-réductrices). Les vents dominant durant l'été austral (venant du sud-est) provoquent des remontées de cette zone anoxique. Les poissons vivant dans ces secteurs n'ont d'autre choix que de fuir ou mourir.

Exploration hydrobiologique[modifier | modifier le code]

Pêcheurs

Durant les années 1946 et 1947, le Dr Max Poll organise une expédition sur le lac. Son but est de collecter un maximum de données diverses. Un bateau (le Baron Dhanis) est spécialement affrété à cette fin. Des sondages et relevés bathymétriques des fonds sont effectués. Des pêches au chalut, à la senne, au filet maillant, à la ligne sont organisées de jour comme de nuit pour collecter les poissons. Les fluctuations du niveau de l'eau, les variations de température, la chimie du lac (variation de minéralité, de pH, de conductivité), le plancton (phyto et zoo), les macrophytes, les invertébrés, les insectes aquatiques, les batraciens et reptiles: une somme énorme de données est répertoriée. Des spécimens sont classés et décrits s'il y a lieu.

Une grande partie des connaissances actuelles sur le lac Tanganyika nous vient de ce travail titanesque. Après triage sur place, la collection des cichlidae, conservés en vue d'une étude systématique en Belgique (Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren), comprenait environ 27 000 spécimens.

Quatre volumes et neuf fascicules sont parus à la suite de cette expédition, dont les auteurs sont:

Les principales villes et cités au bord du lac Tanganyika[modifier | modifier le code]

Bateaux amarrés sur port de Kigoma.

Anecdote[modifier | modifier le code]

La rencontre entre le journaliste britannique Stanley et le géographe Livingstone, qui eut lieu à Ujiji sur les bords du lac, laissa la phrase fameuse de Stanley : « Dr. Livingstone, I presume ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le lac Tanganyika, sa faune, et la pêche au Burundi. Marie José EVERT. Louvain, 1970 - Bujumbura, 1973 - Bujumbura, 1980.
  • Fish Communities in lake Tanganyika. Hiroya Kawanabe, Michio Hori, Makoto Nagoshi. Kyoto University Press.
  • Exploration hydrobiologique du lac Tanganyika (1946 - 1947). Résultats scientifiques, VOL. I extrait.
  • Le milieu géographique et géophysique. André Capart (Bruxelles). Bruxelles 1952.
  • Exploration hydrobiologique du lac Tanganika (1946-1947) Vol. III, fasc. 5 B. / poissons cichlidae. M. Poll. Institut royal des sciences naturelles de Belgique / Bruxelles 1956.
  • Lake Tanganyika and its Life. Edited by G. W. Coulter with contributions from J-J. Tiercellin, A. Mondegeur, R. E. Hecky & R. H. Spigel. Natural History Museum Publication. Oxford University Press. London Oxford & New York.
  • Catalogue des poissons d'eau douce d'Afrique. CLOFFA - I- II - III - IV. Coordinateurs: J. Daget. J. P. Gosse & D.F.E. Thys van den Audenaerde.

(ORSTOM Paris - MRAC Tervuren 1984) vol.I— (ISNB Bruxelles - MRAC Tervuren - ORSTOM Paris 1986) vol.II — (ISNB Bruxelles - MRAC Tervuren - ORSTOM Paris 1986) vol. III— (ISNB Bruxelles - MRAC Tervuren - ORSTOM Paris 1991) vol.IV.

  • Ecological and limnogical study on lake on lake Tanganyika and its adjacent regions ii. Edited by Hiroya KAWANABE. Report of the work supported by Grant-in-aid for overseas Scientifique survey of the ministry of Education, Science and Culture of Japan, during 1981 and 1982. (March 1983).
  • Le grand livre des cichlidés. Ad Konings. Cichlid Press, 1994.
  • Les secrets du Tanganyika. Cichlid Press, 1992.
  • Les Cichlides du Tanganyika dans leur milieu naturel. Cichlid Press, 1998. Adaptation française: Jean Marie Londiveau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.-C. Yawidi, Procès de la société congolaise, éd. Mabiki, Bruxelles, 2008.
  2. a et b (en) General Features - Lake Tanganyika Research - fao.org