Cinq semaines en ballon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cinq Semaines en ballon
Image illustrative de l'article Cinq semaines en ballon

Auteur Jules Verne
Genre Roman d'aventures
Pays d'origine France
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Collection Les Voyages extraordinaires
Date de parution 1863
Dessinateur Édouard Riou
Chronologie
Les Aventures du capitaine Hatteras Suivant

Cinq semaines en ballon est un roman de Jules Verne, paru en 1863.

Historique[modifier | modifier le code]

Le roman est publié en édition in-18 le et a pour sous-titre Voyage de découvertes en Afrique par trois Anglais. La grande édition in-8o est mise en vente le [1].

Il s'agit du premier roman de Verne édité par Jules Hetzel et présenté sous la dénomination de Voyages extraordinaires. Verne y met au point les « ingrédients » de son œuvre à venir, mêlant avec habileté une intrigue féconde en aventures et en rebondissements de toutes sortes et des descriptions techniques, géographiques et historiques. Le livre fait un bon résumé des explorations du continent africain, à cette époque encore incomplètement connu des Européens mais sillonné par les explorateurs qui veulent en découvrir les secrets.

En peu de temps le succès est complet. Le livre apporte à Jules Verne l'aisance financière et un contrat avec la maison d'édition de Jules Hetzel qui publiera plusieurs dizaines de ses œuvres pendant plus de quarante ans.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'inventeur Samuel Fergusson, accompagné de son domestique Joe et de son ami Dick Kennedy, entreprend de traverser d'est en ouest le continent africain — alors partiellement inexploré — au moyen d'un ballon gonflé à l'hydrogène. Il a en effet inventé un dispositif qui, en lui évitant de perdre du gaz ou de devoir jeter du lest pour régler son altitude, autorise de plus longs voyages. L'expédition est supposée faire la liaison entre les régions explorées par Burton et Speke en Afrique orientale et celles parcourues par Heinrich Barth dans les régions du Sahara et du Tchad. Partis de Zanzibar, les trois aéronautes effectuent la traversée au prix de quelques aventures au terme desquelles ils parviennent au Sénégal avant de retourner en Angleterre.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Le Victoria au-dessus du canal de Zanzibar après son départ de l'île de Koumbeni (près de Zanzibar)
  • Docteur Samuel Fergusson

Il est britannique. Il a des connaissances profondes sur les sciences naturelles et son imagination est très riche. C'est un voyageur, et dans le même temps il est explorateur.

  • Joseph Wilson, aussi connu sous le simple nom de Joe

Il est au service du docteur Samuel Fergusson, intelligent ainsi que très dévoué.

  • Richard "Dick" Kennedy

Il est chasseur et très courageux. Quand il a appris le projet téméraire du Docteur Samuel Fergusson, il a essayé de l'empêcher.

Genèse et publication du roman[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Thèmes abordés dans le roman[modifier | modifier le code]

  • L’exploration de territoires inconnus (contexte de l’époque de la rédaction du roman). Verne expose les connaissances de l'époque en matière de géographie de l'Afrique.
  • Étude ethnologique, faite par des Européens, des populations africaines
  • Discours sur les races et les ethnies
  • Le grand rôle de l’évangélisation (dans le personnage du missionnaire lazariste)
  • L’aérostation, domaine où Jules Verne fait œuvre d'anticipation. L’invitation au voyage spatial qu’éprouvent les protagonistes de ce roman (ils anticipent de ce fait sur le périple cosmique de De la Terre à la Lune)
  • Les grands phénomènes atmosphériques (comme l’épisode de la montée d'un orage tropical)
  • La phobie vernienne de l’or (également perceptible dans Le Volcan d'or)
  • Critique de l’esclavage (dans l’évocation de Zanzibar et de son « grand marché des esclaves »)
  • Critique de la peine de mort (Fergusson considérant que la peine de mort appliquée par les "sauvages" est plus cruelle, mais tout aussi barbare que la pendaison dans son propre pays).

Citation[modifier | modifier le code]

  • « D'ailleurs, dit Kennedy, cela sera peut-être une fort ennuyeuse époque que celle où l'industrie absorbera tout à son profit ! A force d'inventer des machines, les hommes se feront dévorer par elles ! Je me suis toujours figuré que le dernier jour du monde sera celui où quelque immense chaudière chauffée à trois milliards d'atmosphères fera sauter notre globe ! »[2].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le roman est adapté au cinéma à plusieurs reprises. En 1961, le réalisateur américain Nathan Juran réalise Flight of the Lost Balloon, directement adapté du roman. Mais pendant la production du film, un autre réalisateur américain, Irwin Allen, s'est également lancé dans l'adaptation du roman au cinéma : sous la pression d'Allen et de la 20th Century Fox, Nathan Juran efface toute référence à Jules Verne et au roman dans le film et le générique ; seul reste le nom du ballon, le Victoria. Peu après la sortie du film de Juran, en 1962, sort la deuxième adaptation du film, Cinq semaines en ballon (Five Weeks in a Balloon ) d'Irwin Allen, une libre adaptation du roman. En 1966, le réalisateur roumain Olymp Varasteanu réalise Cinci saptamîni în balon. En 1975, le réalisateur mexicain René Cardona Jr réalise Viaje Fantástico en Globo, avec Hugo Stiglitz.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliographie analytique de toutes les œuvres de Jules Verne, par Piero Gondolo della Riva. Tome I. Pages 6-7. Société Jules-Verne. 1977.
  2. Cinq semaines en ballon, chapitre XVI

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :