Paco Rabanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paco Rabanne

Nom de naissance Francisco Rabaneda y Cuervo
Naissance 18 février 1934 (80 ans)
Pasaia, province du Guipuscoa, Pays basque, Drapeau de l'Espagne Espagne
Nationalité Drapeau : Espagne Espagne
Profession

Paco Rabanne (né Francisco Rabaneda y Cuervo le 18 février 1934 à Pasaia) est un couturier espagnol. Il a marqué l'univers de la mode dans les années 1960. Dans les années 1990, il s'est également illustré dans les médias à travers des prédictions (la plupart du temps révélées fausses) et le récit de ses vies antérieures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Pasaia, province du Guipuscoa, dans la Communauté autonome du Pays basque en Espagne, sa mère est première main chez Cristóbal Balenciaga et son père colonel dans les forces républicaines. Ce dernier est fusillé par les troupes franquistes lors de la guerre civile en 1939. Sa famille fuit alors l'Espagne et s'installe en France près de Morlaix[1] ; après un temps d'internement dans les camps de Port-Vendre et Collioure[réf. nécessaire].

De 1951 à 1963, Paco fait des études d'architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris. Il finance ses études en produisant des croquis de mode, dessins de sacs pour Roger Model et de chaussures pour Charles Jourdan. Il publie en 1959 une série de sept robes aux lignes géométriques très épurées sous le nom de Franck Rabanne dans le Women's Wear Daily[2].

En 1963, il est lauréat de la Biennale de Paris avec une sculpture habitable pour jardin, exposée au Musée d'art moderne[réf. nécessaire].

À la fin de ses études il se lance dans la fabrication artisanale d'accessoires fantaisie comme des boutons ou des broderies sans fil, ni aiguille qui s'appliquent sur des vêtements Haute Couture signés Balenciaga, Nina Ricci, Maggy Rouff, Philippe Venet, Pierre Cardin, Courrèges, Givenchy jusqu'en 1966. En 1965, il crée des « Pacotilles », accessoires en Rhodoïd (boucles d'oreilles, lunettes, casques) en collaboration avec Michèle Rosier, Christiane Bailly et Emmanuelle Khan, stylistes en vogue du prêt-à-porter industriel. La signature « Paco Rabanne » apparait alors et c'est la naissance d'un couturier.

En février 1966, la Première Collection Manifeste est présentée à l'hôtel George-V : « 12 Robes Importables en matériaux contemporains », agrémentées de sequins et plaques en rhodoïd[3].

Le 21 avril 1966 est présentée une seconde collection avec des maillots de plage en rhodoïd au Crazy Horse Saloon portée par les artistes du lieu pendant le défilé.

Architecte, artisan et couturier, Paco Rabanne innove, choque et séduit par ses modèles en cuir riveté, plumes d'autruche et aluminium exposés à la galerie d'art d'Iris Clert à Paris en Septembre 1966.

Octobre 1966, il s'installe au 33, rue Bergère dans un décor de tubulures d'acier et murs noirs. Il se lance dans la création de modèles pour le cinéma. On peut voir ses créations dans des films tels que Deux ou trois choses que je sais d'elle de Jean-Luc Godard et Les Aventuriers de Robert Enrico ou encore Voyage à deux (Two for the road) de Stanley Donen.

Entre 1967 et 1970, il connaît une période riche en expérimentations de matériaux et projets révolutionnaires comme des robes en papier, des modèles en cuir fluorescent, métal martelé, jersey d'aluminium et fourrure tricotée. Il conçoit des réalisations audacieuses qui marqueront le grand public comme une robe en plaques d'or incrustées de diamants, portée par Françoise Hardy ; vêtement moulé « Giffo » et robes tout en boutons. Il crée alors les « Rob'auto », une collection limitée de prêt-à-porter destinée à la conduite automobile. RIl réalisera également des robes pour Casino Royale, film réalisé par John Huston et Barbarella de Roger Vadim. Ces créations seront acquises par des musées d'art contemporain tel le MoMA (Museum of Modern Art) à New York.

L'année 1969 est signé un partenariat avec l'entreprise Puig et lancera un premier parfum, « Calandre », au design audacieux et à la fragrance totalement novatrice qui lui garantissent un franc succès. Enfin, il publie son livre Nues avec les photos de Jean Clemmer aux éditions Pierre Belfond.

De 1971 à 1975, il adhère à la Chambre Syndicale de la Couture. Paco Rabanne intègre dans ses collections du tissu effrangé, lacéré ou retissé, transforme les mouchoirs de Cholet, les foulards en robes ou les chaussettes en manches de pull-overs. C'est pendant cette période qu'apparaissent les masques, bustiers et gilets en plastique moulés et de la texture en maillon.

En 1973 est lancé un premier parfum masculin, « Paco Rabanne » pour homme. Là aussi la forme étonne et le jus inaugure la démocratisation du parfum au masculin.

Entre 1976 à 1989, décidément intéressé par la mode masculine, il lance une ligne de prêt-à-porter masculin. Ses autres collections Couture s'enrichissent de nouveaux matériaux traités de façon non conventionnelle comme les tissus luminescents, les papiers métallisés, le daim ajouré ou tressé de métal, les rideaux de perles de bois et de formes spectaculaires. Il élabore le plastron avec des épaulettes en métal martelé articulé, les vestes sculptées en fourrure, les manteaux cerf-volant, les pourpoints en cotte de maille et les chaussures « à la poulaine ». Après lesuccès remporté par ses robes dans le cinéma, il entreprend la création de costumes de théâtre pour Par delà les marronniers de Jean-Michel Ribes.

De 1979 à 1988, la saga Parfums signée Paco Rabanne rencontre rapidement un succès international. Il en profite pour lancer ses parfums « Métal », « La Nuit », « Sport » et « Ténéré ». À l'initiative privée de Paco Rabanne a lieu la création à Paris du Centre 57, un lieu destiné à la production d'artistes de la diaspora noire. Salaam Bombay !, film réalisé par Mira Nair qu'il coproduit et qui obtient la Caméra d'or au festival de Cannes 1988.

1990 à 1998 : Lancement d'une ligne de prêt-à-porter féminin. Les collections Couture multiplient les effets de lumière très travaillés, comme les volumes sculpturaux : pastilles miroir, plexiglas, reflets lasers, fibre optique signent le style Rabanne. Les accessoires (bijoux, coiffes et chaussures) sont traités comme de véritables œuvres à part entières. Attribution du « Dé d'or » pour la collection Printemps Été 1990.

Constatant que ses parfums semble avoir les faveur du public, en 1993 et 1996, deux nouveaux parfums voient le jour, couronnés une fois de plus de succès, « XS » (décliné en XS pour Elle) et « Paco ». Si le premier affirme sa virilité, le second se veut mixte et se conjugue avec le lancement d'une ligne de vêtements et d'accessoires unisexes. De plus, Paco Rabanne publie une série d'ouvrages issus de son cheminement spirituel, dont la Trilogie sur le temps, une réflexion sur la condition humaine et la quête mystique.

En 1996, il est choisi parmi tous les plus grands couturiers du monde pour la fabrication des costumes de scène de Mylène Farmer pendant sa tournée 1996/1997.

Entre 1999 et 2009, il prend sa retraite du secteur de la haute couture pour mieux se consacrer au prêt-à-porter. Ce dernier connaît alors un nouveau développement, sous la direction artistique de Rosemary Rodriguez, puis de Patrick Robinson. Paco Rabanne est également peintre et designer. Il expose ses œuvres picturales à Valbonne, et présente au salon Maison et objet une collection de six chaises inspirées de ses célèbres textures.

En 1999 naît le parfum « Ultraviolet » dont la couleur et le flacon sont inédits. De 2001 à 2009 sont mis en vente successivement « Ultraviolet Man », « Black XS », « Black XS » pour elle, « 1 Million » et « Lady Million ». Enfin, en 2013 est lancé sont dernier parfum, « Invictus ».

Technique[modifier | modifier le code]

Robe par Paco Rabanne, 1967

Il est réputé pour travailler des matériaux qui viennent des domaines les plus éloignés de ceux qui sont traditionnellement utilisés.

Son utilisation intensive de matériaux rigides assemblés par des anneaux donne aussi des résultats « secondaires ». Par exemple, avec ce genre de trame, le corps de la femme est entièrement révélé à travers les interstices et ne montre plus seulement ces zones de nudité placées selon les conventions de chaque époque.

Il pousse la provocation de l'inconfort jusqu'à utiliser des robes complètement métalliques tels les tabliers de protection des bouchers ou des cottes de mailles ou des robes faites de caches de diapositives ou fibres optiques.

Il substitue à la couture le rivetage. Perles et paillettes sont appliquées sur l'étoffe à l'aide de minuscules clous terminés par une boucle. Avec cette technique la broderie peut être réalisée facilement sur le vêtement terminé en temps relativement court.

L'atelier familial de broderie de Paco Rabanne composé par sa mère et ses frères et sœurs obtient rapidement l'estime de couturiers comme Nina Ricci, Philippe Venet ou Gérard Pipart.

Excentricités[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Paco Rabanne est célèbre pour ses déclarations excentriques sur les plateaux de télévision.

Il affirme avoir eu plusieurs vies (dont celle du Palais-Royal, maîtresse de Louis XV), avoir côtoyé Jésus dans une vie antérieure, avoir vu Dieu trois fois et avoir reçu la visite d'extraterrestres.[réf. nécessaire]

En 1999, il annonce avoir eu à 17 ans des visions de parisiens en flamme se jetant dans la Seine et qu'après avoir étudié d'autres prophéties concordantes, il est arrivé à la conclusion que la station spatiale Mir allait s'écraser en France au moment de l'éclipse solaire du 11 août 1999[4], ses débris provoquant des milliers de morts à Paris et dans la région du Gers[réf. nécessaire]. Publiquement, il s'engage à ne plus faire de prédictions si celle-ci ne se réalise pas[4]. Cependant, il prétend avoir eu une apparition de la Vierge lui intimant de continuer les prédictions.[réf. nécessaire] Prenant le « voyant » au mot, le Cercle zététique organise l'« apéritif des survivants »[5] qui réunit environ 200 personnes, dénonçant par cette manifestation bon enfant l'inanité d'une telle prédiction.

En dépit de l'échec de ce dernier coup d'éclat, qui a terni sa réputation parmi le public et les médias, il continue d'apparaître régulièrement dans une presse spécialisée, abordant plus le sujet de ses dites expériences paranormales que celui de la haute couture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Clemmer / Paco Rabanne " Nues ", Éditions Pierre Belfond, Paris, 1969
  • Le Fil d'Ariane, éd. Michel Lafon, 2005
  • Le Feu du Ciel, éd. Michel Lafon, 1999
  • Les lumières du bouddhisme : méditer pour mieux vivre : entretiens avec Bokar Rimpoché, J'ai lu, 1997, (ISBN 2290043915)
  • La Fin des temps, éd. Michel Lafon, 1994
  • Le Temps présent, éd. Michel Lafon, 1994
  • Trajectoire, éd. Michel Lafon, 1991

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]