Claude Montana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montana (homonymie).

Claude Montana est un styliste et couturier français né le 29 juin 1947 (67 ans) à Paris. Si il débute sa carrière dans les années 1960, il est issu de la « génération Palace » des années 1980 et se fait connaitre ces années là ; il est durant cette époque une figure centrale de la mode, resté célèbre pour ses collections de prêt à porter aux formes architecturées et imposantes aux épaules surdimensionnées, tailles de guêpe : les silhouettes agressives de ses créations à tendances fétichistes. Il obtient une reconnaissance particulière du milieu de la mode lors de son passage chez la maison Lanvin dans les années 1990. Quelques années plus tard, en proie à un déficit important, il cède définitivement sa marque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance passée dans un univers ouvert sur l'art, malgré un père autoritaire, Claude Montana, bac en poche, part pour Londres en 1967. Là, il crée des bijoux en papier mâché. Il est remarqué par le magazine Vogue. De retour à Paris à la fin des années 1960, il vend des dessins à différents magazines de mode.

Il débute comme assistant du styliste John Voigt chez Mac Douglas, marque spécialisée sur le travail du cuir où il apprend la coupe et le travail de création. Son savoir-faire et le travail du cuir restera un signe distinctif de son identité visuelle[1].

Après avoir travaillé dans différentes maisons de prêt-à-porter, il organise son premier défilé en 1975. Remarqué par les rédactrices de mode, ses modèles font les couvertures des magazines Elle, Vogue, Marie-Claire… Son succès devient vite international.

Il crée sa propre marque en 1979, assisté de sa sœur Jacqueline. Il devient par son style[2] une des figures de la mode des années 1980, et fait partie des personnalités habituées du Palace. Ses défilés théâtraux sont des événements[3], qualifiés de « grands shows[4] » par Lacroix. Son ami Yves Saint Laurent le considérait comme l'un des plus grands talents de sa génération.

En 1990, après avoir refusé la proposition de Dior[5], il rejoint la maison Lanvin[6],[7], pour laquelle il obtient deux Dés d'or[8] pour les collections automne-hiver 1990-1991 et printemps-été 1991[9]. « Une sorte d’aboutissement de ma carrière[1] » dira t'il.

Malgré le succès critique, et sa grande notoriété depuis les années 1980, sa courte collaboration avec la maison de haute couture Lanvin s'arrête. Rapidement il lance une nouvelle ligne de créations en prêt-à-porter, Odyssée[10]. Après avoir été mis en redressement judiciaire fin 1997[5],[11], il est obligé de céder sa marque de prêt-à-porter Claude Montana faute de moyens financiers. La maison est rachetée en 2000 et change de nom pour Montana Création.

En 2009, Claude Montana entreprend la rédaction d'un ouvrage avec la journaliste Marielle Cro où ils retracent sa carrière et décrivent les principes majeurs de sa création, éclairés par ses dessins, les photographies des défilés et des modèles prises par les photographes : Dominique Isserman, Paolo Roversi, Tyen et les témoignages de ses proches collaborateurs[3].

Le style singulier de Claude Montana reste emblématique de l'esprit couture et sert de références à de nombreux créateurs contemporains, dont Alexander Mc Queen qui lui a rendu de nombreux hommages dans ses collections.

En 2010 et 2011, le musée des arts décoratifs de Paris présente ses modèles Claude Montana et Lanvin dans l'exposition Décennies de mode.

En 2012, Jean-Paul Goude expose le portrait de Claude Montana réalisé en 1987 dans sa rétrospective Goudemalion au musée des arts décoratifs de Paris, et la série documentaire Fashion ! consacre une large part de son premier épisode à Claude Montana[12].

Claude Montana est officier dans l'ordre des Arts et Lettres.

Prix et Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1985 - Meilleure Collection Femme Été, Paris.
  • 1989 - Prix Balenciaga, Madrid.
  • 1991 et 1992 - Dés d'Or, Paris

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claire Mabrut, « Femme des années 90 - 2000 », sur madame.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 25 novembre 2010 (consulté le 12 novembre 2012)
  2. Laurence Benaïm, Azzedine Alaïa, le Prince des lignes, Paris, Grasset, coll. « Documents Français »,‎ octobre 2013, 160 p. (ISBN 978-2-246-81055-1, présentation en ligne), « Anatomie du temps », p. 115

    « Nouvelle étape dans la vie des femmes, ces amazones qu'une nouvelle génération de couturiers, de Thierry Mugler à Claude Montana, fait triompher, avec leur tailleurs sanglés, leur nouveau corps carapace, qui fait d'elles les super héroïnes du Gay Power. »

  3. a et b [image] « L'esprit haute couture de Claude Montana », Culture, sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 25 novembre 2010 (consulté le 13 novembre 2012)
  4. (en) Christian Lacroix, « Britain's radical chic », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ 5 avril 2004 (consulté le 13 novembre 2012)
  5. a et b Alexandra Schwartzbrod, « Montana n'a plus les épaules assez larges », Économie, sur liberation.fr, Libération,‎ 21 novembre 1997 (consulté le 12 novembre 2012)
  6. « Montana chez Lanvin », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 19 octobre 1989 (consulté le 13 novembre 2012)
  7. (en) Genevieve Buck, « Lanvin Chooses Claude Montana », sur chicagotribune.com, Chicago Tribune,‎ 22 octobre 1989 (consulté le 12 novembre 2012)
  8. Colette Godard, « Lanvin », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 3 février 1991 (consulté le 13 novembre 2012)
  9. Laurence Benaim, « Claude Montana : l'immobile beauté », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 2 février 1992 (consulté le 13 novembre 2012)
  10. Linda Watson, Vogue - La mode du siècle : Le style de chaque décennie, 100 ans de créateurs [« Vogue Twentieth Century Fashion - 100 years of style by decade and designer »], Éditions Hors Collection,‎ 2000, 255 p. (ISBN 2-258-05491-5), « Les créateurs : Montana, Claude », p. 195
  11. « Claude Montana dépose le bilan », Habillement, sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle,‎ 27 novembre 1997 (consulté le 13 novembre 2012)
  12. « Fashion ! » : le documentaire à ne pas rater !, Mode, sur elle.fr, Elle,‎ 2012 (consulté le 12 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]