Stéphane Rolland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stéphane Rolland
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rolland.

Stéphane Rolland est un créateur français de haute couture né en 1966, surtout connu pour ses robes de soirée rouge vif, blanches, ou noires, avec des jeux de brillances, des drapés, des longues robes-fourreaux, et de grandes échancrures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Maison-Alfort en 1966, il grandit dans le sud de la France, puis vit à Buenos Aires durant une dizaine d'années[1], et enfin aux Antilles[Où ?]. Il étudie en 1982 à l'école de la Chambre syndicale de la couture parisienne[2].

En 1986, il rejoint Balenciaga où il découvre « ce que devait être l'élégance », et est nommé directeur du prêt-à-porter « Hommes » à l'âge de 21 ans. Il travaille dans le domaine du prêt-à-porter « femmes » en 1989, avant de rejoindre, six ans plus tard, Jean-Louis Scherrer qui lui fait connaitre la haute couture pendant dix ans.

En 2005 et l'année suivante, il est en nomination lors des Molières pour la pièce Amadeus[3], et fonde en 2007 la société Stéphane Rolland Haute Couture, avenue George-V à Paris, suivi quelques mois plus tard du personnel de l'atelier de Jean-Louis Scherrer qui quittait la haute couture. Il est « Membre invité » de la Chambre syndicale de la haute couture la même année et présente sa première collection en juillet.

Il est également partenaire du Festival de Cannes pour une période de cinq ans durant laquelle il habille des artistes comme le mannequin Petra Němcová, l'actrice espagnole Paz Vega[4], ou encore la chanteuse anglaise Cheryl Cole[5],[6]. Il habille plusieurs fois la chanteuse Lady Gaga[7] : celle-ci apparait entre autres fin 2009 sur la chaine de télévision ABC dans une robe rouge, mais aussi en 2011 dont une robe très remarquée lors des International Emmys of Television[8]. Enfin, la reine Rania de Jordanie, Rihanna[1], ou Beyoncé Knowles portent aussi ses robes.

Stéphane Rolland bénéficie de l’appellation juridiquement protégée de haute couture depuis décembre 2008[9] ; son premier défilé sous cette appellation, « un hommage à Andrée Putman », a lieu début 2009[10], tout en développant depuis 2011 une ligne de prêt-à-porter[11]. Mais il indique en 2009 qu'il voulait « commencer par la haute couture, c’est le diamant sur la couronne, l’essence.[…] Le prêt-à-porter ne viendra qu’après. » En complément de la couture, Stéphane Rolland réalise quelques pièces de maroquinerie en série limitée depuis juillet 2009[12].

Chiffres[modifier | modifier le code]

La haute couture représente, de 2008 à 2010, un chiffre d'affaires d'environ 5 à 6 millions d'euros par an[11], dont plus de 80 %[13] est réalisé au Moyen-Orient. La société emploie plus d'une trentaine de personnes, dont une vingtaine rien que pour les ateliers[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'abécédaire Stéphane Rolland », sur jalougallery.com, L'Officiel,‎ mars 2011 (consulté le 23 juillet 2012)
  2. (en) Stéphane Rolland interview, Haute Couture News, 14 octobre 2010, consulté le 22 juillet 2012
  3. « Archives », sur lesmolieres.com (consulté le 23 juillet 2012) : « Téléchargez l'historique des nominations »
  4. [image] « Paz Vega en Stéphane Rolland Couture », Mode, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ 19 mai 2012 (consulté le 22 juillet 2012)
  5. [image] « Cheryl Cole en Stéphane Rolland », Mode, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ 17 mai 2011 (consulté le 22 juillet 2012)
  6. [image] « Cheryl Cole en Stéphane Rolland haute couture printemps-été 2012 », Mode, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ 27 mai 2012 (consulté le 22 juillet 2012)
  7. [image] « Lady Gaga particulièrement chic dans une robe Stephane Rolland Printemps-Été 2010 », sur puretrend.com,‎ 23 octobre 2011 (consulté le 22 juillet 2012)
  8. « Lady Gaga : Stéphane Rolland ne regrette rien », sur bluewin.ch, Swisscom,‎ 25 novembre 2011 (consulté le 22 juillet 2012)
  9. Véronique Lorelle, « Stéphane Rolland, dernier adoubé en haute couture », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 8 août 2012)
  10. Mélody Kandyoti, « La Haute Couture à Paris », Mode, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ 26 janvier 2009 (consulté le 22 juillet 2012)
  11. a et b Mathilde Gardin, Gilles Trequesser, « Mode: Stéphane Rolland joue les calligraphes », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 5 juillet 2011 (consulté le 23 juillet 2012)
  12. Reuters, Nicole Dupont, « Haute couture: Stéphane Rolland, l'épure du gestionnaire », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 27 janvier 2010 (consulté le 23 juillet 2012)
  13. Pascale Denis, « Mode: les fourreaux sculptés de Stéphane Rolland », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 3 juillet 2012 (consulté le 23 juillet 2012)
  14. AFP, « Stéphane Rolland, petit nouveau de la haute-couture, mais déjà rentable », sur lepoint.fr, Le Point,‎ 5 juillet 2011 (consulté le 23 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]