Éclipse solaire du 11 août 1999

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éclipse solaire du 11 août 1999
Image illustrative de l'article Éclipse solaire du 11 août 1999
Type d’éclipse
Nature Totale
Gamma 0.5063
Magnitude 1.0286
Saros 145 (21 sur 77)
Éclipse maximum
Durée 2 min 22,9 s
Localisation Roumanie
Coordonnées 45° 04.8′ N 24° 17.3′ E / 45.08, 24.2883
Largeur max. de la bande 112,3 km
Circonstances générales (UTC)
Éclipse partielle de 8:26:17,6 à 13:40:08,5
Éclipse totale de 9:29:55,2 à 12:36:26,1
Éclipse centrale de 09:30:53 à 12:35:33
Maximum de l’éclipse 11:03:07,5

L'éclipse solaire du 11 août 1999 est une éclipse totale de Soleil qui fut la dernière du XXe siècle et du millénaire dernier, l'an 2000 n'ayant connu que des éclipses partielles.

Bien qu'étant d'une durée de totalité « moyenne », voire relativement courte, elle fut exceptionnelle au sens qu'elle eut sans doute le plus d'observateurs de toute l'Histoire[réf. nécessaire].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Carte animée de l'éclipse[modifier | modifier le code]

SE1999Aug11T.gif

Circonstances générales[modifier | modifier le code]

La bande de totalité de l'ombre de la Lune commença dans l'océan Atlantique non loin de Terre-Neuve, avant de traverser vers 11h (UTC) les Cornouailles, le Comté de Devon, le nord-est de la France, le sud de la Belgique, le Luxembourg, le Sud de l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie, le nord de la Serbie, la Roumanie où il y eut le maximum à Râmnicu Vâlcea ; puis la Bulgarie, la Mer Noire, la Turquie, l'Iran, le Sud du Pakistan ainsi que l'Inde. Et de finir à proximité des côtes indiennes du golfe du Bengale.

Caractères remarquables de cette éclipse

Cette éclipse n'était pas seulement la dernière éclipse totale du siècle (et du millénaire) dernier(s) ; il fait peu de doute qu'elle fut aussi, de par les régions densément peuplées concernées par le passage de l'ombre de la Lune, l'éclipse totale qui eut le plus d'observateurs de toute l'Histoire. Malgré des conditions météorologiques défavorables, surtout en Europe de l'Ouest.

Elle pourrait être approchée en cela (ou même dépassée ?) par les éclipses totales du 22 juillet 2009 et du 21 août 2017. La première étant la plus longue du XXIe siècle avec une bande de totalité bien plus large, passant par l'Inde du nord et le centre de la Chine. La seconde étant l'éclipse homologue d'un saros d'après celle de 1999, qui sera la prochaine « éclipse US » traversant tous les États-Unis.

Les phénomènes liés à l'éclipse[modifier | modifier le code]

Comme ces observateurs de l'éclipse du 11 août 1999, il est impératif de se munir de lunettes spéciales pour observer le phénomène, durant les phases partielles.

Pendant cette éclipse, les observateurs ont pu assister à plusieurs phénomènes. Le premier fut tout d'abord une baisse de luminosité totale ou partielle selon les régions. Cette baisse de luminosité n'était pas sans rappeler un crépuscule anticipé pour certains animaux qui se sont tus et se sont couchés. Un autre phénomène observé fut la baisse de température d'environ 3 °C entre 10h30 et 14h (premier et dernier contact maximum), qui créa une sensation de froid au beau milieu de l'été. Juste avant la disparition totale du Soleil, des bandes d'ombre ont couru au sol, Vénus était visible aux côté du Soleil (si la zone du ciel était dégagée). Puis les étoiles sont apparues dans le ciel et le Soleil est devenu « noir », encadré de Mercure et de Vénus de part et d'autre. Ce phénomène fut très prononcé pour les observateurs situés dans la bande de totalité.

Observation en France[modifier | modifier le code]

Couvrant une bande d'obscurité de seulement une centaine de kilomètres de large et traversant la France de part en part (de la Normandie à l'Alsace en passant par le nord de Paris), en moins d'1/4 d'heure, cette éclipse a suscité un très grand engouement de la part des Français, largement encouragés par les nombreuses campagnes publicitaires et les revues proposant des lunettes permettant d'admirer l'éclipse sans s'abimer les yeux.

Phases de l'éclipse solaire du 11 août 1999.

Tous les hôtels situés dans la bande d'obscurité de l'éclipse affichaient déjà complet plusieurs mois à l'avance et nombreux sont ceux qui ont dû faire un long voyage pour admirer l'éclipse dans toute sa splendeur. Les plus fortunés ont même pris un Concorde affrété spécialement par l'association française d'astronomie pour suivre un plan de vol suivant la bande de totalité, ce qui a permis à ses passagers de suivre l'éclipse totale pendant 9 minutes (contre 2 minutes de totalité pour les personnes sur la terre ferme).

Ceux qui n'ont pas pu se trouver dans la bande d'obscurité ont quand même pu assister à une obscurité semi-profonde, comme un après-midi qui se terminerait à 12 heures.

Toutefois, les nuages ont gêné l'observation sur une grande partie de la France. De bonnes observations furent réalisées en Normandie (particulièrement vers Gisors et Étretat), en Picardie vers Amiens et Saint-Quentin où la couverture nuageuse s'est déchirée au moment de la disparition du disque solaire, Froissy (Oise) et vers Reims en Champagne-Ardenne. De même pour le sud de la France comme Aix, Marseille ou Nice pour l'éclipse partielle à 85 % environ.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William C. Livingston et Atila Özgüç, The last total solar eclipse of the millennium in Turkey : proceedings of a symposium held in Istambul, Turkey 13-15 August 1999, Astronomical Society of the Pacific, San Francisco, 2000, 218 p. (ISBN 1-583-81032-3)
  • (fr) Yves Delaye, L'éclipse : 11 août 1999, Sciences & Vie, Tana éd., 1999, 20 pl. + livret d'accompagnement (ISBN 2-8456-7000-1)
  • (fr) Yves et Geneviève Delaye, L'éclipse du 11 août 1999 en France et dans 73 pays !, La Maison de l'astronomie, Paris, 1999, 47 p. (ISBN 2-912616-03-4)
  • (fr) Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (Paris), Les éclipses de soleil : l'éclipse totale du 11 août 1999, EDP sciences, Les Ulis, 1999, 146 p. (ISBN 2-86883-392-6)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Vol d'éclipse : éclipse totale de soleil, 11 août 1999, film documentaire réalisé par Christophe Gombert sous la direction de Paul Felenbok et Jean Guérin, CNRS, Meudon, 1999, 9 min (VHS)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :