Pélussin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pélussin
Le château de Virieu
Le château de Virieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Pélussin
Intercommunalité Communauté de communes du Pilat rhodanien
Maire
Mandat
Georges Bonnard
2014-2020
Code postal 42410
Code commune 42168
Démographie
Gentilé Pélussinois, Pélussinoises
Population
municipale
3 511 hab. (2011)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 09″ N 4° 40′ 54″ E / 45.4191666667, 4.68166666667 ()45° 25′ 09″ Nord 4° 40′ 54″ Est / 45.4191666667, 4.68166666667 ()  
Altitude Min. 240 m – Max. 1 340 m
Superficie 32,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Pélussin

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Pélussin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pélussin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pélussin

Pélussin est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes. Pélussin est constitué de trois quartiers : Notre-Dame, Les Croix et tout en haut, Virieu.

Sur le flanc oriental du massif du Pilat, s'étagent en amphithéâtre les communes qui forment le canton de Pélussin. Pélussin tire son nom du fruit du prunier, appelé vulgairement « pelosse », très abondant dans la région.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située en bordure du plateau oriental du massif du Pilat. Elle surplombe la vallée du Rhône et fait partie du Parc naturel régional du Pilat. L'altitude moyenne de Pélussin est d'environ 450 mètres, mais le village s'étage en pente très rapide depuis la profonde vallée du Rhône (140 m) jusqu'au Crêt de l'Œillon (1 365 m).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason de Pélussin se décrit ainsi :

D'azur à la montagne isolée de trois coupeaux d'argent rangés en fasce, chacun surmonté d'un sapin de sinople.

Blason ville pelussin loire.svg

Blason à l'enquerre

Histoire[modifier | modifier le code]

L’époque romaine[modifier | modifier le code]

Jules César

Jules César, lors de sa conquête de la Gaule, chassa les Allobroges de Vienne qui devint Colonia Julia. Dès l'assassinat de César en l'an 44, les Allobroges reprirent leur cité aux Romains. Les Romains exilés de Vienne s'en allèrent fonder la ville de Lyon (Lugdunum).

Les Romains soignaient l'alimentation en eau de leurs villes, et furent rapidement attirés par l'eau cristalline et pure de la montagne. Au premier ou au second siècle, les ingénieurs impériaux construisirent, du Pilat à Lugdunum, l'aqueduc du Gier. Cet aqueduc de 80 km comportait de nombreux ouvrages d'art, et surtout ce qui le rend unique dans le monde romain : quatre siphons dont un qui traverse en souterrain la vallée de la Durèze.

En 177 débutèrent à Lugdunum les persécutions des chrétiens. La légende rapporte qu'à cette époque, un petit groupe de chrétiens vint se réfugier dans les montagnes et, plus précisément, à Pulicinus ultra rhodanum (Pélussin) où ils fondèrent l'église de Notre-Dame sous terre. En 280, l'empereur Probus autorisa l'extension de la culture de la vigne hors d'Italie et la vigne, dès lors, se développa sur les versants bien orientés du Pilat comme à Condrieu et à Chavanay. De l'époque romaine, le Pilat hérite aussi de la culture des pruniers, des châtaigniers, des pêchers et des cerisiers.

L’an mil[modifier | modifier le code]

Calixte II

L'histoire écrite du Pilat des années mille est surtout ecclésiastique avec trois fondations religieuses :

Le Pilat et la Savoie se disputent le lieu de naissance de Pierre de Tarentaise : né en 1124 à Tarentaise à côté du Bessat, il devait devenir pape sous le nom d'Innocent V. Il mourut en Italie à Arezzo en 1276.

Outre le village-chartreuse de Sainte-Croix, on peut admirer les éléments romans de l'église de Bourg-Argental ou la chapelle de Jurieu près de Sainte-Croix.

En 1324, Malleval connaît son heure de gloire avec le mariage de Renaud de Forez et de Marguerite de Savoie. Celui-ci, fils cadet de Jean de Forez, se destinait d'abord à la prêtrise mais cet état ne lui permettant pas d'assouvir ses ambitions, il renonça à l'état ecclésiastique pour pouvoir d'abord se marier et ensuite jouir de la dot de sa femme. Devenu riche, il n'eut de cesse d'agrandir son domaine par l'achat des paroisses de Chavanay et de Pélussin et d'embellir son château et sa ville de Malleval qui comporta à son apogée jusqu'à 300 maisons. Malheureusement, cette période fut de courte durée : Renaud ne laissa pas d'héritier et devint fou après avoir été fait prisonnier à la bataille de Brignais (en 1361 cette bataille opposa les troupes royales aux Tard-Venus, bande de brigands qui écumait le royaume de France à la fin de la guerre de Cent Ans). De fait, la capitale du Forez-viennois fut transférée à Bourg-l'Argental.

Les guerres de religion et l'arrivée de l'industrie de la soie[modifier | modifier le code]

Elles laissèrent de nombreuses traces dans le Pilat, qui avait le triste privilège de se trouver à une « frontière » religieuse avec, au sud, les protestants d'Annonay et, au nord, à Lyon et Vienne, les catholiques.

Parmi toutes les batailles et trahisons de cette période, on retiendra le nom de la bataille du Bessat qui, en 1572, opposa les deux camps et, surtout, la fin de Malleval qui dut son malheur à Jean de Fay, seigneur de Virieu.

Dans un premier temps, Jean de Fay, catholique, combattit la réforme en Languedoc. Puis, devenu protestant, au moment des désordres créés par la guerre, il écuma la région du Pilat avec ses troupes à partir de Malleval. Pour mettre fin à tous ces pillages, en 1574, Christophe de Saint-Chamond, gouverneur du Vivarais, démantela maisons, murailles et le château de Malleval sur ordre royal, puis dut s'incliner à la suite du compromis signé le 25 avril 1574 au château de la Condamine entre les catholiques, Jean de Fay, mandaté par le roi Henry III et la ville protestante d'Annonay[1]. Le roi nomma alors André de Harenc, protestant et seigneur du château de la Condamine, qui avait épousé six semaines plus tôt la fille de Jean de Fay, commandant chargé des places du château de Virieu et Annonay[1].

Les soyeux italiens, protégés des seigneurs de Tournon et Virieu[modifier | modifier le code]

À la même époque, l'industrie de la soie s'installait dans le Pilat avec Antoine Gayotti dont la famille avait des moulins à Bologne dès le milieu du XVe siècle, et qui s'installa dans le piémont italien, puis en 1536 à La Valla-en-Gier, aux sources du Gier, et enfin à Saint-Chamond. Gayotti était sous la protection de Just de Tournon, baron de Tournon, comte de Roussillon et bailli du Vivarais.

La famille de Tournon, avec les Balazuc et les Roussillon, partageait le sceptre féodal du Vivarais, et créa la ville d'Annonay ainsi qu'une université à Tournon[2].

Gayotti fut suivi par ses compatriotes Pierre Benay, Horace Benay en 1572, et son fils Jean-Antoine Benay s'installa à Virieu en 1586, pour bénéficier de la protection du château de Virieu qui avait été reconstruit par Jean de Fay, revenu à la religion catholique, dans un souci d'apaisement et le but de permettre le retour à une vie pacifique dans cette région où vivaient beaucoup d'artisans. Jean de Fay peut ainsi protéger l'émigré bolonais et l'autorisa à exercer son industrie de la filature de la soie, grâce à une concession[3], épisode raconté dans les annales de la Société d'agriculture, industrie, sciences, arts et belles-lettres du département de la Loire. À partir de la fin du siècle, encouragé par Olivier de Serres, Henry IV pousse à la plantation de quatre millions de mûriers en France.

Cette famille Benay continua un siècle plus tard à apporter ses innovations de Bologne car, en 1669, Pierre Benay installait dans la région à Chomérac un moulin à soie plus perfectionné, à la demande du conseil municipal de Lyon, et avec l'assentiment de Colbert, mais plus guère de soutien une fois que celui-ci entrera en disgrâce[4]. Ce fut alors la famille de Jean-Deydier, né en 1607 et installé dans la région, qui va développer une des premières industries de la soie "mécanisée", et utilisera en 1751 les travaux de Vaucanson pour installer à Aubenas et Privas, toujours en Ardèche, une "manufacture" royale importante, qui emploiera 2 000 personnes en 1830, après le retour au calme qui a suivi les guerres napoléoniennes[5].

Le siècle de Louis XIV[modifier | modifier le code]

L'industrie de la soie permit à Pélussin et sa région de prospérer. L'activité différait de l'agriculture dans la ville, les pélussinois étaient alors plus indépendant des mauvaises récoltes. À cette époque, les famines étaient difficilement combattues. L'industrie de la soie permit donc aux pélussinois de vivre mieux que ceux qui dépendaient des caprices du temps. L'exode rural se fit sentir malgré l'industrie naissante. En tout état de cause, dans sa globalité, la population du Pilat diminua tout au long du XVIIe siècle.

En 1769, Jean-Jacques Rousseau vient herboriser dans les parages, mais il ne récolta presque aucune des 500 plantes différentes qui existent dans le massif : il était venu à la mauvaise saison !

La guerre des clochers[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle fut marqué, à Pélussin, par la guerre des clochers. À cette époque, l'église paroissiale étant trop petite, il fut décidé de construire une nouvelle église à mi-chemin entre les quartiers de Notre-Dame et de Virieu. Les habitants de Notre-Dame tentèrent de s'opposer à cette décision, ils allèrent même jusqu'à monter la garde autour de l'ancienne église, cacher la cloche dans un puits, menacer de changer de religion en faisant venir un pasteur protestant. Le calme revint lorsque la décision fut prise de séparer Pélussin en deux paroisses : Notre-Dame et Saint-Jean.

Ancien viaduc du CFDL surplombant le village construit par François Mercier .

La Galoche[modifier | modifier le code]

En 1893, la population du Pilat ayant augmenté et tous les bras ne pouvant être employés, le conseil régional de la Loire décida la création d'une ligne de chemin de fer de Saint-Étienne à Pélussin, concédée aux Chemins de fer départementaux de la Loire (CFDL), pour permettre aux jeunes gens de s'engager dans les usines de la vallée du Gier.

Huit ans après, la Galoche arrivait à Pélussin. C'était un train plutôt rustique qui circulait sur une voie unique et sinueuse. De Saint-Étienne à Grand-Croix (la Bachasse), la Galoche empruntait la voie du Tramway puis, à la Terrasse, la voie décrivant un rebroussement, il fallait procéder à un changement de locomotive.

Deux accidents sont à déplorer : en 1909 la Galoche percuta un tramway à l'Horme (bilan : 1 mort 20 blessés) et, le 1er juin 1912, à 21h15, en gare de Pélussin, le train sortit de ses rails et atterrit 7 mètres plus bas dans un champ de pommes de terre.

Le chemin de fer fut prolongé jusqu'à Maclas en 1917. Ce prolongement nécessita la construction de deux viaducs, le plus grand étant long de 170 m et haut de 58, et le plus petit long de 93 m et large de 4 m. Le train fut remplacé par un service de cars en 1931.

Dans le domaine des transports, on note deux faits majeurs : en 1874 l'inauguration du pont suspendu sur le Rhône à Chavanay (il fallait payer un péage de 2 sous jusqu'en 1881) et aussi la ligne de chemin de fer Lyon-Tournon en 1879.

Les temps modernes[modifier | modifier le code]

Mûrier

Les XIXe et XXe siècles furent surtout les siècles de l'industrie. En effet, les habitants du Pilat domptèrent les rivières dévalant du Crêt de l'Œillon pour créer de nombreuses usines de moulinage et de tissage. Le nom de la ville de Saint-Julien-Molin-Molette en garde la trace. En 1840, 2 000 personnes travaillaient aux moulinages de soie et on comptait 16 000 mûriers. En 1905, cette activité employait plus 1 200 personnes, principalement des jeunes femmes qui venaient y constituer leur dot. Cette activité perdure jusqu'à nos jours sous la forme d'ateliers traditionnels ou de haute technologie.

Depuis la guerre, le travail de la soie déclinant, en 1983, un jeune ingénieur laitier dauphinois, Jean-Claude Guilloteau, inventeur d'un nouveau procédé de fabrication du fromage, choisit Pélussin pour installer la fabrication de son "Pavé d'Affinois". En pleine extension, cette industrie donne au pays un nouvel essor, en créant de nombreux emplois et portant le renom de qualité de Pélussin dans toute la France et à l'étranger.

Musées[modifier | modifier le code]

Parc naturel régional du Pilat.svg

Ressources et productions[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Vigne, vergers.
  • Élevages bovins.
  • Produits laitiers et fromageries.
  • Fromagerie Guilloteau (PME de 250 salariés fabriquant le pavé d'Affinois)

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Foire : 2 janvier, 3 février, 1er lundi de mars, 30 avril, 26 mai, 24 juin, 1er lundi de septembre.
  • Marché le samedi (place de la Mairie), et le dimanche (place des Croix).
  • Fête communale / Vogue (fête) : le dimanche suivant le 14 juillet.
  • Fête de la Pomme : 11 novembre.
  • Visites du château de Virieu.

Loisirs / Tourisme[modifier | modifier le code]

  • FMP : Foot en Mont-Pilat
  • UCAP : Union cycliste d'affinois Pélussin (anciennement VC Pélussin)
  • Piscine découverte et chauffée.
  • Sentiers pédestres : sentiers GR7 et GR42.
  • Camping-caravaning à la ferme. Gîtes ruraux. Chalets vacances.
  • Artisanat : terre vernissée.
  • CinéPilat
  • Médiathèque
  • Le très honorable Sensei Chouny Ao, représentant pour la France du Gensei-Ryu, officie au dojo de Pélussin.
  • RCP - Rugby Club du Pilat - Équipe senior et École de Rugby - Champion du Lyonnais 4e série 2013-2014
  • BCP - Basket Club Pélussin
  • Les petits Artistes : Activités manuelles pour enfants à partir de 6 ans

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Pélussin fait partie de la communauté de communes du Pilat rhodanien.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Georges Bonnard SE  
2008 2014 Georges Bonnard SE  
2014 en cours Georges Bonnard SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Pélussin sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Pélussin Maire Georges Bonnard 2008 2014
Cantonales Pélussin Conseiller général Georges Bonnard 16 mars 2008 2015
Législatives 4e circonscription Député Dino Cinieri 10 juin 2012 juin 2017
Régionales Rhône-Alpes Président du conseil régional Jean-Jack Queyranne 2 avril 2004 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande 6 mai 2012 mai 2017
Autres résultats : Élections à Pélussin

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 511 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Pélussin, commune de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[6]. Les populations légales des années 2004, 2009, 2014 correspondent à des recensements exhaustifs[7].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 120 3 290 3 034 3 194 3 240 3 055 3 511 3 651 3 751
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 088 4 039 3 504 3 564 3 590 3 493 3 502 3 244 3 291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 111 3 381 3 311 3 410 3 272 3 269 3 005 2 617 2 698
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 591 2 608 2 600 2 785 3 132 3 356 3 426 3 405 3 494
2011 - - - - - - - -
3 511 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies et lieux-dits[modifier | modifier le code]

172 odonymes recensés à Pélussin
au 27 avril 2014
Allée Avenue Bld Carrefour Chemin Cité Clos Impasse Passage Place Route Rue Sentier Voie Autres Total
10 0 0 0 1 [N 1] 1 [N 2] 0 2 [N 3] 3 [N 4] 10 [N 5] 1 [N 6] 43 0 0 101 [N 7] 172
Notes « N »
  1. Chemin du Pont de la Meule.
  2. Cité la Fraternelle.
  3. Impasse de la Boulangerie et Impasse du Vieux Château.
  4. Passage de la Ranconie, Passage du Presbytère et Passage du Vieux Moulin.
  5. Dont Place des Anciens d'Afrique du Nord, 19-Mars-1962 et Place du 8-Mai-1945.
  6. Route de Chuyer.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Le village vu depuis le sud
Arrière du château de Virieu
  • Bourg ancien, halles du 16e en bois, portes anciennes, au quartier de Virieu (SI).
  • Vieux château de Virieu XVIIe siècle et chapelle : tour ronde doublée d'une haute échauguette.
  • Moulin de Virieu.
  • Hospice : 2 reliquaires 17e, table Louis XVI.
  • Vestiges du château féodal de La Valette.
  • 2 grands viaducs du "tacot".
  • Église néo-romane reconstruite vers 1870, imposant bâtiment : gros clocher en façade, crypte romane, statue
  • Notre-Dame-sous-Terre XVIIe siècle, ciboire en argent.
  • Chapelle de Virieu XVIIe siècle.
  • Chapelle Sainte-Madeleine, vestiges d'un ermitage 17e.
  • Croix de grès 16e à La Massé.

Vie locale et culture[modifier | modifier le code]

Fête de la Rigotte[modifier | modifier le code]

Le 2e week-end de mai, se déroule sur la place des Croix, la fête de la Rigotte et du pavé d'Affinois, durant laquelle les habitants se pavanent vêtus d'un chapeau de crottin de chèvre que l'on appelle dans le patois local « la Cretouille ».

Cette tradition date du début du XVe siècle. Selon la légende, un berger polonais serait passé par Pélussin et aurait été conquis par la beauté du village, il s'y serait donc installé et serait donc à l'origine de ce fromage que l'on appelle "pavé d'Affinois".

Quelques années plus tard, il aurait été chassé du village, car ses fromages avaient, selon certains habitants, donné la mort à des proches qui en auraient consommé, il s'était alors réfugié dans le village en contrebas, à Chavanay, où il passa ses dernières années à boire de l'alcool en trop grande quantité. Les habitants de Pélussin n'ont jamais entendu parler de cette fête, il existe une fête de la Rigotte à Condrieu (Rhône), il y a peut-être confusion entre les deux.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Effroyables Jardins a en partie été tourné à Pélussin, sur la place des Croix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Joseph Paret, né en 1807 à Pélussin, fut un des pionniers de la Louisiane aux États-Unis et créateur de la paroisse de Bâton Rouge. Pendant la guerre de Sécession, il revint vivre dans sa famille à Virieu où il mourut en 1872.
  • Joseph Voron, originaire de Pélussin mais né à Lyon en 1874. Médecin accoucheur, professeur à la faculté de médecine, membre de l'Académie de Médecine, directeur de la maternité de l'Hôtel Dieu et de la Charité à Lyon.
  • Gaston Baty, né à Pélussin le 26 mai 1885, fut le directeur de nombreux théâtres dont celui de Montparnasse. Passionné de marionnettes pour lesquelles il a écrit plusieurs scénarios. Gaston Baty meurt le 13 octobre 1952 dans sa maison de Pélussin, où il était également né 67 ans plus tôt. Il est incontestablement l'un des hommes de théâtre français les plus importants du XXe siècle. Membre du Cartel avec Charles Dullin, Louis Jouvet et Georges Pitoëff, il était certainement le plus atypique et le plus contestataire de ces metteurs en scène liés entre eux par un pacte « d'estime et de respect réciproque ». Il est le seul à ne pas être comédien mais il est assurément l'un des grands visionnaires du théâtre français. Auteur de ses décors, il a le culte de l'image scénique qu'il illumine par des faisceaux de lumière. Il ne méprise pas le texte, il l'éclaire par un véritable travail d'enlumineur. C'est sans aucun doute l'un des Ligériens les plus importants du XXe siècle que nous célébrons ainsi.
  • Henri Collomb, né en 1907 à Pélussin, adjoint au maire de Lyon, vice-président du conseil général du Rhône de 1959 à 1982, conseiller régional et député du Rhône.
  • Michel Folliasson, né le 12 janvier 1925 à Pélussin. Membre de l'Académie des Beaux-Arts, Grand prix de Rome, architecte DPLG de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Professeur de théorie et chef d'Atelier à l'École d'Architecture de Nancy (de 1957 à 1967), il est nommé Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux en 1969. Il a construit la préfecture du département de la Seine-Saint-Denis, l'ensemble expérimental et résidentiel de la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier au Creusot, l'usine modèle de laiterie à Auxerre, l'école d'architecture de Nancy, la tour Neptune, la Bibliothèque municipale de Metz, le Centre de thalassothérapie de Lorient, le siège du syndicat FO à Paris.
  • Jean-Paul Chavas, né à Pélussin en 1951, économiste américain, docteur en économie rurale, résidant à Madison aux États-Unis. Un des économistes américains les plus cotés, il a publié plusieurs livres en anglais traduits dans de nombreux pays. Il travaille avec des universitaires à l'échelon mondial.
  • Hippolyte Berlier, né le 10 mars 1919 à Pélussin, dans le hameau des Fanchises, d'une famille de huit enfants, premier évêque du Niger, entré chez les Rédemptoristes en 1932. Il vit au cœur de la Résistance puis à la première Division Blindée pour la libération de la France, ensuite on le retrouve au Niger. À partir de 1950, il est successivement directeur des écoles, responsable religieux de la vice-province rédemptoriste et enfin évêque de Niamey. Il vit sa retraite au Niger chez les Touaregs, jusqu’à sa mort le 22 septembre 1992. Il n'oublia jamais ses origines et chacun à Pélussin se souvient de ses visites régulières dans sa 404 familiale immatriculée au Niger. Il est enterré devant la cathédrale de Niamey où ses nombreux amis chrétiens et musulmans viennent souvent se recueillir.
  • Alexandre Jullien, né à Lyon en 1823 et maire de Pélussin de 1852 à 1870. Député de la Loire, membre du conseil supérieur de 1'Agriculture, membre du Conseil de la Banque de France, administrateur du Crédit lyonnais. En 1849, il épouse Hélène Battant de Pommerol. Il fait construire la maison familiale en 1865. On lui doit aussi la construction du pont de Chavanay ainsi que celle du pensionnat Saint-Jean de Pélussin.
  • Antoine Eyraud, bienfaiteur de la commune de Pélussin, a donné 30 hectares de forêt à la commune.
  • Les sœurs Martin (Étiennette et Jeanne), bienfaitrices, ont fondé l'hôpital de Pélussin.
  • Les membres du groupe Karlit & Kabok sont originaires de Pélussin[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://books.google.fr/books?id=fksWAAAAYAAJ&pg=RA9-PA16-IA10&dq=%22Jean+de+Fay,+seigneur+de+Virieu%22&ei=ePvJSJT_NpTEzAT898GhCw
  2. http://www.nimausensis.com/ardeche/Gravures/Louvesc.htm
  3. http://books.google.fr/books?id=3oMDAAAAMAAJ&q=%22Jean+de+Fay%22+soie&dq=%22Jean+de+Fay%22+soie&ei=ZQDKSIv0LpbQzASh1NSZAg&pgis=1
  4. http://www.medarus.org/Ardeche/07celebr/07celTex/deydier.htm
  5. http://classiques.uqac.ca/classiques/see_henri/origines_du_capitalisme_moderne/see_origine_capitalisme.doc
  6. « Le recensement de la population en bref », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2013).
  7. « Calendrier de recensement des communes de la Loire », sur Insee (consulté le 9 août 2013 )
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. « Biographie Karlit & Kabok », sur www.underculture.org,‎ 6 août 2009 (consulté le 6 avril 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]