Graix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Graix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Bourg-Argental
Intercommunalité Communauté de communes des Monts du Pilat
Maire
Mandat
Guillaume Sabot
2014-2020
Code postal 42220
Code commune 42101
Démographie
Gentilé Grêlans
Population
municipale
147 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 55″ N 4° 34′ 12″ E / 45.3486111111, 4.5745° 20′ 55″ Nord 4° 34′ 12″ Est / 45.3486111111, 4.57  
Altitude Min. 813 m – Max. 1 431 m
Superficie 8,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Graix

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Graix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Graix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Graix

Graix (/gʁɛ/) est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Graix est une commune du Massif du Pilat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Joseph Giraudet    
mars 2008 en cours Guillaume Sabot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 147 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 270 356 317 336 370 357 378 387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
416 408 348 354 366 390 429 393 335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
345 310 300 232 245 220 215 178 151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
146 138 116 117 131 134 144 147 147
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Col de la Croix de Chaubouret[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Col de la Croix de Chaubouret.

Le col de la Croix de Chaubouret se situe au nord de la commune de Graix, à une altitude de 1 201 m à la limite des communes de Graix et du Bessat et offre une vue sur la vallée du Rhône et la chaîne des Alpes.

Un stade de glisse, installé en 2005, fait partie prenante de l'espace nordique des monts du Pilat. Il permet la pratique du snowtubbing et l'initiation au ski alpin et ski de fond via 4 fil-neiges.

Base de loisirs des Réalles[modifier | modifier le code]

Entre 1 122 m et 1 200 m d'altitude, le site de loisirs des Réalles dispose de 2 pistes vertes de 550 m et d'une piste rouge de 450 m pour la pratique du dévalkart ainsi que d'une piste de descente de slalom VTT. L'ensemble est desservi par le remonte-pente de la Rebatte, d'une longueur de 378 m. Le domaine, équipé de deux téléskis, est initialement conçu pour la pratique du ski alpin, mais, depuis 2005, il n'est désormais plus exploité que l'été.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :