Le Train bleu (restaurant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Train bleu.
Le Train bleu
Image illustrative de l'article Le Train bleu (restaurant)
Entrée du restaurant Le Train bleu dans le hall de la gare Paris-Gare de Lyon.
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 42″ N 2° 22′ 24″ E / 48.845, 2.3733348° 50′ 42″ Nord 2° 22′ 24″ Est / 48.845, 2.37333  
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse Gare de Lyon
Place Louis-Armand
75012 Paris
Fondation 1901
Site web www.le-train-bleu.com
Informations
Chef cuisinier Jean Pierre Hocquet
Type de cuisine Restaurant gastronomique

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Train bleu
Le Train bleu

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Le Train bleu
Le Train bleu
Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris/Paris/France
Le Train bleu
Le Train bleu

Le Train bleu est un restaurant gastronomique de style néo-baroque et Belle Époque des années 1900 situé dans le hall de la gare Paris-Gare de Lyon dans le 12e arrondissement de Paris. Sauvé de la démolition par André Malraux en 1966, certaines de ses salles sont classées au titre des monuments historiques en 1972. Il est actuellement fermé pour rénovation et rouvrira le 12 septembre 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

Création et inauguration[modifier | modifier le code]

Ce restaurant mythique est construit pour l'occasion de l'Exposition universelle de 1900, en même temps que le Grand Palais, le Petit Palais ou le pont Alexandre-III, par la Compagnie du chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM) sous le nom de buffet de la Gare de Lyon. Il est inauguré le 7 avril 1901 par le président de la République française Émile Loubet.

Vue intérieure du Train Bleu.

On accède au restaurant depuis les quais par un grand escalier à double révolution. À l'origine, les cuisines se trouvaient dans les combles, les plats étant acheminés par sept monte-charges électriques. Il y a une hauteur de 8 mètres sous plafond[1].

En 1963 le buffet de la Gare de Lyon est rebaptisé Le Train bleu en hommage au mythique Train bleu « Paris-Vintimille » de 1868 (Train express Paris-Marseille-Nice-Monaco-Vintimille qui suit la route du bord de mer de la Côte d'Azur le long de la mer Méditerranée)

Un restaurant représentatif des années 1900 [modifier | modifier le code]

Vue sur le hall de la gare de Lyon depuis Le Train bleu.

Les salles du restaurant, le salon doré ou petit salon, la grande salle, les salons tunisien et algérien, les passages et leur décor sont classées aux monuments historiques[2].

L'intérieur est digne d'un musée des années 1900, chargé de sculptures, dorures, moulures, lustres, mobiliers d'apparat, fauteuils club et de 41 vastes peintures décoratives sur les murs et plafonds représentant les grandes étapes parcourues par la Compagnie PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) et des événements de 1900, peints par certains des peintres les plus en vogue à l'époque : Charles Bertier, Eugène Burnand, Eugène-Baptiste Emile Dauphin, Guillaume Dubufe, François Flameng, Henri Gervex, Gaston de La Touche, Michel Maximilien Leenhardt, Albert Maignan, Frédéric Montenard, Jean-Baptiste Olive, Albert Rigolot, Édouard Rosset-Granger, Gaston Casimir Saint-Pierre, etc.

Les immenses salles à manger ont toujours leurs caractéristiques d'origine, planchers polis, boiseries, banquettes en cuir, meubles de service en acajou, stuc doré luxuriant, nombreuses sculptures et peintures murales et sur les plafonds représentant des scènes de France. La trentaine de peintres qui ont œuvré comptaient parmi les meilleurs de leur temps, de sorte que l'on trouve ici une sélection caractéristique de la peinture française 1900. Au-dessus de l'escalier menant aux voies, on trouve une peinture murale de René Billotte (1846-1915) : il montre des motifs parisiens, à savoir le pont Alexandre-III et le palais de l'exposition universelle de 1900.

Les trois peintures du plafond de la grande salle sont dédiées aux trois plus grandes villes de France : Paris est une œuvre de François Flameng (1856-1923), qui créa aussi des fresques à la Sorbonne et à l'Opéra-Comique. Les deux autres sont signés par Guillaume Debufe (Lyon) et Gaston Casimir Saint-Pierre (Marseille). La peinture murale principale de la grande salle représente le théâtre d'Orange par Albert Maignan (1845-1908), on y découvre les portraits du président du PLM, Stéphane-Adolphe Dervillé, et du directeur général Gustave Noblemaire, ainsi que ceux des célèbres actrices d'alors Sarah Bernhardt et Réjane, du chanteur Jean Bartet et de l'écrivain Edmond Rostand. Les peintures représentant Villefranche et Monaco sont de Frédéric Montenard (1849-1926), le fondateur de la Société nationale des Beaux-Arts.

Dans la salle dorée, on trouve le tableau représentant Nice, la Guerre des Fleurs, d'Henri Gervex (1852-1929), un ami d'Auguste Renoir. Le peintre Jean-Baptiste Olive (1848-1936) a peint deux tableaux, Saint-Honorat et le Vieux-Port de Marseille. Olive, né à Marseille, avait une grande réputation en tant que peintre de marine. Une peinture d'Eugène Burnand (1850-1921) montre le massif du Mont-Blanc (Burnand est le créateur d'un célèbre panorama sur les Alpes bernoises qui voyagea pour une exposition itinérante à Anvers, Chicago, Genève et Paris).

De nombreuses personnalités du XXe siècle sont devenus des habituées du Train bleu et ont contribué au mythe : Brigitte Bardot, Sarah Bernhardt, Coco Chanel, Jean Cocteau, Colette, Salvador Dalí, Jean Gabin, François Mitterrand, Marcel Pagnol, Réjane, Edmond Rostand, etc.

Le restaurant de 250 couverts du chef Jean Pierre Hocquet et son équipe de plus de 50 collaborateurs servent une cuisine gastronomique française traditionnelle et raffinée avec en vedette : saucisson pistaché en brioche, côte de veau fermier rôtie « Foyot », vacherin glacé « Train bleu », Baba au rhum royal ambré « Saint James », steak tartare, foie gras, saumon fumé « maison », escargots de Bourgogne et prestigieuse carte de vins.

À ce jour, Le Train bleu est l'un des lieux célèbres les mieux conservés du Paris des années 1900.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Rénovation[modifier | modifier le code]

Une rénovation du restaurant a lieu du 30 juin au 15 septembre 2014, comprenant notamment une modernisation des lieux tout en respectant son cadre, et une transformation de la brasserie du rez-de-chaussée en « bar musical ». Le restaurant restera au minimum fermé deux mois, du fait du changement des cuisines[3].

Le Train bleu au cinéma[modifier | modifier le code]

Parmi les films tournés au Train bleu, on compte[4],[5] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clive Lamming, Paris au temps des gares : Grandes et petites histoires d'une capitale ferroviaire, Parigramme, 2011 (ISBN 978-2-84096-711-8), « Le mythique Train bleu », p. 117.
  2. Arrêté du 28 septembre 1972,« Notice no PA00086570 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Alexandra Michot, « Le Train Bleu va s'offrir un lifting en fin d'année », in lefigaro.fr, 17 janvier 2013.
  4. « Voyagez à bord du Train Bleu », L'Internaute.
  5. (en) « Most Popular Titles With Location Matching "Restaurant Le Train Bleu, Gare de Lyon, Paris 12, Paris, France" », Internet Movie Database.
  6. (en) Natasha Edwards (ill. Alain Bouldouyre), Artistik Paris, Globe Pequot Press, coll. « Authentik », 2007, (ISBN 978-0-7627-4637-8), p. 139.
  7. (en) Kate Muir, « Film Reviews: Micmacs, The Times, 26 février 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]