Saucisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saucisson (homonymie).
Saucissons secs.
Saucisson à l'ail.
Salami artisanal.
Saucisson brioché
Saucissons du Jura mis à sécher.

Un saucisson est une charcuterie composée d'un hachis d'une ou plusieurs viandes, principalement du porc, que l'on assaisonne de multiples façons suivant des traditions locales, régionales ou nationales. Après avoir été mis dans un boyau naturel ou artificiel (embossage) pour lui donner sa forme, le saucisson est soit « étuvé et/ou séché » parfois fumé pendant au moins quatre semaines, soit « étuvé et/ou poché » puis refroidi dans un bouillon comme pour le saucisson à l'ail. Son diamètre peut être de quelques millimètres jusqu'à une vingtaine de centimètres comme la mortadelle.

Il est vendu en entier, en tronçons ou en rondelles sous toutes sortes d'appellations (saucisson vaudois, saucisson d'Ardenne, saucisson d'Arles, saucisson de Lyon, chorizo, salam de Nădlac, salami, rosette, jésus de Lyon…) participant ainsi aux petits et grands plats de la gastronomie de nombreux pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

En latin salsus signifie salé. On pense que les Grecs et les Romains sont à l’origine de la saucisse et du saucisson. On retrouve des recettes de saucisson datant du temps de l’empire romain.

De plus, en accompagnement de la cervoise, les Gaulois consommaient des légumes secs, des fèves, des lentilles et surtout du cochon. Les salaisons connues de l’époque gallo-romaine sont le porc salé, le jambon et, notamment, le saucisson.

En 1546, apparition en France du mot saucisson, d'origine italienne, dans le Tiers Livre de Rabelais, c'est un indice de la pénétration de la cuisine transalpine[1].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Le saucisson est composé d’un boyau d’animal (bœuf, porc… ) fourré de viande hachée, salée ou saumurée, parfois agrémentée de fruits, légumes, de fromages ou d’alcool. La viande utilisée est généralement de la viande de porc, mais il en existe à base de taureau, d’agneau, d’âne, de bœuf, de cheval, de sanglier ou de volaille.

Saucisson sec[modifier | modifier le code]

La garniture est généralement composée de deux tiers à trois quarts de viande maigre et d'un quart à un tiers de gras (issu principalement de lard dorsal du porc, appelé bardière). L’ensemble est haché à des degrés divers (gros, gros et fin, ou fin), utilisés pour distinguer les différents types de saucisson (saucisson de montagne, saucisson de Lyon ou salami). On obtient alors la « mêlée » qui sera additionnée de sel, de sucre, d’épices et d’additifs (sel nitrité et/ou salpêtre), mais aussi de ferments bactériens, dans le cas des productions artisanales et industrielles. La mêlée pourra aussi être agrémentée, selon la spécialité recherchée, de grains de poivres blancs ou noirs ou d’autres baies, de pulpe d’ail, parfois de fruits secs (noisettes, pistaches, figues, olives…), d’autres fois d’alcool (génépi, marc, vins…), ou même de fromage (Beaufort, Roquefort, Laguiole ... ). Cette charcuterie crue, naturellement ou industriellement fermentée et séchée, a des propriétés sensorielles (goût, odeur, arôme, couleur, texture… ) qui découlent directement des activités métaboliques de la flore bactérienne naturelle, développée lors de son élaboration (métabiose).

Saucisson cuit ou à cuire[modifier | modifier le code]

La garniture est beaucoup plus variée (veau, porc, abats, œuf, farines, plantes potagères… ). Le hachage peut être agrémenté de dés de jambon, de langue, de jarret, de gras… La préparation peut être cuite ou à cuire, mangée froide ou chaude, en brioche, en pâté, en garniture, en salade, tartinée sur du pain de campagne ou sur des canapés.

Embossage[modifier | modifier le code]

Le premier choix porte sur le boyau naturel appelé chaudin. Il faut une peau suffisamment épaisse et solide pour éviter qu’elle n’éclate lors du remplissage, mais il faut également que la peau soit suffisamment fine et perméable pour permettre le séchage du saucisson. Dans certains cas, il peut aussi s’agir de boyaux industriels en fibres animales collagèniques.

Les boyaux naturels sont ensuite lavés, dégraissés puis gonflés pour en vérifier l’état et la taille. Ils sont ensuite salés pour permettre leur conservation et l’une des extrémités est fermée à l’aide d’une ficelle.

Le boyau sera ensuite dessalé, rempli (on dit alors que la « mêlée » y est « embossée ») puis ficelé avant étuvage. Cette deuxième étape est primordiale, car elle permet le développement bactérien naturel nécessaire à l’affinage de cette spécialité.

Séchage[modifier | modifier le code]

Il passe ensuite plusieurs jours au séchage où se développent des micro-organismes. C’est au cours de cette étape ultime que le saucisson acquiert des qualités organoleptiques grâce aux transformations physico-chimiques et biochimiques successives des glucides, lipides et protéines contenues dans la mêlée.

Une fois le séchage effectué, l’enveloppe du saucisson est nettoyée et saupoudrée de farine de froment. Selon la spécialité elle pourra faire l’objet de diverses préparations et manipulations.

Variétés[modifier | modifier le code]

Variétés de saucissons[modifier | modifier le code]

  • boutefas : spécialité suisse dont la fabrication et le nom sont aussi bien fribourgeois que vaudois ;
  • chorizo : originaire d’Espagne, il est fabriqué à base de viande de porc ou de bœuf agrémentée d’ail, de piment rouge et de poivre ;
  • figatellu ou figatelle : fait spécialement de foie de porc et un peu piquant, c’est à l’origine une spécialité Corse ;
  • grelots : spécialité savoyarde, marque déposée par les Salaisons du mont Charvin ;
  • Jésus : spécialité lyonnaise ;
  • lukinke : spécialité du Pays basque ;
  • rosette : spécialité lyonnaise composée des parties nobles du porc et de gras ;
  • salami ; saucisson originaire d'Italie ;
  • saucisson à l'ail : un classique français mais aussi polonais ;
  • saucisson de Lacaune (ou des Monts de Lacaune) : saucisson sec de couleur rouge foncé, très maigre, il contient cependant des lardons de gras entier. Il est produit dans le sud-est du Tarn ;
  • saucisson de Lyon : la viande maigre est hachée finement et agrémentée de petits cubes de gras de porc (lardons sans viande). Il peut être aussi composé au quart de viande de bœuf ;
  • saucisson vaudois : spécialité suisse du canton de Vaud ;
  • saucisson fumé : fuseau Lorrain ;
  • Le Saucisson d'Ardenne : spécialité Ardennaise belge de saucisson fumé.

Saucissons accommodés[modifier | modifier le code]

Variétés de saucisses sèches[modifier | modifier le code]

  • saucisse sèche « à la perche » ou saucisse sèche proprement dite ;
  • saucisse à l’huile : saucisse sèche conservée dans l’huile ;
  • fouet catalan (en catalan fuet català) : saucisse sèche à base de porc, salée et/ou poivrée, très fine, à déguster crue ou avec du pain. Il en existe diverses sortes, telles que des fouets nature, au roquefort ou aux pignons.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Rondelles de saucisson dans une assiette.

Facile à conserver ou à transporter, il est le roi des pique-niques, des apéritifs et des randonnées. Mets populaire, le saucisson se consomme en toutes occasions[réf. nécessaire].

Au niveau diététique, c’est un aliment salé, riches en nitrites et en tout cas toujours gras et calorique. De ce fait, il se trouve exclu de nombreux régimes.

Production[modifier | modifier le code]

Production française[modifier | modifier le code]

Le saucisson, sous toutes ses formes, est très aimé des Français qui en sont d’importants consommateurs[2]. La production annuelle française avoisine 110 000 tonnes (2003), assurée à 70 % par les régions Rhône-Alpes et Auvergne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach des Français Traditions et variations, 1994, page 95.
  2. Saucissons secs sur Info Charcuteries

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :