Baba au rhum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Babaorum.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baba.
Baba au rhum
Image illustrative de l'article Baba au rhum
Un baba au Rhum.

Autre nom Savarin, Opéra
Lieu d’origine France
Créateur Stanislas Leszczynski
Date XVIIIème siècle
Place dans le service Dessert
Température de service Froid
Ingrédients Beurre, eau, farine, lait, levure, œufs, rhum.
Le baba au rhum de Naples

Le baba au rhum, appelé aussi savarin, est un gâteau servi imbibé d'un sirop à l'alcool (habituellement du rhum).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce gâteau aurait officiellement été inventé pendant la première moitié du XVIIIe siècle, quand le roi de Pologne Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV alors duc de Lorraine et installé à Nancy, trouvant le kougelhopf trop sec demanda à ce qu'il soit arrosé de vin Tokay, remplacé ensuite par le rhum.

Il est cependant plus probable que l'origine du baba au rhum soit une recette polonaise, le baba ou babka[1]. D'autre part, il est parfois mentionné, à propos des Mille et une Nuits, que le roi Stanislas avait lu Ali Baba à l'époque, ce qui est probable, mais ce Baba-là n'a, a priori, aucun rapport avec le nom du gâteau.

C'est un gâteau préparé pour les principales fêtes religieuses (Noël ou Pâques), depuis des temps immémoriaux. Devenu duc de Lorraine, le roi Stanislas a apporté la recette dans son château de Lunéville et Diderot évoque le “baba” dans une lettre à Sophie Volland en 1767. Cette pâtisserie connaîtra un succès indéfectible durant les XIXe et XXe siècles, avec quelques adaptations.

Mais c’est en 1835 à Paris que le pâtissier parisien Nicolas Stohrer, descendant du chef-pâtissier polonais du roi Stanislas, devint le spécialiste de ce dessert en remplaçant la liqueur de tanaisie[2] par du rhum.

Le babà est aussi le gâteau favori des Napolitains. Il se décline au rhum ou à la liqueur de limoncello (écorce de citron). Il se déguste seul ou accompagné de glace à la vanille. En Campanie, il bénéficie d'une appellation au titre des « produits agroalimentaires traditionnels » italiens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Lenôtre, Desserts traditionnels de France, Paris, Flammarion,‎ 1991 (ISBN 2-08-200545-3), p. 224
  2. http://www.nicolaslefloch.fr/Lieux/PatisserieStohrer.html

Liens externes[modifier | modifier le code]