Rivière-Pilote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière (homonymie).
Rivière-Pilote
Écomusée de Martinique à Rivière-Pilote
Écomusée de Martinique à Rivière-Pilote
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Arrondissement du Marin
Canton Canton de Rivière-Pilote
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
Maire
Mandat
Raymond-Léonard Théodose
2014-2020
Code postal 97211
Code commune 97220
Démographie
Gentilé Pilotins / Pilotines
Population
municipale
12 871 hab. (2011)
Densité 360 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 29′ 00″ N 60° 54′ 00″ O / 14.483333, -60.914° 29′ 00″ Nord 60° 54′ 00″ Ouest / 14.483333, -60.9  
Altitude Min. 0 m – Max. 372 m
Superficie 35,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir sur la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Rivière-Pilote

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir sur la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Rivière-Pilote

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Rivière-Pilote

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Rivière-Pilote

Rivière-Pilote est une commune française située dans la région mono-départementale de Martinique. Ses habitants sont appelés les Pilotins et les Pilotines.

Fête patronale, le 8 décembre (fête de l'Immaculée Conception).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du littoral méridional, elle est située à distance des principaux axes de communications, depuis la construction du pont au-dessus de la mangrove dit "trou au diable" qui permet d'atteindre les plages du sud sans traverser le bourg. Les communes limitrophes sont Sainte-Luce, Rivière-Salée, Saint-Esprit, Le Vauclin et Le Marin. Le bourg est dans la vallée à 2 km en amont de l'embouchure de la rivière Pilote. Fort-de-France est à 21 km et la sous-préfecture du Marin à 8 km.

Au sud, avant d'arriver dans la commune voisine du Marin, une plage paisible, son écomusée (sur l'ancienne distillerie Ducanet), sa caserne militaire discrète, le site bien aménagé (restaurant, douche, wc) de l'Anse Figuier offre une vue imprenable sur le rocher du Diamant et la dame couchée. Par temps dégagé, on distingue au sud Sainte-Lucie.

Vers le nord, la commune, s'étend et s'élargit, passant par de nombreux hameaux (Bas Mangot, Débat, Josseaud, Lourdes, Mare Capron, Marie Noire, Poirier, Ravine Acajou, La Renée, Saint-Vincent…). Les points culminants de la commune sont le morne Honoré (388m), au nord-ouest, le morne Vent (377m) et le morne Aca (262m) sur la presqu'ile de la pointe Borgnesse.

Des « blocs erratiques », rochers volcaniques descendus des pentes, dont le rocher Zombi tout près du bourg, sont objets de curiosité. La route touristique du Saint-Esprit présente d'autres points d'intérêts, comme la grotte aux Chauves-Souris.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a pris le nom de l'Amerindien « Pilotte » favorable aux Français du temps du partage de l'ile entre colons et indigènes au XVIIe siècle.

On raconte qu'il se serait noyé dans la rivière éponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il faut remonter loin dans le passé de la Martinique pour trouver trace des premiers habitants des lieux, les Arawaks, qui étaient installés sur le site de l'Anse Figuier. Il en furent délogés par les Kalinas (guerriers Caraïbes). Bien plus tard, l'un de ces chefs Caraïbes, nommé Pilotte, s'installa entre l'Anse Figuier et le quartier Poirier, près d'une petite rivière.

C'est en 1635 que les premiers colons s'établirent tout au long de la côte ouest de la Martinique, du Prêcheur à Fort-Royal. Puis, petit à petit, l'occupation du Nord s'est amorcée tout en chassant les Caraïbes vers les côtes du Sud. Les Jésuites, qui souhaitaient convertir les Caraïbes, s'installèrent en 1665 à l'embouchure de la rivière. Six ans plus tard, en 1671, on pouvait trouver tout près, une église et une plantation qui formèrent la paroisse de Sainte-Luce. Celle-ci constitua une partie du territoire de Rivière-Pilote tandis que l'autre était le village du Marin. Les hommes voulant conquérir l'intérieur des terres, quelques-uns d'entre eux remontèrent la rivière et s'installèrent à l'emplacement actuel du bourg de Rivière-Pilote. Le village compte alors une douzaine d'habitants avec leurs familles et leurs esclaves. En 1693, les Anglais débarquent au sud de la Martinique et dévastent Sainte-Anne, Le Marin et Sainte-Luce. En 1705, la paroisse de Rivière-Pilote voit le jour en se détachant de Sainte-Luce, elle compte alors une soixantaine d'habitations. La commune de Rivière-Pilote, créée dès 1837, a toujours eu une tradition d'indépendance et de refuge pour les rebelles et les nègres marrons. L'insurrection du sud en septembre 1870 est partie de Rivière-Pilote.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

De 1971 à 2000, la commune a eu comme maire Alfred Marie-Jeanne, leader du Mouvement indépendantiste martiniquais, avant qu'il ne devienne député puis président du Conseil régional.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1971 Jules Sauphanor DVD puis UDR Conseiller général (1955-1973)
1971 2000 Alfred Marie-Jeanne MIM Conseiller général (1973-1997)
Député (1997-2012)
Président du Conseil régional (1998-2010)
2000 2014 Lucien Veilleur MIM Conseiller général (1997-2004)
2014 en cours Raymond Théodose Dynamique Pilotine  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 12 871 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
11 334 12 027 11 064 11 249 12 617 13 057 13 629 12 871
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[1] puis population municipale à partir de 2006[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La situation géographique de Rivière-Pilote en fait une commune tournée essentiellement vers l'économie agricole (cultures légumières). Celles de la banane et de la canne à sucre sont moins présentes, même si la distillerie La Mauny, l'un des fleurons du rhum martiniquais, y est implantée depuis 1749. En dépit d'une étroite façade maritime, Rivière-Pilote voit chaque année augmenter le nombre de ses marins-pêcheurs. La municipalité pilotine a agrandi la capacité d'accueil des embarcations du port. Rivière-Pilote est une commune ambitieuse, elle envisage la création d'un des plus grands circuits écotouristiques des Antilles, qui permettra la découverte des principaux sites naturels et des hauts lieux patrimoniaux de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église
  • Distillerie La Mauny (rhum La Mauny): "Le Rhum" des martiniquais[3]
  • Écomusée de Martinique : les collections évoquent l'histoire de l'île depuis la préhistoire amérindienne au début de l'ère coloniale, de la période esclavagiste à l'économie de la plantation. Ancienne distillerie mise en valeur. Thèmes des collections : Préhistoire ; Sciences et Techniques ; Agro-alimentaire.
  • Église de l'Immaculée Conception : la plus vieille de l'île.
  • Anse Figuier (Plage et site amérindien)
  • Le rocher Zombi (Roc volcanique, mégalithique à l'entrée du bourg)
  • Las Palmas (Jardin privé composé essentiellement d'une collection de palmiers)

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

Clubs sportifs :

  • Racing Club de Rivière-Pilote, football, handball, basket ball, athlétisme
  • le Gri Gri Pilotin, football
  • la Pédale Pilotine, cyclisme
  • Culture et Tradition: Ballet Folklorique KaKo Dou

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Le site rhumdemartinique.com

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :