Le Marin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marin.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Le Marin (journal).
Le Marin
Image illustrative de l'article Le Marin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique (sous-préfecture)
Arrondissement Le Marin
Canton Le Marin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
Maire
Mandat
Rodolphe Désiré
2014-2020
Code postal 97290
Code commune 97217
Démographie
Gentilé Marinois
Population
municipale
8 552 hab. (2011)
Densité 271 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 28′ 10″ N 60° 51′ 57″ O / 14.4694444444, -60.865833333314° 28′ 10″ Nord 60° 51′ 57″ Ouest / 14.4694444444, -60.8658333333  
Altitude Min. 0 m – Max. 347 m
Superficie 31,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Marin

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Marin

Le Marin est une commune française située dans le département de Martinique et la région Martinique. La commune est actuellement le principal centre administratif du sud de la Martinique. En effet, le Marin est une des trois sous-préfectures de la Martinique (avec Saint-Pierre et La Trinité). La sous-préfecture du Marin a été créée en 1974. C'est le chef-lieu de l'Arrondissement du Marin. On trouve également dans la ville du Marin, un hôpital, une bibliothèque, deux lycées, une cyber-base, un centre médical, un centre des Impôts, une agence de la CGSS, de la CAF et du Pôle Emploi, mais aussi une annexe de la CCI de la Martinique. Ces dernières années, de nombreux centres commerciaux et des ZAC (ZAC d'Artimer, ZAC la Duprey, centre commercial Annette, centre commercial La Agnès, centre commercial Marine Bay) ont vu le jour dans le centre et la périphérie de la ville. C'est aujourd'hui, le pôle administratif et commercial le plus important de l'extrême sud de l'île.

Le Marin est aussi connu dans la Caraïbe grâce à son port de plaisance. En effet, le port de plaisance du Marin est aujourd’hui le plus grand de la Martinique et l'une des plus grandes bases nautique des petites Antilles. Le port de plaisance possède actuellement 750 places à quai et 100 bouées de mouillage (soit 110 places à quai et 30 bouées de mouillages).

Comme pour de nombreuses communes de Martinique l'article "Le" est fréquemment omis sur les panneaux routiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe en Martinique. Les habitants de la commune sont appelés les marinois et marinoises.

La commune se situe à l'extrémité de la RN 5, axe principal de l'île permettant de la connecter à Fort-de-France et l'aéroport Aimé Césaire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune du Marin est l’un des plus ancien site habité de la Martinique. En 1664, lors du premier dénombrement de l’île ordonné par Colbert, elle figurait sous le nom de « Cul-de-sac de Saint-Etienne du Marin » avec 199 habitants. En 1673, les anglais brûlèrent la chapelle et le bourg, ravageant les plantations et les troupeaux.

Vers 1700, le bourg est reconstruit. Vers 1717, 60 hommes de la milice du Marin, sous la conduite de leur capitaine Henry Saint-Amour, participent au fameux Gaoulé (révolte) du Diamant, qui a pour conséquence l’arrestation et le renvoi en France du gouverneur et de l’intendant. Le petit port du Marin fut doté en 1731 d’une lieutenance royale et devint le chef-lieu d’un des quatre départements de l’île. Le 14 janvier 1759, une attaque anglaise fut repoussée. Le comte d’Ennery, posa la première pierre de l’église du bourg du Marin. Selon nos historiens locaux, l’autel de l’église était destiné à la cathédrale de Lima (Pérou), mais le navire qui le portait fit naufrage sur les côtes du cap, à l’est du Marin.

Au XIXe siècle, le Marin fut le théâtre de combats navals entre français et anglais. Girardin de Montgérald, commandant du quartier de Sainte-Anne, et Mondésir Bonnier, commandant le Marin, mirent les anglais en déroute. Depuis deux quartiers du Marin portent leurs noms. La situation de l’agriculture au quartier du Marin se dégrade, en partie à cause de l’exode massif des royalistes pendant la Révolution.

En 1839, le Marin fut érigé en commune, un conseil municipal fut élu par des électeurs censitaires. Le premier maire fut Jean-Baptiste Pelet de Lautrec qui fut remplacé 3 ans plus tard par Valcourt Duquesnay. Le maire de l’époque à su éviter avec doigté les troubles consécutifs à l’abolition de l’esclavage (1848). Vers 1868, se développe au Marin une véritable industrie du travail du bois. En 1869, construction de l’usine du Marin, qui remplaça les 120 usines sucreries du sud-est de l’île. C’est près de l’usine du Marin, qu’en 1871 se déroula l’incident qui fut à l’origine de «l’insurrection du Sud». Un conflit de classe et de couleur qui dégénéra. Plusieurs habitations brûlèrent du côté de Rivière Pilote et, comme il était d’usage à cette époque, le mouvement fut écrasé dans le sang par le gouvernement de la IIIe République.

En 1974, les difficultés du monde agricole provoque la disparition de l’activité cannière et la fermeture de l'usine. De nos jours, l’économie du Marin est largement tournée vers le tourisme et plus particulièrement vers la plaisance grâce à sa marina de plus de 700 places.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1968 Roger Bonaro Radical Conseiller général (1961-1967)
1968 1977 Raymond NERIS   Maire
1977 1983 Victor Charron DVD Conseiller général (1967-1982)
         
1983 en cours Rodolphe Désiré PPM Conseiller général depuis 1982
Sénateur (1986-2004)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 552 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
5 697 6 149 6 104 6 066 6 338 7 267 8 588 8 552
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[1] puis population municipale à partir de 2006[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Equipements sportifs :

  • Le stade Roger Bonaro
  • Un Skate Park, qui est un des seuls viables de l'île, a été aménagé au sein de la ville.

Clubs sportifs :

  • Olympique du Marin, football
  • U.S Marinoise, football
  • l'Hirondelle du Marin, basket ball
  • CCM (Cyclo Club du Marin), cyclisme
  • VC3C (Vélo Club des 3 Caps), cyclisme

Yoles rondes :

  • Brasserie Lorraine "Yole net 2000" - patron : Johan Jacqua (vainqueur du Tour de la Martinique des Yoles Rondes en 2012)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Osman Duquesnay Maire du Marin de 1908 à 1923 et député de la Martinique de 1898 à 1902 et de 1906 à 1910
  • Victor Duquesnay, poète et écrivain martiniquais
  • Vincent Placoly, écrivain martiniquais
  • Victor Coridun, musicien, compositeur, chef d'orchestre et musicologue martiniquais
  • Raymond Neris Maire du Marin, ancien principal du collège de la ville (Collège Gérard Café). Le lycée professionnel du Marin porte actuellement son nom.
  • Roger Bonaro, Ancien maire du Marin
  • Victor Lamon, Syndicaliste martiniquais
  • Rodolphe Désiré, maire du Marin, ancien sénateur et ancien membre de l'OJAM
  • Habdaphaï, peintre
  • Isidore, Henri, Chessé Commissaire de la République, né au Marin le 28 mai 1839, accomplit en 1895-1896 une mission en Océanie comme commissaire de la République pour le rattachement à la France des Iles sous le vent (Huahiné et Bora-Bora), dont il est le représentant au Conseil supérieur des Colonies. Il a été gouverneur de Guyane en 1882, et mis à la retraite en 1887. Il fait également partie du conseil supérieure de l'Exposition permanente (ancêtre du Musée des Colonies). Isidore Henry Chessé est décédé le 11 décembre 1912 à Paris.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de la présence sur son territoire d'une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Martinique.

Port de plaisance[modifier | modifier le code]

Situé au sud de l'île de la Martinique, Le Marin possède le plus grand port de plaisance de la Caraïbe avec près de 400 unités. Le port de plaisance du Marin offre l’une des meilleures infrastructures nautiques de toutes les Antilles. Le bassin portuaire est profondément installé à 2 milles à l’intérieur des terres et offre une excellente protection. Les installations sont de première qualité et l’on y trouve tous les services (mécanique, gréement, voilerie, électronique, réparations générales, supermarché, location d’autos). Le port offre peu d’espace d’entreposage extérieur, les bateaux restant à flot pendant la saison cyclonique. Importante base de location de voiliers, le port offre 620 postes d’amarrage à quai et 70 mouillages sur corps-morts. Tout autour du port s'étale une véritable petite ville nautique, entièrement dédiée à la navigation de plaisance, où est installé un bureau des douanes françaises.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plages[modifier | modifier le code]

  • Pointe Borgnèse
  • Anse Baleine (Cap Macré)
  • Anse Four à Chaux (Cap Macré)
  • Anse Grosse Roches
  • Grand Macabou

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :