Le Morne-Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Morne-Rouge
Image illustrative de l'article Le Morne-Rouge
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Saint-Pierre
Canton Le Morne-Rouge
Intercommunalité Communauté de communes du Nord Martinique
Maire
Mandat
Jenny Dulys
2008-2014
Code postal 97260
Code commune 97218
Démographie
Gentilé Péléens / Péléene
Population
municipale
5 043 hab. (2011)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 46′ 08″ N 61° 08′ 12″ O / 14.768897, -61.136766 ()14° 46′ 08″ Nord 61° 08′ 12″ Ouest / 14.768897, -61.136766 ()  
Altitude Min. 120 m – Max. 923 m
Superficie 37,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Morne-Rouge

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Morne-Rouge

Le Morne-Rouge est une commune française, située dans le département de la Martinique en région Martinique. Ses habitants sont appelés les péléens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune du Morne-Rouge est la plus humide et la plus fraiche de la Martinique, elle se situe sur un plateau entre la montagne Pelée et le massif des pitons du Carbet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Morne Rouge doit son nom à la Montagne Pelée, le Morne car c'est une petite montagne et rouge pour la lave de la Montagne Pelée.

Histoire[modifier | modifier le code]

À 450 m d'altitude, la commune s'agrippe sur les contreforts de la montagne Pelée. Elle garde un nom probablement inspiré par la couleur rouge de la terre où les bananes et les ananas trouvent leur cadre naturel. Elle a également souffert de l'éruption de la montagne Pelée en 1902.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs du Morne Rouge
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2008 Pierre Petit RPR puis OO Conseiller général (1982-1993)
en cours Jenny Dulys-Petit RPR puis OO Conseillère générale (depuis 1993)

Vice-présidente du Conseil régional

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 043 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2010 2011
5 169 5 449 5 412 4 889 5 278 5 395 5 198 5 083 5 043
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[1] puis population municipale à partir de 2006[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Edgard Nestoret, maire du Morne-Rouge de 1950 à 1983
  • Edouard Collat, maire du Morne-Rouge de 1910 à 1927. Meurt le 05/09/1927 doyen des maires à 109 ans.
  • Steeven Langil, foootbaleur professionnel est née à Fort de France originaire du Morne-rouge[3].
  • Irénise Moulonguet, doyenne des Français pendant 9 mois y meurt en mai 2013 à 112 ans[4].
  • Pierre Petit, 1932, député et maire du Morne Rouge de 1983 à 2008.
  • Harry Roselmack, présentateur de la télévision, originaire de la commune[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

  • Stadium Georges Charles-Alfred
  • Stade Maurice Roy-Belleplaine
  • Salle Omnisport
  • Parcours Santé ( Cap 21 )

Clubs sportifs :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. L’Équipe, « Fiche sportive de Steeven Langil », sur lequipe.fr,‎ 22 décembre 2012 (consulté le 2 janvier 2013)
  4. AFP, « Irénise Moulonguet, la nouvelle doyenne « connue » des Français », sur outre-mer.gouv.fr,‎ 18 octobre 2012 (consulté le 2 janvier 2013)
  5. Elodie Jeanneron, « Harry Roselmack sur la voie du succès. », sur domactu.com,‎ 22 août 2006 (consulté le 2 janvier 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :