Léon Papin Dupont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon Papin Dupont a beaucoup propagé la formule Vade retro satana pendant le XIXe siècle.

Léon Papin Dupont est un ardent défenseur des cultes catholiques du XIX° siècle, surnommé « l'Apôtre de la Sainte Face de Jésus ». Il est considéré comme vénérable par l'Eglise Catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'une famille bretonne, Léon Papin Dupont (qui se fait couramment et modestement appeler M. Dupont) naît le 24 janvier 1797 à la Martinique. Il épouse le 9 mai 1827 aux Trois-Ilets Caroline d'Audiffredy (1802-1833). De cette union, le 4 octobre 1832, naît une fille : Marie-Caroline-Henriette. Mais le 1er août 1833, l'épouse de Léon décède, probablement d'une tuberculose. Comme la santé d'Henriette donne des inquiétudes, il est conseillé au veuf de retourner en France, là où le climat serait plus favorable. En 1834, Léon quitte son île natale en emmenant également avec lui sa mère et trois serviteurs : Adée et Adèle des mulâtresses, et Alfred, un homme noir, pour s'installer à Tours. Ses serviteurs créoles se considèrent comme de sa famille et Adèle assistera Monsieur Dupont jusque dans son agonie. En 1834, après la mort de son épouse et de sa fille, Léon arrive à Tours. C'est ici qu'il commence à mener une vie sainte. Il propage diverses dévotions catholiques, telle que la dévotion à la Sainte Face de Jésus et l'adoration eucharistique nocturne. Léon Papin écrit aussi plusieurs prières sur le Chemin de Croix. En même temps, il se consacre à des œuvres de charité. Il est aussi rempli d'une grande dévotion à saint Martin, ancien évêque de Tours. Il crée le « Vestiaire de saint Martin » pour distribuer des vêtements aux pauvres, comme saint Martin l'avait fait autrefois, alors soldat, à un pauvre.

Puis il demande la permission au pape de reconstruire une basilique en l'honneur de Saint Martin, sur le lieu de l'église qui lui était consacrée, mais qui avait été détruite. Avec l'accord de Monseigneur Guibert, Léon fait des recherches archéologiques pour redécouvrir les reliques du saint évêque de Tours du IV° siècle. Ainsi, dans la nuit du 14 décembre 1860, on retrouve enfin, dans une cave murée, les reliques de saint Martin. La joie est à son comble dans le cœur de Léon Dupont.

Léon meurt à Tours le 18 mars 1876. De son vivant, il est surnommé le « saint homme de Tours ». Les travaux du nouveau sanctuaire-basilique commencent en 1886, mais l'édifice n'est terminé qu'en 1902, puis consacré en 1925 par le cardinal archevêque de Lyon. Il est déclaré vénérable par le Saint-Siège sous le pontificat du pape Pie XII.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Abbé Pierre-Désiré Janvier: M. Dupont et l'oratoire de la Sainte Face, Impr. de P. Bouserez (1880).
  • Le Mois de la sainte Face, méditations sur la sainte Face, suivies de la messe, d'un chemin de croix et de prières diverses de M. Dupont et de la sœur Saint-Pierre, par le R. P. J.-B. Fourault.
  • Léon Papin-Dupont. Le saint homme de Tours. 1797-1876 Ed. Hérault, Maulévrier - 1993.
  • Oratoire de la Sainte Face