Jean Bart (1787)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Bart (homonymie).
Jean-Bart
Image illustrative de l'article Jean Bart (1787)
Maquette de l’Achille, vaisseau-frère du Jean Bart, exposée au Musée de la Marine à Paris.

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Lancement 1790 à Lorient
Mise en service 1791
Statut échoué puis incendié à l'île d'Aix en 1809
Caractéristiques techniques
Type vaisseau de ligne
Longueur 55,87 mètres
Maître-bau 14,90 mètres
Tirant d'eau 7,26 mètres
Pont 2
Déplacement 2 960 tonnes
Tonnage 1 600 tonneaux français
Propulsion voiles
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons

plus 4 caronades de 36 disposées sur la dunette.

Autres caractéristiques
Équipage 687 personnes
Port d'attache Brest

Le Jean Bart est un navire de guerre français en service de 1790 à 1809. C'est un vaisseau de ligne de 74 canons de la classe Téméraire.

Construction[modifier | modifier le code]

Le premier vaisseau à porter le nom du corsaire Jean Bart est mis en chantier à Lorient le 1er juin 1788 et est lancé le 7 novembre 1790. Faute de bois pour finir ses parties hautes, son armement est retardé jusqu'en mars 1791.

Armement[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Révolution[modifier | modifier le code]

En 1793, il fait partie de la division de six vaisseaux, commandée par le contre-amiral Van Stabel, chargée d'escorter un convoi de ravitaillement (farine, café, sucre, coton...) des États-Unis jusqu'en France. Le 24 décembre 1793, l'escorte quitte Brest, mouille à la Chesapeake du 12 février au 10 avril 1794, avant de rentrer à Brest le 13 juin 1794 (juste après la bataille de Prairial, le 1er juin 1794).

Le 6 novembre 1794, le Jean Bart participe dans la division du contre-amiral Nielly à la capture du HMS Alexander (réarmé par les Français sous le nom de l’Alexandre).

De la fin décembre 1794 à février 1795, il effectue la Campagne du Grand Hiver au sein de la division commandée par Van Stabel, participant à cette occasion le 23 juin 1795 à la bataille de Groix (trois vaisseaux français pris).

Consulat & Empire[modifier | modifier le code]

En 1800, il fait voile vers la Méditerranée pour rejoindre Toulon. À la proclamation de la paix d'Amiens, il est désarmé à Brest, pour être réarmé à la reprise des hostilités en 1803.

En février 1809, il fait partie d'une flotte française qui quitte Brest pour secourir la colonie française de la Martinique menacée d'être envahie. La flotte navigue d'abord vers le pertuis Breton à la rencontre de l'escadre de Rochefort, mais dès l'entrée en rade d'Aix, elle est immédiatement bloquée par les Britanniques. Le 26 février 1809, le Jean Bart s'échoue sur les bancs et les rochers près de l'île Madame ; l'équipage doit l'abandonner avant que le vaisseau ne se couche sur le côté lors de la marée basse. L'épave est brûlée par les Britanniques en avril 1809 après l'affaire des brûlots d'Aix.

Les successeurs[modifier | modifier le code]

  • Le quatrième est un vaisseau de 80 canons mis en chantier en 1827 mais lancé seulement en 1854 sous le nom de Donawerth. Il est transformé en navire à vapeur en 1856-1857, avant de prendre en 1868 le nom de Jean Bart et de devenir un navire-école. Il est mis en réserve en 1873 et détruit en 1897.
  • Le cinquième est un croiseur en acier (4 100 tonnes de déplacement) construit à Rochefort de 1886 à 1892. En 1897, il est affecté à la division navale d'Extrême-Orient jusqu'en 1902. Il s'échoue en 1907 sur la côte d'Afrique à proximité du cap Blanc et est sabordé.
Article détaillé : Jean Bart (bâtiment de ligne).
  • Le huitième Jean Bart est une frégate antiaérienne (3 900 tonnes de déplacement) lancée en 1985 et toujours en service.
Article détaillé : Jean Bart (frégate).

Reconstitution[modifier | modifier le code]

Une reconstitution taille réelle d'un vaisseau a commencé en 2002 à Gravelines dans le Nord : il s'agit d'un vaisseau de la fin du XVIIe siècle qui doit porter le nom de Jean Bart.

Liens externes[modifier | modifier le code]