Banu Hilal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hilaliens)
Aller à : navigation, rechercher

Banu Hilal (بنو هلال) étaient une confédérations arabe qui a émigré au Maghreb au XIe siècle.

Origine[modifier | modifier le code]

Selon Ibn Khaldoun, les Hilaliens étaient accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants lorsqu'ils s'installent au Maghreb.

Les Hilaliens étaient au départ de leur immigration, composés de 4 principales branches : Riah, Zoghba, Athbadj et ....?

Histoire[modifier | modifier le code]

Originaire des environs d'une ville entre le Hedjaz et le Nadjd, ils ont d'abord émigré en Égypte avant de s'installer au Maghreb.

Ils étaient d'un nombre de guerriers et bédouins à avoir débarqué qui varie entre 200 000 et 250 000 personnes. Ils ont été utilisés par les Fatimides pour réprimer les Zirides qui se révoltaient contre leurs maîtres et abandonnent le chiisme après avoir reconnu les Abbassides.

Les Fatimides se servirent donc des Hilaliens et de leurs cousins afin d'affaiblir les Zirides. Ces derniers furent vaincus et leurs voisins Hammadides et Zénètes beaucoup affaiblis.

C'est à la dernière bataille que le chef des Hammadides se fait décapiter en 1058.

Les Hilaliens étaient sous les ordres des Almoravides, Hafsides, Mérinides, etc.

Lors de la conquête de l'Algérie par les Français, les Hilaliens comme les Beni Ameurs menés par Abd el-Kader s'opposent à eux dans l'Ouest algérien.

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Ils vivent en majorité dans les zones arides et semi-désertiques. Leurs principaux intérêts étaient l'élevage des caprins, des bovins ou des camélidés et l'agriculture.

La religion musulmane est le dogme de la majorité de la population. Au départ, ils étaient des chiites, mais après leurs conquête du Maghreb, les Hilaliens se sont convertis au régime sunnite.

Ils ont également arabisé une bonne partie des Berbères nomades et semi-nomades.

Lors de leurs arrivés, les Hilaliens ont pris des villes en Algérie comme Ouargla, Biskra, El Oued ou Bou Saâda. Ils se sédentarisent petit à petit vers le milieu du XIXe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]