Cheikh Hamada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cheikh Hamada

Description de cette image, également commentée ci-après

Cheikh Hamada

Informations générales
Naissance 1889
Blad Touahria - Mostaganem
Décès 9 avril 1968
Mostaganem
Activité principale Chanteur
Instruments Chant, gasba
Influences Hadj El Anka


Cheikh Hamada est un chanteur algérien, natif de Blad Touahria près de Mostaganem, né en 1889 et mort le 9 avril 1968.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il peut paraître l'un des fondateurs du mouvement de musique gasba. Mais il serait simpliste de penser cela. Il faudrait remonter à l'histoire des tribus qui peuplèrent l’Algérie bien avant la conquête des Turcs et la colonisation française et le décret Crémieux, ensuite.

En fait, Cheikh Hamada est le chantre éternel du chant bédouin ou zénète arabisé. Il a fait partie du bouillonnement musical de l'entre-deux-guerres (puisque le sort de l'Algérie était lié à celui de la France qui se remettait à peine de la Première Guerre mondiale. Ce chanteur hors pair a enclenché la citadinisation du Bédouin traditionnel. Phénomène majeur dans la musique maghrébine.

Il aura eu de son vivant révolutionné à lui seul la tradition musicale dans le genre bédouin et ce, en réussissant de façon magistrale à brosser la poésie citadine entre hadri, haouzi et aroubi et sur le plan musical il a apporté la précision du jeu en utilisant que deux flutistes au lieu de trois.

Dans ses compositions, la gasba sera remaniée et à laquelle il lui apportera une touche propre à la région des Medjahers (Algérie)|], influençant ainsi le répertoire chaâbi qui entre sous sa férule, dans le mode bédoui.

Ami intime de Hadj El Anka, autre artiste algérien de référence, ils avaient pour habitude, lors de dîners philosophiques avec les poètes, les musiciens comme Hadj Lazoughli, Hachemi Bensmir, Abdelkader El Khaldi, d'échanger, de travailler ensemble des qaçayds (poèmes).

Cheikh Hamada sera aussi un maître pour les jeunes générations. Il recevra dans sa maison plusieurs artistes comme Maâzouz Bouadjadj, leur expliquant, parfois, pendant de longues heures, une tonalité, une strophe, le sens caché d'un mot, d'un vers, d'une qasida.

Il a fait connaître cette musique basée sur des poésies bédouines ancestrales et une influence arabe harmonique en rapprochant la campagne et la ville. Il a ainsi élargi le mouvement sur toute l’Algérie et par delà les frontières.

Contrairement à beaucoup d'Européens à l'époque, qui se moquaient ouvertement (encore de nos jours) de ce type musical car modal et non tonal, Béla Bartók en fut extrêmement touché lors d'un voyage en Algérie de deux ans (1913-1915). Cela inspirera quelques morceaux.

Il a fait son premier enregistrement en 1920 et par la suite, il a continué à faire des disques en Algérie, à Paris et Berlin, jusqu’à sa mort.

Ce musicien et chanteur est aussi le père de deux fils résistants à l'ordre colonial tués durant la guerre de libération nationale de l'Algérie 1954-1962.

Liens externes[modifier | modifier le code]