Friedrich Zimmermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zimmermann.
Friedrich Zimmermann
Friedrich Zimmermann, à Bonn, en 1990.
Friedrich Zimmermann, à Bonn, en 1990.
Fonctions
Ministre fédéral des Transports d'Allemagne
Chancelier Helmut Kohl
Prédécesseur Jürgen Warnke
Successeur Günther Krause
Ministre fédéral de l'Intérieur
11e ministre fédéral de l'Intérieur depuis 1949
Chancelier Helmut Kohl
Prédécesseur Jürgen Schmude
Successeur Wolfgang Schäuble
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Munich (Allemagne)
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Filzmoos (Autriche)
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemande
Parti politique Union chrétienne-sociale
en Bavière
Profession Fonctionnaire
Avocat

Friedrich Zimmermann
Ministres fédéraux allemands des Transports
Ministres fédéraux allemands de l'Intérieur

Friedrich Zimmermann, né le à Munich et mort le à Filzmoos[1], est un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

Nommé secrétaire général de la CSU en 1956, il est élu l'année suivante député de Bavière au Bundestag, et porté à la présidence du groupement provincial de la CSU en 1976. En 1982, il devient le premier ministre fédéral de l'Intérieur de la coalition noire-jaune d'Helmut Kohl, avant d'être choisi comme ministre fédéral des Transports en 1989. Il n'est pas réélu au Bundestag en 1990 et quitte le cabinet l'année suivante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir servi, de 1943 à 1945, comme soldat dans la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale, qu'il termine avec le grade de lieutenant de réserve, il passe son Abitur en 1946 et entreprend des études supérieures de droit et de sciences économiques. Il obtient son doctorat en 1950, et son second diplôme juridique d'État un an plus tard.

Il travaille dans la fonction publique du Land de Bavière de 1951 à 1954, puis devient avocat en 1963. Trois ans plus tôt, il avait été reconnu coupable de parjure dans l'affaire des casinos, une affaire de corruption concernant l'attribution de licences pour l'exploitation de casinos, avant d'être finalement innocenté, le tribunal ayant estimé en 1961 que ses facultés mentales étaient altérées lors de son témoignage du fait d'une hypoglycémie. Cela lui a valu nombre de moqueries et de caricatures par la suite.

Marié en troisièmes noces, il est catholique et père de deux enfants.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Comme militant[modifier | modifier le code]

Il a fait partie du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) de 1943 à 1945 avant de rejoindre en 1948 l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU). Il est nommé coordinateur principal du parti en 1955, puis désigné secrétaire général en 1956. Il renonce à ce poste en 1963 pour devenir trésorier pendant quatre ans. En 1979, il est élu pour dix ans vice-président de la CSU sous la présidence de Franz Josef Strauß.

Au niveau des institutions[modifier | modifier le code]

Il est élu député fédéral de Bavière au Bundestag lors des législatives de 1957. Il entre en 1961 au bureau du groupe CDU/CSU, et est choisi comme président de la commission parlementaire de la Défense quatre ans plus tard. En 1976, il est élu président du groupement provincial de la CSU.

Friedrich Zimmermann avec Charles Pasqua (gauche), alors ministre français de l'Intérieur, en 1987.

Friedrich Zimmermann est nommé ministre fédéral de l'Intérieur dans la coalition noire-jaune d'Helmut Kohl le , soit trois jours après l'adoption d'une motion de censure constructive à l'encontre d'Helmut Schmidt. Il se voit reconduit en 1983, à la suite de la victoire de la coalition aux élections anticipées, et en 1987.

À l'occasion d'un important remaniement ministériel organisé le , il devient ministre fédéral des Transports et cède son portefeuille à Wolfgang Schäuble, chef de la chancellerie fédérale et proche collaborateur d'Helmut Kohl. Il ne se représente pas aux élections législatives du , et quitte le cabinet le 18 janvier suivant. Il est depuis retiré de la vie politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]