Karl Heinrich von Boetticher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl Heinrich von Boetticher
Image illustrative de l'article Karl Heinrich von Boetticher
Fonctions
Vice-président de Prusse
18 août 1888 – 1er juillet 1897
Ministre-président Otto von Bismarck

Leo von Caprivi Botho zu Eulenburg

Prédécesseur Robert von Puttkamer
Successeur Johannes von Miquel
Vice-chancelier
1881 – 1897
Chancelier Otto von Bismarck

Leo von Caprivi Chlodwig zu Hohenlohe-Schillingsfürst

Prédécesseur Otto zu Stolberg-Wernigerode
Successeur Arthur von Posadowsky-Wehner
Biographie
Date de naissance 6 janvier 1833
Lieu de naissance Stettin
Date de décès 6 mars 1907 (à 74 ans)
Lieu de décès Naumburg an der Saale (Empire allemand)
Nationalité allemande
Conjoint Sophie Marie Luise Berg
Diplômé de Université de Wurtzbourg et de Berlin.
Profession Homme politique
Religion évangélique

Karl Heinrich von Boetticher (né le 6 janvier 1833 à Stettin - mort le 6 mars 1907 à Naumburg an der Saale) est un fonctionnaire, un homme politique prussien. Il a entre autres occupé le poste de vice-chancelier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Karl-Heinrich von Boetticher est le troisième fils du président du Oberlandesgericht Carl Wilhelm von Boetticher (1789–1868) et d'Henriette Wilhelmine Bodenhausen[1]. À cause des nombreux déménagements dus aux différentes promotions de son père, Karl-Heinrich von Boetticher est tour-à-tour élève dans des écoles de Stettin, de Königsberg et de Danzig avant d'obtenir son Abitur à Potsdam.

De 1852 à 1855, il fait des études de droits à l'université de Würzburg puis de Berlin. À Würzburg, il est membre du Corps Nassovia. Après ses études, il s'engage pendant un an comme volontaire. En 1860, von Boetticher est nommé magistrat débutant dans un tribunal puis trois ans plus tard, il est assesseur au gouvernement. C'est ainsi qu'il intègre le ministère du Commerce en 1864. L'année suivante, il est conseiller communal de la ville de Stralsund[2]. C'est là qu'il épouse Sophie Berg en 1869, la même année que sa nomination au poste de conseiller au ministère de l'Intérieur.

Carrière au service de l'État[modifier | modifier le code]

En 1872, von Boetticher est élu conseiller secret au gouvernement puis chef du gouvernement de Hanovre puis du Schleswig en 1876. En 1879, il est nommé Oberpräsident de la province du Schleswig-Holstein. De septembre 1880 à juillet 1897, Boetticher est secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur et ministre sans portefeuille. En juin 1881, il est nommé vice-chancelier. D'août 1888 à juillet 1897, il est vice-président au ministère d'État de Prusse.

C'est à ce poste qu'il prend une part importante à la conception et à la mise en place des lois sociales de Bismarck. En 1889, lorsque commence le conflit entre Bismarck et Guillaume II à propos des lois de protection des ouvriers, Boetticher se décide dans un cas de conscience à soutenir l'empereur et s'attire ainsi la colère de Bismarck. Ce dernier lui consacre un chapitre entier dans ses mémoires où il règle ses comptes avec Boetticher. La vision que Boetticher a des évènements est richement documenté dans l'ouvrage de Georg von Eppstein Fürst Bismarcks Entlassung publié à Berlin en 1920 après avoir étudié des documents inédits de Boetticher.

Après la chute de Bismarck en 1890, Boetticher reste en place et soutient le Nouveau cours de Leo von Caprivi, en particulier dans le domaine de la politique commerciale.

Lors d'une session du parlement, Boetticher, alors représentant du gouvernement, ne récuse pas un affront fait à l'empereur par un libéral-social et omet d’acclamer l'empereur. C'est ainsi qu'il est renvoyé en 1897 après 17 ans de service. Il retrouve son poste d'Oberpräsident de la province de Saxe où il exerce jusqu'en 1906[3]. Dans le même temps, il est chanoine à Naumburg.

De 1866 à 1870 et de 1882 à 1893, il est député du parti conservateur prussien et membre de la Chambre des représentants de Prusse. De 1878 à 1879, il est député du Parti conservateur libre au Reichstag et de 1901 à sa mort, il retrouve un siège à la chambre des représentants de Prusse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Kurt G. A. Jeserich, Persönlichkeiten der Verwaltung. Biographien zur deutschen Verwaltungsgeschichte 1648 - 1945, Stuttgart, Kohlhammer,‎ 1991Document utilisé pour la rédaction de l’article

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeserich 1991, p. 224
  2. Jeserich 1991, p. 225
  3. Jeserich 1991, p. 225 sq.