Fritz Schäffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fritz Schäffer
Illustration.
Fonctions
Ministre fédéral de la Justice d'Allemagne
4e ministre fédéral de la Justice depuis 1949
Chancelier Konrad Adenauer
Prédécesseur Hans-Joachim von Merkatz
Successeur Wolfgang Stammberger
Ministre fédéral des Finances
1er ministre fédéral des Finances depuis 1949
Chancelier Konrad Adenauer
Successeur Franz Etzel
9e Ministre-président (de) de Bavière
(1er Ministre-président depuis 1945)
Gouvernement Schäffer
Prédécesseur Paul Giesler
Successeur Wilhelm Hoegner
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Munich, Empire allemand
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Berchtesgaden, RFA
Parti politique Parti populaire bavarois (1919-
1933)

Union chrétienne-sociale
en Bavière
(1945)
Diplômé de Université de Munich
Profession Fonctionnaire
Avocat

Fritz Schäffer Fritz Schäffer

Fritz Schäffer, né le à Munich et décédé le à Berchtesgaden, était un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

Il a été le premier Ministre-président du Land de Bavière après la Seconde Guerre mondiale, puis le premier ministre fédéral des Finances d'Allemagne de l'Ouest, entre 1949 et 1957. Il a ensuite occupé pendant quatre ans le poste de ministre fédéral de la Justice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un directeur des postes, il passe avec succès son Abitur en 1907 à Munich et entreprend des études supérieures de droit à l'université de Munich. Il obtient son premier diplôme juridique d'État en 1911, et le second en 1916, alors même qu'il sert dans l'armée bavaroise depuis un an. En 1917, il est blessé et quitte le champ de bataille de la Première Guerre mondiale pour devenir juriste au ministère bavarois de l'Intérieur.

Un an plus tard, il obtient le même poste au sein de l'administration de l'arrondissement de Kelheim, et l'occupe jusqu'à sa nomination comme fonctionnaire du ministère de l'Éducation. Plus tard, il est licencié de la fonction publique de Bavière, puis arrêté le . Libéré en 1934, il devient avocat mais est finalement interné au camp de concentration de Dachau après l'attentat manqué contre Hitler le .

Il décède le à Berchtesgaden, âgé de 78 ans.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Comme militant[modifier | modifier le code]

Fritz Schäffer adhère au Parti populaire bavarois (BVP) en 1918, et en prend la présidence onze ans plus tard. Il est contraint de dissoudre la formation par le Parti Nazi en 1933.

En 1945, il participe à la fondation de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU). Il fait partie du courant défendant une domination des catholiques, comme au temps du BVP, à l'inverse du président du parti, Josef Müller, favorable à une CSU multi-confessionnelle. Élu président de la CSU du district de Haute-Bavière en , il renonce à son poste dès septembre et quitte la formation. Il tente dans un premier temps de rejoindre le Parti bavarois (BP), mais finit par y renoncer.

Il adhère de nouveau à la CSU en 1949.

Au sein des institutions[modifier | modifier le code]

En 1920, il est élu au Landtag de Bavière, et y siège pendant treize ans. Il est nommé ministre des Finances de Bavière le et occupe ce portefeuille jusqu'au .

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Fritz Schäffer est nommé Ministre-président (de) de Bavière par George S. Patton. Il prend ses fonctions le mais doit y renoncer dès le 28 septembre sur décision de Dwight D. Eisenhower, qui lui reproche ses déclarations antisémites passées. Quatre ans plus tard, il est élu député fédéral de Bavière au Bundestag lors des premières élections législatives fédérales d'Allemagne de l'Ouest.

Désigné président de la section des députés CSU et premier vice-président du groupe CDU/CSU, Fritz Schäffer renonce à ses fonctions le , quand il est nommé ministre fédéral des Finances d'Allemagne de l'Ouest par Konrad Adenauer. Huit ans plus tard, le , il est choisi pour occuper le poste de ministre fédéral de la Justice. À l'issue de son mandat de quatre ans, il se retire de la vie politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]