Paul Lücke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucke.
Paul Lücke
Paul Lücke, en 1962.
Paul Lücke, en 1962.
Fonctions
Ministre fédéral de l'Intérieur d'Allemagne
5e ministre fédéral de l'Intérieur depuis 1949
26 octobre 19652 avril 1968
Chancelier Ludwig Erhard
Kurt Georg Kiesinger
Prédécesseur Hermann Höcherl
Successeur Ernst Benda
Ministre fédéral du Logement
29 octobre 195726 octobre 1965
Chancelier Konrad Adenauer
Ludwig Erhard
Prédécesseur Victor-Emanuel Preusker
Successeur Ewald Bucher
Biographie
Date de naissance 13 novembre 1914
Lieu de naissance Schöneborn (Reich allemand)
Date de décès 10 août 1976 (à 61 ans)
Lieu de décès Erlangen (RFA)
Parti politique CDU
Profession Serrurier
Fonctionnaire

Paul Lücke
Ministres fédéraux de l'Intérieur d'Allemagne
Ministres fédéraux de l'Aménagement du territoire d'Allemagne

Paul Lücke, né le 13 novembre 1914 à Schöneborn et mort le 10 août 1976 à Erlangen, est un homme politique ouest-allemand de l’Union chrétienne-démocrate (CDU).

Député fédéral au Bundestag, dont il a présidé la commission de la Reconstruction et du Logement, de 1949 à 1972, il est ministre fédéral du Logement entre 1957 et 1965, puis ministre fédéral de l’Intérieur de 1965 à 1968. Vice-président fédéral de la CDU de 1966 à 1969, il est à droite l’un des partisans de l’introduction du scrutin majoritaire.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires, il suit un apprentissage de serrurier, puis accomplit en 1935 son service militaire. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il sert dans la Wehrmacht tout en étudiant le génie mécanique à Berlin. En 1944, il est grièvement blessé lors d'une attaque de la résistance, perdant une jambe et l'usage temporaire de la vue.

Après la fin du conflit, il travaille comme fonctionnaire municipal dans l'arrondissement du Haut-Berg, et devient, en 1947, directeur municipal de la ville d'Engelskirchen. Il est désigné, sept ans plus tard, président du festival des communes allemandes, qu'il dirige jusqu'en 1964. Cinq ans plus tard, il prend la direction de la société allemande de logements à Cologne et la conserve jusqu'à son décès, en 1976.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il était marié et père de six enfants. Parmi eux, sa fille Maria Theresia Opladen, née en 1948, sera députée au Landtag de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et bourgmestre de Bergisch Gladbach.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Les premières fonctions[modifier | modifier le code]

Membre fondateur de la CDU dans l'arrondissement du Haut-Berg, il est élu au Bundestag lors des premières élections fédérales, le 14 août 1949 et devient, le 14 mars 1950, président de la commission parlementaire de la Reconstruction et du Logement. À ce titre, il a notamment rendu possible l'adoption de la loi sur la copropriété l'année suivante et initié la création de la prime à la construction de logement (Wohnungsbauprämie) en 1952.

Durant les trois années qui viennent, il fait partie des députés de la CDU/CSU qui tenteront, sans succès, de remplacer le mode de scrutin proportionnel mixte par le scrutin uninominal majoritaire à un tour pour l'élection des membres du Bundestag.

Ministre fédéral[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1957, Paul Lücke est nommé ministre fédéral du Logement par Konrad Adenauer, son poste étant rébaptisé ministre du Logement, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire en 1961. À ce poste, il a proposé et fait voter une loi supprimant la location informelle au profit d'un droit réglementé et nécessitant le recours au bail.

Après la démission des ministres du FDP, du fait de l'affaire du Spiegel, le 26 novembre 1962, il entame, avec l'accord d'Adenauer, des négociations afin de constituer une grande coalition avec Karl Theodor von und zu Guttenberg, pour la CSU, et Herbert Wehner, pour le SPD. Les discussions débutent le 1er décembre mais échouent cinq jours plus tard, la CDU refusant de remplacer le chef du gouvernement fédéral. L'année suivante, il est reconduit à son poste par le nouveau chancelier, Ludwig Erhard.

Il change de portefeuille le 29 octobre 1965, Erhard choisissant de lui confier le ministère fédéral de l'Intérieur. Il tente alors une nouvelle fois de modifier le mode d'élection du Bundestag mais doit renoncer face à l'opposition du chancelier. Maintenu le 1er décembre 1966 dans la grande coalition du nouveau chancelier, Kurt Georg Kiesinger, il démissionne le 2 avril 1968, après que le congrès fédéral du SPD ait refusé de se prononcer sur l'adoption du scrutin uninominal majoritaire à un tour avant les élections de 1969. Il est réélu pour un dernier mandat parlementaire lors de ce scrutin, décidant de ne pas se représenter aux élections anticipées qui se tiennent trois ans plus tard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ist Bonn doch Weimar? Der Kampf um das Mehrheitswahlrecht, Ullstein, Francfort-sur-le-Main, 1968, 187 pages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jürgen Aretz, « Paul Lücke (1914-1976) », dans Jürgen Aretz, Rudolf Morsey et Anton Rauscher (dir.), Zeitgeschichte in Lebensbildern, vol. 11. Aschendorff, Münster, 2004, p. 195-212 (ISBN 3-402-06123-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]