Frontin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frontin (homonymie).

Frontin, en latin Sextus Iulius Frontinus, né vers 35/40 et mort probablement en 103, est un triple consul, suffect en 74 et 98 et éponyme en l’an 100 sous Trajan, général de l'Empire romain et gouverneur de Bretagne de 76 à 78 sous Vespasien. Il est avant tout connu comme écrivain militaire et administrateur principal des eaux de Rome sous Nerva.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il est probablement natif de Gaule Narbonnaise[1]. La conjecture sur son origine est fondée sur l'onomastique : le volume XII du CIL (inscriptions latines de Gaule Narbonnaise) contient trente Sexti Iulii et neuf Frontini (les Sexti Iulii étant rares en dehors de la Gaule). On relève notamment un Quintus Valerius Lupercus Julius Frontinus de Vienne[2]. Le nom Frontinus est à l'origine de celui de Frontignan dans l'Hérault (Frontinianum).

Ses débuts (40 à 69)[modifier | modifier le code]

Il naît vers 35/40. On ne peut que faire des suppositions sur sa carrière avant 70. Il a suivi a priori une carrière sénatoriale, mais on peut supposer qu'il est plutôt d'origine équestre et a été intégré à la classe sénatoriale peu avant 70[3]. Les sources antiques ne donnent sur son parcours que des informations ponctuelles et éparses. Comme membre de la classe sénatoriale, il a probablement commencé son cursus comme tribunus militum laticlavius (pendant trois ans) vers 55/60.

Dans ses Stratagèmes[4], Frontin donne des détails de la guerre contre les Parthes du général Gnaeus Domitius Corbulo, entre 58 et 62, qui ne figurent pas dans l'œuvre de Tacite[5] l'historien romain le plus détaillé sur cette période de l'Empire romain. Il est donc possible que Frontin participe à ces guerres sous le général Corbulo.

La Bretagne romaine.

Il se peut ensuite qu'il ait suivi le parcours de trois des anciennes légions de Corbulo, qui renforcent dans un premier temps Vespasien dans sa guerre contre les Juifs, puis partent combattre près de Rome sous Mucien et Antonius Primus, partisans de Vespasien dans la guerre civile de 69[6]. Ainsi, Frontin a peut-être combattu dans les légions de Vespasien, ce qui explique pourquoi Frontin est l'un des vingt-deux membres du groupe des « Amici Principis » du nouvel empereur[7].

Sous Vespasien : consul et gouverneur de la Bretagne (70 à 79)[modifier | modifier le code]

Il apparaît pour la première fois dans les sources littéraires en l'an 70, sous Vespasien, et il est alors préteur urbain[8]. En principe, on accède à cette magistrature à trente ans. Il abdique de sa magistrature en faveur de Domitien[8].

Il est ensuite chargé d'une mission en Gaule et en Germanie entre 71 et 73 (pendant les troubles provoqués par Julius Civilis et Julius Sabinus), devant rétablir l'ordre chez les Lingons, comme il le décrit lui-même dans ses Stratagèmes (seule occurrence de la première personne, mihi, dans cet ouvrage)[9]. Une inscription prouve qu'il est passé en Germanie où il a peut-être eu des problèmes de santé[10]. Il se peut qu'il soit le premier commandant de la legio VIII Augusta, et ainsi il a décidé en tant que légat de légion le lieu du camp de Mirebeau[11].

Il est ensuite consul suffect en 74, puis il sert d'abord avec distinction dans la province romaine de Bretagne, puis succède à Cerialis dans le gouvernement de cette province, entre 76 et 78[12]. Il y subjugue, par les armes, les Silures, « après avoir, outre la valeur des ennemis, triomphé des difficultés des lieux[12] ».

Sous Domitien : retraite ou proconsul d'Asie ? (80 à 96)[modifier | modifier le code]

Nous n'avons quasiment plus de traces de Frontin sous les règnes de Titus et Domitien. Cela peut s'interpréter comme un abandon de la vie publique ou une disgrâce. Cependant, un passage des Stratagèmes fait supposer qu'il aurait participé à la campagne de Domitien contre les Chattes en 83 (comme « conseiller du Prince[6]»), et son nom figure sur la « porte dite de Domitien » à Hiérapolis, ce qui pourrait révéler sa présence en tant que proconsul d'Asie vers 86, titre qui représentait l'apogée d'une carrière sénatoriale. Une disgrâce passagère aurait été incompatible avec un tel poste.

Ensuite, pendant toute la dernière partie du règne de Domitien, devenu un tyran, nous possédons encore moins d'indices sur sa vie. Il s'est probablement retiré dans ses villas de la côte du Latium et s'est consacré à des travaux littéraires, notamment l'écriture des Stratagèmes. Cependant, il est toujours membre des « Amici Principis » de l'empereur[7], ce qui permet à Pline le Jeune de le solliciter dans une affaire d’héritage (entre 93 et 96)[13].

Son gendre est Quintus Sosius Senecio[14]. Le mariage entre Iulia Frontina et Sosius Senecio est célébré sous Domitien[15]. De ce mariage naît Sosia Polla[16], qui épouse le futur consulaire Quintus Pompeius Falco[15], un ami de Pline le Jeune[17], consul suffect en 108 et qui sera entre autres proconsul en Asie sous Hadrien[16]. Frontin est l'arrière-grand-père de Quintus Pompeius Sosius Priscus, consul en 149[15].

Famille des Pompeius Sosius sous les Antonins. Arbre non exhaustif.

Sous Nerva : curateur des eaux et consul (97 à 98)[modifier | modifier le code]

Restes des Arcus Neroniani sur le Palatin.

Nerva le rappelle en 97 et lui confie les importantes fonctions d'inspecteur des eaux (curator aquarum). Il écrit Des aqueducs de la ville de Rome, un ouvrage très complet sur l'histoire des aqueducs de Rome, ainsi que de nombreux détails techniques et les règlements en vigueur. D'après Frontin, à la fin du Ier siècle, il y a un débit entrant total de 1 030 000 m³/jour mais seulement un débit constaté, selon les règlements, de 500 000 m3/jour avec près de 580 000 m³/jour de réellement distribués d'après les calculs du curateur des eaux. Ce dernier constate de très nombreux détournements frauduleux, près de 450 000 m³/jour, soit quasiment la moitié des eaux amenées à Rome.

L'administrateur principal des eaux remet en place la distribution initiale des aqueducs, après avoir mis fin aux détournements frauduleux et aux pertes dues aux négligences, et de nouvelles arcades sont construites. De plus, à la suite de son rapport, l'empereur Nerva décide de séparer toutes les eaux dans des canaux séparés, pour éviter que les mélanges altèrent la qualité des meilleures eaux comme celle de la Marcia ou de la Claudia, notamment par celle de l'Anio Novus. Et chaque eau, selon sa qualité, est utilisée pour des usages différents, les meilleurs pour la boisson et les plus troubles pour les jardins de Rome. Après ces réformes, on retrouve les près de 1 030 000 mètres cubes par jour pour la ville[18].

Sous Trajan : consul éponyme et augure (99 à 102)[modifier | modifier le code]

Il fait partie des soutiens de l'adoption de Trajan par Nerva, comme Lucius Iulius Ursus Servianus, Lucius Licinius Sura, Cnaeus Domitius Curvius Tullus et Titus Vestricius Spurinna.

Frontin est nommé consul suffect en l'an 98 pour la deuxième fois. Deux ans plus tard, il est honoré d'un consulat ordinaire, ou éponyme, au côté de Trajan, ce qui témoigne qu'il est un proche de cet empereur. Pline le Jeune, autre ami de Frontin, fait plusieurs références à ce consulat. Il est nommé augure avant sa mort, charge religieuse dans laquelle Pline le Jeune lui succède[19].

Sa mort et l'absence de tombeau (103)[modifier | modifier le code]

Strategematon de Frontin, 1888.

Le triple consulaire meurt vers l'an 103. Pline écrit de lui : « Frontin [...] défendit qu'on lui élevât aucun tombeau. [...] mais en quels termes a-t-il fait cette défense ? La dépense d'un tombeau est inutile ; mon nom ne périra point, si ma vie est digne de mémoire[20] ».

Frontin est durant toute sa vie un général et stratège respecté, marquant la fin du Ier siècle. C'est aussi un écrivain reconnu, par ses deux œuvres qu'il nous reste, les Stratagèmes et les Aqueducs de la ville de Rome. Il a joui auprès de ses contemporains d'une estime toute particulière et ses ouvrages, très documentés, sont écrits d'un style ferme, simple et concis.

Martial, un de ses amis, le montre dans un poème qu'il lui adresse séjournant dans une villa qu'il possède à Anxur, sur la côte du Latium[21] ; le livre X des Épigrammes, où figure ce poème, est publié en 95. Dans la préface de sa Théorie de la tactique, Élien le Tacticien rapporte qu'il a conçu le projet de ce traité à l'occasion d'une conversation avec Frontin et Nerva, au cours d'un séjour dans une propriété de Frontin à Formies ; cet entretien a dû avoir lieu en 96, avant que Frontin soit rappelé à des fonctions actives. Élien qualifie Frontin d'« homme de grande réputation pour son expérience de la guerre ». Tacite dit de lui qu'il était « un grand homme autant qu'on pouvait l'être[12] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il nous reste de Frontin deux ouvrages complets et les fragments d'un troisième. Sous le titre de Strategematon libri III, Frontin réunit toute une collection de stratagèmes, les exemples qu'il cite sont choisis avec soin et empruntés le plus souvent à l'histoire romaine. Les Strategemata sont un ouvrage d'un caractère populaire et destiné à compléter un grand ouvrage théorique sur l'art militaire. Cet ouvrage aujourd'hui perdu aurait été composé sous le règne de Domitien. À la suite de trois livres de Strategemata, les manuscrits et les éditions en donnent un quatrième qui n'est pas de Frontin, mais qui a été composé à une date antérieure au Ve siècle.

L'ouvrage intitulé De Aquis urbis Romœ est un traité intéressant sur les aqueducs de Rome. Il est composé au moment où Frontin remplit les fonctions de curateur des eaux, mais il n'est publié que sous le règne de Trajan. Il se divise en deux livres et contient l'histoire et la description des moyens employés pour alimenter d'eau la capitale de l'Empire romain, il comprend aussi les lois qui régissent la matière. Sa description des pratiques et systèmes d'adduction d'eau nous renseigne aussi sur la quineria ou module quinaire. Il y décrit pour le bénéfice de ses successeurs les aqueducs et leur histoire, les règlements auxquels ils obéissaient et des détails techniques concernant la qualité et la répartition de l'approvisionnement. Les écrits de Frontin ont un style direct qui s'accorde avec leur matière.

Son traité d'arpentage (Liber gromaticus), qui comprend au moins deux livres, nous est connu seulement par des extraits et des commentaires qui traitent de aquarum qualitate, de controversiis, de limitibus, de controversis aquarum, et semble avoir été écrit sous Domitien.

On attribue aussi à Frontin un traité d'agriculture dont il ne nous reste rien.

Citation[modifier | modifier le code]

  • Aux masses, si nombreuses et si nécessaires de tant d'aqueducs, allez donc comparer des pyramides qui ne servent évidemment à rien ou encore les ouvrages des Grecs, inutiles, mais célébrés partout ! (Déclaration de Frontin au chapitre XVI de son ouvrage Aqueducs).

Hommage[modifier | modifier le code]

Initié par l'Association française des ingénieurs et responsables de maintenance (Afim) en Bourgogne en 2008, avec l'appui de l'académie de Dijon, un concours a été créé pour permettre à de jeunes élèves en phase d'orientation professionnelle de découvrir les métiers de la maintenance et les formations associées en leur ouvrant les portes des entreprises ; il est nommé Trophée Frontinus, en hommage à Frontin qui « est sans doute le premier ingénieur de maintenance qui ait consigné ses méthodes dans le Traité des aqueducs de la ville de Rome […][22] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Pierre Arnaud-Lindet, Histoire et politique à Rome, p. 306.
  2. CIL XII, 1859-1860.
  3. Eric Birley, « Promotions and transfers in the Roman Army : Senatorial and Equestrian Officers » in The Roman Army Papers, Amsterdam, 1988.
  4. Frontin, Stratagèmes, Livre IV, I-21, I-29, II-3, VII-2.
  5. Tacite, Annales [lire en ligne], XIII, 8 et 35-36.
  6. a et b Murray K. Dahm, The Carrer and Writtings of Sextus Iulius Frontinus, Master of Literature in Ancient History, Université d'Auckland, 1997.
  7. a et b John A. Croock, Consilium Principis. Imperial Councils and Consillors from Auguste to Diocletian, Cambridge, 1955.
  8. a et b Tacite, Histoires, Livre IV, 39.
  9. Frontin, Stratagèmes, Livre IV, III-14.
  10. CIL, XIII, 8624, Vetera Castra.
  11. René Goguey et Michel Redde, Le camp légionnaire de Mirebeau, RGSM 36, Mayence, 1995.
  12. a, b et c Tacite, Vie de Cn. Julius Agricola, 17.
  13. Pline le Jeune, Lettres, Livre V, Lettre I. - Pline à Sévère.
  14. Jean-Claude Carrière, Dialogues d'histoire ancienne, 1977, À propos de la Politique de Plutarque, p. 249.
  15. a, b et c Françoise Des Boscs-Plateaux, Mélanges de la Casa de Velázquez, 1995, Les stratégies familiales des chevaliers et senateurs hispano-romains (I siècle - première moitié du II siècle ap. J.-C.), p. 131.
  16. a et b Maurice Holleaux et Charles Diehl, Bulletin de correspondance hellénique, 1884, Inscriptions relatives à deux proconsuls d'Asie, p. 466.
  17. The Oxford Classical Dictionary (3 rev ed.), Oxford University Press, 2005, « Pompeius Falco, Quintus ».
  18. Frontin, Des aqueducs de la ville de Rome.
  19. Pline le Jeune, Correspondance, Livre IV, VIII. - Pline à Arrien.
  20. Pline le Jeune, Correspondance, Livre IX, XIX. - Pline à Rufus.
  21. Martial, Épigrammes, X, 58, À Frontin.
  22. afim.asso.fr Trophée Frontinus

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Frontin Suivi par
Q. Petillius Cerialis
71 à 76
Gouverneur de la Bretagne
76 à 78
Gn. Julius Agricola
78 à 84