Fiat Cinquecento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fiat Cinquecento
Fiat Cinquecento

Marque Fiat
Années de production 1991 - 1998
Production 1 164 478 exemplaires
Classe Mini citadine
Moteur et transmission
Moteur(s) 704 cm3 - 903 cm3 - 899 cm3 - 1100 cm3
Puissance maximale 31 ch (30 ch en version 0,7 i )

41 ch (en version 903 cm3) 39 ch (en version 0,9 i.e.) 55 ch (40 kw (sporting) ch

Couple maximal Sporting : 85Nm (8.6 mkg) à 3250 tr/min (~39ch) Nm
Transmission Traction avant
Poids et performances
Poids à vide 710 à 735 kg
Vitesse maximale 704 ED > boite 4 vitesses longitudinale

899 à 1100 > boite 5 vitesses tranversale km/h

Accélération 0 à 100 km/h en Version Sporting :

400m DA - 19.1s Km DA - 36.2s 0 à 100 km/h - 13.8s s

Consommation mixte Sporting : mixte normalisée : 6.2 l/100 - sportive 9.1 l/100 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 3 portes
Suspensions Suspension :

- avant pseudo Mac Pherson - arrière à poutre de torsion

Dimensions
Longueur 3227 cm mm
Largeur 1487 cm mm
Hauteur 1435 cm mm
Chronologie des modèles
Précédent Fiat 126 Fiat Seicento Suivant

La Fiat Cinquecento est une voiture urbaine fabriquée par le constructeur italien Fiat. Le code interne Fiat du modèle est 170.

La voiture que nous connaissons aujourd'hui comme la Fiat Cinquecento a commencé sa vie comme un projet Fiat dans le début des années 1980, et comme beaucoup de ses prédécesseurs le projet X1/79 devait être une voiture de l'avenir, mais contrairement à d'autres projets de X tels que lese X1/9 et X2/0 (qui est devenue la Lancia Beta Monte Carlo), le dossier de la conception de ce modèle était celui d'une petite voiture de ville, pas chère à produire, pas chère à conduire, plus une voiture qui pourrait réussir à séduire les acheteurs de petites voitures à travers l'Europe où la Fiat 126 a échoué.

Elle sera produite de 1991 à 1998 dans l'usine de Tychy en Pologne.

Historique[modifier | modifier le code]

Présentée en 1991 comme l'héritière de la Fiat 126 elle reçut l'appellation Fiat Cinquecento, de cinq-cents en italien, pour rappeler son ancêtre, la Fiat 500. La Cinquecento est une petite voiture mais peut recevoir jusqu'à 5 personnes adultes à son bord. Elle fut aussi déclinée en version sportive et un modèle de Rallye a été produit, ce qui a permis de créer une Coupe Fiat Cinquecento et un championnat.

La fabrication de ce modèle, doté d'une seule carrosserie à 3 portes, a été réservée aux usines polonaises de Fiat, FSM.

Elle possède des suspensions à 4 roues indépendantes, des freins à disque à l'avant, à tambours à l'arrière.

Du point de vue de la sécurité, elle bénéficie d'une carrosserie très rigide avec des barres de protection dans les portes en cas de chocs latéral et toute la coque est en acier galvanisé.

Grâce à son coefficient de pénétration aérodynamique (cx 0.33) et à son poids limité (de 710 à 735 kg à vide suivant le modèle), sa consommation est très faible, moins de 6 litres aux 100 km.

Au cours des 7 années pendant lesquelles elle fut fabriquée, elle ne reçut que quelques retouches mineures mais les motorisations évoluèrent pour se conformer aux normes anti-pollution et suivirent les évolutions technologiques.

La Cinquecento est arrivé 2e à l'élection de la meilleure sportive de l'année selon le magazine Échappement en 1995[réf. nécessaire].

Motorisations[modifier | modifier le code]

La Fiat Cinquecento a plusieurs motorisations possibles :

  • 704 cm3 (indisponible en France et réservé aux marchés de l' Europe Centrale et Orientale, ce moteur est issue du bicylindre de la fiat 500/126, à l'image de ce que Fiat avait fait avec la panda 30) ;
  • 903 cm3 sortie en carburateur tout d'abord, puis en injection de 899 cc pour des raisons de normes antipollution en 1993 (issue du 903 cm3 sorti au départ sur la Fiat 127 et monté sur d'autres modèles de la gamme Fiat pendant toute la période des années 1970-80 (850, A112, 850T…), et réduit en cylindrée à 899 cm3 pour l'Allemagne où la petite Fiat se vendait bien, en raison de la norme antipollution et des coûts d'assurance avantageant les véhicules de moins de 900 cm3 );
  • 1 108 cm3 issue des modernes « Moteur Fiat FIRE », monté uniquement sur le modèle Sporting.

La puissance des moteurs allait de 30 à 54 ch. La Fiat Cinquecento n'a jamais été équipée de diesel.

Caractéristiques du modèle
Moteur Fabrication Alimentation Cylindrée Puissance Couple Maxi
(Nm)
Accélération
0–100 km/h
Vitesse maxi
0.7 1991 – 1993 essence 704 cm3 22 kW (30 ch) 47 à 5 500 tr/min 30 s 130 km/h
0.9 1991 – 1993 essence 903 cm3 30 kW (41 ch) 65 à 5 500 tr/min 18 s 140 km/h
0.9i 1993 – 1998 essence 899 cm3 29 kW (39 ch) 65 à 5 500 tr/min 18 s 140 km/h
1.1i 1994 – 1998 essence 1 108 cm3 40 kW (54 ch) 80 à 5 500 tr/min 13,8 s 150 km/h

Versions[modifier | modifier le code]

Version SX
Version Sporting
  • Version de base (sans appellation), équipée du bicylindre 704 cm3 (indisponible en France). Esthétiquement elle est proche de la finition S. Les ceintures arrières ne disposaient pas d'enrouleurs.
  • La S , modèle sans option, moteur de 903 cm3, avec pare-chocs noir, et intérieur bien souvent dans des tonalités de bleu. Il constitue le modèle d'entrée de gamme en France. Ce moteur bénéficie d’une boîte 5 vitesses contrairement au modèle 700 cm3.
  • La Young, série spéciale sortie en juillet 1998. C’est une S moins chère (2 000 FF de moins à l’époque). Elle se différencie essentiellement par son intérieur mêlant un bleu au couleur de Fiat et des couleurs bicolores pour les sièges. On la reconnait extérieurement à ses petites jantes en acier avec petit enjoliveur central argent (dans l’esprit des Uno et Panda), et son logo Young sur le hayon. Pour le reste c’est une cinquecento S.
  • La SX, modèle avec vitres électriques, fermeture centralisée, moteur toujours de 900 cm3, feux avant à carcasse noir au lieu de grise, clignotants fumés, et feux arrière rouge-rosé. Elle parait mieux fini que la S grâce à ses pare-chocs redessiné et peint ton carrosserie, et plus confortable à l'usage avec son équipement intérieur, bien que le moteur étant identique à la S.
  • La S Shopping FM, et la SX Shopping FM, 2 versions promotionnelles de la cinquecento S et SX.
  • La Suite série spéciale (à vérifier), modèle assez proche à première vue de la SX. Même motorisation, mais couleur spécifique disponible, dont le fameux rose métallisé.
  • La Soleil, série spéciale sur base de SX. Elle dispose en plus d'un toit ouvrant en toile électrique, d'un intérieur spécifique, et était disponible dans 5 couleurs spécifique aux modèles soleil : vert clair métallisé, gris métallisé, bleu clair métallisé, bleu violet métallisé, et une seule teinte non métallisée, le blanc brillant.
  • La Sporting, uniquement dotée du moteur 1 108 cm3 emprunté à la Punto 55, préparée à Turin et présentée en 1994, ajoute une touche sportive au niveau mécanique et esthétique. C'est souvent le modèle le plus recherché en occasion.

Disponible en 3 couleurs : Rosso Strater, Giallo Ginestra et Nero, la gamme fue élargie en 1994 avec le Gregio TENDEZ et enfin en 1996 avec le Bleu Métalique Imola (ces 2 dernières couleurs furent proposées en options). L'extérieur se différencie par les rétroviseurs peints ton carrosserie, et ses jantes spécifiques.

L'intérieur est composé de couleur en adéquation avec le reste, de siège avant au look semi-baquet, d’un volant et d’un pommeau cuir, et d'un bloc compteur spécifique à ce modèle qui intègre un compte tour.

  • La Electra, non diffusée en France, construite en petite série et équipée d'un moteur électrique.

Elle pouvait recevoir en option des vitres électriques, le verrouillage centralisé, la climatisation, un toit ouvrant manuel, et un airbag conducteur (à partir de 1997) que l’on retrouve sur les Seicento.

Plusieurs coordonnés d'intérieurs existent : un mêlant gris clair et noir pour les plastiques, et un gris foncé et noir (qu'on retrouve systématiquement sur la Sporting, et sur les S selon l'année du modèle).

Les options[modifier | modifier le code]

  • Fermeture centralisée des portes
  • Vitres électriques
  • Climatisation
  • Toit ouvrant manuel
  • Toit découvrable (Version Soleil uniquement)
  • Jante alliage 13 pouces (Sur SX)
  • Banquette arrière fractionnable
  • Airbag conducteur (À partir de 1998)

Les options de la Linea Accessori[modifier | modifier le code]

À la suite du rachat par Fiat en 1971, le groupe Fiat propose une ligne d'accessoires estampillés Abarth (et non plus Abarth & C.).

Ce sont en fait des éléments piochés chez les accessoiristes et rebadgés Abarth :

- Jantes Speedline

- Volant et moyeu Momo

- Kit esthétique carrosserie (Rajout de pare-chocs avant, arrière, jupes latérales et spoiler de coffre)

- Pédalier Momo

- Pommeau et cadre le soufflet de levier de vitesse spécifique.

La Cinquecento en rallye[modifier | modifier le code]

Cinquecento Trofeo

La Cinquecento a disputé plusieurs rallyes. Une coupe de marque fut créée pour le lancement de la Cinquecento trofeo, coupe qui existera même dans de nombreux pays dont la France. La trofeo était construite sur des modèles "S" de 900 cm3 préparé, et destiné donc pour la compétition. Elle sera par la suite préparée sur base Sporting.

De nombreux pilotes tel Cédric Robert y ont fait leurs premières armes[réf. nécessaire].

D'après les informations prise sur un magazine d'époque (magazine télévisuel, l'émission turbo), la Cinquecento Troféo était proposé sous forme de kit à 72 000 F sur le marché français, soit 10 975 €. En 1993, date de sa sortie, elle constitue l'une des voitures de rallyes les moins chères du marché. Le but pour Fiat étant de cibler les débutants en rallye.

Son faible poids lui permet par ailleurs de se dispenser d'une mécanique très puissante.

Extérieurement elle se différencie par sa peinture et ses stickers (le damier sur le toit entre autres), la rampe de feux fixée au capot, les jantes alu de marque Speedline, les bavettes garde-boue à l'arrière, les attaches rapides sur le capot et le hayon.

Elle était dotée des équipements suivants dans l'habitacle :

  • Arceau 4 points boulonné
  • Sièges baquets de marque Sparco, assortis avec des panneaux de porte rouges
  • Tableau de bord d'origine
  • Volant sport de marque Momo
  • Tableau de bord agrémenté d'un compte tour rapporté sur sa casquette
  • Pédalier type rallye et repose-pieds
  • Extincteur situé sous le siège copilote
  • Pack démarrage
  • Coupe tout
  • Ventilateur

Le copilote bénéficiait d'un tripmasters très utile pour suivre son Roadbook entre autres, et d'une lampe et d'une sacoche pour ses notes.

Le moteur faisant office était l'antique 900 cm3, moteur de conception ancienne déjà à l'époque, l'arbre à came étant entre autres situé au niveau bas moteur, et non directement dans la culasse. Il passait semble-t-il à 62 ch après préparation par la firme Italienne. Des pièces ont été changées par rapports aux modèles de série (notamment l'arbre à came), le culbuteur, les soupapes, l'admission d'air directe, un nouveau calculateur et le système d’échappement qui a été revu.

À noter que la troféo fut plus tard proposée également sur base 1 100 cm3.

Conducteurs de Troféo (France)
Année Conducteur
1997 Cédric Petiet
1996 Cédric Robert
1995 Renaud Poutot
1994 Priscille De Belloy
1993 Benoît Duchêne

(nb: elle remporta la Doupe des Dames du rallye Monte-Carlo à trois reprises consécutives, en 1996 (Ana Arche), 1997 (Maria-Paola Fracassi) et 1998 (Roberta Rossi))

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

La production du modèle continue jusqu'en 1998 pour atteindre 1 164 478 exemplaires.

La Cinquecento a été remplacée par la Fiat Seicento, pour 600 en italien, qui repose sur la même base. La Seicento dont le code interne est 187, n'est qu'une mise à jour du châssis (amélioration de la sécurité) et des mécaniques (respect des normes antipollution). Ceci lui vaut d'être 50 kg plus lourde que la Cinquecento et de disposer d'un catalogue plus important avec le moderne moteur 1100 Fire. Certains observateurs additionnent la production des deux modèles.[réf. nécessaire]

Liens externes[modifier | modifier le code]